Leon Schiller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schiller.
Buste de Leon Schiller à Varsovie.
Statue de Leon Schiller à Lodz.

Leon SchillerLeon Jerzy Schiller de Schildenfeld le 14 avril 1887 à Cracovie et mort le 25 mars 1954, dramaturge, essayiste, metteur en scène, critique, compositeur et historien du théâtre polonais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa famille d'origine autrichienne fut annoblie par la reine Marie-Thérèse d'Autriche.

Leon Schiller fut étudiant en philosophie et littérature polonaise à l'Université Jagellonne de Cracovie, puis poursuivit des études universitaires à la Sorbonne à Paris.

Dès 1930, il devint directeur artistique de plusieurs théâtres de Varsovie.

En 1932, il fonda avec son confrère et homme de lettres Aleksander Zelwerowicz, l'Institut National d'Art Dramatique de Varsovie.

Leon Schiller donna une nouvelle forme dans l'illustration musicale lors des représentations d’œuvres comme Monsieur de Pourceaugnac ou Le Bourgeois gentilhomme de Molière et Le Barbier de Séville de Beaumarchais au théâtre Polski. Leon Schiller associait diverses compositions musicales de l’époque d’un auteur donné à ses propres œuvres. Ainsi, dans Monsieur de Pourceaugnac, Leon Schiller, pour les passages dansés utilisa des compositions de Lully, tandis qu’il écrivit lui-même tous les solos et les chœurs, s’adaptant aux indications de mise en scène, veillant lors de toutes les répétitions à la concordance des effets musicaux avec le jeu des acteurs et le ton d’ensemble de la mise en scène[1].

En 1934, Leon Schiller devint célèbre pour sa mise en scène des poèmes (Dziady) d'Adam Mickiewicz au Théâtre Polski de Varsovie, et qu'il fit jouer aux théâtres de Lviv (1932), de Vilnius (1933), et de Sofia en Bulgarie (1937).

Avant la Seconde Guerre mondiale, il avait mis en scène une douzaine de pièces de théâtre.

En 1941, il fut arrêté par la Gestapo et emprisonné dans la prison de Pawiak avant d'être déporté au camp de concentration d'Auschwitz-Birkenau. En mai 1941, sa sœur, Anna Jackowska, paya une rançon de 12 000 zlotys qu'elle reçut en vendant ses bijoux.

Après la guerre, de 1946 à 1949, il devint le directeur de la nouvelle École nationale de cinéma de Łódź.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Essais
  • 1961 : Teatr Ogromny (Le Grand Théâtre)
  • 1978 : U progu nowego teatru (À l'aube du nouveau théâtre)
Scripte
  • 1931 : Pastorałka (La Pastorale)
  • 1977 : Kram z piosenkami (Pot pourri de chansons)
Productions
Lyrisme
  • 1924 : Dawne Czasy w Piosence, Poezji i Zwyczajach (Autrefois, en chanson, la poésie et les traditions)
  • 1925 : Bandurka
  • 1929 : Kulig (Promenade en traîneau)
  • 1938 : Nie-Boska Komedia (La Divine comédie)
  • 1938 : Krzyczcie Chiny (Cri de Chine)

Filmographie[modifier | modifier le code]

Musique de film
Directeur musical
Directeur artistique

Lien externe[modifier | modifier le code]

(en) Leon Schiller sur l’Internet Movie Database

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Extrait de l'analyse théâtrale de la mise en scène de leon Schiller