Benozzo Gozzoli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Autoportrait dans le Cortège des Mages 1459
avec son nom comme auteur
en latin sur le bonnet :
OPVS BENOTII (« œuvre de Benozzo »)

Benozzo Gozzoli, Benozzo di Lese di Sandro (Sant'Ilario a Colombano, près de la Badia di Settimo, frazione de Scandicci, 1420 ou 1424 - Pistoia, 1497) est l'un des peintres majeurs de l'école florentine dont le chef-d'œuvre reste le Cortège des mages du palazzo Medici-Riccardi.


Biographie[modifier | modifier le code]

Benozzo di Lese arrive avec sa famille à Florence en 1427. Il se forme auprès de Fra Angelico au couvent San Marco où beaucoup d'œuvres sont exécutées depuis les dessins du maître, puis entre 1444 et 1447 comme orfèvre dans l'atelier de Ghiberti et travaille avec lui et son frère Vittorio Ghiberti à la porte du Paradis du baptistère Saint-Jean.

En mai 1447, il part à Rome avec Fra Angelico appelé auprès du pape Eugène IV pour des décorations au Vatican puis à la Cappella Niccolina de Nicolas V. Sa grande renommée de décorateur commence avec les fresques (disparues) peintes durant ce séjour, à l'église Sainte-Marie d'Aracœli (Saint Antoine et deux anges) et à Sainte-Marie-Majeure. Il le suit également en Ombrie lors de travaux de fresques sur la voûte de la cathédrale d'Orvieto.

En 1449, il quitte Fra Angelico et reste en Ombrie pour une Annonciation à Narni, signée OPU[S] BENOT[I] DE FLORENT[IA], au monastère de San Fortunato, près de Montefalco, pour une Vierge à l'Enfant avec saints et anges et d'autres travauxdont un retable de saint Thomas recevant la ceinture de la Vierge (musée du Latran), dans la chapelle de Saint-Jérôme la Vierge et les saints, la Crucifixion et d'autres sujets ; sa dernière peinture au monastère où il remplit de divers sujets sur la vie des saints dans lesquels il insère les portraits de Dante, de Pétrarque et de Giotto, travail terminé en 1452.

Il reste à Montefalco (avec un séjour à Viterbe) probablement jusqu'en 1456, employant Pier Antonio Mezzastris comme assistant. De là il part à Pérouse où il peint pour une église une Vierge et des saints (conservée au musée local) puis retourne dans la ville de son enfance, Florence.

Cortège des Mages 1459, fresque
figurant la Maison de Médicis
Chapelle des Mages Palais Medici-Riccardi

Une fois de retour à Florence en 1459, il termine son chef-d'œuvre : le cycle de la chapelle des Mages du palais Medici-Riccardi à Florence et dans lequel il signe en se représentant avec un bonnet portant l'inscription latine OPUS BENOTII. Il choisit aussi les villes de la région, loin des grandes commissions du pouvoir citadin central, pour exprimer son art : Saint Augustin protégeant la ville de la peste (1464) pour l'église Sant'Agostino à San Gimignano (1463-1467).

Il part ensuite à Pise, où il ouvre un atelier pour exécuter, entre 1468 et 1484, les fresques de 22 scènes bibliques du Camposanto (presque entièrement détruites aujourd'hui par les bombardements de 1944) et pour lesquelles il a été probablement assisté par Zanobi Machiavelli.

En 1478, les autorités de Pisan lui donnent, comme marque de leur respect, un tombeau au Campo Santo et il possède sa propre maison à Pise, et maisons et terres à Florence.

En 1495 il retourne à Florence après la venue de Charles VIII de France en Italie et à l'expulsion des Médicis, ses protecteurs. Quelques mois plus tard il est à Pistoia où est son fils Francesco, son collaborateur, et le magistrat Giovan Battista.

Le jour avant sa mort ses fils vendent deux tableaux au cardinal Niccolò Pandolfini, évêque de Pistoia, exécutées avec la collaboration de ses fils Francesco et Alessio : la Déposition de la Croix du Musée Horne à Florence et la Resurrezione di Lazzaro (National Gallery of Art de Washington), dans lesquels on ne trouve plus trace de sa décoration forte, mais plutôt les modalités austères et dramatiques influencées par la prédication de Jérôme Savonarole.

Femmes au tombeau,1441
Couvent St Marc, Florence

Il meurt en 1497, à Pistoia, de la peste.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Chronologie :

Années 1440[modifier | modifier le code]

  • L'Enlèvement d'Hélène (c. 1437-1439) - tempera sur panneau, 51 × 61 cm, National Gallery, Londres
  • Femmes au tombeau, 1440-1441, fresque, Couvent San Marco, Florence
  • Adoration des mages (1440-1441) , fresque, San Marco, Florence
  • Vierge à l'Enfant bénissant[1], 1449, Tempera sur soie sur cadre de bois, 254 cm × 130 cm, Santa Maria sopra Minerva, Rome
  • Annonciation[2], 1449, tempera sur bois, 120 × 140 cm, Pinacoteca Comunale, Narni

Années 1450[modifier | modifier le code]

Départ d'Antioche
de St Jérôme
,1452
San Francesco, Montefalco
  • Fresques du Monastère San Fortunato, Montefalco, 1450
    • Vierge à l'Enfant entre saint François et saint Bernardin de Sienne[3]
    • Saint Fortunat trônant[4], 200 × 110 cm
    • Vierge à l'Enfant[5], 250 cm × 135 cm
  • Fresques de la Chapelle de San Gerolamo, San Francesco, Montefalco, 1452
    • Vierge à l'Enfant entourée par les saints[6]
    • Le Départ de saint Jérôme d'Antioche
    • Saint Jérôme retirant une épine de la patte d'un lion
  • Saint Antoine de Padoue[7], 1450, panneau, Église Sainte-Marie d'Aracœli, Rome
  • Madonna della Cintola (1450) - tempera sur panneau, 133 cm × 165 cm, Vatican
  • Vierge à l'Enfant avec les saints François et Bernardin, et Fra Jacopo[8], v. 1452, tempera sur panneau, 34 cm × 54 cm, Kunsthistorisches Museum, Vienne
  • Vierge à l'Enfant avec les saints Jean-baptiste, Pierre, Jérôme et Paul dite Pala della Sapienza Nuova (1456) - tempera sur panneau, 122 cm × 212 cm, Galerie nationale de l'Ombrie, Pérouse
  • Sainte Ursule avec deux anges et un donateur[9], 1455-1460, tempera sur bois, 44 5 × 28 5 cm, National Gallery of Art, Washington
  • Cortège des trois rois mages figurant la maison de Médicis (1459-1460), fresques, Chapelle des Mages, Palazzo Medici Riccardi, Florence

Années 1460[modifier | modifier le code]

Miracle de saint Dominique, 1461
Pinacothèque de Brera,Milan
  • Saint Dominique ressuscitant Napoleone Orsini, 1461, tempera sur panneau, 25 cm × 35 cm, pinacothèque de Brera, Milan
  • La Chute de Simon Magus[11] (1461-1462) - tempera sur panneau, 24 cm × 35,5 cm, Royal Collection, Hampton Court
  • La Danse de Salomé (1461-1462) - tempera sur panneau, 23,8 cm × 34.3 cm, National Gallery of Art, Washington
  • Histoire de saint Augustin[12], 1464-1465, fresques, Sant'Agostino, San Gimignano
  • Les Quatre Évangélistes (1464-1465), fresque, Sant'Agostino, San Gimignano
  • Saints (1464-1465), fresques, Sant'Agostino, San Gimignano
  • Saint Sébastien intercesseur (1464-1466), fresque, 527 cm × 248 cm, Sant'Agostino, San Gimignano
  • Le Martyre de saint Sébastien[13], 1465, tempera sur panneau, 525 cm × 378 cm, église collégiale de San Gimignano
  • Le Mariage mystique de sainte Catherine (1466) - tempera sur panneau, 90 cm × 50 cm, Pinacoteca Comunale, Terni
  • Vierge à l'Enfant entre les saints André et Prosper[14] dite Madonna dell'Umiltà, 1466, tempera sur panneau, 137 cm × 138 cm, Museo Civico, San Gimignano

Années 1470-1480[modifier | modifier le code]

Rencontre à la Porte d'or, 1484
Histoire de la Vierge, Castelfiorentino
  • Triomphe de saint Thomas d'Aquin (1471) - tempera sur panneau, 230 cm × 102 cm, musée du Louvre, Paris
  • les Vendanges et l'Ivresse de Noé (1469-1484), fresque, Camposanto, Pise
  • Histoire de la Vierge[15], 1484, fresques transférées sur toile, Biblioteca Comunale, Castelfiorentino
  • Déposition de la Croix[16],1491, huile sur toile, 180 cm × 300 cm, Musée Horne, Florence

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Giorgio Vasari le cite et décrit sa biographie dans Le Vite :
Page ?? - édition 1568
058 le vite, benozzo gozzoli.jpg

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]