Hauteville-la-Guichard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hauteville-la-Guichard
L'église Notre-Dame-de-l'Assomption.
L'église Notre-Dame-de-l'Assomption.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Manche
Arrondissement Coutances
Canton Saint-Sauveur-Lendelin
Intercommunalité Communauté du Bocage coutançais
Maire
Mandat
Guy Fossard
2014-2020
Code postal 50570
Code commune 50232
Démographie
Population
municipale
453 hab. (2012)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 07′ 35″ N 1° 18′ 07″ O / 49.126389, -1.30194449° 07′ 35″ Nord 1° 18′ 07″ Ouest / 49.126389, -1.301944  
Altitude Min. 11 m – Max. 111 m
Superficie 11,98 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de la Manche
City locator 14.svg
Hauteville-la-Guichard

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 14.svg
Hauteville-la-Guichard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hauteville-la-Guichard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hauteville-la-Guichard

Hauteville-la-Guichard est une commune française, située dans le département de la Manche en région Basse-Normandie, peuplée de 453 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune d'Hauteville-la-Guichard, se trouve dans le département de la Manche (région Basse-Normandie).

Depuis une cession de terrain en 1825 à la commune de Montcuit, la superficie de Hautteville-la-Guichard est réduite à 1 198 hectares 37 ares 8 centiares[1][réf. incomplète].

Le territoire regroupe de nombreux hameaux[2] : Hauteville la Guichard (le bourg principal), le Mont, le Château, la Maison Blanche.

Communes limitrophes de Hauteville-la-Guichard[3]
Feugères Lozon Lozon
Montcuit Hauteville-la-Guichard[3] Marigny
Montcuit,
Le Lorey
Le Lorey Le Lorey

Toponymie[modifier | modifier le code]

La forme Altavilla est attestée 13501361[4].

Orderic Vital (XIIe siècle) parle du seigneur de Hauteville, Tancrède. Ce seigneur avait ajouté à son nom patronymique le nom de la terre qu'il occupait, selon l'usage à cette époque, désignation qui n'avait pas été choisie au hasard mais adoptée par le bon sens populaire et portée comme nom commun dès que le territoire fut habité : Altavilla. Ce nom, qui peut se traduire par « agglomération sur une éminence », est rigoureusement exact. En effet, si l’on se place à certains endroits de la commune, sur le Mont, par exemple, la vue embrasse une étendue considérable. En 1939, on pouvait ainsi y voir treize clochers[5].

La deuxième partie du nom de la commune, Guichard, serait une déformation de Robert « Guiscard »[6], l'un des enfants de Tancrède, qui naquit au lieu-dit la Cave en 1015[5]. Il est en effet, traditionnel de considérer Hauteville-la-Guichard comme le lieu d'origine de Robert Guiscard, mais sans avoir de preuves décisives car il y avait trois paroisses du nom d'Hauteville dans le Cotentin, c'est-à-dire dans le diocèse de Coutances. En outre, selon le pouillé de 1280, le déterminant la-Guichard se rapporte plutôt à un certain Guichard de Montfort, alors patron de la paroisse[7], d'une famille d'origine bretonne (Montfort-sur-Meu, Ille-et-Vilaine, chef-lieu de canton), mais implantée dans la région (seigneurs du petit fief de Montfort à Heugueville-sur-Sienne dont le toponyme sera transplanté à Remilly-sur-Lozon par les Le Marquetel)[8]. On notera cependant que plusieurs autres personnages du Cotentin ont porté le patronyme Guischart (cart. Mbg, f° 149 ; cart. Hambye, f° 106), sans qu'on puisse déterminer s'il s'agit de parents dudit Robert Guiscard, mais aucun d'eux n'est localisé à Hauteville-la-Guichard[9].

En 1770, un acte du notaire Bon François Traisnel, à Marigny, écrit « Hautteville-la-Guichard » sur un acte notarié, alors que le dernier des Tancrède de Hauteville écrit le nom de sa famille avec un seul « t », ainsi que tous les membres de sa famille l'avaient fait avant lui. Au fil des ans, plusieurs noms ont été utilisés : Hauteville (1643), Haulteville-la-Guichard (1700), Hautteville-la-Guychard (1787), Hauteville-le-Guichard (1789), Haulteville-la-Guischard (1793) et Hautteville-la-Guichard[5].

En 1933, le conseil municipal de la commune demanda que l'appellation « Guiscard » soit substituée à celle de « Guichard » ce qui aurait donné « Hautteville-la-Guiscard », sous-entendu : la patrie de Guiscard. Le Conseil d'État répondit que ce changement de nom n'était pas une nécessité et la commune s'inclina devant cette décision, sans comprendre qu'un sentiment de reconnaissance envers les fondateurs illustres de la commune doive céder à la raison administrative[5].

Le gentilé est Hautevillais.

Beaucoup de hameaux portent le nom d'hôtel, « hôtel d'hôte », « habitation d'un hôte » ; au Moyen Âge, on désignait par « hôte » un paysan libre cultivant un tènement pour lequel il devait des rentes et des corvées : Hôtel-au-Noir, Hôtel-Godefroy, Hôtel-Caillard, Hôtel-André, Hôtel-ès-Bruns (en langue normande, « ès » signifie « aux »), Hôtel-Benoist, Hôtel-Batteur, Hôtel-Vincent, Hôtel-Dudouyt, Hôtel-Eude, anciennement Hôtel-Duquesnay, Hôtel-Cardonnel, l'Hôtel Durand, l'Hôtel Luce, l'Hôtel Girard, l'Hôtel Rauline, l'Hôtel André, l'Hôtel au Roux, l'Hôtel Girard, l'Hôtel Archer, l'Hôtel Quesnel, etc.

D'autres ont pris le suffixe -ière, « habitation de » : la Mottinière (de Mottin), la Formière, la Jaminière, les Guilberdières, la Cardonnière, la Hectière, la Verdurerie, la Pâquerie, l'Oiselière, Village de la Homérilière, la Marière, la Fauvisière, la Landrurie, Gouey, la Maillardière, la Louerie, la Dessoulière, la Vimondière, la Maugerie, le Bel, la Baffardière, la Heuzerie, D'autres ont pris le nom de la topographie ou du sol : le Mont, la Vallée, les Roches Breton, la Rivière, la Masure, la Lande Lapin, Château Vanloue, Moulin de Pipey, la Croûte, la Fosse, la Pannerie, le Bouillon, les Mesnils, la Bûcherie.

Histoire[modifier | modifier le code]

À l’époque romaine, il n'y a aucune trace de village.

Hauteville a été fondée par un viking norvégien du nom de Hialtt qui s'installa en ce lieu au Xe siècle, ayant reçu des terres au partage de la Normandie effectué par Rollon, et lui donna le nom de Hiattvilla[5].

Son arrière-petit-fils, Tancrède de Hauteville, garde du corps du duc Richard, fit un exploit en tuant un sanglier d’un seul coup d’épée. Il demeurait au manoir de la Cave où naquit sa descendance (onze fils et trois filles issus de deux unions). À partir de 1031, la plupart de ses onze fils partirent à la conquête de l'Italie du Sud et de la Sicile. Deux en particulier, Roger et Robert, fondèrent les royaumes de Calabre et de Sicile. On peut, encore aujourd'hui, y voir de nombreuses constructions datant de l'époque normande et leur mémoire y est encore vive dans une partie de la population, comme en témoignent ces vignerons de Borgo Guarini qui commercialisent toujours un vin sous le nom d'Altavilla faisant référence à cet épisode de l'histoire[5].

Au XIe siècle, Hauteville dépend de la seigneurie de Marigny jusqu'à son démembrement de la baronnie de Say[5].

En 1461, Jean de Mautauban, baron de Marigny, achète le fief principal [5]. Des écrits attestent que la famille de Rohan (en 1498, 1518 et 1538) est en possession de la baronnie[5].

En 1575, Charles II de Rohan, duc de Montbazon, comte de Mautauban, prince de Guemenée, vend la baronnie à Henri de Silly avant de la racheter en 1582[5].

Au XVIIe siècle, suivant les règles en vigueur, la baronnie de Marigny devient un marquisat (il fallait posséder trois baronnies et trois châtelleries), Alexandre de Rohan en devient le premier marquis[5].

En 1609, un procès-verbal de la Sergenterie de la Halle au Gascoing, indique que Hauteville-la-Guichard est divisée en cinq fiefs[5] :

  • la grande seigneurie, appartenant au marquis de Marigny,
  • Vanloue, possédée par les héritiers de François de Glatigny puis, en 1706, par Jean Lejolly de Villiers, écuyer du Bouillon,
  • Louvel, appartenant au marquis de Dampierre, seigneur du Lorey à Cambernon,
  • Bellouze, appartenant au sieur du Lorey,
  • le Chastel, appartenant au sieur de Bellouze, relevant de la seigneurie de Marigny.

Le 20 septembre 1766, le descendant de la famille de Rohan, Jules Hercule Meriadec de Rohan, vend le marquisat de Marigny à Marniere de Guer [10]. Le successeur de ce dernier, son neveu Hyacinthe Julien Anne de Marniere de Guer, en fut le dernier possesseur jusqu’à la Révolution française. Les biens des émigrés (nobles ayant fui la France) furent confisqués et vendus aux enchères, ainsi qu’une partie du mobilier de l’église, les cloches ayant été envoyées à la fonte pour en faire des canons. Après la Révolution, on trouve l’organisation territoriale que nous connaissons aujourd'hui[5].

Les sources font bien du diocèse de Coutances le berceau de la famille,

L'affaire criminelle Hamelin se déroule à Hauteville-la-Guichard et fut jugée par la cour d'assises de la Manche à Coutances, le 22 septembre 1920[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[5],[12]
Période Identité Étiquette Qualité
1789 27 germinal an II Gilles Nicolas Bucaille, sieur du Mesnil   Syndic de la commune
27 germinal an II 12 prairial an VI Nicolas Jouan    
12 prairial an VI 28 messidor an XII Jean Godefroy    
28 messidor an XII 7 thermidor an XII René Vivier    
14 pluviôse an XII 26 prairial an XIII Nicolas Jouan    
7 brumaire an XIII 8 décembre 1815 Pierre Nicolas Duchemin    
9 novembre 1833 11 mars 1870 Victor Lecardonnel    
11 novembre 1870 3 septembre 1881 Pierre Rihouey    
novembre 1881 23 janvier 1893 Jean-Louis Lerouxel    
mai 1893 mai 1912 Aimable Gardye    
mai 1912 mai 1935 Émile Duval    
mai 1935 mai 1954 Pierre Remilly    
mai 1954 mars 1959 Pierre Remilly (fils du précédent)    
mars 1959 mars 1983 Édouard Yon    
mars 1983 juin 1995 Yves Motus    
mars 2001 mars 2014 François Eude SE  
mars 2014[13] en cours Guy Fossard SE Comptable


Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et trois adjoints[14].


Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école est intégrée au regroupement pédagogique intercommunal (trois sites) avec les communes voisines du Lorey et de Camprond.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 453 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2007, 2012, 2017, etc. pour Hauteville-la-Guichard[15]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2]. Hauteville-la-Guichard a compté jusqu'à 1 603 habitants en 1800.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 325 1 603 1 475 1 360 1 303 1 382 1 391 1 356 1 302
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 211 1 191 1 126 1 072 1 050 1 028 988 977 864
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
881 839 786 643 671 653 588 587 593
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
529 463 374 374 358 372 425 432 453
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2004[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Hauteville est une commune rurale. Elle abrite une quinzaine de fermes en production laitière, viande de porc, viande de poulet, viande de bœuf, culture de blé et de maïs. On y trouve une épicerie-bar-tabac, un salon de coiffure, un garage en VL, PL et machines agricoles. Quelques artisans : plombier, maçon, électricien, paysagiste, photographe (aérien).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame-de-l'Assomption.
  • Manoir de Bouillon, du XVIIe siècle.
  • Manoir de la Rivière, du XVIIe siècle, et pigeonnier.
  • Musée Tancrède de Hauteville qui narre l'histoire des Hauteville.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2012.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. source 1939
  2. Hauteville-la-Guichard sur Géoportail.
  3. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  4. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,‎ 1963
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n Louise Flattet, Hauteville-La-Guichard, le pays des Tancrède – Des origines à 1938, Éditions Eurocibles Collection « Inédits et Introuvables »
  6. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet,‎ 1996 (ISBN 2-95480-455-4 (édité erroné), notice BnF no FRBNF36174448), p. 143
  7. François de Beaurepaire, Les noms des communes et anciennes paroisses de la Manche, Paris, Picard,‎ 1986, 254 p. p. (ISBN I.S.B.N. 2-7084-0299-4[à vérifier : ISBN invalide]), p. 133
  8. Léonor de Mons, « "Les grands lignages seigneuriaux dans le bailliage de Cotentin au Moyen-Age" in "La vie et l'administration d'une grande seigneurie au Moyen-Âge et à l'Epoque moderne" », Revue de la Manche, tome 55, fascicules 221-222,,‎ 3e et 4 e trimestre 2013, p. 26
  9. Yves Nédélec, " Quand le déterminatif la Guichard est-il apparu dans le toponyme Hautteville-la-Guichard ?", 1974, 3 p.
  10. Archives nationales, minutier central fonds LXVI, liasse 533
  11. Jean-François Miniac, Les Nouvelles Affaires criminelles de la Manche, de Borée, avril 2012.
  12. La liste est établie depuis la Révolution française, mais durant les époques troubles (Conventions, Premier Empire…), les royalistes ont été représentés par Léonord Robert d'Anjou, chevalier de Saint-Louis, officier de la légion d'honneur, nommé par le préfet.
  13. « Guy Fossard élu maire de la commune », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 1er janvier 2015)
  14. « Hauteville-la-Guichard (50570) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 1er janvier 2015)
  15. Date du prochain recensement à Hauteville-la-Guichard, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2012
  18. « Ent. Le Lorey-Hauteville-Feugères », sur Site officiel de la Ligue de Basse-Normandie (consulté le 1er janvier 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :