Livry (Calvados)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Livry.
Livry
L'église Saint-Martin de Parfouru-l'Éclin.
L'église Saint-Martin de Parfouru-l'Éclin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Calvados
Arrondissement Bayeux
Canton Aunay-sur-Odon
Intercommunalité Communauté de communes Aunay-Caumont-Intercom
Maire
Mandat
Jean-Paul Thomas
2014-2020
Code postal 14240
Code commune 14372
Démographie
Gentilé Livernois
Population
municipale
762 hab. (2012)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 06′ 29″ N 0° 45′ 57″ O / 49.108056, -0.76583349° 06′ 29″ Nord 0° 45′ 57″ Ouest / 49.108056, -0.765833  
Altitude Min. 90 m – Max. 242 m
Superficie 23,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Livry

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Livry

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Livry

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Livry

Livry est une commune française, située dans le département du Calvados en région Basse-Normandie, peuplée de 762 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Village du Calvados dans la région de Basse-Normandie, Livry fait partie depuis 2015 du canton d'Aunay-sur-Odon. Son territoire couvre 2 348 hectares.

La plus grande ville à proximité de Livry est la ville de Bayeux située au nord-est de la commune à 20 km. D'autres villes s'y trouvent non loin : Caen (40 km), Saint-Lô (27 km), Torigni-sur-Vire (19 km), Villers-Bocage (10 km), Balleroy (11 km) et Vire (37 km).

L'Aure et son affluent l'Aurette sont les principaux cours d'eau qui traversent le territoire communal de Livry.

Communes limitrophes de Livry[3]
Sainte-Honorine-de-Ducy Cahagnolles Torteval-Quesnay
Foulognes,
Caumont-l'Éventé
Livry[1] Saint-Germain-d'Ectot,
Anctoville
Caumont-l'Éventé Cahagnes Amayé-sur-Seulles (par un angle),
Cahagnes

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Liberiacum en 1024[4]. Le toponyme est issu de l'anthroponyme roman Liberius[5].

Le gentilé est Livernois.

Le nom du village de Parfouru-l'Éclin est attesté sous la forme Parfouru en 1304[4]. Ce toponyme pourrait être issu du latin profundus, « profond », et rivus, « ruisseau »[4].Saint-Martin-le-Vieux figure sur la carte de Cassini sous la forme St Martin le Vieil[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le vicomte du Bessin y avait au début XIe siècle un château dont il reste la motte.

Gerbold, futur évêque de Bayeux, y a fondé un prieuré au VIIe siècle. Le prieuré est réputé avoir accueilli la sépulture de Saint-Gerbold. Ruiné, il a appartenu à l'abbaye de Saint-Wandrille[7].

En 1829, Livry (1 203 habitants en 1821[8]) absorbe Saint-Martin-le-Vieux (128 habitants[9]), au nord de son territoire. Peuplée de (650 habitants (1968)[8], elle s'associe à Parfouru-l'Éclin (147 habitants[10]) en 1972.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1971[11] 1995 Louis Chatel SE Agriculteur
1995[12] en cours Jean-Paul Thomas[13] UMP Instituteur
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et quatre adjoints[13]. L'un des conseillers est maire délégué de la commune associée de Parfouru-l'Éclin.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 762 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2005, 2010, 2015, etc. pour Livry[14]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2]. Livry a compté jusqu'à 1 452 habitants en 1806.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 403 1 030 1 452 1 203 1 317 1 269 1 271 1 256 1 250
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 190 1 233 1 207 1 176 1 161 1 154 1 182 1 140 1 064
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 006 1 026 1 003 815 851 823 804 773 777
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
753 650 725 754 713 705 762 771 782
2012 - - - - - - - -
762 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[15].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution démographique de Saint-Martin-le-Vieux
1793 1800 1806 1821
139 140 157 128
(Sources : EHESS[9])


Évolution démographique de Parfouru-l'Éclin
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
376 275 373 380 372 322 295 309 331
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
300 302 301 296 270 278 253 263 245
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
251 243 216 188 176 179 149 155 167
1962 1968 - - - - - - -
155 147 - - - - - - -
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes.
(Sources : EHESS[10])


Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin de Parfouru-l'Éclin, des XIIIe et XIVe siècles. Le clocher et le pignon du chœur font l'objet d'un classement au titre des Monuments historiques depuis le 4 décembre 1913[16]. Elle abrite un vitrail (Meurtre de saint Thomas Becket) classé à titre d'objet[17].
  • Église Notre-Dame de Livry. Elle abrite un retable et un groupe sculpté (Martyre de sainte Apolline) classés à titre d'objet[18],[19].
  • Motte de Briquessart flanquée d'une basse-cour séparée par un fossé.
  • Château de Parfouru, du XIXe siècle.
  • Chapelle du XIIe siècle, dédiée à saint Sulpice, qui avait le pouvoir de guérir les maladies de peau, notamment infantiles. Une statue de jeune fille, retrouvée non loin de là, orne le mur d'enceinte de la chapelle. Un peu plus loin se trouve la fontaine Saint-Sulpice.
  • Château seigneurial du XVIIIe siècle.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2012.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  3. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  4. a, b et c Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,‎
  5. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet,‎ (ISBN 2-905461-80-2), p. 160
  6. Carte de Cassini sur Géoportail.
  7. La France pontificale (Gallia christiana), histoire chronologique et biographique des archevêques et évêques de tous les diocèses de France depuis l'établissement du christianisme jusqu'à nos jours, divisée en 17 provinces ecclésiastique. Rouen [1]
  8. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Saint-Martin-le-Vieux », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 6 mai 2015)
  10. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Parfouru-l'Éclin », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 6 mai 2015)
  11. « Louis Chatel était maire de 1971 à 1995 », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 6 mai 2015)
  12. « Liste « Pour un avenir sans mauvaises surprises » », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 6 mai 2015)
  13. a et b Réélection 2014 : « Livry (14240) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 24 mai 2014)
  14. Date du prochain recensement à Livry, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2012.
  16. « Église de Parfouru-l'Éclin », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  17. « Verrière : meurtre de saint Thomas Becket », base Palissy, ministère français de la Culture.
  18. « Retable de l'autel latéral sud : scènes de la Passion, de la Résurrection et du Jugement dernier », base Palissy, ministère français de la Culture.
  19. « Groupe sculpté : Martyre de sainte Apolline », base Palissy, ministère français de la Culture.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :