Alliage plomb-étain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la chimie
Cet article est une ébauche concernant la chimie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2015).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Les alliages plomb-étain, parfois aussi appelés métal blanc, sont des alliages à bas point de fusion.

Assiette ancienne
Vase contemporain

Egalement utilisé pour les tuyaux d'orgue[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premiers alliages plomb-étain ont été utilisés au Ier millénaire av. J.-C. en Chine et en Égypte. Ils étaient composés d'environ 90 %m d'étain et de 10 %m de plomb en masse.

Au Moyen Âge, ils ont été utilisés pour faire des récipients (gobelets, vasques…), qui ont pu être sources de saturnisme.

Usages[modifier | modifier le code]

Actuellement, les alliages plomb-étain sont principalement utilisés pour la soudure, interdits dans les boites de conserve où ils ont été sources d'intoxications au plomb, notamment lorsqu'en contact avec des produits acides (citron, concentré de tomate, vinaigre, etc.).
Les proportions des alliages de soudure varient, mais sont environ de 63 %m d'étain pour 37 %m de plomb ; l'alliage peut également contenir du cuivre, de l'antimoine, du bismuth, de l'indium ou de l'argent[1]. Les alliages plomb-étain sont toujours utilisés en grande quantité en facture d'orgue.

L’alliage étain-plomb 60/40 était très employé en électronique pour la soudure sur circuit imprimé, mais l'usage du plomb a été interdit par la directive RoHS. On utilise maintenant de nouveaux alliages à base étain dont la température de fusion est plus élevée.

Santé-environnement[modifier | modifier le code]

La manipulation fréquente de ces produits à main nue, notamment en condition acide, ou sous forme de particule, ou l'inhalation de leurs vapeurs sont dangereuses pour la santé et l'environnement. La combustion de ces alliages (dans les incinérateurs, lors d'incendies) est source de fumées et vapeurs, cendres ou scories toxiques et éventuellement de pollution du sol ou de l'eau (en contexte acide).

Articles détaillés : plomb et Saturnisme.

Autre sens[modifier | modifier le code]

  • « Métal-Blanc » est aussi le nom d'une usine métallurgique de recyclage de plomb, installée à Bourg-Fidèle (France)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Alliages de l'étain », sur http://www.universalis.fr