Pin parasol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Pin parasol ou Pin pignon (Pinus pinea L.) est un arbre caractéristique des régions méditerranéennes, reconnaissable à son port évoquant un parasol déployé. Sa graine, le pignon, est souvent utilisée en pâtisserie. L'arbre appartient au genre Pinus et à la famille des Pinacées. L'arbre est parfois appelé Pin d'Italie.

Description[modifier | modifier le code]

Appareil végétatif[modifier | modifier le code]

Écorce du pin parasol

Le tronc, généralement unique, est parfois divisé à la base. L'arbre pousse en s'adaptant au terrain et en recherchant le soleil, ce qui donne fréquemment des troncs assez peu verticaux. Il dépasse rarement 30 mètres[réf. nécessaire]. Quand il est jeune, son port est sphérique, puis sa cime s'étale en parasol quand il prend de l'âge. L'écorce, très craquelée, est brun rougeâtre avec des nuances grises, puis en plaques de rhytidomes grisâtres caractéristiques quand il vieillit.

Les feuilles sont des aiguilles persistantes, assez peu piquantes, réunies par lots de deux (elles sont dites "géminées") avec leurs bases enserrées dans une même gaine. Leur couleur est souvent un peu glauque.

Sa longévité est estimée à 250 ans[réf. nécessaire].


Appareil reproducteur[modifier | modifier le code]

Cônes mâles de pin parasol
Cônes femelle de pin parasol

Comme tous les pins, c'est un arbre monoïque (cônes mâles et femelles différents et séparés, mais poussant sur la même plante).

Les cônes mâles, brun orangé, ovoïdes, sont groupées à la base des jeunes pousses. Les cônes femelles, vert jaunâtre, sont solitaires et de petite taille avant fécondation.

Le pseudo-fruit, appelé pigne en français méridional de pinha en occitan, est un cône qui, à maturité (trois ans en moyenne), est globuleux, de grande taille et pratiquement aussi large que long (environ 10 cm, parfois plus). Les écailles présentent côté extérieur un écusson présentant une petite protubérance arrondie. Les écailles s'écartent pour libérer les graines, appelées pignons, qui sont d'assez grosses graines à amande comestible.

Écologie et habitat[modifier | modifier le code]

Distribution naturelle selon O. Polunin et M. Walters

C'est un arbre poussant abondamment sur le pourtour méditerranéen, dans les bois ou les maquis, où il est souvent associé au chêne vert et au pin d'Alep. On le trouve également dans le Bassin aquitain, où il a été implanté[1]. Il est par exemple sub-spontané sur l'île de ré, où il forme de petits boisements, en compagnie du chêne vert et du pin maritime[2]. Il se ressème aussi très sporadiquement le long du littoral charentais, dans des micro-stations qui lui sont favorables.

Il préfère les terrains secs, mais s'accommode très bien de sols profonds et frais. On l'utilise parfois pour assainir les zones marécageuses ou fixer les dunes.

Il est aussi planté dans certains parcs plus au nord comme en Île-de-France.

Systématique[modifier | modifier le code]

Synonymie[modifier | modifier le code]

  • Pinus sativa

Utilisation[modifier | modifier le code]

Bois[modifier | modifier le code]

Le bois du pin parasol est léger et souple. On peut l'utiliser en menuiserie et pour les charpentes, notamment dans la construction maritime.

Graines[modifier | modifier le code]

Pignons entiers, décortiqués et débarrassés de leur enveloppe
Article détaillé : Pignon de pin.

Les pignons sont utilisés en pâtisserie, en garniture de salades, ou encore dans des plats en sauce de type tajine mélangeant sucré et salé. Le pignon entre dans de nombreuses recettes méditerranéennes. En Syrie et en Tunisie, il est courant d'en mettre dans le thé à la menthe. Il avait autrefois la réputation d'être aphrodisiaque.

Production[modifier | modifier le code]

L'Espagne est le premier producteur mondial de pignons. La Turquie est également un producteur important, ainsi que la Chine, mais pour ce dernier pays il s'agit probablement des graines du Pin de Corée (Pinus koraiensis).

Le Pin parasol dans la culture[modifier | modifier le code]

Dans ce tableau de Jean-Achille Benouville appelé "Villa Medici, Rome" de 1864, les pins parasols sont mis en vedette

Dans les Landes de Gascogne et le sud des Charentes[3], le pin parasol planté à proximité de l'habitation est symbole de propriété.

En Poitou et Aunis, après la révocation de l'édit de Nantes, la présence d'un pin parasol signalait un foyer protestant[3],[4]. Au cimetière, dans le Sud-Ouest et le Languedoc, il pouvait marquer la présence de tombes protestantes[réf. nécessaire].

Le chanteur Georges Brassens a été, selon ses volontés, enterré à Sète (France) sous un pin parasol. Il le mentionne dans la chanson "Supplique pour être enterré sur la plage de Sète".

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. R. Auger, J. Laporte-Cru, Flore du domaine atlantique du Sud-ouest de la France et des régions des plaines, CNDP,‎ 1982, 516 p. (ISBN 2 86617 225 6), p. 46
  2. [1]
  3. a et b Musée du Poitou protestant
  4. Promenade en Pays huguenot

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :