Gratot

From Wikipédia
Jump to: navigation, search
Gratot
Le château et l'église.
Le château et l'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Manche
Arrondissement Coutances
Canton Saint-Malo-de-la-Lande
Intercommunalité Communauté de communes du Canton de Saint-Malo-de-la-Lande
Maire
Mandat
Rémi Bellail
2014-2020
Code postal 50200
Code commune 50219
Démographie
Gentilé Gratotais
Population
municipale
659 hab. (2011)
Densité 61 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 03′ 57″ N 1° 29′ 11″ O / 49.0658333333, -1.4863888888949° 03′ 57″ Nord 1° 29′ 11″ Ouest / 49.0658333333, -1.48638888889  
Altitude Min. 33 m – Max. 147 m
Superficie 10,73 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de Manche
City locator 14.svg
Gratot

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de Manche
City locator 14.svg
Gratot

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gratot

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gratot

Gratot est une commune française, située dans le département de la Manche en région Basse-Normandie, peuplée de 659 habitants[Note 1] (les Gratotais).

Géographie[edit | edit source]

Communes limitrophes de Gratot[1]
Boisroger,
Blainville-sur-Mer
Brainville, La Vendelée La Vendelée,
Monthuchon
Saint-Malo-de-la-Lande Gratot[1] Coutances
Saint-Malo-de-la-Lande,
Tourville-sur-Sienne
Tourville-sur-Sienne Coutances,
Bricqueville-la-Blouette

Histoire[edit | edit source]

  • Le village, une baronnie, est la seigneurie des Gratot, puis des Creuilly au XIIe siècle.
  • Seigneurie des Argouges de 1251 à 1771.
  • Le domaine est érigé en marquisat au XVIIe siècle.

Entre 1795 et 1800, Gratot (601 habitants en 1793) absorbe Le Homméel (379 habitants)[2].

Politique et administration[edit | edit source]

Mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2008 Jacky Robiolle SE Enseignant
mars 2008 en cours Rémi Bellail[3] SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et quatre adjoints[3].

Démographie[edit | edit source]

En 2011, la commune comptait 659 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
601 609 1 029 968 1 000 940 925 854 803
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
794 826 825 767 754 668 635 631 607
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
568 557 506 455 475 476 473 527 490
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
423 412 385 444 581 612 649 660 659
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Absorbée entre 1795 et 1800, la commune du Homméel avait 379 habitants en 1793[6]

Économie[edit | edit source]

Lieux et monuments[edit | edit source]

  • Château de Gratot : château du XIVe et XVIIIe siècles, classé Monument historique[7] (communs du XVIe siècle, logis en équerre, la tour de la fée du XVIe siècle).
  • Manoir de Chanteloup : édifice du XVIe siècle.
  • Église Notre-Dame des XVe et XVIe siècles, inscrite aux Monuments historiques.
  • Ermitage Saint-Gerbold du XVe siècle, l'un des derniers ermitages bâtis existants encore en France, classé aux Monuments historiques.
  • Église du Homméel.
  • Musée d'exposition, « 8 siècles de vie ».


Activité et manifestations[edit | edit source]

Personnalités liées à la commune[edit | edit source]

Voir aussi[edit | edit source]

Notes et références[edit | edit source]

Notes[edit | edit source]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[edit | edit source]

  • Altitudes, coordonnées, superficie : IGN[8].
  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Gratot », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 23 février 2009) , et fiche liée (Le Homméel).
  3. a et b Réélection 2014 : « Gratot (50200) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 30 mai 2014)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Le Homméel », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 14 septembre 2011)
  7. « Ancien château », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  8. « Gratot sur le site de l'Institut géographique national » (archive Wikiwix)

Liens externes[edit | edit source]

Sur les autres projets Wikimedia :