Pentobarbital

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pentobarbital
Pentobarbital
Identification
No CAS 76-74-4
No EINECS 200-983-8
Code ATC N05CA01
Propriétés chimiques
Formule brute C11H18N2O3
Masse molaire[1] 226,2722 ± 0,0114 g/mol
C 58,39 %, H 8,02 %, N 12,38 %, O 21,21 %,
Données pharmacocinétiques
Excrétion

urines/selles

Considérations thérapeutiques
Voie d’administration Orale, rectal
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le pentobarbital est un barbiturique qui a été utilisé dans l'anesthésie et comme somnifère (pour ses propriétés hypnotiques). Il est réputé pour entraîner une certaine dépendance. Ce produit est commercialisé entre autres sous le nom de Nembutal.

Le pentobarbital de sodium (Sodium Pentobarbital en anglais) est utilisé à fortes doses dans l'euthanasie vétérinaire, mais aussi dans l'aide au suicide, de manière légale dans certains pays comme la Suisse.

Le 16 décembre 2010, pour la première fois aux États-Unis, un détenu condamné à mort, John David Duty, a été exécuté en Oklahoma avec ce produit, à cause d'une rupture de stock de thiopental fabriqué par la firme Hospira, le seul anesthésiant autorisé dans tout le pays comme premier des trois produits[2] administrés à un condamné à mort[3].

Aux États-Unis, face à une raréfaction de leurs réserves de pentobarbital, de nombreux États font appel à de nouvelles substances, comme l'hydrochorure de midazolam , créant un débat de société ainsi qu'une augmentation des recours en justice de prisonniers craignant de finir dans d'atroces souffrances[4],[5].


Dans la culture[modifier | modifier le code]

À noter pour l'anecdote que le Nembutal pourrait être le sous-marin jaune (yellow submarine) de la chanson des Beatles. Au milieu des années soixante on avait pour habitude, dans certains milieux, de laisser fondre ce suppositoire dans une coupe de champagne pour se griser, d'où l'aspect "submersible" de cette pratique[réf. nécessaire].

Morts dues à l'abus de pentobarbital[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. Dans l'ordre : thiopental, pancuronium, et chlorure de potassium.
  3. Première exécution avec un anesthésiant pour animaux sur le site de radio-canada.ca, 17 décembre 2010.
  4. Un détenu avoue son crime sur la table d'exécution sur le site de 24heures.ch, 16 octobre 2013.
  5. « Ohio : exécuté avec un nouveau cocktail, un condamné agonise une demi-heure », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ 17 janvier 2014 (consulté le 17 janvier 2014)
  6. « Chantal Sébire a bien absorbé un barbiturique », Le Figaro, 27 mars 2008.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]