Pawiak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pawiak (en polonais, prononcer: ˈpavjak) était une prison construite en 1835 à Varsovie, en Pologne.

Elle est aujourd'hui un souvenir douloureux au cœur des Varsoviens car, pendant la Seconde Guerre mondiale, elle était devenue une partie du camp de concentration de la ville. En 1944, les Allemands l'ont détruite quand ils ont rasé la ville.

Histoire[modifier | modifier le code]

La prison Pawiak a pris son nom de la rue où elle se situait, ulica Pawia (équivalent polonais de "rue du Paon").

Pawiak a été construite en 1829–35 d'après les plans de Fryderyk Florian Skarbek, un réformateur de prisons et le parrain du compositeur Frédéric Chopin.

Durant l'insurrection de 1863, elle a servi de camp de transfert pour les Polonais condamnés par la Russie impériale à la déportation vers la Sibérie.

Après que la Pologne ait regagné son indépendance en 1918, Pawiak est devenue la principale prison pour hommes de Varsovie où l'on gardait les criminels. Les femmes, elles, étaient détenues non loin à Gęsiówka.

Après l'invasion de la Pologne par les Allemands en 1939, les locaux ont été transformés en prison de la Gestapo et firent partie du camp de concentration de Varsovie. Approximativement 100,000 hommes et 200,000 femmes passèrent par la prison, pour la plupart des membres de l'Armia Krajowa, des prisonniers politiques et des civils pris comme otages dans des rafles de rues. Environ 37,000 personnes y furent exécutées et 60,000 envoyées dans les camps de la mort et les camps de concentration allemands[1]. Les chiffres exacts sont inconnus car les archives de la prison n'ont jamais été retrouvées.

Les locaux de Pawiak étaient voisins du ghetto et partageaient un mur avec lui. Au moment du soulèvement du ghetto, Pawiak a servi de base d'attaque pour les Nazis. Les geôliers de Pawiak, commandés par Franz Bürkl, se portèrent volontaires pour pourchasser les Juifs.

Le 19 juillet 1944, un gardien ukrainien, le Wachmeister Petrenko, et quelques prisonniers tentèrent une évasion de masse, soutenus par une attaque lancée de l'extérieur, mais ils échouèrent. Petrenko et plusieurs autres personnes se donnèrent alors la mort. Le détachement de résistants qui attaquèrent Pawiak fut pris en embuscade et déplora un si grand nombre de pertes qu'il fut quasi réduit à néant. En représailles, plus de 380 prisonniers furent exécutés le jour suivant. On pense que tout cet incident était en réalité une provocation calculée de la part de la Gestapo.

Le dernier transfert de prisonniers eut lieu peu de temps avant l'Insurrection de Varsovie, le 30 juillet 1944. Deux mille hommes et les 400 femmes qui restaient furent envoyés aux camps de concentration de Gross-Rosen et de Ravensbrück. Par la suite, la zone a été sécurisée pendant l'Insurrection de Varsovie et, par conséquent, demeura entre les mains des Allemands. Le 21 août, les prisonniers qui restaient et dont le nombre nous est inconnu furent abattus et les bâtiments furent brûlés et dynamités par les Nazis[1].

Après la Seconde Guerre mondiale, le bâtiment ne fut pas reconstruit. Depuis 1990, ce qui reste de ses fondations sert de base à un musée qui, avec le Mausolée de la Lutte et du Martyre, forme le Musée de l'Indépendance.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Histoire de la prison -site officiel du musée

52° 14′ 47″ N 20° 59′ 26″ E / 52.24639, 20.99056 ()