Tucuxi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Tucuxi

Description de cette image, également commentée ci-après

Sotalia fluviatilis

Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Mammalia
Sous-classe Theria
Super-ordre Eutheria
Ordre Cetacea
Sous-ordre Odontoceti
Super-famille Delphinidae
Famille Delphininae
Genre Sotalia

Nom binominal

Sotalia fluviatilis
(Gervais & Deville, 1853)

Synonymes

  • Sotalia guianensis

Statut de conservation UICN

DD  : Données insuffisantes

Statut CITES

Sur l'annexe  II  de la CITES Annexe II , Rév. du 28/06/1979

Répartition géographique

Description de l'image  Cetacea range map Tucuxi.png.

Le tucuxi (Sotalia fluviatilis),sotalie de l'Amazone ou dauphin de l'Orénoque[1] et localement bufeo gris, ou bufeo negro (au Pérou), est un dauphin rencontré dans le bassin de l'Amazone. Le terme « tucuxi » (prononcé toukouchi) dérive d'un mot emprunté au langage des Tupis : tuchuchi-ana. Bien qu'il partage son habitat avec les dauphins d'eau douce (tel le boto), le tucuxi n'est pas génétiquement relié à lui. Au contraire, il est classé comme dauphin marin (Delphinidae) et ressemble d'ailleurs au grand dauphin ; il appartient à un genre propre, les Sotalia. Une variété fréquentant les estuaires et les côtes a récemment été désignée plus précisément comme le « dauphin de Guyane » ou costero (Sotalia guianensis).

Description[modifier | modifier le code]

Le tucuxi mesure entre 130 et 200 cm et pèse de 35 à 40 kg[1]. Il est trapu et pourvu de grandes nageoires caudale et dorsale et a un ventre pâle. La nageoire dorsale est légèrement courbée. Le rostre a une longueur moyenne et est pourvu de 26 à 36 paires de dents.

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Le tucuxi ou Sotalia fluviatilis[2]fut décrit par Gervais & Deville en 1853 (et le costero ou Sotalia guianensis par Pierre-Joseph van Bénéden en 1864). Longtemps ces espèces furent synonymes[3]. La première étude faisant état de distinction profonde fut une morphométrie en 3D réalisée récemment par Monteiro-Filho[4]. Une analyse moléculaire réalisée par Cunha[5] démontra que Sotalia guianensis était génétiquement différent de Sotalia fluviatilis. Cette découverte fut confirmée par Caballero[6]. Bien que l'existence et la distinction de ces espèces soit à présent généralement admise, l'IUCN continue à les classer sous le même taxon : Sotalia fluviatilis.

Distribution et habitat[modifier | modifier le code]

Le tucuxi se rencontre dans le bassin de l'Amazone au Brésil, mais aussi au Pérou et en Colombie dans les eaux côtières peu profondes, les récifs de corail, les mangroves, les estuaires et les fleuves[1].

Comportement[modifier | modifier le code]

Le tucuxi aime à se rassembler en petits groupes de 10-15 individus (Jusqu'à 30 dans les eaux côtières[1])même s'il vit généralement seul ou en couple. Il nage ainsi de façon très serrée, suggérant une structure sociale importante. Le tucuxi aime à faire des bonds hors de l'eau et joue souvent à éclabousser. Il est lent et se nourrit surtout de poissons nageant en bancs.

Il se nourrit de poissons (anchois et poissons-chats) et de calmars qu'il avale tout ronds[1].

On a observé le tucuxi chassant en compagnie d'autres dauphins;

Son espérance de vie est estimée à 35 ans.

Conservation[modifier | modifier le code]

Le tucuxi est encore assez répandu, bien qu'il n'existe pas de statistique précise. Il subit toutefois les affres typiques aux dauphins, à savoir prise dans des filets de pêche, pollution au mercure et même chasse spécifique. Il est protégé par la tradition qui interdit de le chasser dans certains endroits mais parfois tué pour sa chair où pour servir d'appât pour la pêche[1].

Le tucuxi supporte mal la captivité. Le dernier représentant de l'espèce en Europe (Paco) mourut en 2009 au zoo de Münster, en Allemagne.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Le Règne Animal, David Burnie, 2002, ISBN 2-07-055151-2
  2. Détails des difficultés de classifications et l'absence de données de conservation
  3. (en) Borobia, M., S. Siciliano, L. Lodi, and W. Hoek, « Distribution of the South American dolphin Sotalia fluviatilis », Canadian Journal of Zoology, vol. 69,‎ 1991, p. 1024–1039 (DOI 10.1139/z91-148)
  4. (en) Monteiro-Filho, E. L. D. A., L. Rabello-Monteiro, and S. F. D. Reis, « Skull shape and size divergence in dolphins of the genus Sotalia: A morphometric tridimensional analysis », Journal of Mammalogy, vol. 83,‎ 2008, p. 125–134 (DOI <0125:SSASDI>2.0.CO;2 10.1644/1545-1542(2002)083<0125:SSASDI>2.0.CO;2)
  5. (en) Cunha, H. A., V. M. F. da Silva, J. Lailson-Brito Jr., M. C. O. Santos, P. A. C. Flores, A. R. Martin, A. F. Azevedo, A. B. L. Fragoso, R. C. Zanelatto, and A. M. Solé-Cava, « Riverine and marine ecotypes of Sotalia dolphins are different species », Marine Biology, vol. 148,‎ 2005, p. 449–457 (DOI 10.1007/s00227-005-0078-2)
  6. (en) Caballero, S., F. Trujillo, J. A. Vianna, H. Barrios-Garrido, M. G. Montiel, S. Beltrán-Pedreros, M. Marmontel, M. C. Santos, M. R. Rossi-Santos, F. R. Santos, and C. S. Baker, « Taxonomic status of the genus Sotalia: species level ranking for "tucuxi" (Sotalia fluviatilis) and "costero" (Sotalia guianensis) dolphins », Marine Mammal Science, vol. 23,‎ 2007, p. 358–386 (DOI 10.1111/j.1748-7692.2007.00110.x)
  • (en) Monteiro NC, Alves JTT, Avila FJC, Campos AA, Costa AF, Silva CPN, Furtado NMAA (2000) Impact of fisheries on the tucuxi (Sotalia fluviatilis) and rough-toothed dolphin (Steno bredanensis) populations off Ceara state, northeastern Brazil. Aquat Mamm 26: 49-56.
  • (en) National Audubon Society Guide to Marine Mammals of the World ISBN 0-375-41141-0
  • (en) Encyclopedia of Marine Mammals ISBN 0-12-551340-2
  • (en) Whales, Dolphins and Porpoises, Mark Carwardine, ISBN 0-7513-2781-6

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]