John Franklin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Franklin.
John Franklin

John Franklin (Spilsby 16 avril 1786 - île du Roi-Guillaume 11 juin 1847) est un explorateur britannique. Au cours de plusieurs expéditions, il aura cartographié près des deux tiers de la côte nord de l'Amérique.

Jeunesse et début de carrière[modifier | modifier le code]

John Franklin nait en 1786 à Spilsby, dans le Lincolnshire, il suit les cours de la King Edward VI Grammar School à Louth. C'est le neuvième d'une famille nombreuse de 12 enfants. Une de ses sœurs est la mère d'Emily Tennyson. Le père de Franklin s'oppose d'abord à l'intérêt de son fils pour une carrière maritime. Mais son fils est déterminé et il finit par lui permettre de s'embarquer sur un navire marchand. La vocation de Franklin en sort renforcée et à l'âge de 14 ans son père l'autorise à s'engager dans la Royal Navy sur le HMS Polyphemus. À partir de cette date Franklin participe à des voyages restés célèbres et à des batailles navales. Il prend part à la bataille de Copenhague en 1801 puis à l'expédition dirigée par son oncle, le capitaine Matthew Flinders qui explore les côtes de l'Australie sur le HMS Investigator. De retour en Europe, il sert à bord du HMS Bellerophon au cours de la bataille de Trafalgar en 1805 et il participe aussi à la bataille de La Nouvelle-Orléans en 1814.

Expédition de David Buchan (1818)[modifier | modifier le code]

Sous la direction de David Buchan une expédition comprenant deux navires le Dorothea et le Trent est chargée de rechercher l'existence d'une mer libre de glace, la mer polaire ouverte, au pôle Nord. John Franklin, alors lieutenant, commande le Trent. Les deux navires sont bloqués par les glaces au nord-ouest du Spitzberg et doivent faire demi-tour après plusieurs semaines d'effort.

Première expédition arctique (1819-1822)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Expédition Coppermine.
Planche extraite du compte-rendu de cette expédition

L'expédition Coppermine de 1819-1822 est guidée par le métis et coureur des bois François Beaulieu. L'objet de cette expédition est d'explorer la côte nord du Canada en y accédant par la rivière Coppermine. Cette expédition britannique est organisée par la Royal Navy et fait partie de ses tentatives de découvrir et de cartographier le passage du Nord-Ouest. John Franklin a sous ses ordres George Back et John Richardson qui deviendront à leur tour des explorateurs polaires connus.

Mariage puis seconde expédition arctique[modifier | modifier le code]

En 1823, après son retour en Angleterre, Franklin épouse la poétesse Eleanor Anne Porden. Leur fille, Eleanor Isabella, nait l'année suivante. Sa femme meurt de tuberculose en 1825, peu de temps après avoir convaincu son mari de ne pas laisser sa mauvaise santé l'empêcher de partir pour autre expédition dans l'Arctique. Cette expédition, un voyage le long du fleuve Mackenzie pour explorer les rives de la mer de Beaufort, est mieux préparée que la première.

Le 29 avril 1829, il est élevé au rang de chevalier par George IV. Le 5 novembre 1828, il épouse Jane Griffin, une amie de sa première femme et une grande voyageuse. Le 25 janvier 1836, il est fait chevalier commandeur de l'Ordre royal des Guelfes par le roi George IV.

Lieutenant-Gouverneur de Tasmanie (1836-1843)[modifier | modifier le code]

Il est gouverneur de Tasmanie de 1836 à 1843.

Expédition à la recherche du Passage du Nord-Ouest (1845-1847)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Expédition Franklin.

Le 19 mai 1845, Franklin et 134 hommes quittent l'Angleterre à bord des HMS Erebus et HMS Terror. Ces deux navires robustes disposent du matériel dernier cri : moteur à vapeur, chauffage, riche bibliothèque et vivres pour trois ans. Mais ces dernières ont été mises en conserve négligemment et s'avèrent contaminées par le plomb de soudure des couvercles. Après une erreur de navigation, il fait une escale à Whitefish Bay, au Groenland.

L'équipage doit hiverner sur la banquise à bord de ses navires et tentera de survivre par la suite sur l'île du Roi-Guillaume. De nombreux hommes y moururent, dont Franklin, et le reste de l'équipage mourut en voulant revenir par le territoire canadien.

Trois années plus tard, l'amirauté lance les recherches avec forte récompense. Le 9 septembre 2014, le gouvernement canadien affirme qu'une expédition a localisé l'épave d'un des deux navires de l'expédition, et présente des images filmées par un robot sous-marin[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Steven Chase, « Long-lost Franklin ship found in Arctic, solving 169-year-old mystery », sur The Globe and Mail,‎ 9 septembre 2014 (consulté le 12 septembre 2014)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Culture populaire[modifier | modifier le code]