Ole Einar Bjørndalen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bjørndalen.
Ole Einar Bjørndalen Biathlon pictogram.svg
Bjoerndalen cutout.JPG
Ole Einar Bjørndalen en 2007.
Contexte général
Sport Biathlon
Période active de 1992 à aujourd'hui
Biographie
Nationalité sportive Norvégienne
Naissance 27 janvier 1974 (40 ans)
Lieu de naissance Drammen
Taille 1,78 m
Poids de forme 65 kg
Surnom Le roi du Biathlon
Roi Ole
Le Cannibale
OEB
Club Simostranda IL
Palmarès
Or Arg. Bro.
Jeux olympiques 8 4 1
Championnats du monde 19 11 9
Coupe du monde (globes) 25 19 6
Coupe du monde[note 1]
(épreuves indiv.)
95 49 27
* Dernière mise à jour : 8 mars 2014

Ole Einar Bjørndalen, né le 27 janvier 1974 à Drammen (Norvège), est un biathlète norvégien. Il est l'athlète le plus médaillé des Jeux olympiques d'hiver avec treize médailles gagnées entre 1998 et 2014.

Il possède le plus grand palmarès de l'histoire du biathlon : huit titres olympiques, dont les quatre mis en jeu lors de l'édition de Salt Lake City en 2002, dix-neuf titres mondiaux, dont onze titres individuels et six gros globes de cristal, trophées récompensant la victoire au classement général de la Coupe du monde. Il est le sportif le plus titré de l'histoire du ski, ayant battu le record de 86 victoires en Coupe du monde du skieur alpin suédois Ingemar Stenmark avec, à ce jour, 115 victoires en comptant les relais. Ses capacités de fondeur lui ont permis de remporter une épreuve de la Coupe du monde de ski de fond en 2006. Sur une décennie, de la fin des années 1990 à 2007, le biathlon est rythmé par sa rivalité au sommet avec le Français Raphaël Poirée.

Les 8 et 19 février 2014 lors des Jeux olympiques de Sotchi, à l'âge de 40 ans, il remporte le sprint, puis onze jours plus tard le relais mixte avec la Norvège, pour dépasser son compatriote Bjørn Dæhlie avec le plus grand nombre de podiums dans l'édition olympique hivernale. On le surnomme le « roi du biathlon » ou le « roi Ole ». Son frère Dag Bjørndalen a fait partie de l'équipe nationale de biathlon avec lui. Il a été le mari de Nathalie Santer, une biathlète italienne.

À Sotchi en février 2014, Ole Einar Bjørndalen est élu par ses pairs à la commission des athlètes du Comité international olympique, dont il devient membre pour une période de huit ans.

Biographie[modifier | modifier le code]

Première années[modifier | modifier le code]

Né à Drammen, Ole Einar Bjørndalen est le quatrième d'une famille de cinq enfants et a été élevé dans une ferme près de Simostranda[1], dans des conditions « très modestes »[2]. Ole Einar Bjørndalen commence à pratiquer à la fois le biathlon et le ski de fond à partir de l'âge de dix ans, se concentrant essentiellement sur le biathlon à partir de dix-sept ans[1], en suivant les pas de son frère Dag, déjà biathlète en activité[3],[4]. Principalement skieur en style classique à l'origine, il adopte ensuite la technique du skating, dite du pas du patineur (appelée en compétition style libre) qui est celle qui est utilisée dans le biathlon[5]. Il justifie son choix de se tourner vers le biathlon en déclarant que pour lui que le « tir mêlé au ski de fond est plus amusant que le ski de fond tout seul »[6].

Carrière[modifier | modifier le code]

Débuts en équipe nationale[modifier | modifier le code]

Alors qu'il a dix-huit ans et qu'il est parmi les meilleurs fondeurs en Norvège, il n'est pas retenu par la sélection nationale de ski de fond et est redirigé vers celle de biathlon[7]. Après une première participation aux Championnats du monde junior en 1992, où il décroche une médaille de bronze dans l'épreuve par équipes, il remporte, lors l'édition suivante, trois titres en quatre courses, l'individuelle et le sprint, et la course par équipes. Il est le premier biathlète masculin à avoir décrocher trois médailles d'or aux Championnats du monde junior[8].

C'est durant la saison 1992-1993 qu'il débute sur le circuit de la Coupe du monde, à l'occasion d'une individuelle disputée à Kontiolahti et qu'il termine vingt-neuvième[9]. Il termine cette saison à la soixante-deuxième place[10]. L'année suivante, il a progressé à la trentième, disputant également ses premiers Jeux, les Jeux de Lillehamer. Sélectionné au détriment d'Eirik Kvalfoss, il n'obtient pas de résultat significatif durant les épreuves, disputées à domicile, obtenant son meilleur résultat lors du sprint avec une vingt-huitième place[11]. Cet hiver, il est monté sur son premier podium en Coupe du monde à l'occasion du sprint de Bad Gastein, deux jours après son premier top dix obtenu dans la même localité puis obtiendra deux autres podiums durant cette saison[12].

Un an plus tard, il est sélectionné pour ses premiers Championnats du monde qui ont lieu à Anterselva où il prend la quatrième place lors du sprint[8].

Il continue aussi sa progression au classement de la Coupe du monde, obtenant la quatrième place du classement général de la Coupe du monde en 1995, puis la neuvième en 1996[10]. C'est durant cette dernière saison qu'il remporte sa première victoire en Coupe du monde, lors de l'individuelle de Antholz-Anterselva en Italie devant Vladimir Dratchev, sa trente-et-unième course individuelle dans l'élite[9].

La saison suivante, il ajoute trois victoires en Coupe du monde, dont il termine à la deuxième place du classement général, remportant au passage un premier globe de cristal dans une discipline, le globe du sprint[8]. Il remporte également ses premières médailles en grand championnat, aux Mondiaux de Brezno-Osrblie, avec le bronze lors de la poursuite, remportant également l'argent avec le relais norvégien[8].

1998-2001 : les premiers titres[modifier | modifier le code]

En 1998, lors des Jeux de Nagano, il termine à la seconde place du relais où il a permis aux Norvégiens de remonter de deux rangs en tant que dernier relayeur[13], relais composé également de Egil Gjelland, Halvard Hanevold, et de son frère Dag Bjørndalen. Il a aussi pris la sixième place sur l'individuelle malgré quatre tirs manqués sur vingt[8]. Auparavant, il avait remporté le titre du sprint 10 km, sa première médaille d'or individuelle en championnat international. Cette victoire s'inscrit dans le contexte où, la veille, la course avait été arrêtée en raison des conditions climatiques. Or cette annulation avait été faite au moment où il entamait son dernier tour à ski alors qu'il était en tête à l'issue des derniers tirs[14].

Après deux nouvelles médailles mondiales à Pokljuka, l'or dans la compétition par équipes, et l'argent lors de la poursuite, il termine pour la première fois en tête du classement général de la Coupe du monde remportant ainsi son premier gros globe de cristal[8], et également son deuxième globe du sprint[15].

Lors de la saison suivante, il est devancé par l'Allemand Sven Fischer au classement général de la Coupe du monde[16],[10] et lors des Mondiaux de Kontiolahti, il remporte deux médailles de bronze, d'abord avec le relais, laissant le titre aux Biélorusses dans le dernier relais après lui-même commis cinq erreurs au tir[17], puis sur la course avec départ en ligne, la mass start[10].

L'année suivante, c'est le Français Raphaël Poirée qui le prive du globe de cristal récompensant le gagnant du classement général de la Coupe du monde. Il remporte toutefois deux globes de spécialité, celui du sprint et de la poursuite[15]. Lors des Mondiaux d'Oslo, il ajoute deux médailles à son palmarès, l'argent lors du relais et le bronze sur la mass start[10], épreuve remportée par son adversaire français Poirée.

La saison suivante, Bjørndalen termine de nouveau à la deuxième place du classement général de la Coupe du monde derrière Poirée qui remporte son deuxième globe, la victoire finale s'étant décidée à l'issue de la dernière épreuve[18]. Il a notamment gagné les trois courses qui ont eu lieu à Soldier Hollow, site des prochains Jeux olympiques à Salt Lake City. Lors des Mondiaux disputés à Pokljuka en Slovénie, il remporte deux nouvelles médailles, l'argent sur la mass start, épreuve dont il ne peut disputer la victoire face à Poirée en raison d'une chute[19],[20] et le bronze avec le relais norvégien, épreuve également remportée par le relais français.

2002-2007 : domination et rivalité avec Raphaël Poirée[modifier | modifier le code]

La saison 2001-2002 est ponctuée par les Jeux olympiques de Salt Lake City qui sera la troisième participation de Bjørndalen à cet événement. En décembre 2001, il réalise le doublé à Hochfilzen en remportant le sprint puis la poursuite malgré huit tirs manqués[21], ce qui resteront ses deux seuls succès avant les Jeux.

Surnommé le roi du Biathlon[22], roi Ole[23] ou encore le Cannibale[3], Ole Einar Bjørndalen est invaincu lors des Jeux olympiques de Salt Lake City en remportant les quatre titres mis en jeu en biathlon (individuelle, sprint, poursuite et relais), tout en ayant obtenu la cinquième place du 30 km style libre de ski de fond. Il est l'athlète le plus titré lors de cette compétition[24] et est seulement le troisième sportif à obtenir au moins quatre titres olympiques en une seule édition des Jeux d'hiver après les patineurs de vitesse Lydia Skoblikova et Eric Heiden[25], alors qu'en biathlon il est le premier à en remporter au moins trois dans les mêmes jeux[26]. Avec le quatrième titre olympique désormais en sa possession après la poursuite, il égale le record du nombre de médailles d'or obtenues par un biathlète détenu par Aleksandr Tikhonov (qui a remporté quatre titres en relais)[27]. Ces performances lui valent la distinction du sportif norvégien de l'année, étant le deuxième biathlète à recevoir la récompense après Eirik Kvalfoss en 1984[28]. Le Français Raphaël Poirée le prive toutefois de la victoire en Coupe du monde qu'il finira à la troisième place. Ces performances l'élèvent au rang de rock-star dans son pays où le biathlon est un sport roi[29]. Il est désormais appelé de manière courante OEB en Norvège[30]. Au niveau mondial, grâce à ses victoires et son charisme, il contribue à la popularité croissante du biathlon[31].

En décembre 2002, il enchaîne trois victoires à Östersund et prend la tête du classement général de la Coupe du monde[32]. Il laisse ensuite Raphaël Poirée le devancer dans ce classement, avant de réduire l'écart en alignant quatre succès en janvier[33]. Il finit par reprendre la tête et commence à creuser l'écart sur Poirée quand il gagne de nouveau une épreuve, la mass-start de Lahti début février 2003[34]. Une semaine plus tard, il gagne la poursuite d'Holmenkollen, une victoire qui « représente beaucoup de choses » pour lui, étant l'événement le plus prestigieux en biathlon pour les Norvégiens[35]. Lors des Mondiaux disputés en Russie, il remporte son premier titre mondial individuel après quatre titres olympiques, en gagnant le sprint[36]. Il conquiert ensuite un deuxième titre sur la mass start. Après la mass-start, course dans laquelle il a été le seul à ne commettre aucune faute au tir malgré des conditions venteuses, il déclare qu'il s'agit de la « meilleur course de sa carrière »[37]. À l'issue de ces championnats, le Norvégien remporte pour la deuxième fois le classement général de la Coupe du monde après 1998[10], mais également les classements du sprint, de la poursuite et de la mass start, seul celui de l'individuelle, où il ne figure qu'au trentième rang, lui échappe[38].

Tenant du titre, il est cité comme le grand favori de la Coupe du monde 2003-2004, avec Frode Andresen[39]. Dès l'étape d'ouverture à Kontiolahti, il s'impose sur le sprint et la poursuite avec une bonne marge sur ses concurrents[40]. Il ajoute trois autres courses jusqu'à la mi-janvier à Hochfilzen, Pokljuka et Ruhpolding à chaque fois en poursuite. En février 2004, lors des Mondiaux d'Oberhof, Bjørndalen, bien que remportant trois médailles de bronze, en sprint, en poursuite et en individuelle, et l'argent avec le relais norvégien, est dominé par Poirée son rival français qui remporte une médaille dans les cinq épreuves, dont trois titres[41]. Raphaël Poirée qui enchaîne plusieurs succès en fin de saison le devance au classement général[8]

Ole Einar Bjørndalen entame la saison suivante en gagnant le sprint de Beitostølen[42]. Lors de l'étape suivante de Coupe du monde disputée à Holmenkollen, il remporte le sprint avec une minute d'avance sur Raphaël Poirée[43]. En janvier, Bjørndalen s'impose sur le sprint et la poursuite de Ruhpolding, le classement général reste dominé par Poirée[44]. Il enchaîne par une victoire à l'individuelle d'Anterselva qu'il conclut sans faute au tir malgré des conditions venteuses[45]. Il continue ensuite sa série de victoires dans la station italienne, dominant le sprint et la poursuite ; il prend par la même occasion la tête du classement général de la Coupe du monde[46]. Ensuite, absent un mois, il fait son retour à Pokljuka où il gagne la mass-start avec plus d'une minute d'avance sur Poirée grâce à un tir sans faute (vingt cibles atteintes sur vingt) et rapide[47]. Lors des Mondiaux disputés à Hochfilzen, il remporte quatre titres[48] (sprint, poursuite, mass-start et relais), ce qui lui permet de prendre l'avantage au classement général de la Coupe du monde sur Raphaël Poirée, malgré sept courses déjà manquées cette saison[49]. L'individuelle, où il termine à la sixième place, après avoir commis trois erreurs sur la dernière série de tirs[50], est la seule épreuve qui échappe à son palmarès. Juste avant la dernière épreuve, il figure encore derrière Sven Fischer au classement général avec un retard de trente-cinq points[16]. Il remporte finalement sa troisième Coupe du monde, devançant Sven Fischer et Raphaël Poirée grâce à douze victoires sur vingt épreuves disputées, son meilleur total en carrière[30]. Il remporte également le globe du sprint[51], terminant deuxième sur l'ensemble des autres spécialités.

Ole Einar Bjørndalen en 2006.

La saison 2005-2006 de Bjørndalen commence par une victoire à la poursuite d'Östersund[52], mais durant décembre et début janvier il fait l'impasse sur plusieurs étapes de la Coupe du monde par choix puis en raison d'une grippe[53]. Il retrouve la compétition lors de la dernière étape de Coupe du monde avant le début des Jeux olympiques à Anterselva où il s'impose sur la mass-start devançant son principal concurrent Raphaël Poirée avec plus d'une minute et demi[54], qui reste en tête de la Coupe du monde[55]. Quelques semaines plus tard, lors Jeux de Turin, il espère gagner deux médailles d'or dont une en individuel[30]. Pour cela il est parti s'entraîner en Autriche en haute altitude pour mieux s'acclimater aux conditions qui sont présentes aux Jeux (1 700 mètres d'altitude)[56]. Il remporte deux médailles d'argent, lors de l'individuelle, battu par l'Allemand Michael Greis qui a commis une seule erreur au tir contre deux pour Bjørndalen[56] ainsi que lors de la poursuite. Dans cette course, il part pour son dernier tour à seulement six secondes du leader, le Français Vincent Defrasne. Il dépasse celui-ci à 800 mètres de l'arrivée. Lors des derniers mètres, le Français dépasse finalement le Norvégien, le devançant de 2,7 secondes[57]. Lors de l'épreuve du relais, dernier membre de l'équipe à s'élancer, il commence son relais en dixième position avec un retard de deux minutes sept secondes. Finalement, il termine à la cinquième place ayant réduit de plus de moitié son retard[58]. Lors de la dernière épreuve, la course en ligne, il termine à la troisième place. Il s'estime satisfait de ses Jeux olympiques, malgré l'absence de titre, et suggère qu'il puisse être présent pour les Jeux de Vancouver quatre ans plus tard pour essayer de battre le record de médailles de Bjørn Dæhlie dans les Jeux d'hiver qui s'élève à douze alors que lui en possède désormais neuf[59]. La fin de saison est dominée par le Norvégien qui remporte six des huit dernières épreuves[60], dont les trois dernières à Holmenkollen devant son public. Cela lui permet de devancer le Français au classement général de la Coupe du monde, la troisième place étant occupée par l'Allemand Sven Fischer. Il remporte également les globes de la poursuite et de la mass-start (départ en ligne)[15].

Au début de la saison 2006-2007, il gagne les trois courses individuelles disputées à Östersund puis les deux à Hochfilzen dont la poursuite avec une marge inédite à ce niveau de plus de deux minutes[61]. Du fait de son objectif de participer à la Coupe du monde de ski de fond, il décide de faire l'impasse sur une partie de la saison de Coupe du monde de biathlon[62]. À l'occasion des Championnats du monde, à Anterselva, il remporte deux nouveaux titres, en sprint et sur la poursuite où seul le Tchèque Michal Šlesingr lui a opposé une résistance[7], obtenant également la médaille d'argent en relais masculin[10]. Ayant manqué huit courses du calendrier, au classement général final, il est devancé par un Allemand, Michael Greis, en tête du classement de la Coupe du monde. Cette saison est la dernière disputée par son rival français Raphaël Poirée, qui termine à la troisième place de la Coupe du monde. Bjørndalen remporte un nouveau globe de spécialité, la mass start[63].

2008-2009 : record de titres mondiaux[modifier | modifier le code]

En fin d'année 2007, il démarre sa saison à Kontiolahti par une vingt-neuvième place lors de l'individuelle où il commet six fautes sur vingt avant de remporter le lendemain le sprint avec cette fois-ci aucune erreur au tir[64]. Une semaine plus tard, à Hochfilzen, il termine deuxième du sprint derrière le Russe Dmitri Yaroshenko puis prend sa revanche le lendemain pour remporter devant Yaroshenko la poursuite[65]. Le 15 décembre, il bat de nouveau Yaroshenko au sprint de Pokljuka et augmenter son avance sur celui-ci au classement général de la Coupe du monde[66]. En janvier, il gagne la mass-start d'Oberhof[67] ainsi que celle d'Antholz-Anterselva, ce qui le place en tant que favori pour les Mondiaux[68]. Lors des Mondiaux disputés à Östersund, il remporte une médaille dans cinq disciplines, quatre sur chaque épreuve individuelle dont l'or sur la poursuite, son huitième titre individuel, battant le record de Poirée qui s'élevait à sept[69], l'argent sur l'individuelle et la mass-start (à chaque fois derrière Emil Hegle Svendsen)[70] et le bronze sur le sprint, ainsi que l'argent lors du relais. Finalement, il remporte le classement général de la Coupe du monde, décrochant son cinquième gros gobe de cristal[71], bien qu'il ait manqué quelques courses à cause d'un rhume[4]. Seul le globe de l'individuelle lui a échappé au profit du Français Vincent Defrasne.

Ole Einar Bjørndalen en 2009.

Sa préparation pour la saison 2008-2009 est perturbée par un virus[72]. En début de saison, il prend la deuxième place des poursuites d'Östersund et d'Hochfilzen. Il doit ainsi attendre l'étape de Ruhpolding en janvier pour remporter sa première manche de Coupe du monde de la saison, le sprint[73]. Le lendemain, il remporte la poursuite et porte à quatre vingt-quatre son nombre de victoires[74]. Pour les Championnats du monde, il figure au titre des principaux favoris ainsi que son compatriote Emil Hegle Svendsen[75]. Lors de la première épreuve, le sprint, il manque deux cibles mais parvient toutefois à s'imposer, les Norvégiens alignant quatre coureurs aux quatre premières places[76]. Le lendemain, il remporte sa deuxième épreuve avec la poursuite. Il est un temps rétrogradé à la troisième place pour une erreur de parcours[77]. Après des heures de délibération et avoir fait preuve que cette erreur ne lui avait pas donnée avantage, il retrouve son titre. Avec ces deux titres, les Championnats du monde et les Jeux olympiques étant comptabilisés en biathlon dans les statistiques de podiums en Coupe du monde, il égale le record de 86 succès du suédois Ingemar Stenmark en Coupe du monde, 85 en biathlon et une en ski de fond[78], pour finalement le dépasser le 17 février 2009 et devenir le recordman de victoires en ski toutes disciplines confondues en se parant d'or à l'individuelle 20 km avec trois erreurs au tir[79], son premier titre mondial sur cette distance. Lors de la dernière épreuve individuelle, la mass start, il est en tête avant la quatrième et dernière séance de tir. Mais deux fautes l'obligent à repartir avec trois autres biathlètes, dont l'Autrichien Dominik Landertinger qui déposera ses concurrents lors de la montée finale. Bjørndalen finit finalement quatrième[80]. Cette place de quatrième est également la place qu'il obtient avec le relais mixte[81], épreuve qu'il dispute pour la première fois lors d'un mondial. Lors de la dernière épreuve, le relais, il comble un retard de onze secondes sur l'Autrichien Christoph Sumann pour offrir le titre à son équipe[82]. La saison se conclut par le gain du classement général, portant à six son total de globes de cristal, égalant ainsi la Suédoise Magdalena Forsberg en tant que recordman des titres en Coupe du monde[83].

2010-2013 : recul dans la hiérarchie mondiale[modifier | modifier le code]

Ole Einar Bjørndalen durant la mass-start des Jeux olympiques d'hiver de 2010.

En préparation de la saison 2009-2010, il s'est particulièrement concentré sur sa technique de tir tout en montrant sa bonne forme sur les skis lors d'une étape de la Coupe du monde de ski de fond à Beitostølen qu'il achève à la onzième place[84]. Après avoir entamé la Coupe du monde une quarante-troisième place à l'individuelle d'Östersund, il se reprend pour remporter le sprint grâce à un sans faute au tir[85]. Une semaine plus tard, il enchaîne avec un deuxième succès en s'imposant au sprint d'Hochfilzen devant deux Russes[86]. Un mois plus tard, il gagne la mass-start d'Oberhof[87]. En février 2010, il participe à ces cinquièmes Jeux olympiques à l'occasion de l'édition de Vancouver. Après avoir terminé dix-septième du sprint puis septième de la poursuite, il finit deuxième de l'individuelle 20 km ex æquo avec Sergey Novikov à neuf secondes cinq dixièmes de son compatriote Emil Hegle Svendsen[88]. Lors du relais masculin où il est accompagné de Tarjei Bø, Halvard Hanevold et Emil Hegle Svendsen, il remporte de nouveau le titre après celui de 2002, son sixième toutes épreuves confondues en faisant la différence face aux Autrichiens en tant que dernier relayeur[89].

Lors de la saison 2010-2011, qu'il entame avec beaucoup d'ambition après avoir fini dixième du classement général de la Coupe du monde précédente[90], il remporte une victoire à la poursuite d'Östersund après une deuxième place sur le sprint où une chute près de l'arrivée l'a privé de la victoire la veille[91]. Ensuite, il a perdu du terrain dans la course au classement général face à ses compatriotes Svendsen et Bø et parce que malade en janvier, il a du faire l'impasse sur des épreuves avant les Mondiaux[92]. À l'occasion des Championnats du monde de Khanty-Mansiïsk, il remporte la médaille d'or en relais mixte, le seul titre mondial qui manquait[92] et un nouveau titre sur le relais masculin. Ses résultats individuels comportent deux sixièmes places sur le sprint et la mass-start[10].

Durant l'été 2011, il subit une blessure au dos et est hospitalisé pendant quelques semaines. L'épisode ayant entraîné un retard dans sa préparation, il décide de faire l'impasse sur l'étape d'Oberhof pour pouvoir se concentrer sur l'entraînement[93]. Le 12 février 2012, il s'impose pour la quatre vingt-treizième fois en Coupe du monde en dominant la poursuite de Kontiolahti juste devant le favori de cette saison Martin Fourcade[94]. Il devient à cette occasion le plus vieux vainqueur de la Coupe du monde de biathlon[95]. Peu avant le début des Championnats du monde disputés à Ruhpolding, il annonce souhaiter prolonger sa carrière jusqu'aux Jeux olympiques de Sotchi en 2014 voire au-delà, dévoilant que sa motivation est « très forte » pour cet événement[96]. Il porte lors de cette compétition son total de titres mondiaux à dix-huit après avoir participé aux succès norvégiens sur le relais mixte et le relais masculin[97]. Il finit seizième de la Coupe du monde 2011-2012[10].

En 2013, vingt-cinquième mondial, il se présente dans un état de forme incertain aux Championnats du monde de Nové Město na Moravě après avoir manqué deux étapes de la Coupe du monde à cause d'un virus[98]. Il y réalise son meilleur résultat de la saison en prenant la quatrième place du sprint[99]. Non sélectionné pour le relais mixte, il termine ces Championnats par un quatrième titre consécutif dans l'épreuve du relais masculin, qui représente la cinquantième médaille internationale de sa carrière[100].

2014 : record de médailles aux Jeux olympiques d'hiver[modifier | modifier le code]

Ole Einar Bjørndalen (au centre avec la médaille d'or) sur le podium du sprint des Jeux olympiques d'hiver de 2014.

Ole Einar Bjørndalen a exprimé sa volonté d'arrêter sa carrière de biathlète après les Jeux olympiques de Sotchi en 2014 et qu'il doit désormais trouver de « nouvelles directions »[101], bien qu'il s'agisse d'« une lourde décision » selon lui[102]. Quelques semaines avant les Jeux de Sotchi, il a failli gagner une nouvelle épreuve de Coupe du monde, échouant à quatre dixièmes d'Emil Hegle Svendsen lors du sprint d'Oberhof[31].

Durant ces Jeux olympiques, il remporte dès le premier jour des compétitions la médaille d'or en sprint malgré une faute au tir contre aucune pour ses plus proches concurrents[103]. Il devient à cette occasion, le biathlète le plus âgé à remporter un titre olympique[104]. Onze jours plus tard, titré avec Tiril Eckhoff, Tora Berger et Emil Svendsen dans le relais mixte, nouvelle épreuve au programme olympique, il devient le sportif le plus médaillé aux Jeux olympiques d'hiver devant son compatriote fondeur Bjørn Dæhlie avec treize podiums[105]. Ses autres résultats à ces Jeux olympiques sont quatrième à la poursuite, trente-quatrième à l'individuelle, vingt-quatrième de la mass start[26] ainsi que quatrième du relais, où qu'en tant qu'avant dernier relayeur il avait pris trente secondes d'avance, avantage annihilé par Emil Svendsen par ses erreurs au tir[106]. Quelques jours après la fin de la compétition, il est revenu sur la décision de prendre sa retraite en fin de saison, souhaitant continuer jusqu'aux Championnats du monde 2016 disputés à Oslo[107]. Il termine par ailleurs au sixième rang de la Coupe du monde, ce qui est son meilleur classement de ces cinq dernières saisons[10].

Rivalité avec Raphaël Poirée[modifier | modifier le code]

Les spectateurs et admirateurs du biathlon assistent entre 1997 et 2007[31] à sa grande rivalité sportive contre le Français Raphaël Poirée où chacun leur tour[5], ils brillent aux Championnats du monde (Bjørndalen est neuf fois champion du monde, remporte 10 médailles d'argent et 9 de bronze), aux Jeux olympiques (le Norvégien possède six titres olympiques, remporte quatre médailles d'argent et une de bronze) et en Coupe du monde où il s'impose à six reprises au classement général (en 1998, 2003, 2005, 2006, 2008 et 2009) devant Poirée (en 2000, 2001, 2002 et 2004).

Carrière en ski de fond[modifier | modifier le code]

Bjørndalen, dont les succès reposent en grande partie sur ses qualités de fondeur, décide de défier les spécialistes en coupe du monde de ski de fond à partir de 1998[108]. Ses résultats, deux deuxièmes places au début de la saison 2001-2002 au 10 km de Kuopio et au 30 km de Ramsau[109], le décident à disputer le 30 km en style libre, départ en ligne, des Jeux de Salt Lake City en 2002 en complément des épreuves de biathlon qui commencent deux jours plus tard. Il déclare ne pas être effrayé par cet enchaînement[110]. Il termine cette course à une cinquième place, battu au sprint dans le groupe pour la troisième place par Kristen Skjeldal et Pietro Piller Cottrer[111]. Il est déçu par ce résultat qu'il explique par un manque d'expérience dans une course en ligne en ski de fond.

Le 18 novembre 2006, Bjørndalen remporte sa seule victoire en Coupe du monde de ski de fond à l'occasion du 15 km en style libre de Gällivare et devient à cette occasion le premier skieur à gagner un manche de Coupe du monde à la fois en ski de fond et en biathlon[112].

Il a également pris deux départs dans les Championnats du monde, tous deux sur le 15 km, terminant onzième en 2005 et treizième en 2007[113], édition durant laquelle il avait l'objectif de remporter le titre[7].

Autres activités[modifier | modifier le code]

Le 20 février 2014, Ole Einar Bjørndalen a été élu membre de la commission des athlètes du Comité international olympique pour une durée de huit ans avec la hockeyeuse canadienne Hayley Wickenheiser[114]. Auparavant, il a occupé le poste de président de la commission des athlètes de l'Union internationale de biathlon[25].

Caractéristiques athlétiques et style[modifier | modifier le code]

Général[modifier | modifier le code]

Mesurant 1,78 m et pesant 65 kg[26], Ole Einar Bjørndalen est considéré comme le meilleur biathlète de l'histoire[115],[116]. Il est connu pour son professionnalisme poussé à l'extrême, cherchant toujours à innover au niveau des méthodes d'entraînement et de son matériel. Depuis le début de sa carrière, il a notamment encaissé d'importantes charges d'entraînement et a été le premier dans son sport à avoir un entraîneur personnel pour le tir, son propre préparateur mental et des contrats d'exclusivité pour le fart de ses skis de fond[105]. Il s'est souvent servi de ses rivalités pour améliorer des détails comme lorsqu'il a modifié sa technique au tir avant les Jeux olympiques de Vancouver 2010[117]. De même au niveau du ski, il a développé une nouvelle technique appelée « skip-hop » qui lui permet de gagner du temps dans les montées[118].

Il donne également beaucoup d'importance à sa santé et son hygiène et a rarement connu de longues périodes sans s'entraîner[25]. Par exemple, cela se traduit par un rejet des boissons alcoolisées, sauf en de rares occasions ainsi que l'utilisation d'un désinfectant pour les mains après chaque poignée de main qu'il effectue[118].

Outre ses qualités physiques et techniques, le biathlète est doté d'une importante force mentale ce qui lui permet de développer un haut niveau de professionnalisme[5].

Ski de fond[modifier | modifier le code]

Ole Einar Bjørndalen lors de la poursuite d'Oberhof en 2014.

La rapidité sur les skis est sa spécialité, il est le seul biathlète à avoir gagné une épreuve de la Coupe du monde de ski de fond[118]. Bon nombre de ses victoires ont été réalisées grâce à des temps de ski très rapides, compensant différents handicaps au tir par rapport à ses concurrents[52].

À l'inverse lorsque la course arrive au sprint, il est régulièrement dominé par ses concurrents, reconnaissant qu'il « manque de vitesse » dans ce cas[119].

Performances en tir[modifier | modifier le code]

Ole Einar Bjørndalen au tir.

En 2011, sa réussite générale au tir depuis le début de sa carrière en Coupe du monde s'élevait à environ 83 %[9]. Lors de la saison 2013-2014, son taux de réussite s'élevait à 83,4 %, un pourcentage le plaçant au milieu de la hiérarchie mondiale pendant que les meilleurs atteignent les 90 %[120].

En 2002, année de son grand chelem olympique, il affiche un pourcentage de 74,8 % de précision, le pire taux de sa carrière[121].

Lors de la saison 2009-2010, il adopte une nouvelle technique de tir en s'inspirant de celle de Simon Eder, ce qui lui permet de réaliser les cinq tirs debout en dix-huit secondes sans perdre de précision[84].

Par conséquent le tir n'est pas considéré comme élément déterminant de la plupart des succès d'Ole Einar Bjørndalen[118]. Pour pallier ses faiblesses en ce domaine, il s'est entraîné de façon intensive[3].

Statistiques par saison[modifier | modifier le code]

Ces statistiques sont fournies par l'Union internationale de biathlon[10].

Réussite au tir 2004–2005 2005–2006 2006–2007 2007–2008 2008–2009 2009–2010 2010–2011 2011–2012
Total 85 % 84 % 84 % 83 % 85 % 83 % 86 % 80 %
position couchée 89 % 84 % 85 % 84 % 85 % 87 % 89 % 85 %
position debout 81 % 84 % 84 % 82 % 86 % 80 % 83 % 75 %

Vie privée[modifier | modifier le code]

Ses deux frères Hans Anton et Dag ont également pratiqué le biathlon[3], Dag l'ayant exercé au niveau international[26]. Les trois frères formaient au début des années 1990 l'« Équipe Bjørndalen »[3].

Malgré sa rivalité avec Raphaël Poirée, ils ont longtemps cohabité à l'entraînement après que Poirée a décidé d'émigrer en Norvège[5].

Il a également vécu à Dobbiaco en Italie, marié le 27 mai 2006 à la biathlète italienne Nathalie Santer qu'il a rencontrée en 1998, puis divorcé en octobre 2012[122]. Ensuite, il est retourné vivre à Obertilliach, dans le Tyrol[123].

Ses principaux loisirs sont la moto, l'escalade et le vélo[4].

Palmarès en biathlon[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

En six participations aux Jeux olympiques d'hiver entre 1994 et 2014, Ole Einar Bjørndalen a remporté treize médailles, dépassant en 2014 le record de Bjørn Dæhlie qui s'élevait à douze breloques[105]. Il a obtenu huit médailles d'or, soit autant que Dæhlie dont cinq lors d'épreuves individuelles, quatre en argent et une en bronze, obtenant au moins une lors de l'ensemble de ses apparitions olympiques excepté en 1994 à Lillehammer. Lors de l'édition de 2002 à Salt Lake City, Bjørndalen s'est imposé sur toutes les courses au programme : le sprint, la poursuite, l'individuelle et le relais masculin.

Épreuve / Édition Individuelle Sprint Poursuite Départ en ligne Relais Relais mixte
JO 1994
Drapeau : Norvège Lillehammer
36e 28e Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date 7e Épreuve inexistante à cette date
JO 1998
Drapeau : Japon Nagano
7e médaille d'or, Jeux olympiques Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date médaille d'argent, Jeux olympiques Épreuve inexistante à cette date
JO 2002
Drapeau : États-Unis Salt Lake City
médaille d'or, Jeux olympiques médaille d'or, Jeux olympiques médaille d'or, Jeux olympiques Épreuve inexistante à cette date médaille d'or, Jeux olympiques Épreuve inexistante à cette date
JO 2006
Drapeau : Italie Turin
médaille d'argent, Jeux olympiques 11e médaille d'argent, Jeux olympiques médaille de bronze, Jeux olympiques 5e Épreuve inexistante à cette date
JO 2010
Drapeau : Canada Vancouver
médaille d'argent, Jeux olympiques 17e 7e 27e médaille d'or, Jeux olympiques Épreuve inexistante à cette date
JO 2014
Drapeau : Russie Sotchi
34e médaille d'or, Jeux olympiques 4e 22e 4e médaille d'or, Jeux olympiques

Légende :

  • médaille d'or, Jeux olympiques : première place, médaille d'or
  • médaille d'argent, Jeux olympiques : deuxième place, médaille d'argent
  • médaille de bronze, Jeux olympiques : troisième place, médaille de bronze
  • Épreuve non existante : épreuve inexistante lors de cette édition.

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Il a remporté trente-neuf médailles aux Championnats du monde dont dix-neuf en or comprenant onze titres dans des épreuves individuelles, onze en argent et neuf en bronze. Ce total de médailles représente le record du biathlon[124]. Entre les Mondiaux de 1997 et ceux de 2013, il a ramené au moins une médaille de chaque championnat[98].

Épreuve / Édition Individuelle Sprint Poursuite Départ en ligne Relais Relais mixte
Mondiaux 1995
Drapeau : Italie Antholz-Anterselva
12e 4e - Épreuve inexistante à cette date 5e Épreuve inexistante à cette date
Mondiaux 1996
Drapeau : Allemagne Ruhpolding
19e 6e - Épreuve inexistante à cette date 4e Épreuve inexistante à cette date
Mondiaux 1997
Drapeau : Slovaquie Osrblie
6e 9e médaille de bronze, monde Épreuve inexistante à cette date médaille d'argent, monde Épreuve inexistante à cette date
Mondiaux 1998
Drapeau : Slovénie Pokljuka
pas d'épreuve[note 2] médaille d'argent, monde pas d'épreuve[note 2] médaille d'or, monde[note 3] Épreuve inexistante à cette date
Mondiaux 1999
Drapeau : Finlande Kontiolahti
- 19e 5e médaille de bronze, monde médaille de bronze, monde Épreuve inexistante à cette date
Mondiaux 2000
Drapeau : Norvège Oslo
- - - médaille de bronze, monde médaille d'argent, monde Épreuve inexistante à cette date
Mondiaux 2001
Drapeau : Slovénie Pokljuka
- - - médaille d'argent, monde médaille de bronze, monde Épreuve inexistante à cette date
Mondiaux 2002
Drapeau : Norvège Oslo
pas d'épreuve[note 2] 7e pas d'épreuve[note 2] Épreuve inexistante à cette date
Mondiaux 2003
Drapeau : Russie Khanty-Mansiïsk
- médaille d'or, monde - médaille d'or, monde - Épreuve inexistante à cette date
Mondiaux 2004
Drapeau : Allemagne Oberhof
médaille de bronze, monde médaille de bronze, monde médaille de bronze, monde - médaille d'argent, monde -
Mondiaux 2005
Drapeau : Autriche Hochfilzen
- médaille d'or, monde médaille d'or, monde médaille d'or, monde médaille d'or, monde -
Mondiaux 2006
Drapeau : Slovénie Pokljuka
pas d'épreuve[note 2] médaille d'argent, monde
Mondiaux 2007
Drapeau : Italie Anterselva
- médaille d'or, monde médaille d'or, monde - médaille d'argent, monde -
Mondiaux 2008
Drapeau : Suède Östersund
médaille d'argent, monde médaille de bronze, monde médaille d'or, monde médaille d'argent, monde médaille d'argent, monde -
Mondiaux 2009
Drapeau : Corée du Sud Pyeongchang
médaille d'or, monde médaille d'or, monde médaille d'or, monde 4e médaille d'or, monde 4e
Mondiaux 2010
Drapeau : Russie Khanty-Mansiïsk
pas d'épreuve[note 2] médaille d'argent, monde
Mondiaux 2011
Drapeau : Russie Khanty-Mansiïsk
6e 22e 24e 6e médaille d'or, monde médaille d'or, monde
Mondiaux 2012
Drapeau : Allemagne Ruhpolding
47e 21e 27e 8e médaille d'or, monde médaille d'or, monde
Mondiaux 2013
Drapeau : République tchèque Nove Mesto
25e 4e 10e 24e médaille d'or, monde -

légende :

  • médaille d'or, monde : première place, médaille d'or
  • médaille d'argent, monde : deuxième place, médaille d'argent
  • médaille de bronze, monde : troisième place, médaille de bronze
  • Épreuve inexistante à cette date : pas d'épreuve au programme
  • - : Bjørndalen n'a pas participé à l'épreuve

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

  • 6 gros globes de cristal :
  • 19 petits globes de cristal :
    • Vainqueur du classement de l'individuelle en 2005.
    • Vainqueur du classement du sprint en 1997, 1998, 2000, 2001, 2003, 2005, 2008 et 2009.
    • Vainqueur du classement de la poursuite en 2000, 2003, 2006, 2008 et 2009.
    • Vainqueur du classement de la mass start en 2003, 2005, 2006, 2007 et 2008.
  • 170 podiums en épreuve individuelle : 94 victoires, 49 deuxièmes places et 27 troisièmes places[note 4].
  • 42 podiums en relais : 21 victoires, 11 deuxièmes places et 10 troisièmes places[note 5].

Dernière mise à jour le 8 mars 2014

Classements détaillés[modifier | modifier le code]

Détenteur du record du nombre de victoires au classement général avec six succès[83], il figure sur le podium du classement général pendant treize saisons consécutives entre l'édition 1996-1997 et l'édition 2008-2009[10]. Il a aussi remporté dix-neuf classements de spécialités (sprint, poursuite, individuelle et mass-start), récompensés par des petits globes de cristal.

Saison Général Individuelle Sprint Poursuite Mass start (départ en ligne)
Points Position Points Position Points Position Points Position Points Position
1992–1993 - 62e N/A N/A N/A N/A
1993–1994 - 30e N/A N/A N/A N/A
1994–1995 178 4e 115 1er N/A N/A N/A N/A
1995–1996 141 9e 104 6e N/A N/A N/A N/A
1996–1997 303 2e 67 8e 158 1er 78 3e N/A N/A
1997–1998 289 1er 71 3e 185 1er N/A N/A
1998–1999 397 2e 48 2e 130 5e 174 3e 45 3e
1999–2000 448 2e 161 1er 200 1er 51 9e
2000–2001 911 2e 110 2e 393 1er 272 2e 136 2e
2001–2002 692 3e 108 2e 219 5e 315 3e 50 17e
2002–2003 737 1er 16 34e 328 1er 230 1er 150 1er
2003–2004 901 2e 75 6e 341 2e 315 2e 138 2e
2004–2005 923 1er 130 1er 330 1er 317 2e 146 1er
2005–2006 814 1er 92 2e 253 2e 283 1er 186 1er
2006–2007 732 2e 90 6e 201 10e 265 2e 180 1er
2007–2008 869 1er 59 7e 383 1er 247 1er 180 1er
2008–2009 1080 1er 110 4e 372 1er 342 1er 199 2e
2009–2010 593 10e 54 25e 265 7e 108 16e 152 7e
2010–2011 586 10e 126 4e 205 14e 113 20e 142 7e
2011–2012 548 16e 199 18e 239 5e 110 17e
2012–2013 463 22e 33 35e 173 19e 167 16e 90 26e
2013–2014 556 6e 10 44e 260 4e 194 9e 92 8e
*La poursuite a été intégrée à la Coupe du monde à l'occasion de la saison 1996-1997 et la mass-start lors de la saison 1998-1999
*En 2014, les performances aux Jeux olympiques ne décernent pas de points pour le classement de la Coupe du monde

Détail des victoires individuelles[modifier | modifier le code]

Ole Einar Bjørndalen remporte sa première épreuve individuelle en Coupe du monde durant la saison 1995-1996 à l'occasion de l'individuelle d'Anterselva. Au niveau du bilan, il obtient quatre-vingt-quatorze victoires[note 4], dont seize obtenues lors de grandes compétitions que sont les Jeux olympiques et les Championnats du monde et soixante-dix-huit dans des épreuves de la Coupe du monde à proprement parler. Lors du Festival de ski d'Holmenkollen dont l'étape de Coupe du monde de biathlon fait partie intégrante, il a gagné sept courses en carrière.

Édition / Épreuve Sprint Poursuite Individuelle Mass start Total
1995-1996 Drapeau : Italie Anterselva 1
1996-1997 Drapeau : Allemagne Oberhof
Drapeau : Allemagne Ruhpolding
Drapeau : Allemagne Oberhof 3
1997-1998 Drapeau : Italie Anterselva
Drapeau : Japon Nagano (Jeux olympiques)
2
1998-1999 Drapeau : Autriche Hochfilzen Drapeau : Allemagne Oberhof
Drapeau : Italie Anterselva
3
1999-2000 Drapeau : Allemagne Oberhof Drapeau : Allemagne Oberhof
Drapeau : Autriche Hochfilzen
Drapeau : Italie Anterselva
Drapeau : Autriche Hochfilzen 5
2000-2001 Drapeau : Autriche Hochfilzen
Drapeau : Allemagne Ruhpolding
Drapeau : Italie Anterselva
Drapeau : États-Unis Salt Lake City
Drapeau : Slovaquie Osrblie
Drapeau : États-Unis Salt Lake City
Drapeau : États-Unis Salt Lake City Drapeau : Italie Anterselva 8
2001-2002 Drapeau : Autriche Hochfilzen
Drapeau : États-Unis Salt Lake City (Jeux olympiques)
Drapeau : Autriche Hochfilzen
Drapeau : États-Unis Salt Lake City (Jeux olympiques)
Drapeau : États-Unis Salt Lake City (Jeux olympiques) 5
2002-2003
Drapeau : Slovénie Pokljuka
Drapeau : Allemagne Oberhof
Drapeau : Allemagne Ruhpolding
Drapeau : Russie Khanty-Mansiïsk (Championnats du monde)
Drapeau : Suède Östersund
Drapeau : Slovénie Pokljuka
Drapeau : Allemagne Ruhpolding
Drapeau : Norvège Holmenkollen
Drapeau : Allemagne Oberhof
Drapeau : Finlande Lahti
Drapeau : Russie Khanty-Mansiïsk (Championnats du monde)
11
2003-2004 Drapeau : Finlande Kontiolahti Drapeau : Finlande Kontiolahti
Drapeau : Autriche Hochfilzen
Drapeau : Slovénie Pokljuka
Drapeau : Allemagne Ruhpolding
5
2004-2005 Drapeau : Norvège Beitostølen
Drapeau : Norvège Holmenkollen
Drapeau : Allemagne Ruhpolding
Drapeau : Italie Anterselva
Drapeau : Autriche Hochfilzen (Championnats du monde)
Drapeau : Allemagne Ruhpolding
Drapeau : Italie Anterselva
Drapeau : Autriche Hochfilzen (Championnats du monde)
Drapeau : Russie Khanty-Mansiïsk
Drapeau : Italie Anterselva Drapeau : Slovénie Pokljuka
Drapeau : Autriche Hochfilzen (Championnats du monde)
12
2005-2006 Drapeau : Slovénie Pokljuka
Drapeau : Norvège Holmenkollen
Drapeau : Suède Östersund
Drapeau : Finlande Kontiolahti
Drapeau : Slovénie Pokljuka
Drapeau : Norvège Holmenkollen
Drapeau : Italie Anterselva Drapeau : Norvège Holmenkollen 8
2006-2007 Drapeau : Suède Östersund
Drapeau : Autriche Hochfilzen
Drapeau : Allemagne Ruhpolding
Drapeau : Italie Anterselva (Championnats du monde)
Drapeau : Suède Östersund
Drapeau : Autriche Hochfilzen
Drapeau : Italie Anterselva (Championnats du monde)
Drapeau : Norvège Holmenkollen
Drapeau : Suède Östersund Drapeau : Allemagne Ruhpolding
Drapeau : Norvège Holmenkollen
11
2007-2008 Drapeau : Finlande Kontiolahti
Drapeau : Slovénie Pokljuka
Drapeau : Russie Khanty-Mansiïsk
Drapeau : Autriche Hochfilzen
Drapeau : Suède Östersund (Championnats du monde)
Drapeau : Allemagne Oberhof
Drapeau : Italie Anterselva
7
2008-2009 Drapeau : Allemagne Ruhpolding
Drapeau : Corée du Sud Pyeongchang (Championnats du monde)
Drapeau : Allemagne Ruhpolding
Drapeau : Corée du Sud Pyeongchang (Championnats du monde)
Drapeau : Norvège Trondheim
Drapeau : Corée du Sud Pyeongchang (Championnats du monde) Drapeau : Norvège Trondheim 7
2009-2010 Drapeau : Suède Östersund
Drapeau : Autriche Hochfilzen
Drapeau : Allemagne Oberhof 3
2010-2011 Drapeau : Suède Östersund 1
2011-2012 Drapeau : Finlande Kontiolahti 1
2013-2014 Drapeau : Russie Sotchi (Jeux olympiques) 1
Total 36 37 7 14 94

Statistiques des podiums[modifier | modifier le code]

Son nombre total de podiums s'élève à deux cents douze podiums dont cent soixante-dix en individuel et quarante-deux en relais. Vainqueur de quatre-vingt-quatorze succès individuels en Coupe du monde, la poursuite étant l'épreuve où il a obtenu le plus grand nombre de victoires avec trente-sept unités[10].

Résultat Individuelle Sprint Poursuite Mass start Relais (masculin et mixte) Total
1re place 7 36 37 14 21 115
2e place 9 21 13 6 11 60
3e place 2 11 7 7 10 37

Championnats du monde junior[modifier | modifier le code]

Ole Einar Bjørndalen connaît sa première sélection en équipe nationale aux Championnats du monde junior en 1992 où il remporte sa première médaille avec le bronze dans l'épreuve par équipes. Un an plus tard, il est titré à trois reprises sur l'individuelle, le sprint et dans l'épreuve par équipes[10].

Épreuve / Édition Individuelle Sprint Relais Par équipes
Mondiaux 1992
Drapeau : Canada Canmore
23e 47e 6e médaille de bronze
Mondiaux 1993
Drapeau : Allemagne Ruhpolding
médaille d'or médaille d'or 8e médaille d'or

Légende :

  • médaille d'or : première place, médaille d'or
  • médaille de bronze : troisième place, médaille de bronze

Palmarès en ski de fond[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

En plus de sa participation aux épreuves de biathlon aux Jeux olympiques de Salt Lake City en 2002 couronnée avec succès avec quatre médailles d'or, il prend le départ du trente kilomètres libre de ski de fond. Initialement sixième de la course[126], il se classe finalement cinquième après la disqualification pour dopage de l'Espagnol Johann Mühlegg[111].

Épreuve / Édition 30 km libre
Jeux olympiques 2002
Drapeau : États-Unis Salt Lake City
5e

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Il participe aux Championnats du monde de ski nordique en 2005 et 2007 à chaque fois avant de prendre part aux Championnats du monde de biathlon. Participant au 15 km en style libre dans les deux cas, il termine onzième en 2005 puis treizième en 2007.

Épreuve / Édition 15 km libre
Mondiaux 2005
Drapeau : Allemagne Oberstdorf
11e
Mondiaux 2007
Drapeau : Japon Sapporo
13e

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

  • Meilleur classement général : 29e en 2002.
  • 3 podiums individuels dont 1 victoire et 2 deuxièmes places.
  • 2 podiums en relais : 1 deuxième place et 1 troisième place.

Détail de la victoire individuelle[modifier | modifier le code]

Le 18 novembre 2006, il remporte le 15 km en style libre devant son compatriote Tore Ruud Hofstad et devient le premier biathlète à remporter une manche de la Coupe du monde de ski de fond[112].

Épreuve / Édition 15 km libre
2006-2007 Drapeau : Suède Gällivare

Distinctions et honneurs[modifier | modifier le code]

En 2002, il est désigné sportif norvégien de l'année[28] et reçoit le prix honorifique Egebergs Ærespris[127] pour ses performances en biathlon et ski de fond. En 2011, il est récompensé par la Médaille Holmenkollen avec Michael Greis et Andrea Henkel, premiers biathlètes à l'obtenir[128].

En novembre 2014, il reçoit le prix du meilleur athlète des Jeux olympiques de Sotchi dans une cérémonie organisée par l'association des comités nationaux olympiques[129].

Licencié au Simostranda IL, une statue à son honneur a été inaugurée à Simostranda en 2008[130],[25].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ce palmarès en coupe du monde ne concerne que le biathlon. Bjørndalen compte également trois podiums en ski de fond, une victoire et deux deuxièmes places.
  2. a, b, c, d, e et f Épreuve non disputée en raison de la présence des Jeux olympiques la même année
  3. En 1998, il remporte la médaille d'or dans la compétition par équipes, le relais n'ayant pas été programmé
  4. a et b Ces statistiques prennent en compte les médailles obtenues par le biathlète lors des Jeux olympiques et des Championnats du monde.
  5. Les statistiques fournies par l'Union internationale de biathlon sont partielles pour les résultats datant d'avant 1997

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Winter Olympics: Six to watch, sur bbc.co.uk, le 8 février 2006 (consulté le 20 septembre 2014)
  2. (en) Nick Zaccardi, Ole Einar Bjoerndalen: ‘Boring’ biathlete also greatest Olympian you’ve never heard of, sur nbcsports.com, le 9 février 2014 (consulté le 19 septembre 2014)
  3. a, b, c, d et e (en) Sarah Wiertz, Biathlon 'Cannibal' Bjoerndalen as hungry as ever, sur dw.de, le 5 février 2014 (consulté le 20 septembre 2014)
  4. a, b et c (de) Portrait - Ole Einar Bjoerndalen (NOR), sur xc-ski.de, le 7 décembre 2009 (consulté le 2 octobre 2014)
  5. a, b, c et d Les siamois du biathlon, sur liberation.fr, le 11 février 2006 (consulté le 2 octobre 2014)
  6. (en) Christopher Clarey, Norwegian who keeps going, sur nytimes.com, le 11 mars 2011 (consulté le 1er octobre 2014)
  7. a, b et c Bjoerndalen: le plus grand de l'histoire, sur rds.ca, le 4 février 2007
  8. a, b, c, d, e, f et g (it) Ole Einar Bjoerndalen, sur teladoiolamerica.net
  9. a, b et c (no) Bjørndalen fullstendig ute av form, sur nrk.no, le 5 mars 2011 (consulté le 29 septembre 2014)
  10. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n (en) Profil d'Ole Einar Bjørndalen, sur le site de l'Union internationale de biathlon (consulté le 26 septembre 2014)
  11. (no) Sigve Kvamme, Rike-raseri da Bjørndalen ble OL-uttatt i 94, sur dagbladet.no, le 13 janvier 2010 (consulté le 2 octobre 2014)
  12. 12 Big Moments in Ole Einar Bjoerndalen’s career!, sur biathlonews.com, le 13 juin 2013 (consulté le 29 septembre 2014)
  13. (en) Biathlon at the 1998 Nagano Winter Games:Men's 4 × 7.5 kilomètres Relay, sur sports-reference.com (consulté le 5 octobre 2014)
  14. (en) Norwegians Triumph in Men's 10K Biathlon Sprint, sur le site nytimes.com
  15. a, b et c Profil d'Ole Einar Bjørndalen, sur biathlon.com.ua (consulté le 5 octobre 2014)
  16. a et b Bjoerndalen victorieux à la poursuite, sur rds.ca (consulté le 2 octobre 2014)
  17. (no) Stafett-bronse i Kontiolahti, sur vg.no, le 14 février 2002
  18. Poirée remporte la Coupe du monde !, sur sport.fr, le 18 mars 2001 (consulté le 3 octobre 2014)
  19. Le livre de l'année 2001, du quotidien l'Équipe
  20. Poirée champion du monde de mass start, sur nouvelobs.com, le 9 février 2001 (consulté le 29 septembre 2014)
  21. (cs) Björndalen vyhrál i přes osm trestných kol, sur sport.idnes.cz, le 9 décembre 2001 (consulté le 23 novembre 2014)
  22. JO/Biathlon: Bjoerndalen dans l'histoire grâce au relais mixte, la France 7e, sur ladepeche.fr, le 19 février 2014 (consulté le 19 septembre 2014)
  23. Ole Einar Bjørndalen un ambassadeur aussi talentueux que sympathique, sur certina.com
  24. (en) Salt Lake City 2002 Winter Olympics, sur olympic.org (consulté le 18 septembre 2014)
  25. a, b, c et d (en) Biographie, sur nbcolympics.com (consulté le 6 septembre 2014)
  26. a, b, c, d, e et f (en) Profil olympique de Ole Einar Bjørndalen sur sports-reference.com (consulté le 19 septembre 2014)
  27. [1], sur dhnet.be, le 17 février 2002 (consulté le 13 novembre 2014)
  28. a et b (en) Tora Berger Athlete of the Year in Norway for 2012!!, sur biathlonews.com, le 2 janvier 2013 (consulté le 19 septembre 2014)
  29. (en) Charlie LeDuff, OLYMPICS: BIATHLON; Fourth Gold Medal For a Positive Thinker, archive du site du New York Times, le 21 février 2002 (consulté le 20 septembre 2014)
  30. a, b et c Jérôme Rasetti, Biathlon Björndalen l'homme à battre, sur dhnet.be, le 26 novembre 2005 (consulté le 1er octobre 2014)
  31. a, b et c JO de Sotchi : Ole-Einar Bjoerndalen pour écrire l’histoire, sur rfi.fr, le 6 février 2014 (consulté le 19 septembre 2014)
  32. Le leader Bjoerndalen siffle trois fois, sur eurosport.fr, lee 15 décembre 2002 (consulté le 7 septembre 2014)
  33. Ole Einar Bjoerndalen devance Poirée à Ruhpolding, sur rds.ca, le 19 janvier 2003 (consulté le 5 octobre 2014)
  34. (en) Bjorndalen, Wilhelm win biathlon races, sur apnewsarchive.com (consulté le 5 octobre 2014)
  35. (en) Bjorndalen earns ninth Cup win of season, sur espncdn.com, le 16 février 2003 (consulté le 5 octobre 2014)
  36. Björndalen et Becaert, premières !, sur sport365.fr, le 15 mars 2003 (le 1er octobre 2014)
  37. (en) Bjoerndalen wins mass start for second gold, sur usatoday.com, le 23 mars 2003 (consulté le 29 septembre 2014)
  38. Biathlon 2006, sur latimes.com, le 10 février 2006 (consulté le 1er octobre 2014)
  39. (cs) Začíná SP biatlonistů, favoritem Björndalen, sur sport.idnes.cz, le 2 décembre 2003 (consulté le 9 novembre 2014)
  40. (en) Biathlon: Bjoerndalen, Skjelbreid Poiree win again, sur norwaypost.no, le 8 décembre 2013 (consulté le 9 novembre 2014)
  41. Le livre de l'année 2004, du quotidien l'Équipe
  42. (no) Bjørndalen suveren på Beitostølen, sur skiforeningen.no, le 2 décembre 2004 (consulté le 8 octobre 2014)
  43. (en) King Bjørndalen of Holmenkollen, sur skiforeningen.no, le 11 décembre 2004 (consulté le 12 octobre 2014)
  44. (de) Björndalen gewinnt Jagdrennen, sur n-tv.de, le 26 janvier 2005 (consulté le 12 octobre 2014)
  45. (de) « Biathlon: Fischer verpasst Podestplatz in Antholz », sur rp-online.de,‎ 19 janvier 2005 (consulté le 13 octobre 2014).
  46. (de) « Biathlon: Und wieder Björndalen », sur derstandard.at,‎ 28 janvier 2005 (consulté le 13 octobre 2014).
  47. (no) Erlend Nesje, « Han er uslåelig », sur aftenposten.no,‎ 21 février 2005 (consulté le 2 octobre 2014)
  48. Poirée en bronze, sur sport.fr, le 13 mars 2005 (consulté le 2 octobre 2014)
  49. « Bjoerndalen, l'ogre norvégien a encore faim », sur liberation.fr,‎ 7 mars 2005 (consulté le 2 octobre 2014)
  50. (no) Conradi og Bjørndalen sammen mot OL, sur vg.no, le 10 mars 2005 (le 1er octobre 2014
  51. « Bjoerndalen remporte la Coupe du monde de sprint », sur sport.fr,‎ 16 mars 2005 (consulté le 2 octobre 2014)
  52. a et b Björndalen marque son territoire, sur rds.ca, le 27 novembre 2005 (consulté le 5 octobre 2014)
  53. Anterselva: le retour de Bjoerndalen, sur sport.fr, le 22 janvier 2006 (consulté le 26 septembre 2014)
  54. Retour victorieux de Björndalen, sur rds.ca, le 22 janvier 2006 (le 1er octobre 2014)
  55. Bjoerndalen mate Poirée, sur eurosport.fr, le 22 janvier 2006 (consulté le 13 octobre 2014)
  56. a et b (en) Germany's Greis Wins the First Gold Medal, sur nytimes.com, le 12 février 2006 (consulté le 13 octobre 2014)
  57. Le livre de l'année 2006, du quotidien l'Équipe
  58. (en) Bjoerndalen denied again as Germany wins men's biathlon relay, sur espn.go.com, le 21 février 2006 (le 1er octobre 2014)
  59. Bjoerndalen satisfait de son bilan, sur sport.fr, le 25 février 2006 (le 1er octobre 2014)
  60. Bjoerndalen rafle tout, sur eurosport.fr, le 26 mars 2006 (consulté le 26 septembre 2014)
  61. (en) Record-breaking biathlon win for Bjorndalen, sur cbc.ca, le 9 décembre 2006
  62. Bjoerndalen cinq sur cinq, sur eurosport.fr, le 9 décembre 2012 (consulté le 29 septembre 2014)
  63. Mirko Horminal, Biathlon : le bilan de la saison masculine !, sur ski-nordique.net, le 19 mars 2007 (le 1er octobre 2014)
  64. (en) Biathlon: Norway's Bjorndalen sets World Cup mark, le 1er décembre 2007 (consulté le 6 octobre 2014)
  65. (de) Starker Graf hinter den Favoriten, sur kicker.de, le 8 décembre 2007 (consulté le 6 octobre 2014)
  66. (ee) Ole Einar Björndalen nouveau surperformé Dmitri Jarošenkot, sur sport.err.ee, le 15 décembre 2007 (consulté le 6 octobre 2014)
  67. (de) Biathlon-WC Oberhof – Massenstart wird von Bjoerndalen dominiert, sur biathlon-online.de, le 6 janvier 2008 (consulté le 6 octobre 2014)
  68. Bailly et Defrasne placés, sur eurosport.fr, le 20 janvier 2008 (consulté le 6 octobre 2014)
  69. Biathlon : un record pour Bjoerndalen, sur rds.ca, le 10 février 2008
  70. Mirko Horminal, A l'heure du bilan, sur ski-nordique.net, le 18 février 2008 (consulté le 2 octobre 2014)
  71. Biathlon: une sixième victoire pour Svendsen, sur 20min.ch, le 13 mars 2008 (le 1er octobre 2014)
  72. Le roi Bjoerndalen pour entrer dans l'histoire, sur lapresse.ca, le 2 décembre 2008 (consulté le 2 octobre 2014)
  73. bjoerndalen se réveille, sur cyberpresse.ca, le 17 janvier 2009
  74. Le roi Bjoerndalen est bien de retour, sur lapresse.ca, le 18 janvier 2009 (consulté le 5 octobre 2014)
  75. Mirko Horminal, CM Biathlon : "Le cannibale" et "super Svendsen", sur ski-nordique.net, le 13 février 2009
  76. Bjoerndalen de nouveau titré, sur lequipe.fr, le 14 février 2009
  77. (en) Bjorndalen becomes triple biathlon world champion, sur nytimes.com, le 17 février 2009 (consulté le 26 septembre 2014)
  78. Biathlon - ChM (H) - Björndalen finalement titré, sur lequipe.fr, le 15 février 2009
  79. Bjoerndalen dans la légende, sur eurosport.fr, le 17 février 2009 (consluté le 5 octobre 2014)
  80. Biathlon - ChM (H) - Landertinger sacré, sur lequipe.fr, le 21 février 2009
  81. Biathlon : le relais mixte champion du monde, sur leparisien.fr, le 19 février 2009 (consulté le 5 octobre 2014)
  82. Biathlon: Ole Einar Bjoerndalen offre le titre mondial du relais à la Norvège, sur leparisien.fr, le 22 février 2009 (consulté le 5 octobre 2014)
  83. a et b Mirko Horminal, Biathlon : Arnd Pfeiffer comme dans un rêve, sur ski-nordique.net, le 26 mars 2009
  84. a et b L'ogre Bjoerndalen repart pour un énième festin, sur lapresse.ca, le 1er décembre 2009 (consulté le 1er octobre 2014)
  85. La 90e de l’ogre Björndalen, sur lalibre.be, le 7 décembre 2009
  86. (nl) Björndalen wint sprint biatlon in Oostenrijkse Hochfilzen, sur hln.be, le 11 décembre 2010 (consulté le 3 octobre 2014)
  87. Björndalen siegt bei Massenstart in Oberhof, sur focus.de, le 10 janvier 2010 (consulté le 3 octobre 2014)
  88. JO 2010 : les Norvégiens règnent à nouveau sur le biathlon, sur lemonde.fr, le 19 février 2010 (consulté le 21 septembre 2014)
  89. La Norvège de Bjoerndalen remporte le relais 4x7,5 km de biathlon, sur france24.com (consulté le 21 septembre 2014)
  90. Bjoerndalen a encore faim, sur eurosport.fr, le 2 novembre 2010 (consulté le 3 octobre 2014)
  91. Bjoerndalen toujours là !, sur eurosport.fr, le 5 décembre 2010 (consulté le 3 octobre 2014)
  92. a et b Mondiaux de biathlon: Bjoerndalen complète sa collection, sur lapresse.ca, le 3 mars 2011 (consulté le 3 octobre 2014)
  93. (en) Biathlon: Bjørndalen drops competitions, sur norwaypost.no, le 21 décembre 2011 (consulté le 13 novembre 2014)
  94. Biathlon: Bjoerndalen devant le Français Martin Fourcade, sur 20minutes.fr, le 12 février 2012
  95. (de) Ole Einar Bjørndalen, sur munzinger.de (consulté le 3 octobre 2014)
  96. Mirko Horminal, Ole-Einar Bjoerndalen motivé par Ruhpolding et...Sochi, sur ski-nordique.net, le 29 février 2012
  97. Benoit Vivier, Ruhpolfing 2012 : La Norvège devance la France, sur biathlon-news.fr, le 9 mars 2012
  98. a et b Mirko Horminal, Ole-Einar Bjoerndalen reste confiant pour l'avenir, sur ski-nordique.net, le 9 février 2013 (consulté le 2 octobre 2014)
  99. Mondiaux de biathlon: Martin Fourcade 2e, battu pour Svendson, sur 20minutes.fr, le 9 février 2013 (consulté le 2 octobre 2014)
  100. Nove Mesto – Bjorndalen, la 50e rugissante, sur rmcsport.bfmtv.com, le 16 février 2013 (consulté le 2 octobre 2014)
  101. Bjoerndalen arrêtera en fin de saison, sur francetvsport.fr, le 23 février 2014
  102. Ole Einar Bjoerndalen arretera après Sochi, sur ski-biathlon.fr
  103. Sprint JO Sotchi : Martin Fourcade déçoit (6e), Bjoerndalen, en or, égale Daehlie, sur eurosport.fr, le 8 février 2014 (consulté le 19 septembre 2014)
  104. JO de Sotchi : avec leurs meilleurs « vieux »…, sur programme.tv, le 9 février 2014 (consulté le 19 septembre 2014)
  105. a, b et c Bjoerndalen, recordman des Jeux d'hiver, sur liberation.fr, le 19 février 2014 (consulté le 19 septembre 2014)
  106. Sochi 2014 : Résultats biathlon relais hommes, la Russie médaille d'or, la France de Martin Fourcade 8ème, sur meltyxtrem.fr (consulté le 13 novembre 2014)
  107. Bjoerndalen pas encore à la retraite, sur lequipe.fr, le 4 mars 2014 (consulté le 31 août 2014)
  108. a et b (en) Ole Einar Bjørndalen dans la base de données de la Fédération internationale de ski
  109. Présentation d'Ole Einar Bjørndalen aux Jeux olympiques de 2006, sur rsr.ch (consulté le 21 septembre 2014)
  110. (no) Arve Vassbotn, De kan bli ringenes helter, sur dagbladet.no, le 3 février 2002 (consulté le 13 novembre 2014)
  111. a et b (en) Cross Country Skiing at the 2002 Salt Lake City Winter Games:Men's 30 kilomètres, sur sports-reference.com (consulté le 21 septembre 2014)
  112. a et b (no) Bjørndalen vant, ble historisk, sur nrk.no, le 18 novembre 2006 (consulté le 21 septembre 2014)
  113. (en) Résultats d'Ole Einar Bjørndalen aux Championnats du monde, sur fis-ski.com'
  114. Bjoerndalen et Wickenheiser élus au CIO, sur sport.fr, le 20 février 2014 (consulté le 21 septembre 2014)
  115. Marine Bouhier, Bjoerndalen toujours à la pointe de l'innovation, sur ski-nordique.net, le 19 mai 2014
  116. Grégory Jouin, Martin Fourcade défie Bjoerndalen pour entrer dans l’histoire, sur francetvsport.fr, le 16 février 2014
  117. Mirko Horminal, Bjoerndalen, la perfection au masculin, sur ski-nordique.net, le 10 février 2010
  118. a, b, c et d (en) David Ebner, Bjorndalen takes shot at history, sur theglobeandmail.com, le 6 février 2010 (consulté le 2 octobre 2014)
  119. Mirko Horminal, Bjoerndalen : "Le biathlon c'est ma vie", sur ski-nordique.net, le 28 juin 2010 (consulté le 13 novembre 2014)
  120. (en) Shooting 2013/2014, sur biathlon.com.ua (consulté le 29 septembre 2014)
  121. (en) Ole Einar Bjoerndalen - career review, sur realbiathlon.blogspot.co.uk (consulté le 13 novembre 2014)
  122. Mirko Horminal, Santer et Bjoerndalen c'est fini, sur ski-nordique.net, le 6 octobre 2012 (consulté le 6 septembre 2014)
  123. (de) Santer und Bjørndalen getrennt, sur stol.it, le 4 octobre 2012 (consulté le 19 septembre 2014)
  124. Mirko Horminal, Ole-Einar Bjoerndalen prolonge sa carrière, sur ski-nordique.net, le 4 mars 2014
  125. (en) Cup standings, sur le site de l'Union internationale de biathlon
  126. Double déception française aux J.O., sur nouvelobs.com, le 13 février 2002
  127. (no) Anders Bronken, Hilde GP fikk Egebergs Ærespris, sur ostlendingen.no, le 13 novembre 2002 (consulté le 22 septembre 2014)
  128. Ole Einar Bjørndalen and Michael Greis awarded the Holmenkollen Medal, sur 'madshus.com, le 23 mars 2011 (consulté le 22 septembre 2014)
  129. (de) Ole Einar Björndalen mit ANOC Award ausgezeichnet, sur biathlon-online.de, le 7 novembre 2014 (consulté le 13 novembre 2014)
  130. (no) Ole Einar Bjørndalen, sur modum.kommune.no, le 11 avril 2014 (consulté le 19 eptembre 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :