La Biolle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Biolle
Vue de la commune depuis la Chambotte.
Vue de la commune depuis la Chambotte.
Blason de La Biolle
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Chambéry
Canton Albens
Intercommunalité Communauté de communes du canton d'Albens
Maire
Mandat
Jean-Pierre Ginet
2014-2020
Code postal 73410
Code commune 73043
Démographie
Gentilé Biollans
Population
municipale
2 200 hab. (2011)
Densité 169 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 45′ 24″ N 5° 55′ 47″ E / 45.7566666667, 5.9297222222245° 45′ 24″ Nord 5° 55′ 47″ Est / 45.7566666667, 5.92972222222  
Altitude Min. 300 m – Max. 849 m
Superficie 13,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de Savoie
City locator 14.svg
La Biolle

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de Savoie
City locator 14.svg
La Biolle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Biolle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Biolle

La Biolle est une commune française, située dans le département de la Savoie en région Rhône-Alpes. Elle fait partie du pays de l'Albanais et du canton d'Albens.

Ses habitants sont appelés les Biollans.

Géographie[modifier | modifier le code]

  • superficie : 13,04 km2

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le terme Biolle trouve son origine dans le mot latin Betula, mais qui possède une origine celtique. Ce dernier désigne boule ou bouleau[1],[2]. En francoprovençal, on l'écrit Biôla[1] ou Byola[3].

Betula est attesté pour la paroisse au XVIIIe siècle[2],[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de La Biolle

Les armes de La Biolle se blasonnent ainsi : D'or à un bouleau d'argent feuillé de sinople, accostés de deux autres plus petits, le tout posé sur un mont du même, au franc-canton de gueules à la croix d'argent.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
... 1879 Claude Michaud ... ...
1879 1899 François Reinnier ... ...
1899 1902 Augustin Bernard ... ...
1902 1911 François Collomb ... ...
1911 ... Pierre Calloud ... ...
... ... ... ... ...
1922 1937 Chrysostôme Rosset ... ...
... ... ... ... ...
... ... Jean-François Paris ... ...
... ... ... ... ...
1995 mars 2001 Jean-Pierre Ginet ... ...
mars 2001 mars 2008 Jacques Pernoud ... ...
mars 2008 en cours Jean-Pierre Ginet ... ...
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 200 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
928 950 1 021 1 155 1 460 1 724 1 477 1 370 1 866
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
1 465 1 465 1 354 1 349 1 273 1 229 1 216 1 170 1 150
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
1 122 1 118 1 145 1 030 890 955 860 812 861
1982 1990 1999 2006 2007 2011 - - -
1 074 1 353 1 760 2 095 2 143 2 200 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

  • 2 143 habitants
  • 135 hab./km²
  • chômage : 8.3 %
  • revenu moyen par ménage (2004) : 17 725 euros/an
  • 13 entreprises

Logement[modifier | modifier le code]

705 logements :

  • 88,8 % de résidences principales
  • 5,8 % de résidences secondaires
  • 5,4 % de logements vacants
  • 85,3 % de maisons
  • 12,9 % d'appartements
  • 1,8 % d'autres types de logements
  • 94 % de propriétaires
  • 20,3 % de locataires.

Évènements[modifier | modifier le code]

1er mai : depuis plus de 30 ans la foire de La Biolle est renommée avec plus de 10 000 visiteurs. Au cours du temps elle s'est transformée en une foire moins agricole mais plus artisanale et surtout pour une brocante qui rencontre un énorme succès.

La fête à l'ancienne est un événement annuel de la ville de La Biolle, elle consiste à rassembler les habitants des différents hameaux du village qui doivent être habillés à la mode d'antan et organiser plusieurs jeux ainsi qu'un concours de char (le hameau ayant le plus beau obtient le titre pour l'année).

Le Festival du cinéma rural de La Biolle a lieu depuis 25 ans le troisième week-end de novembre. Cette manifestation cinématographique propose chaque année des films, des débats et des rencontres autour du thème de la ruralité. Le festival accueille près de 2 000 spectateurs et fêtera en 2009 sa 25e édition[6].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Clément Marot

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Montfalcon
Article détaillé : Château de Montfalcon.
Le château de Montfalcon est un ancien château fort, du XIIIe siècle, dont les ruines se dressent sur un mamelon, à 542 m d'altitude, au-dessus du hameau de Montfalcon, dominant au nord l'Albenche, à 2,4 km au sud-ouest du bourg. Au Moyen Âge, il fut le centre de la seigneurie de montfalcon, érigée en baronnie, et siège de la châtellenie de Montfalcon.
  • Château de Longefan
Article détaillé : Château de Longefan.
Le château de Longefan est une ancienne maison forte, remaniée à la fin du XVe siècle, qui se dresse, à 450 m d'altitude, entre les hameaux des Plagnes et de Troissy, au pied de la montagne de la Biolle. Le château de Longefan est situé à l'ouest du village au pied de la montagne de la Biolle. Il servait à l'origine à contrôler les voies de circulation qui permettaient de se rendre d'Antoger (près d'Aix-les-Bains) vers Saint-Germain-la-Chambotte, commune voisine. Au Moyen Âge, il fut le centre de la seigneurie de Longefan.
  • Maison forte de Roasson (1412)
  • Maison forte de la Villette (1669), propriété de la Famille Michaud
  • Maison forte des Plagnes (1414), propriété de la Famille Michaud
  • Maison forte de la Mollière (1400)
  • La Châtaigneraie
  • Montagne de la Biolle
  • Grotte de Savigny
  • Marais des Villards
  • Marais du parc

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Charles Marteaux, « Sur le sens et l'étymologie de quelques noms de lieux savoyards », Recueil des travaux de l'Institut de géographie alpine, vol. 6, no 6_2,‎ 1918 (lire en ligne), pp. 138-137.
  2. a et b Chanoine Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé (réimpr. 2004), 516 p. (ISBN 978-2-84206-268-2), p. 452, Article « Frontenex ».
  3. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France. Formations préceltiques, celtiques, romanes, vol. 1 : Formations dialectales (suite) et françaises : étymologie de 35000 noms de lieux, Genève, Librairie Droz,‎ 1990, 708 p., p. 262.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  6. Site du festival

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :