Robert Peary

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Peary.
Robert Peary

Robert Edwin Peary, né le 6 mai 1856 et mort le 20 février 1920, est un explorateur américain, surtout connu pour ses expéditions arctiques à travers le Groenland (1886, 1891-1892) et à destination du pôle Nord (1893-1895, 1896, 1897, 1898-1902, 1905-1906, 1908-1909).

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est surtout connu pour avoir conduit l'expédition qui la première aurait atteint le pôle Nord le 6 avril 1909, en traîneau à chiens, lors de sa huitième et dernière expédition.

Dès son retour, il suscite la polémique avec Frederick Cook, qui, lui aussi affirmait avoir atteint le pôle nord, mais le 21 avril 1908. La controverse sera tranchée par le congrès des États-Unis, qui fait officiellement de Peary le premier vainqueur du pôle Nord.

L'analyse moderne montre que, en fait, Peary n'a certainement pas atteint le pôle, et que Cook ne l'a probablement pas fait non plus.[réf. nécessaire][1] Pour ce qui concerne Peary, les informations sur la dernière partie de son voyage (du 87° Nord au 90) sont parcellaires, non vérifiées ni étayées par des témoignages ou des relevés concordants ; surtout, d'après son récit la vitesse de progression serait passée de 12 milles par jour à 43, voire 49, valeurs parfaitement irréalistes, sur une route donnée comme quasiment rectiligne alors même qu'il est connu que la zone de banquise traversée était sujette à une importante dérive du fait des vents et des courants.

Alors qu'il n'était plus accompagné que de Matthew Henson et de quatre Inuits (il avait alors renvoyé tous les autres membres de son expédition) Peary cessa même de relever quotidiennement sa position ; contrairement à son habitude, il ne fait pas non plus contrôler ses observations par Henson, qui savait faire le point. Enfin, il semble que les pages de son journal des journées du 6 au 8 avril 1909 n'aient pas été remplies, mais remplacées ultérieurement par des feuilles volantes. Une relecture de son carnet de bord en 1996 laisse penser qu'il n'avait qu'approché le pôle, au mieux, que d'une trentaine de kilomètres.

Vu que l'exploit de Frederick Cook est aussi contesté par les historiens[2], le premier à avoir atteint le pôle nord par voie terrestre est sans doute Ralph Plaisted, qui y est arrivé à l'aide de motoneiges, en avril 1968. Et le britannique Wally Herbert est le premier homme à avoir rejoint, sans contestations, le pôle nord à pied, avec des traîneaux à chiens, le 6 avril 1969[3].

Ingénieur civil de la marine, Peary organisa sa vie en fonction de son ambition. Dès 1886, il séjourna fréquemment au Groenland pour s'acclimater et apprendre les techniques esquimaudes adaptées aux déplacements dans les contrées polaires. En 1892, malgré une jambe brisée par un retour de barre, il navigua suffisamment au nord pour prouver l'insularité du Groenland. En 1905, il remplaça le petit yacht de ses premières expéditions, le Winward, par un navire spécialement conçu pour ses explorations, le Theodore Roosevelt.

Il relata ses expéditions dans plusieurs ouvrages : Northward over the Great Ice (1898), Nearest to the Pole (1907), The North Pole (1908) et Secrets of Polar Travel (1917).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Malaurie, Ultima Thulé, Pocket (ISBN 9782266181488), pp.199-242
  2. Revue Historia, avril 1999, no 628
  3. (en) « Greatest polar explorer, Sir Wally Herbert dies », sur timesonline,‎ 13 juin 2007 (consulté le 6 novembre 2009)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Roman graphique[modifier | modifier le code]

  • Simon Schwartz, Dans les glaces, éditions Sarbacane, 175 pages, 2013. Récit des expéditions de Peary au Pôle Nord, du rôle de son compagnon Matthew Henson et de la lutte avec Frederick Cook pour la conquête du pôle. L'ouvrage comprend une chronologie historique de 18 pages incluant plusieurs photos.

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Malaurie, Ultima Thulé, Bordas, coll. « Terre Humaine »,‎ 1990, 320 p. (ISBN 978-2-266-18148-8)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :