Domenico di Michelino

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dante con in mano la Divina Commedia, Santa Maria del Fiore, Florence

Domenico di Michelino (Florence, 1417 – Florence, 1491) est un peintre italien de l'école florentine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bien que Vasari l'indique comme élève de Fra Angelico, il semble plus probable que Domenico di Michelino soit celui d'Alesso Baldovinetti ou de Francesco di Stefano Pesellino.

L'unique œuvre qui lui soit attribuée indiscutablement est le Portrait de Dante Alighieri, la ville de Florence et l’allégorie de la Divine Comédie[1] (1465) dans la nef de Santa Maria del Fiore.

L'oeuvre[modifier | modifier le code]

On peut voir sur cette image que Dante, au centre, tient la Divine Comédie, son œuvre... À droite descendent les morts, jusqu'aux enfers, derrière Dante nous pouvons voir le purgatoire... À la gauche de Dante, on peut voir le toit de la Basilique de Florence, qui n'était pas encore construite à l'époque de Dante, c'est juste pour montrer la ville de naissance de celui-ci qu'elle figure sur la fresque...

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Dante con in mano la Divina Commedia, v. 1465, tempera sur toile, 232 × 290 cm, nef de Santa Maria del Fiore, Florence
  • Madonna dell'Umiltà con due angeli (1465), au musée de la loggia del Bigallo.
  • À la Galleria dell'Accademia de Florence :
    • I tre Arcangeli e Tobiolo (1465),
    • La Sainte Trinité (un trône de grâce) (1460-1470)
    • Le Jeune Tobie et les trois archanges, 1468-1475, détrempe sur bois, 170 × 170 cm[2]
    • I Santi Michele Arcangelo, Lorenzo e Leonardo (1469).
  • Madonna con Bambino e santi, au palazzo Communale de San Gimignano
  • Madonna col Bambino, Chiesa di San Pietro a Careggi, Florence
  • Fresques de la chapelle dédiée à saint Léonard, Chiesa di Santa Maria a Peretola, Florence
  • Fresques de la loggia de Brunelleschi, Spedale degli Innocenti, Florence
  • Annunciazione, Chiesa di San Martino a Mensola, Florence
  • San Bonaventura, musée au cloître de Santa Croce, Florence
  • Le Christ devant Ponce Pilate, ...
  • Triptyque de la Passion (1440), attribué par Bernard Berenson, musée des Beaux-Arts de Chambéry

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le poète, présentant son ouvrage ouvert, se tient devant le paysage symbolique de la Divine Comédie : à gauche, l'enfer ; au fond, le paradis, auquel mènent les sept cercles du purgatoire ; à droite, la ville de Florence.
  2. Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti : La Peinture à Florence, Editions Place des Victoires,‎ 2000, 685 p. (ISBN 2-84459-006-3), p.81

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]