Reine Malouin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Reine Malouin
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Reine Malouin (1898-1976), née Reine Voiselle, est une écrivaine québécoise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est originaire de Québec. Elle a commencé à publier dans les journaux à l'âge de dix-huit ans et elle n'a jamais cessé d'écrire[1]. En 1936 elle reçoit le premier Grand prix de l'Académie de la Ballade française et des Poèmes à forme fixe, concours ouvert à des écrivains de toute la francophonie[2]. Elle est l'auteur de sketches pour la radio, de romans, de pièces de théâtre et de quelques essais et nouvelles. Elle a publié 23 ouvrages[3].

Reine Malouin s'est aussi engagée dans des organismes littéraires et nationaux tels que la Société des poètes canadiens-français, dont elle sera un temps la présidente, et l'Académie canadienne-française. Elle s'intéresse aussi à l'histoire, publiant en 1955 un premier ouvrage sur la seigneurie de Notre-Dame-des-Anges, puis en 1972, Charlesbourg 1660-1949. C'est d'ailleurs à Charlesbourg que réside l'auteur pendant de nombreuses années.

Elle était mariée à Adalbert Malouin[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • 1939: Les Murmures (poésie)
  • 1942: À travers la vie
  • 1942: Au temps jadis, théâtre historique
  • 1946: Tâches obscures (nouvelles)
  • 1950: Inviolata (poésie)
  • 1954: Cet ailleurs qui respire (roman)
  • 1955: La Seigneurie Notre-Dame-des-Anges, Société historique de Québec
  • 1957: Le Conseil de la vie française en Amérique, historique, Éditions Ferland
  • 1957: Profonds destins (roman)
  • 1958: J'ai choisi le malheur (roman)
  • 1958: Vertige (roman)
  • 1960: La Prairie au soleil (roman historique)
  • 1961: Ce matin, le soleil, réédition chez Fides
  • 1962: Fier passé oblige, discours et documents, Société historique
  • 1962: Où chante la vie (roman)
  • 1964: Signes perdus (poésie)
  • 1967: La Poésie, il y a cent ans, 1860-1890, (essai et anthologie), Éditions Garneau
  • 1967: Mes racines sont là (poésie)
  • 1968: Princesse de nuit (roman)
  • 1971: Sphère armillaire (poèmes en prose), Éditions Cosmos
  • 1973: Il était une fois... des poètes, 1923-1973, histoire de la Société des Poètes
  • 1973: Charlesbourg 1660-1949, Éditions La Liberté
  • Haïti, l'île enchantée (voyage)[1]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 1936: Grand prix de l'Académie de la Ballade française et des Poèmes à forme fixe, pour Les Murmures
  • 1946: Prix Raymond Casgrain de l'Université Laval, pour Tâches obscures
  • 1961: Prix Montcalm à Paris, pour La Prairie au soleil
  • 1967: Prix de poésie du Centenaire de la confédération, pour Mes racines sont là
  • 1967: Prix Du Maurier, pour Mes racines sont là

Hommage[modifier | modifier le code]

Le mont Reine-Malouin, surplombant le quartier de Bourg-Royal dans l'arrondissement de Charlesbourg, a été nommé en son honneur, ainsi que la salle d'exposition de la bibliothèque de Charlesbourg[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Reine Malouin, Charlesbourg 1660-1949, Québec (Canada), Éditions La Liberté, , 223 p.
  2. Franchise et sincérité , tiré de la préface de l'ouvrage Les Murmures de Reine Malouin
  3. Rue Malouin, répertoire des toponymes, ville de Québec
  4. Site du réseau des bibliothèques de Québec

Liens externes[modifier | modifier le code]