Abbaye Sainte-Marie de Berteaucourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Berteaucourt (homonymie).
L'abbaye Sainte-Marie de Berteaucourt ne doit pas être confondue avec l'abbatiale de Berteaucourt-les-Dames, qui est l'église principale de l'abbaye.

Abbaye de Berteaucourt-les-Dames
Logis et église abbatiaux, Berteaucourt-les-Dames.
Logis et église abbatiaux, Berteaucourt-les-Dames.

Ordre bénédictine
Fondation 1094
Fermeture 1790
Diocèse Amiens
Fondateur Gauthier de Pontoise
Dédicace Sainte-Marie
Personnes liées Gabrielle d'Estrées
Protection Logo monument historique Classé MH (1840, église (édifice))
Logo monument historique Classé MH (1995, logis abbatial)
Localisation
Emplacement Berteaucourt-les-Dames (Somme)
Pays Drapeau de la France France
Coordonnées 50° 02′ 55″ nord, 2° 09′ 31″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de Berteaucourt-les-Dames

Géolocalisation sur la carte : Somme

(Voir situation sur carte : Somme)
Abbaye de Berteaucourt-les-Dames

L’abbaye Sainte-Marie était une abbaye de religieuses bénédictines située à Berteaucourt-les-Dames dans le département de la Somme en Picardie.

Historique[modifier | modifier le code]

La tradition orale rapporte que Gauthier de Pontoise, abbé de l'abbaye Saint-Martin de Pontoise, vit en songe la Vierge qui lui demandait de fonder un monastère de moniales. Vers 1092, il vint sur les bords de la Nièvre en 1094 où il fonda un ermitage et fit jaillir une source, l'actuelle source Saint-Gautier[1]. Les pèlerins affluèrent. Gauthier retourna à Pontoise et y mourut en 1099.

Deux femmes, Heleguide (ou Elvige, ou bien Helchide) et Godelande (ou Godelinde), reprirent le flambeau et obtinrent en 1095 l'investiture canonique de l'évêque d'Amiens Gervin.

En 1108, la seconde abbesse obtint confirmation des privilèges et possessions de l'abbaye par Godefroy, évêque d'Amiens.

En 1176, une bulle du pape Alexandre III confirmait l'existence, les biens et privilèges de l'abbaye.

L'abbesse était seigneur de Berteaucourt et avait droit de basse, moyenne et haute justice. Au XVIe siècle, l'abbaye fut soumise au régime de la commende. Le roi Henri IV nomma Angélique d'Estrées, sœur de Gabrielle d'Estrées, abbesse de Berteaucourt, ainsi pouvait-il rendre visite à sa maîtresse logeant dans l'abbaye de sa sœur[2].

À la veille de sa disparition, l'abbaye possédait des biens dans une cinquantaine de paroisses. Les revenus de l'abbaye s'élevaient à plus de 8 000 livres. Elle possédait une rente de l'hôtel de ville de Paris d'un capital de 2 500 livres en 1714. Les abbesse jouissaient d'une grande popularité parmi les habitants des environs à cause des aumônes et autres libéralités qu'elles distribuaient[2].

Déclarée bien national à la Révolution, les biens de l'abbaye furent mis en vente le . En 1823, une offre de vente prouve que la plus grande partie de l'abbaye était toujours debout. De nombreux bâtiments furent détruits par la suite, et la moitié de l'église abbatiale fut démolie, l'autre moitié servant désormais d'église paroissiale[2].

Postérité de l'abbaye[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, les frères Duthoit réalisèrent de nombreux dessins de l'église et des vestiges de l'abbaye qui sont conservés à Amiens au musée de Picardie.

Le logis abbatial, construit dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, appelé l'hostellerie, laissé longtemps à l'abandon fut restauré en 2006-2007 après une tempête qui l'endommagea. Les façades sont de belle facture, ordonnancées par des pilastres à refends, des chaînes d'angles et des bandeaux horizontaux, l'appareillage est très soigné[3].

L’intérieur est ruiné mais subsistent encore un four à pain et une vaste salle. Une partie du mur d'enceinte de l'abbaye est encore visible.

Bâtiments[modifier | modifier le code]

Église[modifier | modifier le code]

  • Église abbatiale Notre-Dame de Berteaucourt-les-Dames, dite aussi Saint-Marie.

Abbesses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lucien Groué, Aux sources de la Nièvre en Picardie, Abbeville, Paillart, , « Abbaye de Berteaucourt ».
  2. a, b et c M. Goubron, Notices géographiques et historiques sur la commune de Berteaucourt-les-Dames, manuscrit, Archives départementales de la Somme, 1897.
  3. Notice no PA00135578, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  4. « Monument funéraire d'Antoinette de Halluin », in Inventaire général du patrimoine culturel régional des Hauts de France.
  5. Arbre généalogique de François de Surville sur geneanet.
  6. Jacqueline Boucher, Deux épouses et reines à la fin du XVIe siècle, Université de Saint-Etienne, 1995, p.132.
  7. A. Declozeau, Gabrielle d'Estrées…, Paris, 1889, pp.4-7.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Florence Charpentier et Xavier Daugy, Sur le chemin des abbayes de Picardie, histoire des abbayes picardes des origines à nos jours, Amiens, Encrage Édition, 2008 (ISBN 978 - 2 - 911 576 - 83 - 6).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Jacques Fouré, « Abbaye de Berteaucourt les Dames » (consulté le 20 janvier 2008)