Cronos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cronos (homonymie) et Kronos.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Chronos.
Cronos
Dieu de la Mythologie grecque
Toile du peintre belge Rubens représentant Cronos dévorant un de ses enfants.
Toile du peintre belge Rubens représentant Cronos dévorant un de ses enfants.
Caractéristiques
Autre(s) nom(s) Kronos
Résidence Drapeau : Grèce Mont Othrys
Groupe divin Titans
Parèdre Rhéa
Équivalent(s) par syncrétisme Saturne
Famille
Père Ouranos
Mère Gaïa
Conjoint Rhéa
• Enfant(s) Hestia, Déméter, Héra, Hadès, Poséidon et Zeus.
Symboles
Attribut(s) Faucille, Sablier.
Animal Bélier
Végétal Roseau
Astre Cygnus X-1
Couleur Noir (Couleur du Temps)
Jaune (Couleur de l'Agriculture)
Jour Du 17 au 24 décembre.


Dans la mythologie grecque, Cronos ou Kronos (en grec ancien Κρόνος / Krónos), fils d'Ouranos (le Ciel) et Gaïa (la Terre), est le roi des Titans et le père de Zeus, Poséidon, Hadès, Héra, Déméter et Hestia. Il est souvent confondu avec son homophone Chronos (Χρόνος / Khrónos), divinité primordiale du temps dans les traditions orphiques. Il a été assimilé à Saturne dans la mythologie romaine. Les Titans formaient la progéniture la plus intelligente de Gaïa et de son fils Ouranos, le premier couple divin de la mythologie.

Selon une tradition qui remonte à Hésiode, au VIIIe siècle av. J.-C., les premiers hommes apparurent au temps de Cronos, pendant lequel ils connurent l'Âge d'or, vivant sans aucun souci, sans même avoir besoin de travailler. En fait, Cronos était déjà vénéré comme dieu avant que les Grecs ne s'installent sur leur terre. Il fut sans doute éclipsé par Zeus et les autres Olympiens, qui trônèrent à sa place au plus haut niveau.

Mythe[modifier | modifier le code]

Succession d'Ouranos[modifier | modifier le code]

Fils d'Ouranos (le Ciel) et Gaïa (la Terre), Cronos appartient à la première génération des dieux ; il est le plus jeune des Titans, les douze enfants divins possédant une apparence normale[1]. Tous les enfants d'Ouranos restaient emprisonnés par lui dans les entrailles de la Terre maternelle. Pour sa délivrance et la leur, Gaïa donna à Cronos, son plus jeune fils, une faucille en silex : la nuit venue, quand le Ciel descendit couvrir la Terre, Cronos s'en prit donc à son père qu'il émascula, prenant du même coup le pouvoir. Entamé dans le sang, le règne de Cronos se révéla bientôt aussi tyrannique que celui de son père.

Homère et Hésiode[2] le nomment « le dieu aux pensées fourbes[3] » ou « à l'esprit retors[4] » (ἀγκυλομήτης / ankulomētēs, littéralement « recourbé »), terme qui s'applique peut-être originellement à sa faux[5]. Hésiode ajoute qu'il hait son père, lequel voue les mêmes sentiments à ses enfants, sans que l'on sache si cela s'applique seulement à ses enfants difformes — les Cyclopes et les Hécatonchires — ou à l'ensemble de sa progéniture[6]. Dès leur naissance, Ouranos les emprisonne dans le sein de leur mère. Furieuse, Gaïa fabrique une faucille en acier et demande à ses enfants de l'aider à se venger, mais seul Cronos répond à l'appel[7]. Placé en embuscade, il attaque Ouranos alors que celui-ci vient se coucher avec Gaïa, et de sa faux, lui tranche les testicules, qu'il jette à la mer. Ouranos leur donne alors le nom de « Titans » parce que, précise Hésiode, ils ont tendu le bras trop haut et parce que l'avenir saura en tirer vengeance[8]. Ouranos avertit Cronos qu'il sera détrôné à son tour par son propre fils[9].

Hésiode n'indique pas que Cronos assume le pouvoir à la mort de son père, même s'il mentionne par ailleurs qu'il règne parmi les Immortels[10]. En revanche, des sources plus tardives indiquent qu'une fois libérés, les Titans accordent le trône à leur frère, dont la première mesure est de jeter dans les profondeurs du Tartare ses frères difformes, les Cyclopes et les Hécatonchires[11].

Succession de Cronos[modifier | modifier le code]

Rhéa présentant une pierre emmaillotée à Cronos
Dessin du bas-relief d'un autel romain

Cronos épouse sa sœur Rhéa. N'oubliant pas la prophétie de ses parents, non seulement il enferma sous terre les Géants et les Cyclopes, mais il engloutit aussi ses propres enfants : Hestia, Déméter et Héra, puis Hadès et Poséidon [12] au fur et à mesure que son épouse Rhéa les mettait au monde, ayant été averti par la prophétie de Gaïa qu'un jour, l'un d'entre eux le détrônerait. Lorsque arrive le sixième, Rhéa, sur le conseil de sa mère Gaïa, cache l'enfant en Crète et le remplace par une pierre que Cronos engloutit directement[13]. Ce sixième enfant portant le nom de Zeus.

Il grandit loin de ses parents dans une grotte en Crète. Il est nourri et élevé par des Méliades. Le temps venu, Zeus accomplit la prophétie en renversant son père : avec l'aide de ses frères, des Cyclopes et des Géants. Avec Gaïa, il s'arrange pour les faire recracher à son père — Hésiode ne précise pas comment, mais des sources tardives précisent que c'est Métis, déesse de la ruse, qui offre à Cronos un émétique[14]. Celui-ci vomit alors tout ce qu'il avait ingurgité jusque là, y compris la pierre qui l'a abusé, que Zeus place ensuite à Delphes[15]. Une variante orphique veut que, sur suggestion de Nyx, Cronos ait été drogué avec du miel, attaché puis castré à son tour[16]. Alors Cronos recracha ses enfants. En tout état de cause, il finit jeté dans le Tartare, où les cent bras des Hécatonchires les retiennent à jamais tandis que Zeus, Déméter, Hestia, Héra, Poséidon et Hadès gagnent les cimes du mont Olympe. Dans une autre version du mythe, Cronos fut exilé avec ses fidèles Titans dans l'île des Bienheureux, vers l'Occident.

Zeus libère les Hécatonchires et les Cyclopes du Tartare et, en récompense, reçoit de ces derniers le trait de foudre, qui lui sert à vaincre les Titans[17]. Dans une version plus ancienne du texte d'Hésiode, les Hécatonchires repoussent les Titans jusqu'aux tréfonds de la Terre, où ils les enchaînent. Cronos partage le sort des vaincus au Tartare[18]. Dans une autre œuvre d'Hésiode, les Travaux et les Jours, on apprend que Zeus accorde aux héros de vivre dans les îles des Bienheureux, aux confins de la Terre ; un vers interpolé ajoute qu'ils séjournent « loin des Immortels, et Cronos est leur roi[19] ». Un autre passage interpolé ajoute : « car le père des dieux et des hommes a dénoué ses liens, et aux héros fixés au bout du monde octroyé honneur et gloire[20] ».

Amours et postérité[modifier | modifier le code]

Initialement limitée aux six premiers Olympiens, la postérité de Cronos devait s'étoffer chez les auteurs plus récents. Ainsi, le poète crétois Épiménide fait-il naître Aphrodite, les Moires et les Euménides de ses amours avec Évonymé, tandis qu'une tradition isolée lui attribue la paternité des Dactyles par la muse Calliope. Les Hymnes orphiques lui reconnaissent également celle du dieu phrygien Sabazios et divers scholiastes lui donnent encore pour fille la nymphe Plouto, amante de Zeus et mère de Tantale. Enfin, Eustathios lui reconnaît un septième enfant par Rhéa en la personne du dieu guerrier Ényalios[réf. nécessaire], plus généralement considéré comme un fils d'Arès (voire comme une épithète de ce dernier).

Le Catalogue des femmes attribué à Hésiode fait état de son adultère avec l'Océanide Philyra. Surpris par Rhéa, Cronos se métamorphosa en cheval, aussi Philyra, une fois son enfant arrivé à terme, donna naissance sur le Mont des Tilleuls au Centaure Chiron (motif notamment repris par les poètes Le pseudo-Apollodore, Apollonios de Rhodes, Ovide et Hygin). De Cronos et de Philyra naquirent encore Dolops[21] et le roi de Libye Aphros, ancêtre des peuples carthaginois et libyens[22].

À cette liste viennent encore s'ajouter les enfants attribués à Cronos par les traditions à caractère évhémériste. Ainsi, l'historien Philon de Byblos, dans son Histoire des Ouranides, prétend qu'ayant épousé Rhéa, Cronos aurait simultanément pris pour maîtresses deux des sœurs de cette dernière, Dioné et Aphrodite ou Astarté, puis engendré avec cette dernière Pothos, l'un des dieux de l'Amour.

Dans la tradition orphique[modifier | modifier le code]

La tradition orphique présente un personnage assez différent de celui de la tradition hésiodique, assimilé à la divinité du temps Chronos. Dans la version la plus ancienne, Cronos fait partie, avec Ouranos, Zeus et sans doute Dionysos, des quatre divinités primordiales issues de Nyx, la nuit. Dans le Timée de Platon, Cronos y est le fils d'Océan et de Téthys, eux-mêmes enfants d'Ouranos et Gaïa[23]. Dans les Rhapsodies orphiques, plus récentes, Phanès ou Métis émerge le premier et règne sur le monde ; Nyx lui succède, puis Ouranos, puis Cronos. Celui-ci a la souveraineté à la fois sur le ciel et la terre ; son règne correspond à l'Âge d'or.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Plusieurs étymologies ont été suggérées, notamment « l'Avaleur » [24], mais sans rencontrer de consensus[25]. Dès l'Antiquité, on rapproche son nom de l'homophone Chronos (grec Χρόνος / Khrónos), mais cette étymologie populaire ne repose sur aucune base linguistique[25].

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Hésiode, Théogonie [détail des éditions] [lire en ligne], 131-138.
  2. Par exemple Homère, Iliade [détail des éditions] [lire en ligne], II, 205 et Théogonie, 137.
  3. Traduction de la Théogonie par Paul Mazon.
  4. Traduction de l’Iliade par Eugène Lasserre.
  5. Cité par Pierre Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris, Klincksieck,‎ 1999 (édition mise à jour) (ISBN 2-252-03277-4) à l'article ἀγκ-.
  6. Gantz, p. 10.
  7. Théogonie, 160-172.
  8. Par rapprochement entre Τιτᾶνες, « Titans » et τιταίνοντας « tirant », étymologie populaire sans fondement. Chantraine à l'article Τιτᾶνες.
  9. Théogonie, 163.
  10. Théogonie, 491.
  11. Apollodore, Bibliothèque [détail des éditions] [lire en ligne], I, 1, 4-5.
  12. Dans la version orphique, seuls les mâles sont avalés, frag. 58 Kern.
  13. Théogonie, 463-491.
  14. Apollodore, Bibliothèque, I, 2, 1.
  15. Pausanias, Description de la Grèce [détail des éditions] [lire en ligne], X, 24, 6.
  16. Frag. 154 Kern.
  17. Théogonie, 687-712.
  18. Théogonie, 851.
  19. Théogonie, 169a. Extrait de la traduction de Paul Mazon.
  20. Théogonie, 169b-e. Extrait de la traduction de Paul Mazon.
  21. Hygin, Fables [détail des éditions] [(la) lire en ligne], préface.
  22. Souda [(en+grc) lire en ligne], s.v. Aphroi
  23. Platon, Timée, 40d-e.
  24. Cité par Lévêque et Séchan, p. 62, note 19.
  25. a et b Chantraine à l'article Κρόνος.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Luc Brisson, « La figure du Kronos orphique chez Proclus », Revue de l'histoire des religions 4 (2002), L'orphisme et ses écritures. Nouvelles recherches, p. 435-458 [lire en ligne]
  • (en) Timothy Gantz, Early Greek Myth, Johns Hopkins University Press,‎ 1993 [détail de l’édition], tome 1, p. 10-11 et 41-51.
  • Pierre Lévêque et Louis Séchan, Les Grandes divinités de la Grèce, Armand Colin, coll. « l'Ancien et le nouveau », Paris, 1990 (ISBN 2-200-37211-6)