Ole Einar Bjørndalen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bjørndalen.
Ole Einar Bjørndalen Biathlon pictogram.svg
Bjoerndalen cutout.JPG
Contexte général
Sport Biathlon
Période active de 1993 à aujourd'hui
Biographie
Nationalité sportive Norvégienne
Naissance 27 janvier 1974 (40 ans)
Lieu de naissance Drammen
Taille 179 cm
Poids de forme 68 kg
Surnom Roi Ole[1]
Club Simostranda IL
Palmarès
Or Arg. Bro.
Jeux olympiques 8 4 1
Championnats du monde 19 11 9
Coupe du monde (globes) 25 19 6
Coupe du monde[2]
(épreuves indiv.)
94 49 27
* Dernière mise à jour : 8 mars 2014

Ole Einar Bjørndalen, né le 27 janvier 1974 à Drammen (Norvège), est un biathlète norvégien.

Il possède le plus grand palmarès de l'histoire du biathlon : 8 titres olympiques, dont les quatre mis en jeu lors de l'édition de Salt Lake City, et dix-neuf titres mondiaux, dont onze titres individuels et six gros globes de cristal, trophées récompensant la victoire au classement général de la Coupe du monde de biathlon. Il est le sportif le plus titré de l'histoire des sports d'hiver, battant le record de 86 victoires en Coupe du monde du Suédois Ingemar Stenmark.
Le 8 février 2014, à l'âge de 40 ans, il remporte le sprint 10 km des Jeux de Sotchi faisant de lui l'athlète le plus titré des Jeux olympiques d'hiver avec son compatriote Bjørn Dæhlie ; le 19 février 2014 en remportant le relais mixte, il devient l’athlète le plus médaillé des Jeux olympiques d'hiver avec 13 médailles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Après une première participation aux Championnats du monde junior, 1992, remportant une médaille de bronze, il remporte, lors l'édition suivante, trois titres en quatre courses, l'individuelle et le sprint, et la course par équipe.

C'est durant la saison 1992-93 qu'il débute sur le circuit de la Coupe du monde. Il termine cette saison à la 62e place. L'année suivante, il a progressé à la 30e, disputant également ses premiers Jeux, les Jeux de Lillehamer. Malheureusement, il passe à travers des épreuves, disputées à domicile, et obtient son meilleur résultat lors du sprint avec une 28e place.

Il continue sa progression au classement de la Coupe du monde, obtenant la quatrième place de la Coupe du monde générale en 1995, puis la neuvième en 1996. C'est durant cette dernière saison qu'il remporte sa première victoire en Coupe du monde, lors de l'individuelle de Antholz en Italie.

La saison suivante, il ajoute trois victoires en Coupe du monde, dont il termine à la deuxième du classement général, remportant au passage son premier globe dans une discipline, le globe du sprint. Il remporte également ses premières médailles mondiales, à Brezno-Osrblie, avec le bronze lors de la poursuite, remportant également l'argent avec le relais norvégien.

Les premiers titres[modifier | modifier le code]

Lors des Jeux de Nagano, il termine à la seconde place du relais, relais composé également de Egil Gjelland, Halvard Hanevold, et de son frère Dag Bjørndalen. Auparavant, il avait remporté le titre du 10 km. Cette victoire est d'autant plus méritoire que la veille, la course avait été arrêtée en raison des conditions climatiques. Or cette annulation avait été faite au moment où il s'élançait pour son dernier parcours en ski alors qu'il était en tête à l'issue des derniers tirs[3].

Après deux nouvelles médailles mondiales, l'or dans la compétition par équipe, et l'argent lors de la poursuite, il termine pour la première fois en tête du classement de la Coupe du monde générale, remportant ainsi son premier globe de cristal, remportant également son deuxième globe du sprint.

Lors de la saison suivante, il est devancé par l'Allemand Sven Fischer au classement général de la Coupe du monde. Lors des mondiaux de Kontiolahti, il remporte deux médailles de bronze, avec le relais et sur la course en ligne, la mass start.

L'année suivante, c'est le Français Raphaël Poirée qui le prive du globe de cristal de la Coupe du monde générale. Il remporte toutefois deux globes par spécialité, celui du sprint et de la poursuite. Lors des mondiaux d'Oslo, il ajoute deux médailles, l'argent lors du relais et le bronze sur la mass start, épreuve remportée par son adversaire français Poirée.

Le Français Poirée remporte la saison suivante son deuxième globe de cristal, Bjørndalen terminant de nouveau à la deuxième place. Lors des mondiaux disputés à Pokljuka en Slovénie, il remporte deux nouvelles médailles, l'argent sur la mass start, épreuve dont il ne peut disputer la victoire face à Poirée en raison d'une chute[4] et le bronze avec le relais norvégien, épreuve également remportée par Poirée et le relais français.

La période de domination[modifier | modifier le code]

Ole Einar Bjørndalen en 2009.

Ole Einar Bjoerndalen fait étalage de tout son talent lors des Jeux olympiques de Salt Lake City en remportant les quatre titres mis en jeu (individuel, sprint, poursuite et relais), tout en ayant obtenu la sixième place du 30 km style libre de ski de fond. Ces performances lui ont valu la distinction du sportif norvégien de l'année.

Le Français Raphaël Poirée le prive toutefois de la victoire en coupe du monde qu'il finira à la troisième place.

La saison suivante, le norvégien accentue sa domination sur le biathlon mondial en remportant la Coupe du monde générale, mais également les classements du sprint, de la poursuite et la mass start. Lors des mondiaux disputés en Russie, il remporte enfin son premier titre individuel. Il remporte le sprint puis la mass start.

La rivalité avec le Français Raphaël Poiré est toujours présente lors de la saison 2003-2004: celui-ci le devance au classement général. Lors des mondiaux d'Oberhof, Bjørndalen, bien que remportant trois médailles de bronze, en sprint, en poursuite et en individuelle, et l'argent avec le relais norvégien, est éclipsé par le Français qui remporte une médaille dans les cinq épreuves, dont trois titres[5].

Bjørndalen prend sa revanche la saison suivante en remportant sa troisième coupe du monde générale, devançant Sven Fischer et Raphaël Poirée. Il remporte également le globe du sprint, terminant deuxième sur l'ensemble des autres spécialités. Lors des mondiaux, il remporte quatre titres. L'individuelle, où il termine à la sixième place, est la seule épreuve qui échappe à son palmarès.

La saison 2005-06 ne s'annonce pas sous les meilleurs auspices pour Bjørndalen: durant la période de décembre, il doit déclarer forfait de cinq courses en raison d'une maladie qui l'a même tenu au lit pendant huit jours. Il retrouve la compétition lors de la dernière étape de coupe du monde avant le début des Jeux.

Les compétitions de biathlon des Jeux de Turin s'annoncent toutefois sous de bons signes: les deux grands athlètes de la discipline ont tous deux des objectifs importants, Poirée remporter enfin son premier titre olympique dans ce qui est certainement ses derniers jeux, Bjørndalen rejoindre, voire dépasser, Bjørn Dæhlie qui détient le record du nombre de médailles d'or lors de jeux d'hiver avec huit titres. Aucun des deux ne parviendra à son but: le Français ne remporte qu'une médaille de bronze en relais. Le Norvégien, pour sa part, remporte deux médailles d'argent, lors de l'individuel, battu par l'Allemand Michael Greis. Lors de la poursuite, il part pour son dernier tour à seulement six secondes du leader, le Français Vincent Defrasne. Il dépasse celui-ci à 800 mètres de l'arrivée. Lors des derniers mètres, le Français dépasse finalement le Norvégien, le devançant de 2,7 secondes[6]. Lors de l'épreuve par équipe, il reçoit le relais en dixième position avec un retard de 2 min 40. Finalement, il termine à la cinquième place ayant réduit de moitié son retard. Lors de la dernière épreuve, la course en ligne, il termine à la troisième place.

La fin de saison est dominée par le norvégien qui remporte six des huit dernières épreuves, dont les trois dernières. Cela lui permet de devancer le Français au classement général de la Coupe du monde, la troisième place étant occupée par l'Allemand Sven Fischer. Il remporte également les globes de la poursuite et de la course en ligne.

Lors de la saison 2006-07, il est devancé par un allemand, Michael Greis, en tête du classement de la Coupe du monde. Cette saison est la dernière disputée par son rival français Raphaël Poirée, qui termine à la troisième place de la Coupe du monde. Bjørndalen remporte un nouveau globe de spécialité, la mass start. En Championnat du monde, à Anterselva, il remporte deux nouveaux titres, en sprint et sur la poursuite, remportant également la médaille d'argent en relais masculin.

Ole Einar Bjørndalen en 2007.

L'année suivante, il reprend sa domination en coupe du monde, seul le globe de l'individuelle lui échappant au profit du Français Vincent Defrasne. Lors des mondiaux, il remporte une médaille dans cinq disciplines, les quatre individuelles dont l'or sur la poursuite, et l'argent avec le relais.

Sa préparation pour la saison 2008-2009 est perturbée par un virus. Il doit ainsi attendre l'étape de Ruhpolding en janvier pour remporter sa première manche de Coupe du monde de la saison, le sprint[7]. Le lendemain il remporte la poursuite. Pour les Championnats du monde, il figure au titre des principaux favoris ainsi que son compatriote Emil Hegle Svendsen. Lors de la première épreuve, le sprint, il manque deux cibles mais parvient toutefois à s'imposer, les norvégiens alignant quatre coureurs aux quatre premières places.

Le lendemain, il remporte sa deuxième épreuve avec la poursuite. Il est un temps rétrogradé à la troisième place pour une erreur de parcours. Après des heures de délibération et avoir fait preuve que cette erreur ne lui avait pas donnée avantage, il retrouve son titre.

Avec ces deux titres, les Championnats du monde et les Jeux olympiques étant compatibilisés en biathlon, il égale le record de 86 succès du suédois Ingemar Stenmark en Coupe du monde, 85 en biathlon et une en ski de fond[8], pour finalement le dépasser le 17 février 2009 et devenir le recordman de victoires en ski toutes compétitions confondues en se parant d'or au 20 km. Lors de la dernière épreuve individuelle, la mass start, il est en tête avant la quatrième et dernière séance de tir. Mais deux fautes l'obligent à repartir avec trois autres biathlètes, dont l'Autrichien Dominik Landertinger qui déposera ses concurrents lors de la montée finale. Björndalen finit finalement quatrième[9]. Cette place de quatrième est également la place qu'il obtient avec le relais mixte, épreuve qu'il dispute pour la première fois lors d'un mondial. Lors de la dernière épreuve, le relais, il comble un retard de 11 secondes sur l'Autrichien Christoph Sumann pour offrir le titre à son équipe. La saison se conclut par le gain du classement général, portant à six son total de globes de cristal égalant la Suédoise Magdalena Forsberg en tant que recordman des titres en coupe du monde. À l'occasion des Championnats du monde 2011, 2012 et 2013, il agrandit sa collection de médailles d'or avec trois titres en relais masculin et ses deux premiers titres en relais mixte. Sa dernière victoire en Coupe du monde date du 12 février 2012, lorsqu'il a dominé la poursuite de Kontiolahti devant le favori de cette saison Martin Fourcade. Il a exprimé sa volonté d'arrêter sa carrière de biathlète après les Jeux de Sotchi en 2014, bien qu'il s'agit d'« une lourde décision » selon lui[10]. Durant ces Jeux olympiques, il devient suite à ses titres en sprint et en relais mixte le sportif le plus médaillé aux Jeux olympiques d'hiver devant son compatriote fondeur Bjørn Dæhlie avec treize podiums. Quelques jours après la fin de la compétition, il est revenu sur la décision de prendre sa retraite en fin de saison, souhaitant continuer jusqu'aux Championnats du monde 2016 disputés à Oslo[11].

Rivalité avec Raphaël Poirée[modifier | modifier le code]

Les spectateurs et admirateurs du biathlon assistent entre 1997 et 2007 à sa grande rivalité sportive contre le Français Raphaël Poirée où chacun leur tour, ils brillent aux championnats du monde de biathlon (Bjørndalen fut 9 fois champion du monde, plus 10 médailles d'argent et 9 de bronze), aux Jeux olympiques (le norvégien possède 6 titres olympiques, plus 4 médailles d'argent et une de bronze) et en coupe du monde où il s'imposa à six reprises au classement général (1998, 2003, 2005, 2006, 2008 et 2009) devant Poirée (2000, 2001, 2002 et 2004).

Le coureur de fond[modifier | modifier le code]

Bjørndalen, dont les succès reposent en grande partie sur ses qualités de fondeur, décide de défier les spécialistes en coupe du monde de ski de fond. Ses résultats, deux deuxième places, le décident à disputer le 30 km libre, départ en ligne, des Jeux de Salt Lake City en 2002 en complément des épreuves de biathlon. Il termine cette course à une cinquième place, battu au sprint dans le groupe de tête. Il est déçu par ce résultat qu'il explique par un manque d'expérience dans une course en ligne en ski de fond. Le 18 novembre 2006, Bjørndalen remporte sa seule victoire en Coupe du monde de ski de fond à l'occasion du 15 km libre de Gällivare.

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Il vit à Dobbiaco en Italie, marié le 27 mai 2006 à la biathlète italienne Nathalie Santer, puis divorcé en octobre 2012[12].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques d'hiver [13]
Épreuve / Édition Individuelle Sprint Poursuite Départ en ligne Relais Relais Mixte
Drapeau : Norvège Lillehammer 1994 36e 28e Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date 7e Épreuve inexistante à cette date
Drapeau : Japon Nagano 1998 7e médaille d'or, Jeux olympiques Or Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date médaille d'argent, Jeux olympiques Argent Épreuve inexistante à cette date
Drapeau : États-Unis Salt Lake City 2002 médaille d'or, Jeux olympiques Or médaille d'or, Jeux olympiques Or médaille d'or, Jeux olympiques Or Épreuve inexistante à cette date médaille d'or, Jeux olympiques Or Épreuve inexistante à cette date
Drapeau : Italie Turin 2006 médaille d'argent, Jeux olympiques Argent 11e médaille d'argent, Jeux olympiques Argent médaille de bronze, Jeux olympiques Bronze 5e Épreuve inexistante à cette date
Drapeau : Canada Vancouver 2010 médaille d'argent, Jeux olympiques Argent 17e 7e 27e médaille d'or, Jeux olympiques Or Épreuve inexistante à cette date
Drapeau : Russie Sotchi 2014 34e médaille d'or, Jeux olympiques Or 4e 22e 4e médaille d'or, Jeux olympiques Or

Légende :Épreuve non existante : Épreuve non disputée

Championnat du monde[modifier | modifier le code]

Championnats du monde de biathlon
Épreuve / Édition Individuelle Sprint Poursuite Départ en ligne Relais Relais mixte
Drapeau : Slovaquie Osrblie 1997 - - médaille de bronze, monde Bronze - médaille d'argent, monde Argent -
Drapeau : Slovénie Pokljuka 1998 pas d'épreuve[14] médaille d'argent, monde Argent pas d'épreuve[14] médaille d'or, monde Or -
Drapeau : Finlande Kontiolahti 1999 - - - médaille de bronze, monde Bronze médaille de bronze, monde Bronze -
Drapeau : Norvège Oslo 2000 - - - médaille de bronze, monde Bronze médaille d'argent, monde Argent -
Drapeau : Slovénie Pokljuka 2001 - - - médaille d'argent, monde Argent médaille de bronze, monde Bronze -
Drapeau : Norvège Oslo 2002 pas d'épreuve[14] 7e pas d'épreuve[14] -
Drapeau : Russie Khanty-Mansiysk 2003 - médaille d'or, monde Or - médaille d'or, monde Or - -
Drapeau : Allemagne Oberhof 2004 médaille de bronze, monde Bronze médaille de bronze, monde Bronze médaille de bronze, monde Bronze - médaille d'argent, monde Argent -
Drapeau : Autriche Hochfilzen 2005 - médaille d'or, monde Or médaille d'or, monde Or médaille d'or, monde Or médaille d'or, monde Or -
Drapeau : Slovénie Pokljuka 2006 pas d'épreuve[14] médaille d'argent, monde Argent
Drapeau : Italie Anterselva 2007 - médaille d'or, monde Or médaille d'or, monde Or - médaille d'argent, monde Argent -
Drapeau : Suède Östersund 2008 médaille d'argent, monde Argent médaille de bronze, monde Bronze médaille d'or, monde Or médaille d'argent, monde Argent médaille d'argent, monde Argent -
Drapeau : Corée du Sud Pyeongchang 2009 médaille d'or, monde Or médaille d'or, monde Or médaille d'or, monde Or 4e médaille d'or, monde Or 4e
Drapeau : Russie Khanty-Mansiïsk 2010 pas d'épreuve[14] médaille d'argent, monde Argent
Drapeau : Russie Khanty-Mansiïsk 2011 6e 22e 24e 6e médaille d'or, monde Or médaille d'or, monde Or
Drapeau : Allemagne Ruhpolding 2012 47e 21e 27e 8e médaille d'or, monde Or médaille d'or, monde Or
Drapeau : République tchèque Nove Mesto 2013 25e 4e 10e 24e médaille d'or, monde Or -

Coupe du monde de biathlon[modifier | modifier le code]

  • 6 gros globes de cristal :
    • Vainqueur du classement général en 1998, 2003, 2005, 2006, 2008 et 2009.
  • 19 petits globes de cristal :
    • Vainqueur du classement de l'individuelle en 2005.
    • Vainqueur du classement du sprint en 1997, 1998, 2000, 2001, 2003, 2005, 2008 et 2009.
    • Vainqueur du classement de la poursuite en 2000, 2003, 2006, 2008 et 2009.
    • Vainqueur du classement de la mass start en 2003, 2005, 2006, 2007 et 2008.
  • Classement général final par saison :
    • 62e en 1993, 30e en 1994, 4e en 1995, 9e en 1996, 2e en 1997, 1er en 1998, 2e en 1999, 2e en 2000, 2e en 2001, 3e en 2002, 1er en 2003, 2e en 2004, 1er en 2005, 1er en 2006, 2e en 2007, 1er en 2008, 1er en 2009, 10e en 2010, 10e en 2011, 16e en 2012, 22e en 2013.
  • 170 podiums en épreuve individuelle : 94 victoires, 49 deuxièmes places et 27 troisièmes places[15].
  • 42 podiums en relais : 21 victoires, 11 deuxièmes places et 10 troisièmes places.

Dernière mise à jour le 8 mars 2014

Victoires[modifier | modifier le code]

Édition / Épreuve Sprint Poursuite Individuelle Mass Start Total
1995-1996 Drapeau : Italie Anterselva 1
1996-1997 Drapeau : Allemagne Oberhof
Drapeau : Allemagne Ruhpolding
Drapeau : Allemagne Oberhof 3
1997-1998 Drapeau : Italie Anterselva
Drapeau : Japon Nagano (Jeux Olympiques)
2
1998-1999 Drapeau : Autriche Hochfilzen Drapeau : Allemagne Oberhof
Drapeau : Italie Anterselva
3
1999-2000 Drapeau : Allemagne Oberhof Drapeau : Allemagne Oberhof
Drapeau : Autriche Hochfilzen
Drapeau : Italie Anterselva
Drapeau : Autriche Hochfilzen 5
2000-2001 Drapeau : Autriche Hochfilzen
Drapeau : Allemagne Ruhpolding
Drapeau : Italie Anterselva
Drapeau : États-Unis Salt Lake City
Drapeau : Slovaquie Osrblie
Drapeau : États-Unis Salt Lake City
Drapeau : États-Unis Salt Lake City Drapeau : Italie Anterselva 8
2001-2002 Drapeau : Autriche Hochfilzen
Drapeau : États-Unis Salt Lake City (Jeux Olympiques)
Drapeau : Autriche Hochfilzen
Drapeau : États-Unis Salt Lake City (Jeux Olympiques)
Drapeau : États-Unis Salt Lake City (Jeux Olympiques) 5
2002-2003
Drapeau : Slovénie Pokljuka
Drapeau : Allemagne Oberhof
Drapeau : Allemagne Ruhpolding
Drapeau : Russie Khanty-Mansiïsk (Ch.du monde)
Drapeau : Suède Östersund
Drapeau : Slovénie Pokljuka
Drapeau : Allemagne Ruhpolding
Drapeau : Norvège Holmenkollen
Drapeau : Allemagne Oberhof
Drapeau : Finlande Lahti
Drapeau : Russie Khanty-Mansiïsk (Ch.du monde)
11
2003-2004 Drapeau : Finlande Kontiolahti Drapeau : Finlande Kontiolahti
Drapeau : Autriche Hochfilzen
Drapeau : Slovénie Pokljuka
Drapeau : Allemagne Ruhpolding
5
2004-2005 Drapeau : Norvège Beitostølen
Drapeau : Norvège Holmenkollen
Drapeau : Allemagne Ruhpolding
Drapeau : Italie Anterselva
Drapeau : Autriche Hochfilzen (Ch.du monde)
Drapeau : Allemagne Ruhpolding
Drapeau : Italie Anterselva
Drapeau : Autriche Hochfilzen (Ch.du monde)
Drapeau : Russie Khanty-Mansiïsk
Drapeau : Italie Anterselva Drapeau : Slovénie Pokljuka
Drapeau : Autriche Hochfilzen (Ch.du monde)
12
2005-2006 Drapeau : Slovénie Pokljuka
Drapeau : Norvège Holmenkollen
Drapeau : Suède Östersund
Drapeau : Finlande Kontiolahti
Drapeau : Autriche Hochfilzen
Drapeau : Slovénie Pokljuka
Drapeau : Norvège Holmenkollen
Drapeau : Norvège Holmenkollen 8
2006-2007 Drapeau : Suède Östersund
Drapeau : Autriche Hochfilzen
Drapeau : Allemagne Ruhpolding
Drapeau : Italie Anterselva (Ch.du monde)
Drapeau : Suède Östersund
Drapeau : Autriche Hochfilzen
Drapeau : Italie Anterselva (Ch.du monde)
Drapeau : Norvège Holmenkollen
Drapeau : Suède Östersund Drapeau : Allemagne Ruhpolding
Drapeau : Norvège Holmenkollen
11
2007-2008 Drapeau : Finlande Kontiolahti
Drapeau : Slovénie Pokljuka
Drapeau : Russie Khanty-Mansiïsk
Drapeau : Autriche Hochfilzen
Drapeau : Suède Östersund (Ch.du monde)
Drapeau : Allemagne Oberhof
Drapeau : Italie Anterselva
7
2008-2009 Drapeau : Allemagne Ruhpolding
Drapeau : Corée du Sud Pyeongchang (Ch.du monde)
Drapeau : Allemagne Ruhpolding
Drapeau : Corée du Sud Pyeongchang (Ch.du monde)
Drapeau : Norvège Trondheim
Drapeau : Corée du Sud Pyeongchang (Ch.du monde) Drapeau : Norvège Trondheim 7
2009-2010 Drapeau : Suède Östersund
Drapeau : Autriche Hochfilzen
Drapeau : Allemagne Oberhof 3
2010-2011 Drapeau : Suède Östersund 1
2011-2012 Drapeau : Finlande Kontiolahti 1
2013-2014 Drapeau : Russie Sotchi (Jeux Olympiques) 1
Total 36 37 7 14 94

Championnats du monde juniors[modifier | modifier le code]

Épreuve / Édition Individuelle Sprint Relais Par équipe
Mondiaux 1992
Drapeau : Canada Canmore
23e 47e 6e médaille de bronze
Mondiaux 1993
Drapeau : Allemagne Ruhpolding
médaille d'or médaille d'or 8e médaille d'or

Coupe du monde de ski de fond[modifier | modifier le code]

  • Meilleur classement général final : 29e en 2002.
  • 1 victoire (2006-07), 2 podiums (2001-02).
  • 2 podiums en relais.

Championnats du monde de ski nordique[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ole Einar Bjørndalen un ambassadeur aussi talentueux que sympathique
  2. Ce palmarès en coupe du monde ne concerne que le biathlon. Bjørndalen compte également trois podiums en ski de fond, une victoire et deux deuxièmes places.
  3. (en) Norwegians Triumph in Men's 10K Biathlon Sprint, sur le site nytimes.com
  4. Le livre de l'année 2001, l'Équipe
  5. Le livre de l'année 2004, l'Équipe
  6. Le livre de l'année 2006, l'Équipe
  7. bjoerndalen se réveille, sur le site cyberpresse.ca
  8. Biathlon - ChM (H) - Björndalen finalement titré, sur le site de l'Équipe
  9. Biathlon - ChM (H) - Landertinger sacré, sur le site de l'Équipe
  10. http://www.ski-biathlon.fr/ole-einar-bjoerndalen-arretera-apres-sochi/
  11. Bjoerndalen pas encore à la retraite, sur lequipe.fr, le 4 mars 2014
  12. Mirko Horminal, Santer et Bjoerndalen c'est fini, sur ski-nordique.net, le 6 octobre 2012
  13. Ole Einar Bjørndalen, sur sports-reference.com
  14. a, b, c, d, e et f épreuve non disputée en raison de la présence des Jeux olympiques la même année
  15. (en) PROFILE - OLE EINAR BJOERNDALEN (NOR), sur le site biathlonworld.com

Liens externes[modifier | modifier le code]