Baleinière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un bateau ou un navire
Cet article est une ébauche concernant un bateau ou un navire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Une copie d'une baleinière traditionnelle au Musée maritime Mystic Seaport (Connecticut, États-Unis)

La baleinière est une embarcation longue et fine, souvent dénommée pirogue baleinière, qui était utilisée pour la chasse à la baleine au harpon jusqu'au début du 20ème siècle, principalement par les navires américains de Nantucket ou New Bedford (côte Est des États-Unis), et même jusqu'aux années 1970 à partir des îles des Açores (Quelques baleines et autres cétacés sont toujours harponnées à la main de nos jours, par des peuples traditionnels, en Arctique ou en Asie, mais le plus souvent à partir d'embarcations désormais motorisées). Les pirogues baleinières étaient donc des embarcations légères et pointues des deux extrémités, de façon à pouvoir progresser également en arrière à l'aviron lors de la dernière approche du cétacé pour la mise à la mort. Très rapides à la voile mais aussi à l'aviron, des pagaies étaient également à bord pour les manœuvres plus rapprochées ou pour augmenter la vitesse à la voile (spécialement aux Açores).

Une fois tuée, la baleine était remorquée vers le (navire) baleinier, ou bien celui-ci s'en rapprochait, pour la phase de dépeçage et de fonte de la graisse afin d'en extraire l'huile. C'était avant l'ère du pétrole, dont on peut dire que la découverte et l'utilisation a contribué à sauver les derniers grands cétacés.

Baleinière au premier plan

Le terme de baleinière est également utilisé pour désigner les embarcations de sauvetage sous bossoirs.

Dans le bassin du Congo[modifier | modifier le code]

En République démocratique du Congo et en République centrafricaine, le terme est employé pour désigner des péniches, bateaux à fond plat, fluviaux ou lacustres navigant sur le fleuve Congo ou ses affluents.

Sport[modifier | modifier le code]

Dans l'ouest de la France, le groupement de baleinières de Vendée organise chaque année un championnat. Cinq club à aujourd'hui concourent à la force des bras. Cette année (?) le club des Ovalies de la mer à relancé une course mythique de près de 4h30 d'effort. En reliant l'ile d'Yeu à Saint Gilles croix de Vie, l'effort de tous ces rameurs a été récompensé par une foule rassemblée en masse sur la jetée.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Plusieurs musées maritimes français exposent une baleinière des Açores.

Une association bretonne a construit une baleinière ''américaine'', la Stérenn (''étoile'' en langue bretonne), mise à l'eau le 24 mai 1998 à Lanester (Morbihan). Il s'agit d'une réplique, en bois-composite, des baleinières embarquées sur les baleiniers américains, dont quelques-uns avaient embarqué des équipages français et établi des comptoirs temporaires à Dunkerque, Lorient ou La Rochelle, à la fin du XVIIIe siècle (http://sterenn56.free.fr)

Un projet culturel important se déroule au pays basque, pays d'histoire de la chasse à la baleine, avec la reconstruction du baleinier San Juan commencée en 2015 (https://vimeo.com/99028723) par l'association Albaola à Pasaïa.

Notes et références[modifier | modifier le code]