Sérotinie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Graines de Banksia serrata libérées après un incendie

La sérotinie est le comportement de certaines espèces de plantes qui conservent leurs graines dans un cône ou une coque en bois éventuellement pendant plusieurs années et les relachent après une exposition au feu. Les cônes ou les coques protègent les graines contre les granivores et de la chaleur dégagée par les feux de forêts.

Cependant la chaleur dégagée par un feu de forêt fait fondre la résine qui empêchait l'ouverture du fruit et permet la libération des graines. De telles techniques de survie permettent aux graines libérées après un incendie d'avoir moins de concurrence à affronter pour leur survie.

Les espèces sérotiniques se caractèrisent par une réserve de graines sur la plante elle-même. Les graines tombées sur le sol ont une espérance de vie limitée et sont sensibles aux feux de forêts tandis que dans leurs coques les graines restent viables plusieurs années et protégées du feu. Le feu déclenche la libération des graines et leur permet de tomber sur un sol recouvert de cendres qui augmentent le pH du sol ce qui favorise la germination des graines.

Les espèces sérotiniques qui relâchent un petit nombre de graines spontanément sont dites faiblement sérotiniques.

Les espèces de plantes qui utilisent cette méthode de libération des graines sont généralement du genre Conospermum, Pinus, Eucalyptus, le Séquoia géant et presque toutes les espèces de la famille des Proteaceae.

La sérotinie a été décrite pour la première fois chez les pins en 1880 où les cones qui ne s'ouvraient pas furent dits sérotiniques mais la relation entre les cones qui restaient fermés et le feu n'a été établie qu'en 1977 par J.L. Harper.

Liens internes[modifier | modifier le code]