Gavray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gavray
Centre ville de Gavray
Centre ville de Gavray
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Manche
Arrondissement Coutances
Canton Gavray (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté du Bocage coutançais
Maire
Mandat
Guy Nicolle
2014-2020
Code postal 50450
Code commune 50197
Démographie
Gentilé Gavrayens
Population
municipale
1 421 hab. (2011)
Densité 69 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 54′ 38″ N 1° 20′ 56″ O / 48.9105555556, -1.3488888888948° 54′ 38″ Nord 1° 20′ 56″ Ouest / 48.9105555556, -1.34888888889  
Altitude Min. 24 m – Max. 186 m
Superficie 20,60 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de Manche
City locator 14.svg
Gavray

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de Manche
City locator 14.svg
Gavray

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gavray

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gavray
Liens
Site web www.gavray.fr

Gavray est une commune française, située dans le département de la Manche en région Basse-Normandie, peuplée de 1 421 habitants[Note 1] (les Gavrayens).

Géographie[modifier | modifier le code]

Gavray est située au cœur de la vallée de la Sienne. La bourgade est nichée entre plusieurs collines dont l'une abrita le château ducal de Gavray. Le pont sur la Sienne, baptisé pont de la paix (en 2004), a été détruit ainsi que tout le quartier qui l'entoure pendant la Seconde Guerre mondiale.

Communes limitrophes de Gavray[1]
Lengronne Saint-Denis-le-Gast La Baleine
Ver Gavray[1] Sourdeval-les-Bois
Le Mesnil-Amand Le Mesnil-Villeman, Le Mesnil-Garnier Montaigu-les-Bois

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme est attesté sous la forme génitive Wavreti en 1042[2]. Selon Albert Dauzat et Charles Rostaing, il pourrait être issu du gaulois *vobero, « ruisseau souterrain », « alluvion »[2]. René Lepelley y décèle un prélatin vabr évoquant la forêt[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Entre 1795 et 1800, Gavray (1 452 habitants en 1793[4]) absorbe Saint-André-du-Valjouais (117 habitants[5]) au nord de son territoire.

En 1972, Gavray (1 136 habitants en 1968[4]) absorbe Le Mesnil-Bonant (99 habitants[6]), à l'est du territoire, et Le Mesnil-Hue (103 habitants)[7], au sud-est, qui gardent le statut de communes associées. Pour Le Mesnil-Bonant, la fusion devient totale en 1988.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

En mars 2008, Guy Nicolle est réélu maire de Gavray ainsi que la totalité de sa liste. Il est également réélu conseiller général pour le canton, dès le premier tour, avec 54,39 % des voix.

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1995 en cours Guy Nicolle[8] MoDem puis UDI Conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et trois adjoints[8]. L'un des conseillers est maire délégué de la commune associée du Mesnil-Hue.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 421 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3]. Gavray a compté jusqu'à 2 127 habitants en 1836.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 452 1 823 1 655 1 566 1 838 2 127 2 014 2 035 1 970
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 907 1 821 1 804 1 655 1 685 1 549 1 476 1 425 1 340
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 270 1 263 1 382 1 191 1 214 1 195 1 218 1 188 1 103
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 180 1 146 1 387 1 419 1 452 1 480 1 369 1 361 1 421
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution démographique du Mesnil-Bonant
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
430 484 472 388 448 500 433 409 415
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
363 357 356 306 274 252 235 200 177
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
201 176 178 146 152 169 170 140 153
1962 1968 - - - - - - -
147 99 - - - - - - -
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes.
(Sources : EHESS[6])


Évolution démographique du Mesnil-Hue
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
495 393 441 417 404 370 382 342 333
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
323 291 301 261 259 245 216 199 178
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
175 162 157 129 151 154 152 135 135
1962 1968 - - - - - - -
115 103 - - - - - - -
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes.
(Sources : EHESS[7])


Économie[modifier | modifier le code]

Plusieurs commerces se côtoient à Gavray : bars, fleuristes, banques, assureurs, coiffeurs, boulangeries, boucherie, garagiste. La grande distribution y présente de petites antennes du type 8 à huit et Marché U[10].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Sainte-Trinité.
Le Mesnil-Bonant
Le Mesnil-Hue
  • Site de ruines aménagées du château ducal qui fut l'un des plus puissants de la région, à la croisée des chemins venant de Coutances et de Caen vers Avranches et le mont Saint-Michel. Il ne subsiste que les fondations, quelque peu réaménagées.
  • Église Sainte-Trinité, qui vient de fêter son centenaire. La paroisse de Gavray fut donnée à l'évêché de Bayeux par celui de Coutances. Elle est aujourd'hui revenue à ce dernier. L'église, non achevée (il lui manque sa flèche et son orgue), présente un ensemble de vitraux, dont ceux du chœur. La chaire mesure plus de 8 mètres de haut.
  • Manoir et chapelle Saint-Jean.
  • Église Saint-Étienne du Mesnil-Hue, du XVIIe siècle.
  • Église Saint-Jean-Baptiste du Mesnil-Bonant, du XVIIe.
  • Mairie, ancien siège de la vicomté, de la fin du XVIIIe siècle[11].
  • Vallées de la Sienne et de la Bérence. De nombreux sentiers passent à Gavray et aux alentours, ils sont généralement praticables à pied, en VTT et à cheval.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée avec Launton (comté de l'Oxfordshire), commune anglaise proche d'Oxford (voir l'article en anglais).

Sports[modifier | modifier le code]

L'Union sportive gavrayenne fait évoluer deux équipes de football en divisions de district[12].

Manifestations[modifier | modifier le code]

  • Foire millénaire durant trois jours (vendredi, samedi et dimanche) : la foire Saint-Luc.
    • Le vendredi du 3e week-end d'octobre : foire aux chevaux, des centaines de vendeurs et d'acheteurs de chevaux, ânes, poneys... arrivent pour ce rassemblement. Parallèlement, foire aux animaux domestiques, foire gastronomique (de nombreux tentiers, rôtisseurs sont présents), déballeurs, foire à la citrouille et fête foraine.
    • Le samedi, vide-greniers, fête foraine, foire gastronomique, foire à la citrouille se poursuivent jusqu'au dimanche où la foire bat son plein avec toute la population alentour qui se déplace, se retrouve sous une large tente à déguster l'agneau, les saucisses à l'oignon et le cidre doux.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Armand Lebailly (1838 à Gavray - 1864), poète et littérateur romantique, auteur de deux recueils de poésies Italia mia et Les chants du Capitole, d'un roman Maria Grazia, d'une étude sur Hégésippe Moreau et d'une biographie de Mme de Lamartine. Il est enterré à Gavray où une rue porte son nom.
  • Roland Vaudatin (1910-1979), ancien maire et conseiller général ayant donné son nom au collège.
  • Bernard Beck (1914 à Gavray - 2009), premier président de la Cour des comptes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  2. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,‎ 1963
  3. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet,‎ 1996 (ISBN 2-95480-455-4 (édité erroné), notice BnF no FRBNF36174448), p. 133
  4. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Saint-André-du-Valjouais », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 4 août 2013)
  6. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Le Mesnil-Bonant », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 4 août 2013)
  7. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Le Mesnil-Hue », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 4 août 2013)
  8. a et b Réélection 2014 : « Gavray (50450) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 27 juin 2014)
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  10. « Ouest France - Gavray un Eldorado pour les commerçants » (consulté le 12 Novembre 2012)
  11. « Site communal - La Mairie » (consulté le 4 août 2013)
  12. « Site officiel de la Ligue Basse-Normandie – US gavrayenne » (consulté le 26 août 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]