Élections générales québécoises de 1960

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Élections générales québécoises de 1960
Type d’élection Élection législative
Postes à élire 95 députés
Corps électoral et résultats
Inscrits 2 608 439
Votants 2 130 207
81,66 %  +3,3
Votes exprimés 2 096 586
Votes nuls 33 621
Jean Lesage avocat.jpg PLQ – Jean Lesage
Voix 1 077 135
51,38 %
 +6,5
Sièges obtenus 51  +31
Antonio Barrette.png UN – Antonio Barrette
Voix 977 318
46,61 %
 −5,2
Sièges obtenus 43  −29
Assemblée nationale
Diagramme
Premier ministre
Sortant Élu
Antonio Barrette
UN
Jean Lesage
PLQ

L'élection générale québécoise de 1960 (la 26e élection générale depuis la confédération canadienne de 1867) se déroule le afin d'élire les députés de la 26e législature à l'Assemblée législative de la province de Québec (Canada). Le gouvernement de l'Union nationale, dirigé par Antonio Barrette, est défait par le Parti libéral du Québec de Jean Lesage, qui forme un gouvernement majoritaire.

Ce fut l'une des élections les plus marquantes de l'histoire du Québec. L'élection de 1960 met un terme à 16 ans de gouvernement par l'Union nationale et marque le début de la Révolution tranquille, qui transforme la société québécoise au cours des années 1960.

Contexte[modifier | modifier le code]

Le 31 mai 1958, Jean Lesage, ministre libéral à Ottawa, est choisi comme nouveau chef du Parti libéral, lors d'un congrès à la chefferie.

Quelques jours plus tard, le journal Le Devoir révèle le scandale boursier dit « du gaz naturel », dans lequel huit ministres du gouvernement sont impliqués.

Le 7 septembre 1959, le premier ministre Maurice Duplessis meurt à Schefferville lors d'une visite dans cette ville minière du Nord québécois. Trois jours plus tard, les membres du cabinet choisissent Paul Sauvé pour lui succéder comme premier ministre. Sauvé entreprend ses « cents jours » de changement sous le slogan « désormais », déterminé à moderniser la machine de l'État après des années de stagnation sous Duplessis.

Puis, le 2 janvier 1960, le nouveau premier ministre meurt subitement à son tour à Saint-Eustache dans sa circonscription de Deux-Montagnes. Le 7 janvier, Antonio Barrette est choisi comme premier ministre ; en entrant dans l'élection, l'Union nationale est désorganisée, ayant eu trois chefs en moins d'un an.

Le 18 mars 1960, deux circonscriptions sont ajoutées, faisant passer le nombre à 95. L'une d'elles porte le nom de Duplessis, en l'honneur de celui qui est mort seulement six mois plus tôt, mais aucun candidat de l'Union nationale ne remporte jamais cette circonscription.

Slogans[modifier | modifier le code]

Dates importantes[modifier | modifier le code]

  • 27 avril 1960 : émission du bref d'élection.
  • 22 juin 1960 : scrutin
  • 20 septembre 1960 : ouverture de la session.

Résultats[modifier | modifier le code]

Libéral Union nationale Indépendant
51 sièges 43 sièges 1 siège
^
majorité

Résultats par parti politique[modifier | modifier le code]

élections précédentes • Résultats des élections générales de 1960 • élections suivantes
Partis Chef Candidats Sièges Voix
1956 diss. Élus +/- Nb % +/-
     Libéral Jean Lesage 95 20
-
51 +31 1 077 135 51,4 % +6,53 %
     Union nationale Antonio Barrette 95 72
-
43 -29 977 318 46,6 % -5,19 %
     Union nationale indépendant 22
-
-
-
-
10 531 0,5 % +0,28 %
     Libéral indépendant 20
-
-
-
-
8 208 0,4 % 0,15 %
     Communiste 2
-
-
-
-
536 0 % -
     Libéral républicain 1
-
-
-
-
188 0 % -
     Social démocratique 1
-
-
-
-
166 0 % -0,59 %
     Capital familial 1
-
-
-
-
144 0 % +0,00 %
     Union nationale ouvrier 1
-
-
-
-
134 0 % -0,02 %
     Ouvrier 1
-
-
-
-
50 0 % -0,07 %
     Indépendant 14 1
-
1
-
22 187 1,1 % -0,74 %
Total 253 93 95   2 096 597 100 %  
Le taux de participation lors de l'élection était de 81,7 % et 33 510 bulletins ont été rejetés.
Il y avait 2 608 439 personnes inscrites sur la liste électorale pour l'élection.
Source : Pierre Drouilly, Statistiques électorales du Québec. 1867-1989, Québec,
Assemblée nationale du Québec, , 3e éd., 962 p. (ISBN 2-551-12466-2)

Résultat par circonscription[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]