Mont-Joli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mont.
Mont-Joli
Image illustrative de l'article Mont-Joli
alt=Église Notre-Dame-de-Lourdes
Église Notre-Dame-de-Lourdes


Carte MRC La Mitis - Mont-Joli.svg

Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Bas-Saint-Laurent
Comté ou équivalent La Mitis
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Danielle Doyer
2013 - 2017
Constitution
Démographie
Gentilé Mont-Joliens, Mont-Joliennes
Population 6 665 hab. (2011)
Densité 273 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 35′ 27″ N 68° 12′ 05″ O / 48.590838, -68.201394 ()48° 35′ 27″ Nord 68° 12′ 05″ Ouest / 48.590838, -68.201394 ()  
Superficie 2 445 ha = 24,45 km2
Divers
Code géographique 09077
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Saint-Laurent

Voir sur la carte administrative du Bas-Saint-Laurent
City locator 14.svg
Mont-Joli

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Mont-Joli

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Mont-Joli
Liens
Site web http://www.ville.mont-joli.qc.ca/

Mont-Joli est une ville dans la municipalité régionale de comté de La Mitis au Québec, située dans la région administrative du Bas-Saint-Laurent[1] et dans la région touristique de la Gaspésie. Elle est une des seules MRC du Québec à être divisée en deux. On peut donc dire que La Mitis est la porte de la Gaspésie ou la frontière entre les deux régions. La municipalité est membre de la Fédération des Villages-relais du Québec.

Elle est renommée pour son aéroport, le deuxième en importance au Canada durant la Deuxième Guerre mondiale. Une nouvelle autoroute (Autoroute 20) relie Mont-Joli à Rimouski depuis 2009.

Le recensement de 2011 y dénombre près de 6 665 habitants[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Mont-Joli (Sainte-Flavie Station, à ses débuts) n'est pas la première ville née en Mitis. Sainte-Flavie et Sainte-Luce ont vu le jour avant elle. Une des raisons qui ont poussé à la construction de Mont-Joli est la construction de la gare de Mont-Joli et de la voie ferrée. Fait troublant, l'on tente de fermer la dite gare, raison primaire de la fondation de Mont-Joli. Par la suite, les habitants venus s'installer ont exploité le bois, et aussi une plaque tournante entre le Canada, les Amériques, le New-Brunswick, et les Îles Saint-Pierre-et-Miquelon (la contrebande).

Comme mentionné précédemment, Mont-Joli était une ville importante pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle avait plusieurs cours et camps de tir. Aussi, elle avait deux petites tours (toujours présentes) d'observations de chaque côté de Sainte-Flavie, pour la surveillance et pour la formation de jeunes élèves pilotes (souvent 17 ans et +) au-dessus du fleuve Saint-Laurent, et non comme la légende urbaine voulant que ce soit des tours de surveillances des sous-marins nazis. Un fait important, l'aéroport de Mont-Joli (comme sa "jumelle" Val-Cartier) formait des aviateurs qui devaient mener des combats près de nos côtes, et en Europe. Plus précisément, ils pratiquaient le combat en vue de leurs prochaines destinations "mondiales" et non pour contrer les "invasions de nazis" (encore légendes urbaines non vérifiées, concernant une mission à Cap-Chat).

Fondation[modifier | modifier le code]

En 1867, la principale condition pour l'entrée du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse dans la confédération canadienne était d'être reliés au reste du pays par le chemin de fer. En 1868, les travaux commencèrent et les autorités décidèrent de faire tourner le chemin de fer à Saint-Octave-de-Métis, en Gaspésie. Cependant, ce village, à cause de son relief accidenté, ne pouvait pas recevoir la gare de réparation et d'entretien. Les ingénieurs se tournèrent alors vers le haut du 2e rang de Sainte-Flavie et la gare est nommée Sainte-Flavie-Station. En 1880, Sainte-Flavie-Station se sépare et est renommée Mont-Joli, surnom qu'utilisaient déjà les premiers habitants[3].

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Le nom de la ville provient du joli monticule qui surplombe la campagne des environs sur lequel a débuté la construction de la ville et où se trouve l'église aujourd'hui[4].

Les murmures de la ville de Mont-Joli[modifier | modifier le code]

Murmure de Mont-Joli

La ville de Mont-Joli a fait naître, il y a déjà quelques années, un projet de revitalisation artistique de son centre-ville.

Les Murmures de la ville de Mont-Joli, dont la visite est gratuite à la bibliothèque Jean-Louis Desrosiers, présentent 20 fresques situées au centre-ville. Elles retracent l'histoire et les évènements marquants de cette petite ville campagnarde québécoise. D'un côté, les réussites culturelles et de l'autre, les réalisations industrielles. Par exemple, les Mont-Joliens ont réalisé en 2008 une des célèbres fresques pour célébrer le 100e anniversaire de la plus grande fonderie du Québec, Norcast. Les touristes peuvent également voir le mur des célébrités qui ont marqué l'histoire sportive. On peut également observer la fameuse fresque du Jardin de Métis avec Elsie Reford, Alexander Reford et l'emblème : le pivot bleu d'Himalaya (fleur bleu, fleur fétiche du Jardin de Métis).

L'attrait touristique des Murmures de la ville de Mont-Joli est important. Ses fresques murales extérieures sont en compétition avec celles de la capitale de Québec, Québec et de plusieurs villes d'Europe.

Site d'arrivée de l'Autoroute 20[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, aucun autre recensement n'a été effectué, mais rappelons que la ville est en développement intense avec l'arrivée de l'autoroute 20. Au site de la fin de l'autoroute 20, en arrivant à Mont-Joli, on y trouve déjà  : Restaurant Normandin, Maison du tourisme (ATR), une poissonnerie les fraîcheurs de la mer (ouverte à l'année), deuxième Tim Hortons, station essence-diesel Ultramar (Pipeline - Truck-Stop), Pétro-Pass, Chocolaterie Pâtisserie aux Bienfaits (crème glacée) et la fromagerie des basques. D'autres projets sont sur la table, tel que la construction d'un hôtel et d'une halte routière d'envergure. Rappelons aussi que Mont-Joli a été désigné village-relais par Québec.

Activités ou attraits touristiques[modifier | modifier le code]

  • Bibliothèque Jean-Louis Desrosier : Plus de 40 000 documents écrits, audio et vidéo.
  • Club de Motoneiges de la Mitis : Sentiers battus et balisés sur tout le territoire.
  • Club VTT Mitis : Sentiers de VTT fédérés qui couvre tout le territoire.
  • Lelièvre Karting : Karting avec un circuit ouvert de 1,5 km (le plus long au Québec), Paintball.
  • Les murmures de la ville : Plus de 20 murs peints au centre-ville qui, l'été, sont expliqués et commentés par des guides connaissant l'histoire de la ville. (gratuit)
  • Parc Richelieu : Avec barboteuse, jeux d'enfants et un parc de planche à roulettes.
  • Parc Hébert : Espace vert avec jeux d'enfants.
  • Piscine Gervais-Rioux : Une piscine semi-olympique avec tremplin et une petite glissade pour plus jeune.
  • Quilles Mont-Joli : Reconnu pour ses clairs de lune et ses équipements modernes.
  • Stade de Baseball : Situé au parc Richelieu
  • Stade du centenaire : Aréna local avec une capacité de 1 300 spectateurs.
  • Tennis : 3 terrain de tennis à surface synthétique situé au parc Richelieu.

Entreprises ou instituts d'importances[5].[modifier | modifier le code]

  • Bois BSL inc. : nombre d'employés : 312
  • Bradken[6] : Bradken emploie plus de 285 personnes[Note 1].
  • Canboard : nombre d'employés : 75 [7]
  • Centrap : nombre d'employés : 125 dont 80 personnes handicapées [8]
  • Centre de santé et de services sociaux de La Mitis : nombre d'employés : 740
  • Chemin de Fer de la Matapédia et du Golfe inc. : nombre d'employés : 75
  • Groupe Lechasseur : Construction de routes, de rues et de ponts : nombre d'employés : 75 [9]
  • Institut Maurice Lamontagne : l'Institut Maurice Lamontagne est l'un des deux instituts en recherche océanographique du Canada. L'Institut compte environ 350 employés.
  • Transport Gino Bois: nombre d'employés : 70
  • Yvan Perreault & Fils Inc  : nombre d'employés : 110

Organisation administrative[modifier | modifier le code]

Maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires de 1880 à aujourd'hui.

Maire de 1880 à aujourd'hui
2013-20xx - Danielle Doyer 2005-2013 - Jean Bélanger
1994-2005 - Ghislain Fiola 1991-1994 - Guy D'Anjou 1978-1991 - Jean-Louis Desrosiers
1974-1978 - Odilon Gagnon 1970-1974 - Julien Bouchard 1962-1970 - Dr Raymond Lavallée
1961-1962 - Dr. René A. Lepage 1955-1961 - Benoit Gaboury 1937-1955 - Dr. René A. Lepage
1931-1937 - J. Adalbert Landry 1927-1931 - Dr. J.E. Lavoie 1921-1927 - Joseph Pinault
1917-1921 - Joseph Roy 1914-1916 - Alphonse Gamache 1910-1914 - Dr. J.E. Lavoie
1909-1910 - Néo Lindsay 1908-1909 - P.H. Caron 1902-1908 - Joseph Roy
1901-1902 - Alphonse Lefevre 1897-1901 - Antoine Voyer 1895-1897 - Napoléon Aubin
1894-1895 - Auguste Côté 1892-1894 - Aimé Beaulieu 1891-1892 - Alfred Lévesque
1890-1891 - Louis Dupéré 1889-1890 - Antoine Voyer 1889-1889 - Aimé Beaulieu
1888-1889 - Alphonse Lefevre 1886-1888 - Antoine Voyer 1885-1886 - Jean-Baptiste Beaulieu
1884-1885 - J. Auguste Ross 1881-1884 - Jean-Baptiste Beaulieu 1880-1881 - Pascal Beaulieu

Source: livre - Mont-Joli 28 ans après son centenaire 1980-2007

Conseillers[modifier | modifier le code]

Mandat District 1 District 2 District 3 District 4 District 5 District 6 District 7 District 8
2013-2017 Stéphane Dupont Normand Gagnon Georges Jalbert Jean-Pierre Labonté Claude Bélanger Denis Dubé Aboli Aboli
2009-2013 Gilles Lavoie Normand Gagnon Kédina Fleury-Samson [Note 2] Jean-Pierre Labonté Marcel Dubé Denis Dubé Aboli Aboli
2005-2009 Gilles Lavoie Normand Gagnon Gaétan Beaulieu Jean-Pierre Labonté Marcel Dubé Denis Dubé Gaétan Lizotte Kédina Fleury Samson


Population[modifier | modifier le code]

Population de Mont-Joli
Année Nombre d'habitants[10]
1996 7 026
2001 6 579
2006 6 568
2011 6 665

Personnalités nées ou ayant vécu à Mont-Joli[modifier | modifier le code]

Éphémérides[modifier | modifier le code]

Événements dignes de mention concernant la ville de Mont-Joli, ses citoyens, les activités etc.

Température[modifier | modifier le code]

Relevé météorologique de Mont-Joli
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) -16,7 -15,2 -9 -2,3 3,4 9 12,2 11,1 6,7 1,5 -3,8 -12 -1,3
Température moyenne (°C) -12,3 -10,9 -5 1,6 8,5 14,4 17,5 16,2 11,4 5,3 -0,7 -8,3 3,1
Température maximale moyenne (°C) -7,8 -6,5 -0,9 5,4 13,5 19,8 22,7 21,3 16 9,1 2,4 -4,6 7,5
Record de froid (°C) -33,3 -31,1 -29,4 -19,9 -12,2 -1,1 0,8 1,8 -5 -8,4 -18,3 -30,6 -33,3
Record de chaleur (°C) 13 12,4 20 29,1 31,4 33,3 35,9 33,3 32,2 26,7 21,8 16,7 35,9
Précipitations (mm) 79,8 59,1 69,4 63,3 84 73,5 84,6 89,1 77,8 83,9 77,7 86,7 928,9
Source : Environnement Canada[11]


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Pendant plusieurs années nommé "Norcast"
  2. Démission en Juin 2012

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Sainte-Flavie Price Rose des vents
Sainte-Luce N
O    Mont-Joli    E
S
Saint-Joseph-de-Lepage