Hassan Nasrallah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nasrallah (homonymie).
Hassan Nasrallah
Graffiti représentant Hassan Nasrallah.
Graffiti représentant Hassan Nasrallah.
Fonctions
Secrétaire général du Hezbollah
En fonction depuis le
Prédécesseur Abbas Moussaoui
Biographie
Date de naissance (53 ans)
Lieu de naissance Beyrouth, Liban
Nationalité drapeau du Liban Libanaise
Parti politique Hezbollah
Religion Islam chiite

Hassan Nasrallah (en arabe : حسن نصر الله), né le , est un homme politique libanais, secrétaire général de l'organisation chiite Hezbollah depuis 1992.

Années de formation et vie privée[modifier | modifier le code]

Hassan Nasrallah est né le dans le quartier de Bourj-Hammoud (Beyrouth-Est). Aîné d'une famille de neuf enfants, son père, Abdel Karim, épicier de son état, est membre du Parti social nationaliste syrien.

Nasrallah débute des études théologiques à l'école publique de Sin el-Fil, un quartier où cohabitent chrétiens et musulmans à l’est de Beyrouth, ce qui lui permet de faire la connaissance de chrétiens libanais. En 1975, lorsque la guerre civile éclate au Liban, sa famille est obligée de retourner dans leur village d'origine, Bazourié, proche de la ville de Tyr (Sud). C'est là qu'il décide de rejoindre le mouvement Amal ("Espoir"), une organisation chiite politique et paramilitaire.

Il étudie la théologie dans la ville de Nadjaf en Irak pour devenir ecclésiastique. L'imam Mohammed Bakr al-Sadr, fondateur du parti ad-Daawa, lui présente l'étudiant libanais Abbas Moussaoui avec qui il se lie d'amitié. À partir de 1978, l'intensification de la répression du gouvernement de Saddam Hussein à l'encontre des religieux chiites l'oblige à rentrer au Liban.

Officiellement, Nasrallah vit aujourd'hui avec sa femme et ses trois enfants : son aîné, Hadi, a été tué alors qu'il combattait l'armée israélienne au Liban sud à Jabal al-Rafei, en 1997.

D'Amal au Hezbollah (1978-1991)[modifier | modifier le code]

Il étudie et enseigne ensuite à l'école du cheikh Abbas Moussaoui, devenu dirigeant d'Amal. Il gravit les échelons du parti qui représente le courant favorable aux idées de l'ayatollah Rouhollah Khomeiny et en particulier au velayet-e faqih. Il est tout d'abord élu délégué politique pour la Bekaa, faisant de lui un membre du bureau politique central. En 1982, après l'invasion israélienne du Liban, Moussaoui et Nasrallah quittent Amal pour rejoindre la nouvelle organisation chiite libanaise, le Hezbollah, soutenu par l'Iran.

S'il devient à vingt-deux ans un des fondateurs du Hezbollah, il ne fait pas alors partie du directoire suprême. Il reçoit la charge de la mobilisation, puis il devient responsable pour les régions de Baalbek et enfin de l'ensemble de la Bekaa.

Désireux de reprendre ses études en théologie, il part pour la ville iranienne de Qom en 1989. Mais il est obligé de revenir au Liban lorsque les troupes du Hezbollah et d’Amal se combattent.

À la tête du Hezbollah (1992-2000)[modifier | modifier le code]

Après l'assassinat d'Abbas Moussaoui le par Israël (un tir de missile), Hassan Nasrallah est invité par l'ayatollah Ali Khamenei et par le Conseil des sages du Hezbollah à prendre la tête du parti ; l'Iran est en effet, avec la Syrie, le principal bailleur de fonds de ce parti.

Sous la conduite de Nasrallah, le Hezbollah devient un adversaire sérieux de l'armée israélienne au Sud-Liban. Avant son accession au poste de secrétaire général, les combattants du Hezbollah mènent des attaques frontales contre l'armée israélienne, laissant derrière eux des dizaines de morts. La stratégie du parti change sous son impulsion, les attaques deviennent plus ciblées et plus efficaces. Pour le Hezbollah, le retrait israélien du Sud-Liban est la conséquence de leur action militaire et Nasrallah incarne cette victoire.

Le combat contre Israël à la source de sa popularité (2000 à aujourd'hui)[modifier | modifier le code]

Après le retrait israélien, Hassan Nasrallah réalise un échange de prisonniers avec Israël : des centaines de Palestiniens et de militants du Hezbollah sont libérés. Toutefois, après le départ israélien, les fermes de Chebaa restent une pomme de discorde entre le Hezbollah et Israël. Nasrallah appelle alors à la « poursuite de la résistance contre l'occupation israélienne au Liban ».

Le retrait d'Israël du Liban sud l'a consacré comme un héros pour beaucoup de Libanais[1]. Pour certains, sa principale force tient de son esprit de synthèse du chiisme arabe et iranien, de l'islamisme et du nationalisme arabe, du visage occidental du Liban et de son appartenance au monde arabe[2].

Pendant la guerre de l'été 2006 contre Israël, de nombreuses chansons ont pour sujet Hassan Nasrallah. L'une d'elles, composée par le chanteur libanais Alaa Zalzali, rend hommage pendant le conflit avec Israël aux vertus d'Hassan Nasrallah[3]. En Israël, le groupe Frishman and the Pioneers compose une chanson intitulée « Yalla Ya Nasrallah » qui défend un point différent des chansons précédentes[4].

Un personnage-clef de la vie politique libanaise (2005 à aujourd'hui)[modifier | modifier le code]

Après l'assassinat de l'ancien premier ministre libanais Rafiq Hariri le 14 février 2005, il réagit à la tête du Hezbollah contre la « Révolution du cèdre » dont les membres demandaient le départ des troupes syriennes des territoires libanais. Nasrallah appelle les Libanais à manifester le 8 mars pour remercier l'armée syrienne et rendre hommage aux sacrifices de ses soldats sur le sol libanais pendant de longues années de guerre civile libanaise, un point de vue contraire à celui du mouvement du 14-Mars qui y voyait une armée d'occupation. Cette manifestation emblématique donne le nom de « mouvement du 8-Mars » aux opposants à la Révolution du cèdre (appelés aussi « mouvement du 14-Mars »).

Le , après plusieurs mois de négociations avec le Courant patriotique libre, Nasrallah rencontre Michel Aoun pour signer un document d'entente de dix points[5].

Le 7 mai 2008, en réaction à la volonté du gouvernement libanais de faire gérer par l'armée les infrastructures du Hezbollah, il menace de « couper la main » de quiconque « touchera aux armes de la résistance »[6]. Ses partisans prennent possession de Beyrouth Ouest avant d'ordonner le 10 mai à ses hommes de laisser la place à l'armée libanaise. Si les combats se poursuivent un temps dans le Chouf et à Tripoli, Nasrallah accepte la médiation du Qatar pour mettre fin aux hostilités au Liban. Cet événement marque une étape dans l'évolution de la popularité du dirigeant chiite auprès de ses compatriotes[7].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Conférences de presse et discours[modifier | modifier le code]


Références[modifier | modifier le code]

  1. Gilles Paris, "La presse arabe s'enthousiasme du retrait israélien du Liban", in LE MONDE, 26 mai 2000
  2. Hassan Nasrallah, ce chiite que les sunnites admirent, RFI
  3. Ya Nasrallah sur YouTube
  4. Yalla Ya Nasrallah
  5. Le Document d’entente mutuelle entre le Hezbollah et le Courant patriotique libre
  6. « Les enjeux de la crise libanaise », in LEMONDE.FR, 9 mai 2008. Citation : « Saad Hariri […] a proposé que toutes les décisions relevant des infrastructures du Hezbollah soient prises en charge par l'armée. L'opposition a rejeté en bloc cette initiative. Le réseau de télécommunications est une partie essentielle de l'arsenal du Hezbollah dans sa « résistance contre Israël », a dit cheikh Nasrallah, qui a menacé de couper la main de quiconque « touchera aux armes de la résistance ». »
  7. Mireille Duteil, Émilie Sueur (correspondant à Beyrouth) et Denise Ammoun (correspondante au Caire), « Nasrallah, le dynamiteur », in Le Point, 15 mai 2008, nº 1861. Citation : « Mais, le 7 mai, le mouvement de sympathie […] qui unissait, bien au-delà des chiites, nombre de Libanais chrétiens, druzes ou sunnites à Hassan Nasrallah, le patron du Hezbollah, a volé en éclats. Ce petit homme charismatique, magicien du verbe, était crédité d'avoir chassé les Israéliens du sud du Liban en 2000. […] il était presque devenu un héros au pays du Cèdre et dans nombre de pays arabes. […] En une semaine, Hassan Nasrallah, le leader chiite de 47 ans, toujours coiffé du turban noir des Seyyed, les descendants du Prophète, s'est mué en fossoyeur de la fragile unité libanaise. »
  8. "Première apparition publique d'Hassan Nasrallah dans la banlieue sud de Beyrouth", in LEMONDE.FR, 22 septembre 2006

Liens externes[modifier | modifier le code]