Seconde bataille de Qousseir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Qousseir
Localisation de la ville syrienne de Qousseir.
Localisation de la ville syrienne de Qousseir.
Informations générales
Date 19 mai - 5 juin 2013
Lieu Qousseir
Issue Victoire des loyalistes
Belligérants
InfoboxHez.PNG Hezbollah
Drapeau de la Syrie République arabe syrienne
Drapeau de l'Iran Iran[1]
Flag of Syria 2011, observed.svg Armée syrienne libre
Flag of the Syrian Islamic Liberation Front.svg Front islamique de libération syrien
Flag of Jabhat al-Nusra.jpg Front al-Nosra
Commandants
• Abu Jihad
• Fadi al-Jazar †
• Mohieddin al-Zain
• Abu Omar †
• Abdel Qader Saleh
• Mahmoud Mohammed Ammar †
• Bilal Idris †
• Nawaf Alwani †
• Bakr Saleh Mustapha †
Forces en présence
Armée et milice syrienne :
5 000 à 6 000 hommes[2]

Hezbollah :
1 700 à 2 000 hommes[3],[2]
1 500 à 1 900 hommes[4],[5]
Pertes
Armée et milice syrienne :
23 morts

Hezbollah :
114 morts[6]
200 blessés[7]

Iran :
8 morts[8]
431 à 500 morts
1 000 blessés
(selon les rebelles)[9],[5],[10]

1 257 morts
1 192 blessés
1 000 prisonniers
(selon le régime syrien)[11]
Civils :
47 morts
500 blessés[5]
Guerre civile syrienne
Batailles
Deraa · Homs · Banias · Telkalakh · Rastane · Talbiseh · Jisr al-Choghour · Djébel el-Zawiya · 1er Hama · Lattaquié · 2e Rastane · 1er Rif Dimachq (1er Zabadani · Douma) · 3e Rastane · 1er Qousseir · Azaz · Taftanaz · 2e Zabadani · Idleb · 4e Rastane · Tremseh · 1er Damas · Alep · Al-Tel · Hendrat · 2e Rif Dimachq · Khirbet al-Joz · 2e Taftanaz · 3e Rif Dimachq · 2e Hama · Ras Al-Aïn · 2e Damas · Chadadé · 2e Qousseir · 1re Racca · 1re Maaloula · Tall Hamis · 2e Racca · Jarablus · Al-Manajir · Otaybah · Yabroud · Markada · Rankous · Boukamal · Tall al-Jabiyah · Deir ez-Zor · 1re Kobane · Ras al-Maara · Al-Chaer · Division-17 · Tabqa · 2e Kobane · Opérations aériennes de la coalition · Mabrukah


Massacres
au cours de la guerre civile syrienne

1er et 2e Djébel el-Zawiya · Idlieb · Homs · Houla · Tremseh · Alep · Al-Koubeir · Darayya · 1er Khan-Al-Asal · al-Bayda et Baniyas · Hatla · 2e Khan-Al-Asal · Ghouta (Damas) · Adra · Racca · Jarablus · Maan


- Victimes non-combattantes : 2313 civils exécutés -


Débordements du conflit

Incidents frontaliers Syrie-Turquie · Incidents frontaliers Syrie-Israël · Conflit au Liban · Embuscade d'Akachat · Opération al-Shabah



Patrimoine syrien
en péril ou détruit (liste détaillée)
Coordonnées 34° 30′ 43″ N 36° 34′ 35″ E / 34.511944444444, 36.57638888888934° 30′ 43″ Nord 36° 34′ 35″ Est / 34.511944444444, 36.576388888889  

Géolocalisation sur la carte : Syrie

(Voir situation sur carte : Syrie)
 Différences entre dessin et blasonnement : Seconde bataille de Qousseir.

La seconde bataille de Qousseir est une bataille pour le contrôle de la ville de Qousseir dans l'ouest de la Syrie pendant la guerre civile syrienne. Elle oppose les insurgés de l'Armée syrienne libre (ASL) et du front al-Nosra aux forces armées syriennes, soutenues par le Hezbollah libanais. Elle débute le 19 mai 2013 lorsque les forces gouvernementales imposent un siège à la ville.

En 2012, la ville avait été conquise par la brigade Omar al-Farouq, de l'Armée syrienne libre, repliée de Homs, soutenue par le Fatah al-Islam (voir première bataille de Qousseir).

Pendant le mois précédent, les forces armées syriennes ont reconquis les villages environnants, ce qui leur a permis d'encercler la ville[12].

Juste avant l'offensive, des avions de l'armée de l'air syrienne larguent des tracts sur Qousseir incitant les civils à fuir et les rebelles à se rendre, mettant en garde contre une offensive imminente des forces syriennes sur la ville alors détenue par les insurgés.

La bataille est décrite comme le possible tournant du conflit. Sa prise par les forces de Bachar el-Assad permettrait en effet de sécuriser la route reliant Damas au littoral méditerranéen ainsi que de couper l'approvisionnement des rebelles combattant à Homs[13].

Déroulement de la bataille[modifier | modifier le code]

Le 20 mai, soit le lendemain du déclenchement de l'offensive loyaliste, le régime affirme avoir repris la ville[14]. En réalité, les rebelles livrent une résistance féroce dans la ville.

Le 23 mai, la Conférence internationale des amis de la Syrie a demandé à l'Iran et au Hezbollah de se retirer immédiatement du territoire syrien[15].

Le 25 mai, des barrages d'artillerie gouvernementaux touchent Qousseir et les régions environnantes sous contrôle rebelle tandis que l'armée de l'air continue ses raids aériens sur la ville[16],[17]. 40 obus en moyennent tombent chaque minute sur la ville dans la journée[18].

Le 28 mai, le chef d'état-major de l'ASL, Salim Idriss, lance un ultimatum au gouvernement libanais lui demandant de retirer les combattants du Hezbollah, promettant de « poursuivre les miliciens où qu'ils se trouvent », faisant porter la responsabilité de ce qui se passe au président Michel Sleiman[19].

Le 29 mai, l'ONU condamne l'« intervention de combattants étrangers luttant pour le compte du régime syrien », faisant référence implicitement au Hezbollah libanais[20].

Le 31 mai, selon Georges Sabra, vice-président du CNFOR, 1 000 autres rebelles viennent renforcer les positions insurgées à Qousseir encerclée par le Hezbollah et l'armée syrienne. 15 000 civils restent par ailleurs pris au piège dans Qousseir, alors que la nourriture et l'eau se font rares[21].

Les rebelles plaident pour une aide militaire et médicale occidentale, du fait que les médecins dans la ville assiégée n'ont pas les moyens de soigner les 800 blessés dans les hôpitaux[22].

Le 1er juin, les rebelles lancent un assaut contre la base aérienne d'al-Dabaa[23]. Au moins 15 chars gouvernementaux se massent à l'entrée du village de Dabaa[24].

Le 2 juin, le Comité international de la Croix-Rouge demande un cessez-le-feu afin d'évacuer les civils blessés[25]. L'ONU affirme que 1 500 civils ont besoin d'être évacués immédiatement. La Russie bloque en revanche la déclaration de l'ONU[26].

Le 5 juin, la télévision d'État syrienne indique que les forces loyales à Al-Assad ont entièrement sécurisé la ville[27],[28]. Des rebelles auraient réussi à se replier avec leurs armes à 6 km au nord dans le village de Dabaa, près de la base aérienne[29],[30]. Les rebelles admettent leur défaite le jour même[31].

Assaut final de Qousseir[modifier | modifier le code]

Au matin du 5 juin 2013 l'armée syrienne a repris le contrôle de la totalité de la ville stratégique de Qousseir, suite à l’effondrement des lignes de défense des rebelles deux heures après le début d’une offensive surprise, lancée à l’aube. Les insurgés rescapés ont évacué la ville du centre-ouest de la Syrie vers les localités de Dabaa et de Boueida Charkié, plus au nord. Une partie se serait enfuie vers la localité libanaise de Ersal. Ils ont laissé sur place des tonnes d’armes et de munitions ainsi que des hôpitaux de campagne, équipés de matériel médical neuf et moderne, sans doute livré par les pays qui soutiennent l’opposition syrienne.

La défaite des rebelles a été reconnue par la Commission générale de la révolution syrienne. « Oui nos frères, c'est une manche que nous avons perdue », peut-on lire sur la page Facebook de cette organisation. Dans un communiqué publié quelques heures après la chute de Qousseir, l’armée syrienne a promis « d'écraser » les rebelles à travers le pays. « Après les exploits successifs dans sa guerre contre le terrorisme organisé, nos forces armées affirment qu'elles n'hésiteront pas à écraser les hommes armés, où qu'ils soient et dans chaque recoin du territoire syrien », a-t-elle affirmé. « Nos forces armées ont pu à l'aube rétablir la sécurité à Qousseir et la nettoyer des terroristes après une série d'opérations délicates menées dans cette ville et dans les localités alentour », ajoute le texte. L'armée a parlé d'« une victoire réalisée par nos héros. C'est un message clair à tous ceux qui participent à l'agression contre la Syrie, à leur tête l'ennemi sioniste et ses agents dans la région et sur le terrain ». « Les forces armées sont prêtes à faire face à toute agression contre notre patrie. Notre bataille contre le terrorisme se poursuit pour ramener la sécurité et la stabilité sur chaque parcelle de notre territoire », conclut le texte.

De son côté, l'Iran a « félicité l'armée et le peuple syrien » pour la victoire sur les « terroristes » à Qousseir, a déclaré le vice-ministre des Affaires étrangères, Hossein Amir Abdolahian[32].

Les Occidentaux, qui avaient réclamé l’ouverture d’un passage sécurisé pour évacuer les blessés, n'ont pas commenté la reprise de Qousseir par l'armée syrienne, de même que les responsables politiques israéliens.

Les médias israéliens, eux, se sont montrés plus loquaces. La deuxième chaine de télévision du pays a déclaré que la prise de Qousseir par l’armée syrienne « empêchera les rebelles de lancer des contre-attaques pendant des mois ». « Le contrôle de cette ville par les troupes régulières prive les insurgés d’une de leurs plus importantes voies de ravitaillement en armes à partir du Liban et ouvre une route stratégique entre Damas et le littoral syrien ». « Les réalisations de l’armée syrienne à Qousseir montrent que le président Bachar al-Assad contrôle les régions les plus importantes de Syrie », a ajouté la télévision israélienne[33].

Opérations ultérieures[modifier | modifier le code]

Le 6 juin, Dabaa, premier point de repli des rebelles, est repris par l'armée syrienne[34].

Le 8 juin, le gouvernement syrien a affirme avoir repris le contrôle de Boueida al-Charqiya (12 km au nord de Qousseir), dernier bastion rebelle du district de Qousseir[35].

Les pertes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Syria crisis: Iranian troops join battle for Qusair, The Guardian, 22 mai 2013
  2. a et b The Washington Institute : The Qusayr Rules: The Syrian Regime's Changing Way of War, par Jeffrey White.
  3. Al Jazeera : Syria and Hezbollah bolster forces in Qusayr
  4. (en) Hezbollah fighters 'invading' Syria - rebel chief, BBC News, 30 mai 2013
  5. a, b et c Reuters : Syrian rebels lose strategic town in boost for Assad, par MARIAM KAROUNY.
  6. Hezbollah Operatives Killed in Syria – Update *
  7. Times Live : Hezbollah losses laid bare after victory in Syrian town
  8. The New Yorker : The Shadow Commander
  9. Almanar : Syria: Qusayr Battle’s Unofficial Story
  10. L'armée syrienne s'empare de la ville-clé de Koussaïr Reuter repris par Le Nouvel Observateur, 5 juin 2013
  11. خاص: 1257 قتيلاً و1192 جريحاً ونحو 1000 أسير 63% منهم غرباء حصيلة خسائر المسلحين بالقصير
  12. Qousseir la rebelle inexorablement encerclée par l'armée syrienne AFP repris par Le Point, 14 avril 2013
  13. (en) Syria fighting flares both sides of Lebanese border, Reuters, 21 avril 2013
  14. (en) Strategic city of Qusayr falls into hands of Assad forces, Middle East Online, 19 mai 2013
  15. (en) Friends of Syria demands Hezbollah, Iran fighters withdraw, Ynetnews, 23 mai 2013
  16. (en) Syria rebels fight on as peace talks pressure mounts, AFP, 25 mai 2013
  17. (en) Syria fight rages amid pressure for talks, The Sidney Morning Herald, 25 mai 2013
  18. (en) Battle for Syria's Qusayr intensifies, Al Jazeera, 26 mai 2013
  19. Ultimatum de l’ASL au Liban, L'Orient-Le Jour, 28 mai 2013
  20. Combattants étrangers soutenant le régime syrien : condamnation de l'ONU, La Voix de la Russie, 29 mai 2013
  21. (en) Syria's Assad warns Israel on air strikes, BBC News, 31 mai 2013
  22. (en) Syrian rebels plead for help as army pounds Qusair, The Jerusalem Post, 30 mai 2013
  23. (en) Fighting in Syria's Qusair, UN says world watching, Reuters, 1er juin 2013
  24. (en) Rockets, mortar rounds fired from Syria land in Hezbollah stronghold in eastern Lebanon, Fox News, 1er juin 2013
  25. (en) Syria conflict: Red Cross 'alarmed' over Qusair, BBC News, 2 juin 2013
  26. (en) Syrian civil war: Russia blocks UN declaration to allow humanitarians into Qusayr, ABC News, 2 juin 2013
  27. (en) Syrian rebels 'can fight Hezbollah in Lebanon' - Idriss, BBC News, 5 juin 2013
  28. Syrie : l'armée contrôle le bastion rebelle de Qousseir Le Parisien, 5 juin 2013
  29. (en) Syrian army captures strategic border town of Qusair, Reuters, 5 juin 2013
  30. Syrie: l'armée contrôle la "totalité" du bastion rebelle de Qousseir AFP repris pas La Croix, 5 juin 2013
  31. Syrie: les rebelles confirment la prise d'al-Qusayr par l'armée, Le Figaro, 5 juin 2013
  32. (en) Syrian town of Qusair falls to Hezbollah in breakthrough for Assad, The Guardian, 5 juin 2013
  33. L’armée syrienne prend Qoussair, les rebelles s’enfuient, Mediarama, 5 juin 2013
  34. L'armée syrienne pourchasse les rebelles au nord de Qousseir AFP repris par L'Orient Le Jour, 7 juin 2013
  35. Syrie: le régime reprend toute la région rebelle de Qousseir AFP repris par Libération, 8 juin 2013