Acy-Romance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Acy-Romance
Vue du monument aux morts et de l'église.
Vue du monument aux morts et de l'église.
Blason de Acy-Romance
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Ardennes
Arrondissement Rethel
Canton Rethel
Intercommunalité Pays Rethélois
Maire
Mandat
Joseph Afribo
2014-2020
Code postal 08300
Code commune 08001
Démographie
Population
municipale
443 hab. (2011)
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 30′ 07″ nord, 4° 20′ 32″ est
Altitude Min. 67 m – Max. 147 m
Superficie 11,13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte administrative des Ardennes
City locator 14.svg
Acy-Romance

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte topographique des Ardennes
City locator 14.svg
Acy-Romance

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Acy-Romance

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Acy-Romance

Acy-Romance est une commune française, située dans le département des Ardennes en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Protohistoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Site archéologique d'Acy-Romance.
Rasoir d'Acy-Romance au musée de l'Ardenne.

Découvert par prospections aériennes en 1979, le site protohistorique sur le plateau est fouillé à partir de 1983, travaux dirigés par un enfant du pays entre autres, M. Bernard Lambot[1]. Il a d'abord été mis au jour, un habitat, une nécropole, des sépultures, trois sanctuaires, des poteries, des outils, dans différentes parcelles.

Vingt hectares sur un plateau dominant la vallée de l'Aisne à Acy-Romance, fouillés entre 1986 et 2003, révèlent une ville gauloise fondée en 180 av. J.-C. et occupée pendant environ deux siècles. Le plus surprenant est le multi-compartimentage apparent de cette ville qui a pu compter plus d'un millier d'habitants permanents à son apogée. Une place centrale de 3 500 m2 entourée de palissades devait accueillir la vie collective et publique, marchés, assemblées, banquets… Des bâtiments imposants, probablement des temples et des bâtiments à vocation de rassemblement de la population, la bordent au nord-ouest. Trois autres quartiers fonctionnels aux frontières bien délimitées apparaissent aux autres côtés de la place. Ils sont chacun constitués de parcelles individuelles délimitées par des clôtures, de taille plus ou moins variables, portant des maisons et annexes sous forme de granges, greniers, appentis, ateliers.

  • Au nord-est du plateau, le quartier des éleveurs est proche des pâtures et de la rivière par un chemin d'accès direct.
  • Au sud-est, le quartier des artisans montre une diversité d'atelier-magasin.
  • À l'est, le quartier agricole se révèle par des fermes et des greniers, et la proximité des champs les mieux exposés.

Aux extrémités du plateau, huit cimetières bordés chacun par un talus ont permis de retrouver 150 personnes inhumées. Ce n'est qu'une fraction de la population.

Depuis le XIIe siècle[modifier | modifier le code]

Acy, nom primitif de la localité qui adopte au milieu du XVIIIe siècle celui de Romance, nom de la famille qui s'en rendit acquéreur, existait au XIIe siècle[2].

Les fouilles permettent de penser à une civilisation bien antérieure au XIIe siècle. La seigneurie d'Acy appartient dès le Moyen Âge à des seigneurs particuliers. Au XVIIe siècle la seigneurie fut en partie proprièté des Colbert.

En 1750, Hugues-Étienne de Romance, comte d'Auteuil et seigneur de Mesmont, acquiert de Léon de Maugras la seigneurie d'Acy. En 1752, Louis XV, par lettres patentes érige cette terre en marquisat en hommage et marque d'estime à la famille de Romance fidèlement attachée au roi : « Communons et Changeons ledit nom d'Acy en celui de Romance ». Le village prend le nom de Romance.

Il y avait un château qui était « à la portée du canon de la place  »[3] de Rethel. Le 29 décembre 1770, Hugues-Étienne de Romance (mort le ) fait aveu et dénombrement à Jeanne Louis Durfort de Duras, duchesse de Mazarin de la lettre et marquisat de Romance. Un cahier de 50 feuillets avec inventaire, de 1778, fait découvrir la demeure seigneuriale comprenant une riche bibliothèque et œuvres d'art. Le 8 décembre 1790, un arrêté du directoire du district de Rethel autorise la commune à reprendre son ancien nom d'Acy sans que le nom de Romance y figurât.

En 1792, le sieur Godefroy de Romance ne justifiant pas de sa résidence en France, il est décidé de séquestrer les biens du marquis et la marquise de Romance est incarcérée pendant 8 mois. La Révolution détruit le château. Le frère du marquis Germain-Hyacinthe de Romance émigre lui aussi.

Le 12 mai 1831, Le conseil municipal d'Acy proteste contre l'envoi par la préfecture d'un timbre portant le nom de Acy-Romance. Le 29 août de la même année, le roi Louis-Philippe rend une ordonnance à ce sujet et la commune reprend son ancien nom, Acy, jusqu'en 1921.

À partir du 16 février 1922 apparaît dans le registre des délibérations du conseil municipal un timbre officiel portant le nom de Acy-Romance. Le 1er décembre 1951, dans une délibération, le conseil municipal, sur proposition du préfet des Ardennes, décide que l'ancienne désignation de Acy appliquée à la commune sera remplacée par celle de Acy-Romance. Le Premier Ministre signe un décret le 3 avril 1962 dans lequel la commune d'Acy est autorisée dorénavant à porter le nom d'Acy-Romance.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1876   Arnould[4]    
2001 En cours Joseph Afribo DVD Conseiller Général puis Départemental

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Le résultat de l'élection présidentielle de 2012 dans cette commune est le suivant[5] :

Candidat Premier tour Second tour
Voix % Voix %
Eva Joly (EÉLV) 1 0,35
Marine Le Pen (FN) 68 23,61
Nicolas Sarkozy (UMP) 90 31,25 158 57,04
Jean-Luc Mélenchon (FG) 18 6,25
Philippe Poutou (NPA) 0 0,00
Nathalie Arthaud (LO) 1 0,35
Jacques Cheminade (SP) 0 0,00
François Bayrou (MoDem) 25 8,68
Nicolas Dupont-Aignan (DLR) 9 3,13
François Hollande (PS) 76 26,39 119 42,96
Inscrits 338 100,00 338 100,00
Abstentions 44 13,02 41 12,13
Votants 294 86,98 297 87,87
Blancs et nuls 6 2,04 20 6,73
Exprimés 288 97,96 277 93,27

Le résultat de l'élection présidentielle de 2017 dans cette commune est le suivant[6] :

Candidat Premier tour Deuxième tour
% Voix % Voix
Nicolas Dupont-Aignan (DLF) 11,75 37
Marine Le Pen (FN) 28,25 89 44,36 122
Emmanuel Macron (EM) 20,00 63 55,64 153
Benoît Hamon (PS) 3,49 11
Nathalie Arthaud (LO) 0,00 0
Philippe Poutou (NPA) 0,32 1
Jacques Cheminade (SP) 0,00 0
Jean Lassalle (R) 1,59 5
Jean-Luc Mélenchon (LFI) 10,16 32
François Asselineau (UPR) 0,63 2
François Fillon (LR) 23,81 75
Inscrits 375 100,00 375 100,00
Abstentions 50 13,33 58 15,47
Votants 325 86,67 317 84,53
Blancs 7 2,15 29 9,15
Nuls 3 0,92 13 4,10
Exprimés 315 96,92 275 86,75

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2014, Acy-Romance comptait 444 habitants.

Une réforme du mode de recensement permet à l'Insee de publier les populations légales des communes annuellement à partir de 2006. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, les recensements ont lieu tous les cinq ans, les populations légales intermédiaires sont quant à elles estimées par calcul[7]. Le premier recensement exhaustif de la commune entrant dans le cadre de ce nouveau dispositif a eu lieu en 2004[8].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
441 455 432 490 511 588 636 675 625
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
508 486 503 505 488 467 407 341 335
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
310 211 402 333 332 372 803 491 488
1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 - -
479 484 472 443 494 437 444 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Âge de la population[modifier | modifier le code]

La pyramide des âges, à savoir la répartition par sexe et âge de la population, de la commune d'Acy-Romance en 2009[11],[12] ainsi que, comparativement, celle du département des Ardennes la même année[13], sont représentées avec les graphiques ci-dessous. La population de la commune comporte 53,1 % d'hommes et 46,9 % de femmes. Elle présente en 2009 une structure par grands groupes d'âge plus âgée que celle de la France métropolitaine[Note 1]. Il existe en effet 74 jeunes de moins de 20 ans pour cent personnes de plus de 60 ans, alors que pour la France l'indice de jeunesse, qui est égal à la division de la part des moins de 20 ans par la part des plus de 60 ans, est de 1,06. L'indice de jeunesse de la commune est également inférieur à celui du département (1,09) et à celui de la région (1,05)[14].

Pyramide des âges d'Acy-Romance en 2009 en pourcentage[11].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,5 
7,8 
75 à 89 ans
13,7 
17,2 
60 à 74 ans
14,6 
30,6 
45 à 59 ans
24,9 
18,5 
30 à 44 ans
18,0 
12,1 
15 à 29 ans
15,1 
13,8 
0 à 14 ans
13,2 
Pyramide des âges du département des Ardennes en 2009 en pourcentage[13].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,9 
6,2 
75 à 89 ans
10,1 
13,4 
60 à 74 ans
14,3 
21,7 
45 à 59 ans
20,9 
20,3 
30 à 44 ans
19,5 
18,1 
15 à 29 ans
16,3 
20,1 
0 à 14 ans
18,0 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La mairie d'Acy.
  • Village celtique à vocation agricole occupé de 180 av. J.-C.à 20 après.
  • Pierres tumulaires :
    • Derrière le maitre autel : Cy dessous gist messire Philibert de Boutillan en son vivant seig(neur) dacy resson et de saint souplet qui terpassa le premier iour de mars de l'an mil cinq cent et onze[15] sur une pierre blanche ;
    • À droite du maitre autel, sur pierre noire, cy gist Etienne Jean Joseph de Maugras seigneur d'Acy, st Etienne a Arnes, Avancon & decede en son château d'Acy le XV may MDCCXXXIII age de LXIII.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Acy-Romance Blason Écartelé : au 1 d'argent au lion de sable ; aux 2 et 3 d'azur semé de fleurs-de-lis d'or, et au canton d'argent, chargé d'une merlette de sable ; au 4 de gueules à une quintefeuille d'argent (Rietstap, Europe)[16].
Détails Adopté le 24 mai 1991. Armes de la famille De Romance, derniers seigneurs d'Acy.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'âge est la durée écoulée depuis la naissance. Il peut, selon l'Insee, être calculé selon deux définitions : l'âge par génération (ou âge atteint dans l'année ou encore âge en différence de millésimes), qui est la différence entre l'année de collecte de l'information et l'année de naissance, et l'âge en années révolues, qui est l'âge atteint au dernier anniversaire. Par exemple, à la date du 1er janvier 2012, un individu né le est âgé de 81 ans en âge atteint dans l'année et de 80 ans si l'on considère son âge en années révolues.Les résultats du recensement de la population sont désormais présentés en utilisant l'âge en années révolues.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bernard lambot est l'auteur du site de référence : http://www.gaulois.ardennes.culture.fr
  2. Archives départementales des Ardennes, et documents gracieusement prêtés par Mme Désimeur, MM Parisot, Troyon J. Cl., et Husson, extraits des documents relatifs à l'histoire du village, principalement sur la famille Romance.
  3. mémoires du maréchal du Plessis, 1676, p. 350
  4. Almanach économique...et des Ardennes, Matot-Braine, 1877, p233.
  5. Ministère de l'Intérieur - Ardennes (Champagne-Ardenne), « Résultats de l'élection présidentielle de 2012 à Acy-Romance » (consulté le 28 octobre 2014)
  6. Ministère de l'Intérieur - Ardennes (Grand Est), « Résultats de l'élection présidentielle de 2017 à Acy-Romance » (consulté le 5 juillet 2017)
  7. « Le recensement de la population en bref », sur le site de l'Insee (consulté le 11 novembre 2012).
  8. « Calendrier des recensements dans le département des Ardennes », sur le site de l'Insee (consulté le 11 novembre 2012).
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. a et b « Évolution et structure de la population à Acy-Romance », sur www.recensement-2009.insee.fr (consulté le 11 novembre 2012)
  12. « Base de données du recensement 2009 - communes (à télécharger, 22,5 Mo) », sur le site de l'Insee (consulté le 11 novembre 2012).
  13. a et b « Recensement de la population du département des Ardennes en 2009 », sur www.recensement-2009.insee.fr, INSEE (consulté le 11 novembre 2012)
  14. « Bases de données du recensement 2009 - départements et régions (à télécharger, 265 ko) », sur le site de l'Insee (consulté le 11 novembre 2012).
  15. bibliothèque de Rethel, ms. Chéri Pauffin
  16. Armes de la famille Romance : Romance (Champagne, orig. du P. de Liège).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • B. Lambot et P. Meniel, Le site protohistorique d'Acy-Romance (Ardennes). I. L'habitat gaulois (1988-1990). Mémoire de la Société archéologique Champenoise-7, supplément au bulletin n°2, Reims, 1992.
  • B. Lambot, M. Friboulet et P. Meniel, avec la collaboration de L.- P. Delestree, H. Guillot et I. Le Goff, Le site protohistorique d'Acy-Romance (Ardennes)- II, Les Nécropoles dans leur contexte régional (Thugny-Trugny et tombes aristocratiques) 1986-1988-1989. Par. Mémoire de la Société Archéologique Champenoise 8 ; Dossier de Protohistoire 5, Reims 1994.
  • B. Lambot, « Les Rèmes à la veille de la romanisation. Le Porcien au Ier siècle avant J.-C. », Rev.arch. Picardie, 11, 1996, p.  13-38 Lire en ligne sur Persée
  • B. Lambot, P. Méniel, J. Metzler, « À propos des rites funéraires à la fin de l'âge du fer dans le nord-est de la Gaule », Bulletins et mémoires de la société d'anthropologie de Paris, 8-3-4, 1996, p. 329-343 Lire en ligne sur Persée
  • B. Lambot, « Essai d'approche démographique du site de la Tène finale d'Acy-Romance (Ardennes) », Revue archéologique de Picardie, 1-2, 1998, p. 71-84 Lire en ligne sur Persée
  • S. Verger, Rites et espaces en pays celte et méditerranéen. Étude comparée à partir du sanctuaire d'Acy-Romance (Ardennes, France), Collection de l'École française de Rome, 276, Rome, 2000.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]