Pugny-Chatenod

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pugny-Chatenod
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Chambéry
Canton Aix-les-Bains-Nord-Grésy
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Lac du Bourget
Maire
Mandat
Jean-Guy Massonnat
2014-2020
Code postal 73100
Code commune 73208
Démographie
Population
municipale
975 hab. (2011)
Densité 182 hab./km2
Population
aire urbaine
54 409 hab.
Géographie
Coordonnées 45° 41′ 46″ N 5° 57′ 18″ E / 45.6961111111, 5.95545° 41′ 46″ Nord 5° 57′ 18″ Est / 45.6961111111, 5.955  
Altitude Min. 380 m – Max. 1 539 m
Superficie 5,36 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de Savoie
City locator 14.svg
Pugny-Chatenod

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de Savoie
City locator 14.svg
Pugny-Chatenod

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pugny-Chatenod

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pugny-Chatenod

Pugny-Chatenod est une commune française, située dans le département de la Savoie en région Rhône-Alpes.

Située sur les contreforts du mont Revard, et sur les hauteurs du bassin aixois et du lac du Bourget, la commune est en plein développement.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Située sur la route du Revard, Pugny-Chatenod domine Aix-les-Bains et le Lac du Bourget. La commune appartient à l'arrondissement de Chambéry. La ville d'Aix-les-Bains est située à 3,4 km à vol d'oiseau depuis la commune et la préfecture, Chambéry, à 14 km[1].

La commune est dominée par le Revard et qui, grâce à son belvédère, offre un point de vue à 360° au-dessus du lac du bourget[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Le villahe est limitrophe des communes suivantes :

Communes limitrophes de Pugny-Chatenod
Grésy-sur-Aix Trévignin Montcel
Aix-les-Bains Pugny-Chatenod
Mouxy

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune a porté différents noms au cours du temps. Les archives montrent que l'on nommait le village Pugnus en 1090, Pugneium en 1215 et même Pugné en 1222[3]. On l'appela par la suite, en 1340, de Pognye ; en 1357, Pugniacum, puis Puygné en 1379 et ecclesia Pugneti en 1414[4]. Plus tard, le village prendra son nom définitif en 1602, Pugny, mais Puigné quelques années plus tard en 1606 avant de revenir Pugny en 1782[3]. La suite du nom, Chatenod, proviendrait d'un patronyme lui-même dérivé du latin castanea, signifiant châtaigne[5]. Par ailleurs, en 1772, on nomma donc à la suite de Pugny, le terme Chattenoud[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Pugny-Chatenod a accueili des personnalités célèbres en 1896 dont les têtes couronnées de Hollande qui furent une cure d'air au climatérium des Corbières. Ce monument, édifié en 1893 par le docteur Jean Monard, est actuellement situé à quelques centaines de mètre du bourg par voie routière[6].

La gare du chemin de fer du Revard aurait largement influencée cette présence au climatérium. En effet, le site du Revard devenait de plus en plus une station de sports d'hiver réputée. Le tracé de cette ligne est encore bien visible, tel le viaduc des Fontanettes, encore érigé. Plus tard, en 1935, un téléphérique,remplecera ce chemin de fer[6].

Malgré une augmentation sensible de la population, comme dans l'ensemble de la communauté d'agglomération du lac du Bourget (CALB), le village conserve ses activités agricoles locales et ses traits naturels de paysage montagneux[6]. Des fours à pain, des lavoirs ainsi que des fermes marquent encore le territoire communal[6].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Jean-Guy Massonnat SE Vice-président de la CALB et délégué à l'Administration Générale et Président de la CAO.
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 975 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
1 021 191 296 383 437 489 426 430 461
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
466 455 406 380 410 414 408 335 315
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
323 349 405 374 275 274 230 244 328
1982 1990 1999 2006 2011 - - - -
443 622 704 833 975 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune possède une école municipale[9]. Elle fait partie d’un regroupement pédagogique avec l'école de Trévignin. Les élèves de cycle 3 des deux villages sont regroupés à l’école du village et les plus jeunes (maternelle) sont inscrits à l'école de Trévignin. Cela permet de réunir les enfants d’une même classe d’âge en un même lieu. Le regroupement des deux communes compte 123 élèves répartis en 5 classes différentes[9]. Pour la rentrée 2014, sur la commune, 51 enfants au total sont scolarisés. Il existe deux classes : CE2 et CM1 ; CM1 et CM2[9].

Par ailleurs, l'école appartient à la zone A du calendrier scolaire[10]. Elle relève aussi de l'académie de Grenoble[10].

Santé[modifier | modifier le code]

Aucun médecin généraliste, ou autre service de santé, n'est présent sur la commune[11]. Le plus proche médecin se situe à Mouxy, commune voisine[11].

La clinique privée Herbert, la plus proche de Pugny, se trouve à environ cinq kilomètres depuis le centre du village[12]. Ensuite les hôpitaux les plus proches sont situés sur la ville d'Aix-les-Bains. Le centre hospitalier de Chambéry, situé à une vingtaine de kilomètres au sud de Pugny, est souvent sollicité[12].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Le revenu net déclaré moyen par foyer fiscal en 2009 est de 38 131 €, ce qui est bien plus élevé que celui de la zone de comparaison qui est de 23 761 €[13]. En 2009, 69,2 % des foyers fiscaux sont imposables[13].

Emploi[modifier | modifier le code]

Le taux d'activité des 15 à 64 ans en 2009 est de 69,7 %[13]. Les inactifs représentent donc 30.3 % de la population. Le taux de chômage est particulièrement faible sur la commune : 5,2 %[13].

Établissements[modifier | modifier le code]

Les entreprises à Pugny-Chatenod[13]
Établissements Pugny
Nombre d'établissements actifs au 31 décembre 2010 63
Part de l'agriculture, en % 11,1
Part de l'industrie, en % 0,0
Part de la construction, en % 11,1
Part du commerce, transports et services divers, en  % 61,9
dont commerce et réparation automobile, en % 6,3
Part de l'administration publique, enseignement, santé et action sociale, en % 15,9
Part des établissements de 1 à 9 salariés, en % 22,2
Part des établissements de 10 salariés ou plus, en % 3,2

Agriculture[modifier | modifier le code]

La commune de Pugny, située dans la campagne, est donc couverte par de nombreuses terres en zones agricoles. En 2014, la surface agricole utilisée est de 156 ha, divisée en trois parties[14]. Plus de la moitié de cette surface est occupée par des prairies permanentes avec 91 ha. Suivent ensuite, les prairies temporaires qui représentent 46 ha de la surface agricole utilisée. Le maïs, quant à lui, représente 19 ha[14].

Tourisme[modifier | modifier le code]

La commune de Pugny-Chatenod est située sur les premières hauteurs de la station touristique d'Aix-les-Bains. De plus, elle est située à une dizaine de kilomètres seulement du Revard, pilier du domaine skiable de Savoie Grand Revard. Le Revard est par ailleurs, l'une des toutes premières stations de ski créées en France[15].

Ainsi, le nombre de lits d'hébergement dans la commune en 2014 est de 61 lits marchands et de 624 non marchands[14].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune ne compte aucun monument classé ou incrit au titre des monuments historiques[16].

Le monastère de Béthléem[modifier | modifier le code]

C'est un monastère occupé par les sœurs de Bethléem, de l’assomption de la Vierge et de Saint Bruno[17]. Il a été créé vers les années 1950. Par ailleurs, les moniales vivent à l'intérieur de cette bâtisse. Elles accueillent entre-autres les personnes qui le souhaitent. Des offices réguliers ont lieu dans ce monastère[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Orthodromie entre deux villes », sur Lion1906 (consulté le 14 décembre 2014)
  2. Article du dauphiné, point de vue du Revard.
  3. a et b Université de Californie, Bulletin philologique et historique (jusqu'à 1715) du Comité des travaux historiques et scientifiques, Imprimerie nationale,‎ 1953 (lire en ligne), p. 134.
  4. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Librairie Droz,‎ 1990 (ISBN 9782600028837, lire en ligne), p. 582.
  5. a et b « Pugny-Chantenod », sur Gite de Savoie (consulté le 14 décembre 2014)
  6. a, b, c et d « Pugny-Chantenod », sur Gite de Savoie (consulté le 14 novembre 2014)
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  9. a, b et c « Ecole », sur Pugny-Chatenod (site officiel) (consulté le 17 décembre 2014)
  10. a et b « Savoie (73) > Pugny-Chatenod > École », sur Education.gouv (consulté le 17 décembre 2014)
  11. a et b « Médecin généraliste - Pugny-Chantenod (73100) », sur Pages Jaunes (consulté le 17 décembre 2014)
  12. a et b « Cartes et itinéraires », sur Google Maps (consulté le 17 décembre 2014)
  13. a, b, c, d et e « Pugny-Chatenod (73208 - Commune) », sur Insee (consulté le 17 décembre 2014)
  14. a, b et c « Mouxy-73182 - Fiche communale », sur DDT Savoie (consulté le 17 décembre 2014)
  15. Nathalie Damide, « Savoie Grand Revard, une station familiale et historique », Le Dauphiné,‎ 2011 (lire en ligne)
  16. « [PDF] Territoire d'Aix-les-Bains », sur CAUE de la Savoie (consulté le 17 décembre 2014)
  17. a et b « Le Monastère de Béthléem », sur Grésy-sur-Aix (site officiel) (consulté le 17 décembre 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :