Patrick Baudry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baudry.
Patrick Baudry
Image illustrative de l'article Patrick Baudry

Nationalité Drapeau de France Français
Naissance 6 mars 1946 (68 ans)
Douala (Cameroun)
Occupation actuelle Conférencier, Consultant en activités aéronautiques et spatiales
Durée cumulée des missions 7 j 1 h 38 min
Sélection 1er groupe du CNES, 1979
Mission(s) Discovery STS-51-G
Insigne Sts-51-g-patch.png

Patrick Pierre Roger Baudry, né à Douala (Cameroun) le 6 mars 1946 est un astronaute français du CNES, deuxième astronaute français et premier astronaute du continent africain.

Formation[modifier | modifier le code]

Patrick Baudry est le fils de Roger Baudry, ingénieur météorologiste à Douala. Il a deux sœurs aînées, Liliane et Nicole. Élève au collège Sainte-Marie Grand-Lebrun de Bordeaux, il est un bon élève mais préfère les virées en moto, voiture et les sorties avec les copains et les premières filles, si bien qu'il est collé au baccalauréat. D’un commun accord avec son père, il suit une filière scientifique dans le lycée militaire d’Autun, au Prytanée national militaire de la Flèche, puis en Mathématiques spéciales au Lycée Chaptal à Paris, avant d’entrer à l’École de l'air de Salon de Provence, en 1967, et d’en sortir, titulaire d’un diplôme d’ingénieur de l’Air et officier de l’Armée de l’air en 1969[1].

Breveté pilote de chasse en 1970, il est successivement pilote sur F-100 Super Sabre et sur Jaguar, puis commandant d'escadrille. Il effectue de nombreuses missions opérationnelles dans plusieurs pays. Retenu en 1978 pour suivre le cursus de l'École des Pilotes d'essai britanniques l'Empire Test Pilot School à Boscomb Down (Royaume-Uni), il reçoit le Patuxent River Trophy des mains du Prince Charles. Affecté comme pilote d'essai au Centre d'Essais en Vol de Brétigny-sur-Orge, il effectue des vols d'essais sur tous types d'avions, de chasse et de transport.

Sélectionné en 1980 par le Centre National d'Études Spatiales pour former le premier groupe de cosmonautes français avec Jean-Loup Chrétien, il va alors suivre l'entraînement des cosmonautes soviétiques à la Cité des étoiles près de Moscou, jusqu'en 1982. Il est qualifié sur les vaisseaux spatiaux russes Soyouz-T et Saliout 7, et devient membre du deuxième équipage pour le premier vol spatial franco-soviétique. Pour ce vol spatial, il a été formé pour effectuer des expériences scientifiques dans des domaines tels que la physiologie, la biologie, l'astronomie, l'astrophysique et l'élaboration de matériaux dans l'espace.

Activités d'astronaute[modifier | modifier le code]

Le 23 mars 1984, Patrick Baudry rejoint le corps des Astronautes de la NASA, basé à Houston au Texas, afin de préparer le premier vol spatial franco-américain. Au terme d'une année d'entraînement, il est affecté à la mission STS-51-E sur Challenger qui est annulée à la suite de problèmes techniques graves[2]. La NASA modifie tout le programme des ses vols, et il est désigné à la prochaine mission Discovery. Comme ce n'est pas la mission suivante, des journalistes français créeront une hasardeuse histoire de méfiance américaine envers Baudry, pour causes « de possible espionnage soviétique »[3]. Affecté à la mission STS-51-G sur Discovery, le lancement a lieu – après 13 reports de tir – le 17 juin 1985 au départ de Cap Canaveral au Kennedy Space Center en Floride. Discovery revient sur Terre le 24 juin sur la base d’Edwards en Californie.

Il fait partie de la mission STS-51-G du 17 au 24 juin 1985 comme spécialiste charge utile. Il devient le second astronaute français à être allé dans l'espace lors du premier vol spatial franco-américain. Né à Douala au Cameroun, il est également le premier astronaute né en Afrique. De son aventure il tire un premier livre avec Benoît Clair intitulé Aujourd'hui, le soleil se lève seize fois, puis Le Rêve et l'Espace écrit en 2002 et publié aux Éditions du Chêne.

Space Camp Patrick Baudry[modifier | modifier le code]

Le Space Camp Patrick Baudry a été lancé par Patrick Baudry en 1986. Il décide de créer un centre de préparation pédagogique au voyage dans l'espace par l'expérience pour jeunes et moins jeunes. Le centre aurait dû ouvrir ses portes au sein du vaste projet Cap Espace, au Domaine de Pineau à Blagnac près de Toulouse. Pour des raisons diverses, notamment la faiblesse de motivation de ses premiers investisseurs et le manque de volonté politique du Maire d'alors, Dominique Baudis[réf. nécessaire], Patrick Baudry choisit de se lier à Christian Pellerin, PDG de SARI-SEERI.

Le Space Camp ouvre le 6 juillet 1989 à Cannes, sur le Centre spatial de Cannes - Mandelieu, très proche de l'aéroport de Cannes-Mandelieu. Espace Développement, qui en assure la réalisation et l'exploitation, est une filiale d'Espace Formation et SARI, cette dernière société ayant été le financeur principal.

L'équipe d'Espace Formation comprenant Bernard Favre, Jean-Alain Pigearias et Philippe Droneau, sous la direction de Patrick Baudry, conçoit le cahier des charges et a été au cœur de sa réalisation et de ses premières années d'exploitation. Plusieurs directeurs se sont succédé, dont Bernard Alaux, maintenant Directeur de Cap Sciences à Bordeaux. Ils reçoivent un soutien très précieux de Jean-Louis Heudier, astronome à l'Observatoire de la Côte d'Azur, pour le volet pédagogique sur l'Astronomie, et Guy Lebègue, responsable des Relations extérieures d'Aerospatiale à Cannes, pour le volet Spatial.

Après un grand succès, et plus de 10 000 stagiaires enthousiasmés[réf. nécessaire], la crise de l'immobilier de 1992 aura eu raison du soutien financier de la SARI (liée à la CGE et Guy Dejouany. Le Space Camp, qui s'est appelé ensuite la cité de l'espace après l'arrivée de l'hôtel Mercure, nécessitait alors un apport de plusieurs millions de francs pour être équilibré[réf. nécessaire]. Malgré la possibilité d'une reprise par Patrick Baudry, et le soutien accepté de la Ville de Cannes et de la Région, son actionnaire majoritaire ne souhaite pas lui donner une seconde chance et il ferme en 1993.

Après le vol spatial[modifier | modifier le code]

En 1986, Patrick Baudry est nommé conseiller pour les vols habités auprès du président d'Aérospatiale. Il participe au programme Hermès en tant que pilote d'essai de l'avion spatial européen, jusqu'à l'arrêt de ce programme.

Il rejoint alors les essais en vol d'Airbus Industrie où il participe au développement des différents modèles, du A320 au A380, et effectue des présentations en vol lors des grands salons mondiaux : Le Bourget, Farnborough, Moscou, Berlin, Santiago du Chili (es), Acapulco, Djakarta, Dubaï, etc.

Membre fondateur et président de l'association des astronautes européens, il est également membre du comité exécutif de l'Association des explorateurs de l'espace, membre de l'académie internationale d'astronautique, membre de l'Académie de l'air et de l'espace.

Il crée, également, en 1990 ACADIS (Académie Internationale Privée d’Enseignement Secondaire et Supérieur), établissement scolaire privé, à Bordeaux pour que les élèves en difficulté ou très doués, puissent disposer, dans des classes à faibles effectifs, d’un enseignement ciblé qui leur convienne.

Cherchant sans cesse à dépasser ses propres limites, il est l’instigateur et un membre très actif d’un certain nombre de projets plus aventureux. Il participe avec Patrick Fourticq et Henri Pescarolo en Lookheed L-18 à la Route de la Vanille, puis, la même année, en 1988, il tente de battre le record de la traversée Sud-Nord de l’Afrique – le Cap-Alger – en automobile en équipage avec René Metge et Nicolas Hulot. En 1990, Il faut compter au nombre de ses exploits, la tentative de battre le record de la traversée de l’Atlantique en bateau à moteur – BLUE RIBBON – tentative organisée par Roger Caille, le Président de Jet Services, avec Serge Madec comme commandant. En 1998, voulant suivre les traces de Mermoz, il effectue, à bord d’un Catalina des années 1930, un raid sur les traces de l’Aéropostale, suivi par des milliers d’enfants de tous les pays parcourus, avec Patrick Fourticq et Franklin Devaux, et dont les différentes étapes furent diffusées tous les jours au journal de TF1 à 13 Heures, pendant toute la durée de l’opération.

Il a également écrit de nombreux ouvrages traitant de sujets aussi bien techniques, scientifiques, que philosophiques ou encore humanistes. Très impliqué dans de nombreuses actions envers l’éducation des enfants dans le monde, il est membre de l’UVA – Université Virtuelle Africaine - qui diplôme des étudiants qui auraient difficilement accès à des études supérieures, par le biais de Vidéos Conférences en liaison avec différentes grandes Universités dans le monde. II a été nommé, en 1998, Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO, et Envoyé Spécial pour « La Paix et les Enfants ». Passionné de sports, il en a pratiqué un grand nombre, dont le rugby, le basket, l’athlétisme, la compétition moto, le squash, le tennis, le marathon et la plongée sous-marine, et il est, depuis 2000, Membre du Comité Exécutif de la « Fondation pour la trêve Olympique » émanation du C.I.O.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Ouvrage écrit en collaboration avec Benoît Clair, Aujourd’hui le soleil se lève seize fois, Michel Lafon,‎ 1985, 261 p.
  • Le rêve spatial inachevé, Tallandier, coll. « Raconter L'histoire »,‎ mars 2001, 244 p. (ISBN 2235023010)
  • Le rêve et l'espace, Editions du Chêne,‎ octobre 2002, 184 p. (ISBN 2842773543)
  • Conquête spatiale : la déroute, Michel Lafon, coll. « Document »,‎ juin 2003, 236 p. (ISBN 2840989654)
  • Trois Hommes Dans l'Espace, Elytis Eds,‎ septembre 2007 (ISBN 2914659822)
  • Carnet d'un voyage spatial, Elytis Eds,‎ novembre 2007 (ISBN 2914659938)
  • La conquête spatiale en question(s), Elytis, coll. « Quoi de neuf ? »,‎ mars 2012, 59 p. (ISBN 235639091X)

Conférencier et Ambassadeur de l'Unesco[modifier | modifier le code]

Patrick Baudry est aujourd’hui écrivain, conférencier, consultant en activités aéronautiques et spatiales. Ses activités aujourd’hui sont réparties entre les Conférences qu’il donne pour des entreprises ou des particuliers, des missions de conseil ou d’expertise, en France et à l’étranger. Quelques projets de plus belle envergure et des missions pour l’UNESCO finissent de remplir son agenda.

Distinctions[modifier | modifier le code]


  • En 1998, l'équipage du Catalina (Périple de Mermoz et du courrier du Sud), composé de Patrick Baudry, Franklin Devaux, et Patrick Fourticq, s'est vu décerner le Prix André de Saint-Sauveur de l'Académie des sports pour son exploit commémoratif.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Espace Patrick Baudry, « Mon enfance passa… », 4 octobre 2009
  2. Baudry 2003, p. 29
  3. Baudry 2003, p. 29-31

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]