Alouettes de Montréal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alouettes de Montréal
Alouettes de Montréal Logo

Fondé le/en 1946
Siège Montréal, Québec
Drapeau du Canada Canada
Stade Stade Percival-Molson
Ligue Ligue canadienne de football
Division Division Est
Couleurs Rouge, bleu, argent, blanc et noir

                        

Surnom(s) Les Als, les Oiseaux, les Moineaux
Entraîneur-chef Tom Higgins
Directeur général Jim Popp
Président Mark Weightman
Propriétaire(s) Robert C. Wetenhall
Champion de la Coupe Grey 1949, 1970, 1974, 1977, 2002, 2009, 2010
Mascotte(s) Touché et Blitz
Uniforme CFL MTL Jersey.png
Site Web www.montrealalouettes.com
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alouette.

Les Alouettes de Montréal sont une équipe de football canadien de la Ligue canadienne de football (LCF) ayant comme domicile la ville de Montréal, au Québec. Ils ont gagné sept fois la Coupe Grey. Bien que l'équipe originale ait été fondée en 1946, la franchise actuelle est née du déménagement à Montréal des Stallions de Baltimore en 1996.

Historique[modifier | modifier le code]

Les années 1940 et 1950[modifier | modifier le code]

En 1946, Lew Hayman, entraîneur de renom ayant déjà gagné quatre fois la coupe Grey à Toronto, veut former un nouveau club à Montréal pour évoluer dans la Interprovincial Rugby Football Union, l'ancêtre de la division Est de la Ligue canadienne de football[a 1]. Avec son associé Eric Cradock, il acquiert l'équipe des Hornets de Montréal, créée l'année précédente mais ayant remporté peu de succès. L'homme d'affaires Léo Dandurand, ancien propriétaire des Canadiens de Montréal, se joint à eux. Ils nomment le nouveau club les Alouettes; il n'est pas déterminé de façon sûre si ce nom provient de la chanson populaire Alouette, gentille alouette, ou du nom d'un escadron de l'aviation royale canadienne[a 2].

Sous la gouverne de Lew Hayman à titre de directeur-général et entraîneur-chef, les Alouettes connaissent une bonne saison inaugurale en terminant en tête de la IRFU, mais sont éliminés par Toronto en finale. Les premiers joueurs vedettes sont Virgil Wagner et Herb Trawick.

Les saisons 1947 et 1948 sont moins impressionnantes, mais en 1949, aidés par le quart-arrière étoile Frank Filchock, ils remportent une première fois la coupe Grey en battant les Stampeders de Calgary 28 à 15 le 26 novembre 1949[a 3].

Le départ de Filchock avant la saison 1951 ne sera comblé qu'au début de la saison 1952, par l'embauche de Sam Etcheverry, inconnu à Montréal mais ayant connu une belle carrière universitaire aux États-Unis. Les Alouettes réussissent aussi un beau coup en allant chercher l'entraîneur-chef Douglas « Peahead » Walker, entraîneur réputé de l'université de Wake Forest. Les vétérans Wagner et Trawick seront rejoints par Hal Patterson, Red O'Quinn, Pat Abbruzzi et Tex Coulter pour former avec Etcheverry une équipe dominante jusqu'en 1956. En effet les Alouettes remportent le premier rang du « Big Four » (surnom de l'IRFU) quatre années de suite à partir de 1953, et se rendent en finale de la coupe Grey en 1954, 1955 et 1956, pour être cependant battus chaque fois par les Eskimos d'Edmonton. Pour le reste de la décennie par contre, les Alouettes ne seront plus du même calibre, ratant la finale de l'IRFU en 1958 et 1959.

Les années 1960[modifier | modifier le code]

La décennie 1960 fut vraiment une période de misère pour les Alouettes. En effet, en dix saisons, il terminèrent six fois au troisième rang, et quatre fois au quatrième et dernier rang de la division Est. Pourtant, en 1960 l'arrivée du nouvel entraîneur-chef Perry Moss avait favorisé un sentiment d'optimisme. Les vétérans Sam Etcheverry, Hal Patterson et le demi George Dixon forment le noyau de l'équipe, mais des conflits éclatent entre Moss et certains joueurs, et à la fin de la saison 1960, les Alouettes effectuent un échange désastreux dans lequel ils perdent Etcheverry et Patterson[a 4].

La difficulté de trouver un successeur à Sam Etcheverry au poste de quart-arrière est le principal défi des Alouettes pour les saisons suivantes. De 1961 à 1969, 21 quarts différents s'aligneront pour le club. Perry Moss, très impopulaire, est remplacé par Jim Trimble en 1963[a 5]. Cependant les résultats sur le terrain ne s'améliorent pas. En 1966, Darrell Mudra devient entraîneur-chef mais ne reste qu'une saison, remplacé par Kay Dalton. La saison 1967 sera la pire de l'histoire du club, avec seulement deux victoires.

En 1968 les Alouettes quittent le stade Percival-Molson pour leur nouveau domicile, l'Autostade. Malgré un bon début de saison, le club termine avec seulement trois victoires; la saison suivante est encore pire. Cependant l'arrivée de nouveaux joueurs de talent laisse présager des jours meilleurs. Ainsi l'ailier rapproché Peter Dalla Riva et le plaqueur Gordon Judges, débutant en 1968, et le quart-arrière et botteur Sonny Wade, arrivé l'année suivante, se démarqueront bientôt.

Finalement, à la fin de 1969 on annonce que Sam Berger devient le propriétaire du club, succédant à Joe Atwell. Berger est l'ancien président des Rough Riders d'Ottawa[1]. Il annonce au grand plaisir des Montréalais l'engagement de Sam Etcheverry à titre d'entraîneur-chef, Red O'Quinn comme directeur général et J. I. Albrecht comme directeur du personnel[a 6].

Les années 1970[modifier | modifier le code]

Les Alouettes débutent la nouvelle décennie en arborant un nouvel uniforme vert, rouge et blanc. Ils gagnent leurs trois premiers matchs de la saison 1970, une première depuis 1954. Outre Wade, Dalla Riva et Judges, les vedettes sont le demi offensif Dennis Duncan et le receveur éloigné Terry Evanshen. Cette année-là ils remportent contre toute attente la deuxième coupe Grey de leur histoire par le compte de 23-10 contre les Stampeders de Calgary.

Les deux saisons suivantes marquent un retour à la médiocrité, les Alouettes retournant même au vieux stade Percival-Molson en 1972 devant la difficulté d'attirer les partisans à l'Autostade. Cependant malgré l'insuccès sur le terrain, ces saisons 1971 et 1972 voient débarquer à Montréal des joueurs qui formeront le cœur de la formidable équipe qui brillera pour le reste de la décennie: l'ailier défensif Junior Ah You, les secondeurs Wally Buono et Carl Crennel, le demi défensif et retourneur de bottés Dickie Harris, le demi offensif Larry Smith, le botteur Don Sweet, le plaqueur Glen Weir, le bloqueur Dan Yochum ainsi que le demi défensif Tony Proudfoot.

La saison 1973, qui est marquée par l'arrivée de Marv Levy comme entraîneur, sera beaucoup plus encourageante, même si les Alouettes sont éliminés en finale de l'Est. Les demis John Harvey et Johnny Rodgers, la recrue de l'année dans la LCF, dominent l'attaque[a 7]. En 1974 les Alouettes, qui arborent un nouvel uniforme bleu-blanc-rouge qui ressemble à celui qu'ils portent actuellement, terminent au premier rang de la division Est pour la première fois depuis 1956, puis remportent la coupe Grey par le compte de 20-7 face aux Eskimos d'Edmonton. Les Montréalais débordent alors d'enthousiasme pour leur équipe. En 1975, celle-ci se rend encore en finale de la coupe Grey, mais ils perdent aux mains des Eskimos par un seul point, 9 à 8.

En 1976 les Alouettes n'iront pas plus loin que la demi-finale de l'Est, mais le point fort de l'année est l'arrivée de l'équipe au Stade olympique le 26 septembre, quelques semaines après la fin des Jeux. La foule de 68 505 personnes qui envahit le stade est, à cette date, la plus grosse assistance de l'histoire du sport professionnel au Canada.

Avec Marv Levy toujours à la barre, menés sur le terrain par le quart-arrière Joe Barnes, attirant en moyenne plus de 60 000 spectateurs par match, les Alouettes réussissent en 1977 une saison de rêve. Barnes est blessé à la mi-saison, mais le vétéran Sonny Wade prend la relève et mène l'équipe à la finale de la coupe Grey, qu'elle remporte 41-6 contre les Eskimos[a 8].

C'était cependant la dernière saison de Marv Levy avec les Alouettes. Il quitte pour la NFL et est remplacé en 1978 par Joe Scanella. Malgré une saison moyenne, les Alouettes se rendent en finale de la coupe Grey, qu'ils perdent par le compte de 20-13 aux mains des Eskimos. L'année suivante, menés par David Green, meilleur porteur de ballon de la LCF, ils se rendent encore à la coupe Grey, pour être une fois de plus battus par les Eskimos, 17 à 9.

Bilan de la décennie: six participations à la finale de la coupe Grey dont trois victoires[a 9].

Les années 1980[modifier | modifier le code]

En 1980, Sam Berger est toujours le président des Alouettes, mais pour la dernière année. En mars 1981, il vend l'équipe à l'homme d'affaires Nelson Skalbania, qui engage une fortune pour acquérir des vedettes de la NFL, dont le quart-arrière Vince Ferragamo, le demi David Overstreet et le porteur de ballon Billy « White Shoes » Johnson. Malgré la qualité des joueurs sur le papier, la saison 1981 est désastreuse avec seulement trois victoires; l'harmonie ne règne pas au sein de l'équipe, les égos se heurtent. L'entraîneur Joe Scanella est congédié en septembre et remplacé par Jim Eddy, et Ferragamo ne répond pas aux attentes au poste de quart-arrière. Pire, au début de 1982 l'équipe croule sous une dette de plus de cinq millions de dollars et le propriétaire Skalbania veut s'en débarrasser. La Ligue canadienne de football dissout l'équipe le 14 mai, mais accorde aussitôt une nouvelle franchise à un groupe dirigé par Charles Bronfman, propriétaire des Expos de Montréal. Pour des raisons légales, le club ne pourra pas conserver le nom des Alouettes et s'appellera les Concordes.

Avec un grand nombre de nouveaux joueurs, le nouvel entraîneur Joe Galat a une lourde tâche sur les bras, et effectivement les trois saisons suivantes montrent toutes un bilan négatif. En 1985, le football canadien est dans un creux de popularité à Montréal, où la majorité des amateurs souhaiterait attirer une équipe de la NFL. Pire, les Concordes n'ont plus de radiodiffuseur ni de télédiffuseur francophone. Pourtant la saison fut la meilleure de l'équipe sous le nom des Concordes, les Montréalais se rendant jusqu'à la finale de l'Est pour la première fois depuis 1980. Le quart-arrière Turner Gill et le demi inséré Nick Arakgi sont les vedettes de l'équipe. Malgré ce succès relatif, Joe Galat est remplacé en octobre comme entraîneur par Gary Durchik.

En 1986, les obstacles légaux étant levés, l'équipe reprend le nom des Alouettes. Cependant, la saison est une fois de plus placée sous le signe de la médiocrité, avec seulement quatre victoires, et les assistances sont faibles au Stade olympique. Avant le début de la saison 1987, les doutes s'accumulent sur la santé financière de l'équipe, et le 25 juin, à la veille de leur premier match, les Alouettes annoncent qu'ils cessent leurs activités.

Il faudra attendre dix ans avant de revoir un match de la Ligue canadienne à Montréal.

Depuis 1996[modifier | modifier le code]

En 1996, après une percée infructueuse de la LCF aux États-Unis, les Stallions de Baltimore déménagent à Montréal et prennent le nom des Alouettes.

Au cours des dernières années, les Alouettes constituent l'une des trois meilleures équipes de la Ligue canadienne de football qui compte huit équipes (en 2009). Les Alouettes ont d'ailleurs atteint la finale en 2006 contre les Lions de la Colombie-Britannique, mais ont été défaits par le pointage de 25 à 14. Ils ont été battu à nouveau le 23 novembre 2008, en finale de la coupe Grey, par les Stampeders de Calgary au compte de 22 à 14. Entre 2000 et 2010, ils ont atteint la finale 7 fois, l'ont gagné 3 fois (2002, 2009, 2010).

Le quart-arrière régulier est (en 2011) Anthony Calvillo.

Le 29 novembre 2009, les Alouettes de Montréal gagnent la 97e Coupe Grey, en finale contre les Roughriders de la Saskatchewan au compte de 28 à 27.

Ils remportent une deuxième fois de suite le trophée le 28 novembre 2010, toujours contre les Roughriders de la Saskatchewan, lors de la 98e finale de la coupe Grey, au compte de 21 à 18. C'est la première fois que les Alouettes gagnent le championnat deux fois de suite.

Stade[modifier | modifier le code]

Depuis 1998, les Alouettes jouent leurs matches au stade Percival-Molson, qui compte 25 012 places. Les Alouettes jouent cependant un match par saison régulière au Stade olympique de Montréal, en plus de leurs parties locales en séries éliminatoires pour permettre à un plus grand nombre de partisans d'apprécier leur jeu.

Le 28 septembre 2009, les Alouettes ont annoncé la signature d'un contrat de 20 ans avec l'université McGill, pour jouer toutes leurs parties à domicile sur le mont Royal au stade Percival-Molson.

Les Alouettes établissent leur premier domicile au stade Delorimier, un stade de 20 000 places d'abord conçu pour le baseball[2], de 1946 à 1953. En 1954, le club déménage au stade de l'université McGill, appelé Percival-Molson, un stade déjà vieux puisqu'il date de 1915[3], mais configuré pour le football. Les Alouettes jouent ensuite à l'Autostade de 1968 à 1971. Après une saison (1972) de retour au stade Percival-Molson, ils jouent de nouveau à l'Autostade de 1973 à 1976 jusqu'à ce que le Stade olympique soit prêt à les accueillir après les Jeux de 1976. Ils y évoluent de 1976 jusqu'à la dissolution de la franchise en 1986. À leur retour dans la LCF en 1996, ils emménagent au Stade olympique pour deux saisons avant que le choix du terrain Percival-Molson ne devienne permanent.

Joueurs actuels[modifier | modifier le code]

À jour au 31 juillet 2014[4]

  Alignement des Alouettes de Montréal  v · d · m 
Quarts-arrières

Demis

Centre arrière

Receveurs éloignés

Demi inséré

Ligne offensive

Ligne défensive

Secondeurs

Demis de coin

Demis défensifs

Demi de sûreté


Unités spéciales

Liste des blessés 1 match

Liste des blessés 6 matchs

Alignement de pratique

Désactivés

Suspendus


Italics indicate Import players
Roster updated 2014-07-31
Depth ChartTransactions
77 Active

Plus...

Joueurs notables de l'histoire des Alouettes[modifier | modifier le code]

Joueurs notables des Alouettes (et Concordes) de Montréal[5]
Années Position Numéro Temple de la renommée[6] Numéro retiré[7] Équipe d'étoiles de l'Est[8] Équipe d'étoiles de la LCF[9] Champion de la coupe Grey Principaux trophées
Virgil Wagner 1946-1954 D 78 Fait 1946 à 1949 1949 Jeff-Russel[10]: 1947
Herb Trawick 1946-1957 BL, G 56, 69, 86 Fait Fait 1946 à 1950, 1954, 1955 1949
Red O'Quinn 1952-1959 R 73 Fait 1952 à 1955, 1958
Sam Etcheverry 1952-1960 Q 92 Fait Fait 1953 à 1957, 1960 Joueur le plus utile (JPU): 1954[11]; Jeff-Russel: 1954, 1958
Tex Coulter 1953-1956 C, B 60
Hal Patterson 1954-1960 R 75 Fait Fait 1954 à 1958, 1960 JPU: 1956; Jeff-Russel: 1956
Pat Abbruzzi 1955-1958 CA 83 1955, 1956 JPU: 1955
George Dixon 1959-1965 D 28 Fait Fait 1962, 1963 1962, 1963 JPU: 1962; Jeff-Russel: 1962
Gene Gaines 1961, 1970-1976 DD 26 Fait 1971 1970, 1974
Bobby Jack Oliver 1961-1963 B, BL 63 1961, 1962 Jeff-Russel: 1961
Marv Luster 1961-1964, 1973-1974 DD 72 Fait 1974
Terry Evanshen 1965, 1970-1973 AO 22 Fait 1965, 1971 1970 Joueur canadien le plus utile: 1971
Larry Fairholm 1965-1972 M 19 1968, 1969 1969 1970 Jeff-Russel: 1968
Pierre Desjardins 1966-1971 BL 63 Fait 1970
Peter Dalla Riva 1968-1981 RÉ, DI 74 Fait Fait 1972, 1973, 1975 à 1977 1972, 1973, 1975 1970, 1974, 1977
Sonny Wade 1969-1978 Q, B 14 1970, 1974, 1977
Ed George 1970-1974 BL 65 Fait 1970 à 1974 1971 à 1974 1970, 1974 Meilleur joueur de ligne offensive: 1974
Dan Yochum 1972-1980 BL 67 Fait 1973 à 1979 1975 à 1978 1974, 1977 Meilleur joueur de ligne offensive: 1976
Dickie Harris 1972-1980, 1982 DD 18 Fait 1973 à 1979 1974 à 1980 1974, 1977
Junior Ah You 1972-1981 AD 77 Fait Fait 1974 à 1976, 1979, 1980 1976, 1979 1974, 1977
Don Sweet 1972-1984 B 11 1977 à 1979 1974, 1977
Glen Weir 1972-1984 PD 64 1975 à 1979, 1982 1975, 1977 1974, 1977
Johnny Rodgers 1973-1976 D 20 1973 à 1976 1973 à 1975 1974 Jeff-Russel: 1974, 1975
Gerry Dattilio 1976-1981, 1984-1985 Q 9 1980 Jeff-Russel: 1980; Joueur canadien le plus utile: 1980
David Green 1978-1980 D 26 1979 1979 JPU: 1979; Jeff-Russel: 1979
Tom Cousineau 1979-1981 S 45 1980
Nick Arakgi 1979-1985 AR 79 1982, 1984, 1985 1984 Joueur canadien le plus utile: 1984
Mike Pringle 1996-2002 CA 27 Fait 1997 à 1998, 2000, 2001 1997 à 2000 2002 JPU: 1998; Terry-Evanshen[12]: 1998
Uzooma Okeke 1997-2006 PD 53 1997, 1998, 2002, 2003, 2005 1997 à 1999, 2002 à 2005 2002 Meilleur joueur de ligne offensive: 1999
Bryan Chiu 1997-2009 C 68 2000 à 2006, 2008, 2009 2000 à 2005, 2008 2002, 2009 Meilleur joueur de ligne offensive: 2002
Anthony Calvillo 1998-2013 Q 13 2000, 2002 à 2004, 2006, 2008 à 2011 2002, 2003, 2008, 2009 2002, 2009, 2010 JPU: 2003, 2008, 2009; Terry-Evanshen: 2002 à 2004 et 2008 à 2011
Pierre Vercheval 1998-2001 L 59 Fait 1998, 2000 1998 à 2000 Meilleur joueur de ligne offensive: 2000
Ben Cahoon 1998-2010 DI 86 2000, 2002 à 2009 1999, 2004, 2008 2002, 2009, 2010 Joueur canadien le plus utile: 2002, 2003
Scott Flory 1999-2013 G 57 2002 à 2011 2002, 2003, 2005, 2006, 2008 à 2010 2002, 2009, 2010 Meilleur joueur de ligne offensive: 2008, 2009
Pat Woodcock 2001-2003 16 2002 2002
Anwar Stewart 2002-2013 AD 9 2003, 2004, 2009 2009 2002, 2009, 2010 Meilleur joueur défensif: 2004
Avon Cobourne 2005-2010 D 6 2008, 2009 2009 2009, 2010
Josh Bourke 2007- BL 59 2008 à 2011 2011 2009, 2010 Meilleur joueur de ligne offensive: 2011
Jamel Richardson 2008-2014 DI 18 2008 à 2011 2008, 2011 2009, 2010
Larry Taylor 2008-2010 25 2009 2009 2009 John-Agro[13]: 2009

Personnel[modifier | modifier le code]

Entraîneurs-chefs[modifier | modifier le code]


Ancien logo des Alouettes de Montréal

Championnats de la Coupe Grey[modifier | modifier le code]

Calvillo et les Alouettes contre les Eskimos, la Coupe Grey 2005

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. p. 25
  2. p. 26
  3. p. 54
  4. p. 137-141
  5. p. 145-165
  6. p. 187-203
  7. p. 205-229
  8. p. 231-259
  9. p. 261-275
  • Autres notes et références
  1. (en) Samuel Berger, Ottawa Sports Hall of Fame
  2. Delorimier Stadium, sur ballparks.com
  3. Percival Molson Memorial Stadium, sur ballparks.com
  4. Liste des joueurs sur le site des Alouettes de Montréal
  5. Les joueurs sur cette liste sont ceux qui ont été élus au Temple de la renommée du football canadien, ou qui ont vu leur chandail retiré par les Alouettes, ou qui ont remporté un trophée individuel majeur de la LCF.
  6. Joueurs élus au Temple de la renommée du football canadien: (en) Liste des joueurs membres
  7. Chandails retirés, sur le site officiel des Alouettes
  8. Équipes d'étoiles du football canadien, sur le site CFLapedia.com
  9. La LCF a nommé une équipes d'étoiles de l'ensemble de la ligue seulement à partir de 1962
  10. Le trophée Jeff-Russel a été remis depuis 1928 au joueur de la IRFU (puis de la division Est, à partir de 1960) qui a démontré le plus haut degré d'habileté, d'esprit sportif et de courage. À partir de 1973, il a été remis au joueur le plus utile de la division Est. Il a été retiré en 1994 et remplacé par le trophée Terry-Evanshen. Voir (en) A Brief History of CFL Awards.
  11. Le trophée pour le joueur le plus utile (anglais: most outstanding player) du football canadien a été attribué pour la première fois en 1953. Auparavant il y avait un trophée pour chacune des ligues, celle de l'Est (IRFU) et celle de l'Ouest (WIFU). Au cours des années d'autres trophées de joueurs le plus utile ont été créés: joueur canadien (1954), joueur défensif (1955), meilleure recrue (1972), joueur de ligne offensive (1974) et joueur des unités spéciales, ou trophée John-Agro (1999). De 1953 à 1988 ces trophées se sont appelés les trophées Schenley du nom de la distillerie Schenley qui était leur commanditaire.
  12. Le trophée Terry-Evanshen a remplacé le trophée Jeff-Russel à partir de 1994 pour récompenser le joueur le plus utile de la division Est.
  13. Le trophée John-Agro est décerné depuis 1999 au meilleur joueur de la LCF sur les unités spéciales.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]