Pastèque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Citrullus lanatus

La pastèque (Citrullus lanatus (Thunb.) Matsum. & Nakai, 1916), aussi appelée melon d'eau, est une espèce de plantes herbacées de la famille des Cucurbitacées, originaire d'Afrique de l'Ouest[1], largement cultivée pour ses gros fruits lisses, à chair rouge, jaune, verdâtre ou blanche et à graines noires ou rouges. Le terme désigne également ce fruit. Le fruit pèse généralement, à maturité, entre 2 et 5 kg.

Il faut distinguer la pastèque consommable crue de la pastèque à confiture ou « citre » qui doit être cuite. Cette dernière est aussi communément appelée « courge gigérine » ou « courge barbarine » dans le sud de la France et « melons de Moscovie » en Charentes.

Dénominations[modifier | modifier le code]

Pastèque

Elle est appelée anguria ou cocomero en italien, sandía en espagnol, melancia en portugais, síndria en catalan, بطّيخ (battikh) en arabe (au Maghreb دلّاع, dallaâ, d’où adella’ en chleuh, tadellaât en kabyle), арбуз (arbouz) en russe, καρπούζι (karpouzi) en grec moderrne, karpuz en turc, tarbuz en hindi, هندوانه (handevaneh) en persan, ou encore chinois : xigua en mandarin, d'où suika (スイカ?) en japonais[2]. Les termes en anglais, en allemand et en néerlandais se traduisent littéralement « melon d’eau » : respectivement : watermelon, Wassermelone et watermeloen.

À La Réunion (département français dans l'océan Indien), la pastèque était appelée « melon ». Cette appellation vient du fait que ce fruit a été introduit pour la première fois dans l'île par des navigateurs anglais au milieu du XIXe siècle. Pastèque se disant watermelon en anglais, les insulaires, ne connaissant pas encore à l'époque le melon (cucumis melo), ont tout naturellement désigné la pastèque par le vocable « melon ». Par la suite, au début du XXe siècle, quand les métropolitains[Qui ?] leur ont fait découvrir le melon, l'appellation « melon de France » a été adoptée. Cette terminologie est toujours employée par certains Réunionnais plus âgés.

De même, on appelle les pastèques à confiture : « melons de Moscovie » ou « melons d'eau » en Charentes. Les « melons d'Espagne » à Bordeaux et en Périgord désignent le melon jaune, ou cantaloup.

Au Québec, le nom melon d'eau est utilisé.

Explication du nom scientifique[modifier | modifier le code]

Lanatus signifie laineux, en référence aux longs poils blancs qui recouvrent les tiges de la pastèque[3].

Description[modifier | modifier le code]

Aspect général[modifier | modifier le code]

La pastèque est une plante annuelle à tiges rampantes, pourvues de longs poils blancs, pouvant atteindre trois mètres de long.

Feuilles[modifier | modifier le code]

Les feuilles, de forme généralement triangulaire, sont très découpées, avec des lobes arrondis, profondément incisés mais aux sinus également arrondis. Certaines sont transformées en vrilles permettant à la plante de s'accrocher et de grimper sur des supports variés.

Fleurs[modifier | modifier le code]

Les fleurs, à corole jaune pâle sont, comme sur la plupart des cucurbitacées soit mâles, soit femelles, mais toutes sont présentes sur le même pied (plante monoïque).

Fruits[modifier | modifier le code]

Les fruits sont des baies particulières, des péponides, de forme sphérique, plus ou moins oblongue, de couleur vert foncé souvent marbré de blanc.

Leur « diamètre » est de 30 à 60 cm et leur poids peut aller de 3 à 4 kg pour la variété Sugar Baby jusqu'à 40 kg pour la variété Yellow Belly. La chair de la pastèque à confiture est verdâtre et contient des graines rouges. Le melon d'eau contient jusqu'à 92,7 % d'eau (90,9 % en moyenne)[4]. Il est très désaltérant et peu calorique.

Culture[modifier | modifier le code]

Les pastèques sont des plantes tropicales ou subtropicales et ont besoin de températures supérieures à 25 °C pour prospérer. À l'échelle du jardin, les graines sont généralement semées en godet au chaud et transplantées dans un sol sableux bien drainé avec un pH compris entre 5,5 et 7 et des niveaux moyens d'azote.

Les principaux ravageurs de la pastèque sont les pucerons, les mouches des fruits et les nématodes à galles. Dans des conditions d'humidité élevée, les plantes sont sujettes à des maladies des plantes telles que l'oïdium et le virus de la mosaïque. Raison pour laquelle, en Afrique, on les sème en fin de saison des pluies (septembre ou octobre).

Certaines variétés souvent cultivées au Japon et dans d'autres parties de l'Extrême-Orient sont sensibles au flétrissement causé par des Fusarium. Le greffage de ces variétés sur des porte-greffes résistants aux maladies offre une protection.

Pollinisation des variétés sans pépin[modifier | modifier le code]

Le département américain de l'Agriculture recommande d'utiliser au moins une ruche par acre (4 000 m2 par ruche) pour la pollinisation des variétés conventionnelles. Les hybrides sans pépins ont du pollen stérile. Cela nécessite de planter des rangées de variétés de pollinisateurs avec du pollen viable. Étant donné que l'approvisionnement en pollen viable est réduit et que la pollinisation est beaucoup plus critique pour produire la variété sans pépins, le nombre recommandé de ruches par acre (densité de pollinisateur) augmente à trois ruches par acre (1300 m2 par ruche). Les pastèques ont une période de croissance prenant au minimum 85 jours à partir du moment de la transplantation pour que le fruit mûrisse correctement.

Pastèque cubique[modifier | modifier le code]

Pastèque cubique au Japon.

Au Japon, des agriculteurs de la ville de Zentsūji dans la préfecture de Kagawa ont trouvé un moyen de produire des pastèques cubiques en faisant pousser les fruits dans des bocaux en verre, la croissance du fruit suivant alors naturellement la forme du récipient[5]. Cette forme rend le fruit plus facile à empiler et à stocker, cependant, la récolte étant effectuée bien avant la maturité, ces fruits ne sont pas comestibles mais sont utilisés comme plantes ornementales, et leur prix est beaucoup plus élevé que celui d'une pastèque normale (10 000 yens l'unité soit un peu plus de 80 euros)[6].

Des pastèques en forme de pyramide ont également été développées et toute forme polyédrique peut potentiellement être utilisée.

Variétés[modifier | modifier le code]

Plus de 480 variétés sont inscrites au Catalogue européen des espèces et variétés, 31 variétés sont inscrites au Catalogue officiel français dont 4 sur la liste SVI (anciennes variétés pour amateurs). Parmi celles-ci on trouve :

  • À graines rouges à confire à chair verte
  • Alana
  • Catherine
  • Céline
  • Crispeed
  • Gamus Zeinebis
  • Kadija
  • Lusia
  • Moon and Stars
  • Orangeglo
  • Paladin
  • Sugar Baby

La pastèque Fashion est une variété sans pépins qui est le résultat d'un croisement forcé entre une variété tétraploïde (produite par traitement à la colchicine) et une variété diploïde, ce qui donne une variété triploïde ayant la particularité d'être sans pépins et stérile[7].

Il existe également des variétés-populations de pastèques à confiture appelées citre ou gigérine, cultivées au Japon et dans le Sud de l'Europe.

Origine et distribution[modifier | modifier le code]

Bien que la pastèque soit originaire d'Afrique de l'Ouest[1], on a longtemps pensé que son origine était sud-africaine, en particulier de la région du Kalahari où plusieurs espèces du genre Citrullus poussent naturellement. Cette erreur vient du fait que le type de la pastèque (Citrullus lanatus), préparé par le collecteur linnéen Carl Peter Thunberg, a été victime d'une erreur d'identification il y a plus de 80 ans[Quand ?]. C'est en séquençant l'ADN de ce spécimen que Chomicki et Renner[1] se sont rendu compte qu'il ne s'agissait pas d'une réelle pastèque, mais d'une autre espèce.

La culture de la pastèque est très ancienne et attestée dans l'Égypte antique, il y a plus de cinq mille ans. Elle s'est répandue sur les bords de la Méditerranée puis dans l'ensemble des pays chauds.

Phylogénie et évolution[modifier | modifier le code]

Pastèque marocaine.

La pastèque (Citrullus lanatus) fait partie du genre Citrullus, qui contient sept espèces[1] :

  • Citrullus lanatus (Thunb.) Matsum. & Nakai, la pastèque
  • Citrullus mucosospermus (Fursa) Fursa
  • Citrullus amarus Schrad., la pastèque à confiture
  • Citrullus ecirrhosus Cogn.
  • Citrullus rehmii De Winter
  • Citrullus colocynthis (L.) Schrad.
  • Citrullus naudinianus (Sond.) Hook.f.

L'espèce la plus proche de la pastèque (Citrullus lanatus) est Citrullus mucosospermus, une espèce provenant d'Afrique de l'Ouest. Ces différentes espèces ont divergé il y a environ trois millions d'années[1].

Pastèque crue
Valeur nutritionnelle moyenne
pour 100 g
Apport énergétique
Joules 125,52 kJ
(Calories) (30 kcal)
Principaux composants
Glucides 7,55 g
Amidon ? g
Sucres 6,2 g
Fibres alimentaires 0,4 g
Protéines 0,61 g
Lipides 0,15 g
Eau 91,45 g
Minéraux et oligo-éléments
Calcium 7 mg
Fer 0,24 mg
Magnésium 10 mg
Phosphore 11 mg
Potassium 112 mg
Sodium 1 mg
Zinc 0,1 mg
Vitamines
Vitamine C 8,1 mg
Acides aminés
Acides gras

Source : USDA

Nutrition[modifier | modifier le code]

Composée à 90,9 % d'eau en moyenne[4], avec des propriétés hydratantes, la pastèque est faible en matières grasses et ne contient pas de cholestérol. Elle contient de nombreux éléments intéressants d'un point de vue nutritionnel, comme la citrulline, qui sert à synthétiser un autre acide aminé capital dans l'organisme, l'arginine, celle-ci jouant un rôle clé dans la division cellulaire, la cicatrisation et l'élimination de l'ammoniaque.

La pastèque est surtout réputée pour être riche en antioxydants. Elle contient également quelques vitamines (vitamine C, vitamine B1, vitamine B6 et vitamine A).

Maturité[modifier | modifier le code]

Le poids est un indice de maturité, elle doit donc être lourde. Elle doit sonner creux quand on la frappe légèrement. Sur la plante, elle doit être cueillie dès que la vrille opposée à son pédoncule est complètement sèche : c'est le signe de sa maturité.


Pastèque à confiture[modifier | modifier le code]

Cette pastèque est essentiellement connue des amateurs. C'est un classique des cuisines familiales provençale et charentaise pour la fabrication de confitures[8].

La maturation de la pastèque à confiture dure tout l'été ; elle doit être cueillie à l'automne avant les premiers frimas et mise à l'abri où elle peut continuer à mûrir tout l'hiver.

Production[modifier | modifier le code]

Production en tonnes. Chiffres 2018-2019.
Données de FAOSTAT (FAO). Base de données de la FAO, accès du 21 février 2021.

Drapeau de la République populaire de Chine Chine 61 755 746 61 % 60 861 241 60 %
Drapeau de la Turquie Turquie 4 031 174 4 % 3 870 515 4 %
Drapeau de l'Inde Inde 2 520 000 2 % 2 495 000 2 %
Drapeau du Brésil Brésil 2 244 001 2 % 2 278 186 2 %
Drapeau de l'Algérie Algérie 2 095 757 2 % 2 206 866 2 %
Drapeau de l'Iran Iran 1 459 698 2 % 1 930 692 2 %
Drapeau de la Russie Russie 1 969 954 2 % 1 785 277 2 %
Drapeau des États-Unis États-Unis 1 771 051 1 % 1 680 514 1 %
Drapeau de l'Égypte Égypte 1 431 919 1 % 1 583 918 1 %
Drapeau du Mexique Mexique 1 472 459 1 % 1 345 705 1 %
Drapeau du Kazakhstan Kazakhstan 1 248 613 1 % 1 340 993 1 %
Drapeau de l'Ouzbékistan Ouzbékistan 1 836 959 1 % 1 232 460 1 %
Drapeau de la République socialiste du Viêt Nam Viêt Nam 1 200 104 1 % 1 227 846 1 %
Drapeau de l'Espagne Espagne 1 092 400 1 % 1 200 090 1 %
Drapeau du Sénégal Sénégal 1 172 772 1 % 1 190 481 1 %
Autres pays 9 635 433 7 % 9 577 651 9 %
Total 100 458 926 100 % 100 414 933 100 %

Usage symbolique[modifier | modifier le code]

Carte postale raciste datée de 1909

Aux États-Unis, la pastèque est associée au racisme envers les Afro-Américains. Après la guerre de Sécession, des cartes postales montrant des Noirs américains se gorgeant de pastèques sont devenues extrêmement populaires. Une fois qu'ils sont devenus libres, de nombreux noirs ont en effet gagné leur vie en cultivant et en vendant des pastèques. Le fruit était donc un symbole de liberté.

« Comme les blancs du sud se sont sentis menacés par la libération des noirs, ils ont répondu en faisant de ce fruit un symbole de leurs stéréotypes sur la saleté, la paresse et la puérilité des noirs », explique William Black, doctorant en histoire à Rice University[9].

Nature morte avec pastèque et pommes (Luis Egidio Meléndez)

Le sénat de l’Oklahoma a voté une loi le déclarant la pastèque comme son légume officiel, parce que l’un de ses villages (Rush Springs) organise un festival de la pastèque chaque année. Bien que des sénateurs aient objecté que la pastèque est définie par les dictionnaires comme étant un fruit, la loi est adoptée, d’autres sénateurs expliquant que la courge et le concombre, membres de la même famille de végétaux, sont cuisinés comme des légumes : la définition des fruits et des légumes n'était ici, selon eux, qu'élargie[10],[11].

Utilisé dans le milieu du spectacle depuis le début des années 1990, le terme « pastèque » désigne une tâche fastidieuse à accomplir.[réf. nécessaire]

La pastèque (melancia en portugais) est aussi le sobriquet donné au groupe politique portugais Coalition démocratique unitaire, qui réunit les communistes et les écologistes (vert dehors, rouge dedans).[réf. nécessaire]

Utilisations récréatives[modifier | modifier le code]

Le ski en pastèques est une activité récréative proposée en Australie lors du Chinchilla Melon Festival[12],[13].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a b c d et e (en) Guillaume Chomicki et Susanne S. Renner, « Watermelon origin solved with molecular phylogenetics including Linnaean material: another example of museomics », New Phytologist, vol. 205,‎ , p. 526–532 (ISSN 1469-8137, DOI 10.1111/nph.13163, lire en ligne, consulté le )
  2. Michel Pitrat et Claude Faury, Histoires de légumes : des origines à l'orée du XXIe siècle, Paris, INRA Editions, , 410 p. (ISBN 2-7380-1066-0, lire en ligne), p. 293-309.
  3. « PASTÈQUE », sur herbier-guyane.ird.fr (consulté le )
  4. a et b « Pastèque, pulpe, crue », sur ciqual.anses.fr (consulté le )
  5. (en) Square fruit stuns Japanese shoppers sur BBC News, 15 juin 2001
  6. (en-US) « Cube watermelon shipments begin in Kagawa », The Japan Times Online,‎ (ISSN 0447-5763, lire en ligne, consulté le )
  7. (es) “EVALUACIÓN COMPARATIVA EN CULTIVO DE SANDÍA TRIPLOIDE CV. FASHION DE DOS POLINIZADORES, POLINIZADOR CONVENCIONAL CV. JENNY Y DESECHABLE SP4”
  8. « Qu’est-ce que la méréville ? (citre, gigérine, pastèque blanche, pastèque à confiture,…) », sur Jujube en cuisine, (consulté le )
  9. Pourquoi la pastèque est un symbole raciste aux Etats-Unis ? Slate.fr - 09.12.2014
  10. « Oklahoma Declares Watermelon Its State Vegetable »
  11. « Fruit or Vegetable? ».
  12. « Le ski en pastèques, une nouvelle discipline créée en Australie », sur la1ere.francetvinfo.fr, (consulté le )
  13. « MELON EVENTS », sur melonfest.com.au (consulté le )
  14. Ph. Fr. Na. Fabre d'Églantine, Rapport fait à la Convention nationale dans la séance du 3 du second mois de la seconde année de la République Française, p. 30.

Liens externes[modifier | modifier le code]