Grand-Métis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grand-Métis
Près de la Route 132, Grand-Métis
Près de la Route 132, Grand-Métis
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Bas-Saint-Laurent
Comté ou équivalent La Mitis
Statut municipal Municipalité
Maire
Mandat
Richard Fournier
2013 - 2017
Constitution
Démographie
Gentilé Grand-Métissien, ienne
Population 243 hab. (2014)
Densité 9,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 38′ 00″ N 68° 08′ 00″ O / 48.633338, -68.133338 ()48° 38′ 00″ Nord 68° 08′ 00″ Ouest / 48.633338, -68.133338 ()  
Superficie 2 585 ha = 25,85 km2
Divers
Code géographique 09060
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Saint-Laurent

Voir sur la carte administrative du Bas-Saint-Laurent
City locator 14.svg
Grand-Métis

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Grand-Métis

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Grand-Métis

Grand-Métis est une municipalité canadienne de près de 300 habitants située dans l'Est du Québec dans la municipalité régionale de comté de La Mitis au Bas-Saint-Laurent. Elle est située au confluent de la rivière Mitis et du fleuve Saint-Laurent. Elle est surtout connue aujourd'hui pour les Jardins de Métis fondés au début du XXe siècle par Elsie Reford. On peut y découvrir 3 000 espèces végétales dont le fameux pavot bleu de l'Himalaya (Meconopsis betonicifolia), emblème des jardins depuis des décennies.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Son nom provient de l'ancienne seigneurie de Mitis qui emprunte elle-même son nom à la rivière Mitis[1]. L'endroit a d'abord porté le nom de Saint-Octave-de-Métis[1],[2]. C'est en 1908, alors que la municipalité de Saint-Octave-de-Métis-Sud se détache, que la municipalité pris le nom de Grand-Métis[2]. En 1931, Saint-Octave-de-Métis-Sud repris le nom de Saint-Octave-de-Métis[2].

L'origine des mots « Mitis » ou « Métis » est micmaque. L'origine la plus probable pur le nom de « Mitis » serait issu du micmac miti sipo qui signifie « rivière du peuplier » ou mitisk qui signifie « bouleau » ou « tremble » étant donné que la rivière Mitis est bordée par ces espèces d'arbres[1]. La seconde hypothèse est le mot micmac metioui ou mitiwee qui signifie « lieu de réunion » étant donné que plusieurs bandes amérindiennes se réunissaient durant la saison estivale à cet endroit[1]. Il est à noter que les graphies « Mitis » et « Métis » sont toutes utilisées[1]. La première est plus fidèle à son origine micmaque[1].

Les gentilés sont nommés Grand-Métissiens et Grand-Métisiennes[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Géographie du Québec.

Grand-Métis est situé sur la berge sud du fleuve Saint-Laurent à 355 km au nord-est de Québec et à 330 km à l'ouest de Gaspé. Les villes importantes près de Grand-Métis sont Mont-Joli à 10 km et Rimouski à 45 km au sud-ouest ainsi que Matane à 55 km au nord-est. Le territoire de Grand-Métis couvre une superficie de 25,85 km2[3].

La municipalité de Grand-Métis est située dans la municipalité régionale de comté de La Mitis dans la région administrative du Bas-Saint-Laurent. La paroisse catholique de Grand-Métis fait partie de l'Archidiocèse de Rimouski.

Démographie[modifier | modifier le code]

Distribution de l'âge en 2006
Population de Grand-Métis
Année Nombre d'habitants[4],[5]
1996 276
2001 281
2006 268

Selon Statistiques Canada, la population de Grand-Métis était de 281 habitants en 2006. La tendance démographique des dernières années suit celle de l'Est du Québec, c'est-à-dire une décroissance. En effet, en 2001, la population était de 281 habitants. Cela correspond à un taux de décroissance de 4,6 % en cinq ans[4]. L'âge médian de la population grand-métissienne est de 51 ans[4].

Le nombre total de logements privés à Grand-Métis est de 225. Cependant, seulement 130 de ces logements sont occupés par des résidents permanents[4]. Tous les logements de Grand-Métis sont des maisons individuelles[4].

Statistiques Canada ne recense aucun immigrant à Grand-Métis[4]. Toute la population de Grand-Métis a le français comme langue maternelle[4]. 4 % de la population maitrise les deux langues officielles du Canada[4].

Le taux de chômage dans la municipalité était de 6,9 % en 2006.

35,5 % de la population âgée de 15 ans et plus de Grand-Métis n'a aucun diplôme d'éducation. 37,8 % de cette population n'a que le diplôme d'études secondaires ou professionnelles. 11,1 % de cette population possède un diplôme de niveau universitaire[4]. Les deux domaines d'études principaux des Grand-Métissiens sont le « génie, l'architecture et les services connexes » ainsi que les « sciences sociales et de comportements et le droit »[4]. Tous les habitants de Grand-Métis ont effectué leurs études à l'intérieur du Canada[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce territoire a d'abord fait partie des seigneuries de Mitis et de Lepage-et-Thivierge et du canton de Cabot[2]. La seigneurie de Mitis est concédée à Jean-Baptiste de Peiras en 1675[1].

En 1845, la municipalité de Métis est détachée de Sainte-Flavie, cependant, en 1847, celle-ci est abolie[2]. En 1855, c'est Saint-Octave-de-Métis qui se détache de Sainte-Flavie[2]. En 1897, une partie se détache de Saint-Octave-de-Métis pour devenir Petit-Métis qui sera plus tard renommé en Métis-sur-Mer[1],[2]. Finalement, en 1908, c'est la municipalité de Saint-Octave-de-Métis-Sud qui se détache de Saint-Octave-de-Métis[1],[2]. La partie restante prend alors le nom de Grand-Métis[1],[2]. En 1931, Saint-Octave-de-Métis-Sud repris le nom de Saint-Octave-de-Métis[2].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Jardins de Métis.

Le parc de Métis, plus connu sous le nom des jardins de Métis, sont la prinicipale attraction touristique de Grand-Métis[1]. Ce parc a une superficie de 34 ha et est situé à l'embouchure de la rivière Mitis[1]. Ce parc a été aménagé par Elsie Reford à partir de 1926 ; elle s'en occupa jusqu'en 1958[1]. Elle hérita de ces terrains de par son oncle, le baron Mount Stephen, qui était le président du Canadien Pacifique[1]. Le gouvernement du Québec privatisa ces terrains le qui sont maintenant la propriété des Amis des jardins de Métis[1].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Les élections municipales ont lieu tous les quatre ans et s'effectuent en bloc sans division territoriale[3]. Le conseil municipal est composé d'un maire et de six conseillers.

mandat fonction nom
2009 - 2013 Maire Richard Fournier
Conseillers
#1 Jean-Yves Ouellet
#2 Gilberte Fournier
#3 Réjean Gendron
#4 Raymond L'Arrivée
#5 Jacques Vachon
#6 Rodrigue Roy

De plus, Chantal Tremblay est la directrice-générale, la secrétaire-trésorière, la coordonnatrice des mesures d'urgence ainsi que la responsable de l'accès aux documents de la municipalité[3].

Représentations politiques[modifier | modifier le code]

Drapeau : Québec Québec : Grand-Métis fait partie de la circonscription provinciale de Matapédia. Lors de l'élection générale québécoise de 2008, la députée sortante Danielle Doyer, du Parti québécois, a été réélue pour représenter la population de Grand-Métis à l'Assemblée nationale.

Drapeau du Canada Canada : Grand-Métis fait partie de la circonscription fédérale de Haute-Gaspésie—La Mitis—Matane—Matapédia. Lors de l'élection fédérale canadienne de 2008, le député sortant Jean-Yves Roy, du Bloc québécois, a été réélu pour représenter la population de Grand-Métis à la Chambre des communes.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Betsiamites, Ragueneau, Pointe-Lebel,
Fleuve Saint-Laurent
Fleuve Saint-Laurent Métis-sur-Mer Rose des vents
Sainte-Flavie N
O    Grand-Métis    E
S
Price Saint-Octave-de-Métis

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o Grand-Métis sur Commission de toponymie du Québec, page consultée le 18 septembre 2010
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Saint-Octave-de-Métis sur Commission de toponymie du Québec, page consultée le 18 septembre 2010
  3. a, b, c et d Gouvernement du Québec, « Répertoire des municipalités - Grand-Métis », sur Ministère des Affaires municipales, Régions et Occupation du territoire (consulté le 31 janvier 2011)
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Profils des communautés de 2006 - Grand-Métis sur Statistiques Canada, page consultée le 18 septembre 2010
  5. Profils des communautés de 2001 - Grand-Métis sur Statistiques Canada, page consultée le 18 septembre 2010

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources en ligne[modifier | modifier le code]