Pouilly-sur-Loire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pouilly-sur-Loire
Le pavillon.
Le pavillon.
Blason de Pouilly-sur-Loire
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Nièvre
Arrondissement Cosne-Cours-sur-Loire
Canton Pouilly-sur-Loire
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes Loire et Vignoble
Maire
Mandat
Jean-Jacques Lété
2014-2020
Code postal 58150
Code commune 58215
Démographie
Population
municipale
1 710 hab. (2011)
Densité 84 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 17′ 01″ N 2° 57′ 30″ E / 47.2836111111, 2.9583333333347° 17′ 01″ Nord 2° 57′ 30″ Est / 47.2836111111, 2.95833333333  
Altitude Min. 143 m – Max. 244 m
Superficie 20,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pouilly-sur-Loire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pouilly-sur-Loire

Pouilly-sur-Loire est une commune française, située dans le département de la Nièvre en région Bourgogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se situe sur la rive droite de la Loire et se trouve a égale distance de l'embouchure et de la source du fleuve[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Tracy-sur-Loire Saint-Andelain Rose des vents
Couargues
(Cher)
N Garchy
O    Pouilly-sur-Loire    E
S
Herry
(Cher)
Mesves-sur-Loire Bulcy

Histoire[modifier | modifier le code]

Pauliacum Super Fluvium Ligerium est à l'origine un domaine gallo-romain. Son nom provient d'un éventuel fondateur.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
« D'azur aux trois bourses d'or accompagnées en chef d'une fleur de lys du même. »

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Jean-Jacques Lété UMP Masseur-kinésithérapeute
Les données manquantes sont à compléter.

Viticulture[modifier | modifier le code]

C'est dans ce milieu naturel façonné par la Loire, qu'ont été implantées les premières vignes, probablement au VIIIe siècle.

Pouilly-sur-Loire, bien que faisant partie administrativement de la région Bourgogne, est une commune viticole classée dans le vignoble de la Loire et plus précisément du vignoble du Centre. Elle est située sur les aires géographiques de l'AOC pouilly-sur-Loire et de l'AOC pouilly-Fumé[2].

La confrérie des Baillis de Pouilly-sur-Loire a été créée pour associer les amateurs de l'appellation.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 710 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 335 2 304 2 568 2 551 3 071 3 202 3 169 3 251 3 169
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 168 3 550 3 330 3 238 3 139 2 986 3 100 3 000 2 840
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 599 2 596 2 434 2 118 2 012 1 932 1 958 1 905 1 880
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 804 1 850 1 790 1 723 1 708 1 718 1 746 1 767 1 742
2011 - - - - - - - -
1 710 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La voie carrossable

Proche de la Loire, une voie identifiable à son chemin pavé, descend droit sur Pouilly au cœur du vignoble et traverse la cité. Elle servait à faciliter le passage des carrosses.

Les murs de la ville

Au Moyen Âge, Pouilly possédait une enceinte de forme rectangulaire, à l'intérieur de laquelle s'est développé le bourg. De forme rectangulaire, l'enceinte était marquée à ses angles nord-est et sud-est par des tourelles et défendue par le château seigneurial.

Le bourg de Pouilly garde d'ailleurs le souvenir de l'organisation logique et orthogonale des rues. Le clos des Chaumiennes est le seul clos qui subsiste.

Le clos des Chaumiennes

Le clos indique une propriété vigneronne entourée de murs, par opposition à un climat, qui est un champ ouvert.

Le vignoble de Pouilly est, en effet, un vignoble ouvert : les vignes n'y sont pas closes, chaque propriétaire disposant de plusieurs parcelles dans des « climats » différents. Sauf à l'intérieur de la ville, où sur le coteau dominant la Loire, se suivaient plusieurs clos.

Le vieux château

Depuis une petite rue longue et étroite montant depuis les bords de Loire jusqu'au centre bourg, se discernent les vestiges de l'ancienne forteresse médiévale qui faisait partie des défenses de la ville sur la Loire.

L'origine du château remonterait à l'époque carolingienne.

À la fin du XIe siècle, il constitue la propriété des Bénédictins de La Charité-sur-Loire, devenus seigneurs temporels de Pouilly par suite du don que leur avait fait Humbault le Blanc avant de partir en croisade.

Le château a beaucoup souffert de la guerre de Cent Ans et des luttes opposant catholiques et protestants.

Ruiné et rebâti à plusieurs reprises, il a été réédifié une dernière fois en 1651.

À la Révolution, le château devient un bien national. Il est acquis, au début du XIXe siècle par la famille Lafond, qui avait pris possession quelques années auparavant du château du Nozet.


Hôtel-Dieu

Hôtel-Dieu construit pendant la campagne de maintien de l'ordre de Louis XIV visant à enfermer les pauvres, nécessiteux et désœuvrés afin de les faire travailler, par décision de l'évêque d'Auxerre André Colbert, et financé par son cousin le prieur de La Charité, seigneur de Pouilly, archevêque de Rouen Jacques-Nicolas Colbert, fils du ministre. Taques de cheminée aux armes des Colbert. Date inscrite au-dessus de la porte d'entrée 1713.

En 1735, cet Hôtel-Dieu est transformé en collège, puis vendu comme Bien National en 1792 à un marchand de fer. Son origine est alors peu à peu oubliée.

Dominant la Loire, construction strictement cubique (12 m x 12 m x 12 m), coiffée d'un toit pyramidal à la Mansart, orientée selon le lever du soleil au solstice d'été et selon le coucher du soleil au solstice d'hiver, sa disposition intérieure est délimitée par une croix latine. Les salles hospitalières sont situées en rez-de-jardin, l'appartement de l'évêque est situé à l'étage en rez-de-chaussée. Deux balcons ornent les façades, dont la ferronnerie porte le C des Colbert.

Cet édifice a retrouvé sa fonction hospitalière en l'an 2000 en abritant un cabinet d'Ostéopathe.

Sources : Archives Départementales d'Auxerre

Église Saint-Pierre

Consacrée en 1120, l'église Saint-Pierre est reconstruite au début du XIIIe siècle.

Puis, comme le château voisin, elle est endommagée pendant les guerres de religion et rebâtie à plusieurs reprises.

L'église est en grande partie reconstruite à la fin du XIXe siècle et inaugurée en 1889.

Demeurent toutefois quelques éléments des édifices précédents, comme la tour clocher datant de la première moitié du XVIe siècle (inscrite aux monuments historiques en 1971).

La chapelle de Lorette

Construite hors les murs de la ville, la chapelle Notre-Dame-de-Lorette a progressivement été entourée par les sépultures du cimetière, et ce depuis 1750.

Ce bâtiment, rare édifice de ce genre dans la Nièvre, est remarquable par sa façade de style Louis XIII. Le portail classique en plein cintre est logé entre deux pilastres supportant un fronton triangulaire sur lequel on lit : « Si l'amour de Marie en ton cœur est gravé en passant ne t'oublie de luy dire un Ave ».

Les quais et le pont de Loire

Pour faciliter le commerce du vin avant l'arrivée du train, les habitants de Pouilly ont entrepris des travaux dans le lit de la Loire pour empêcher qu'elle ne s'éloigne trop des murs de la ville. Ainsi, le XIXe siècle est marqué par la réalisation d'un port avec quais maçonnés et gare d'eau.

Puis, à partir de 1899 est entreprise la construction du pont métallique.

Le village des Loges

Le hameau des Loges possède encore quelques maisons vigneronnes datant du XIXe siècle. Elles sont reconnaissables par la présence d'un escalier enjambant la cave et permettant d'accéder au rez-de-chaussée.

Dans cette région viticole, une grande importance était en effet accordée à la cave : celle-ci était bâtie en premier, et l'habitat surélevé en fonction des contraintes de cette dernière. Ainsi, la cave semi-enterrée permettait une bonne conservation du vin.

Les Plaques Rouges - ETERNITY pour toi

Des plaques rouges parsemées dans le village et les alentours témoignent de la volonté d'anonymes, poussés par l'artiste Greemfeld, à créer. Chaque plaque est gravée d'un message créé par une personne. Celui-ci est diffusé dans l'Univers par onde radio. La Plaque Rouge marque le point d'émission.

Le pavillon et les sentiers du Milieu de Loire

Le Pavillon du Milieu de Loire est situé à Pouilly-sur-Loire (58). C'est un centre d'interprétation offrant les clés pour mieux comprendre cette mosaïque de milieux naturels recelant une faune et une flore diversifiée, et les particularités du vignoble de Pouilly. Pour s'y rendre, rien de plus simple ! une fois arrivé(e) à Pouilly-sur-Loire, suivre les panneaux « Pavillon du Milieu de Loire ».

Au départ de Pouilly-sur-Loire, trois sentiers de petite randonnée vous permettent de découvrir les paysages des bords de Loire :

  • le sentier de l'Île vous conduit au coeur de la Réserve Naturelle du Val de Loire, d'abord sur une grande plage de graviers, le long du fleuve, puis sur une ancienne île, gagnée maintenant par la forêt alluviale
  • le sentier des Loges vous permet de suivre un petit vallon consacré à la vigne dès le XIIIe siècle par les moines chartreux
  • le sentier de la Butte emprunte la voie romaine puis la voie royale sur les traces de l'histoire de Pouilly.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

La commune dans les œuvres et les médias[modifier | modifier le code]

La commune de Pouilly-sur-Loire apparaît dans un film de Roy Boulting, There's a Girl in My Soup (1970) dans lequel le personnage interprété par Peter Sellers va y goûter des vins lors de la Foire aux vins.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site de l'office de tourisme
  2. Placido Llorca, « La commune viticole de Pouilly-sur-Loire », sur Vin Vigne,‎ 2012 (consulté le 29 juin 2012)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011

Site officiel de la Ville de Pouilly-sur-Loire

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :