Le Maillon faible (jeu télévisé)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le jeu télévisé. Pour l'expression, voir Maillon faible. Pour le jeu vidéo, voir Le Maillon faible (jeu vidéo).
Le Maillon faible
Logo de l'émission.
Logo de l'émission.

Programme adapté The Weakest Link
Genre Jeu télévisé
Périodicité Quotidienne
Réalisation Antoine Galey (depuis 2014)
Présentation Julien Courbet (depuis 2014)
Ancienne présentation Laurence Boccolini (2001-2007)
Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Nombre de saisons 8
Gain 45 000 €
Production
Lieu de tournage La Plaine Saint-Denis studio 130
Durée 45 minutes
Production Alexia Laroche-Joubert
Lionel Vialaneix
Société de production Banijay Productions France, BBC Worldwide France (2014)
Starling (2001-2007)
Diffusion
Diffusion D8 (depuis 2014)
Ancienne diffusion TF1 (2001-2007)
Date de première diffusion 9 juillet 2001 sur TF1
8 septembre 2014 sur D8
Date de dernière diffusion 12 août 2007 sur TF1
Statut En cours de production
Public conseillé Tout public
Site web www.d8.tv/d8-divertissement/pid7454-d8-le-maillon-faible.html

Le Maillon faible est un jeu télévisé français présenté par Julien Courbet depuis le 8 septembre 2014 sur la chaîne D8.

Il s'agit de l'adaptation du jeu britannique The Weakest Link, diffusé le matin sur BBC Two et la version prime time sur BBC One.

Sur TF1, le jeu était présenté par Laurence Boccolini du 9 juillet 2001 au 12 août 2007, date de l'arrêt de l'émission. Mais suite à une baisse d'audiences, TF1 décide de le retirer de son antenne.

Principe du jeu[modifier | modifier le code]

Le Maillon faible est un jeu basé sur des questions élémentaires de culture générale, la vitesse et la stratégie. Neuf candidats qui ne se connaissent pas répondent à tour de rôle aux questions du présentateur. Un seul d'entre eux repartira avec une cagnotte pouvant atteindre 150 000 F du 9 juillet 2001 au 31 décembre 2001, puis 20 000 € du 1er janvier 2002 au 7 décembre 2003 puis 50 000 € du 8 décembre 2003 au 12 août 2007, et enfin 45 000 € à partir du 8 septembre 2014.

Chaîne et présentation[modifier | modifier le code]

2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2014
Chaîne TF1 D8
Présentation Laurence Boccolini Julien Courbet

Déroulement du jeu[modifier | modifier le code]

1re manche[modifier | modifier le code]

Le but est de former une chaîne de neuf bonnes réponses consécutives durant le temps de la manche, 2 min 30, afin d'ajouter une somme (15 000 F du 9 juillet 2001 au 31 décembre 2001 ; 2 000 € du 1er janvier 2002 au 7 décembre 2003 ; 5 000 € du 8 décembre 2003 au 12 août 2007 et à partir du 8 septembre 2014) à la « banque ». C'est la personne dont le prénom est le premier dans l'ordre alphabétique qui débute la manche. Lorsque la personne répond correctement à la question posée, l'animateur dit « Correct ! ». Une erreur de l'un des candidats fait perdre à toute l'équipe l'argent accumulé. Néanmoins, les candidats peuvent aussi, en disant « Banque ! » après que leur prénom a été prononcé mais avant qu'une question ne leur soit posée, sauver l'argent accumulé grâce à la chaîne de bonnes réponses en cours. Après la fin de chaque manche, l'argent qui est mis en banque est conservé dans la cagnotte, tandis que l'argent qui n'est pas mis en banque est perdu. Ensuite, l'équipe vote pour une personne à éliminer, celles qu'ils considèrent comme étant le maillon faible, ou qu'ils souhaitent éliminer pour des raisons stratégiques. Ainsi, il n'est pas rare que le maillon fort de la manche, particulièrement lors de la 7e manche (où il ne reste plus que trois candidats pour deux places en finale), soit éliminé. Pendant leur temps de réflexion, le téléspectateur entend la voix off révéler les statistiques de la manche, à savoir : qui est le maillon fort (qui a le mieux répondu et a mis le plus d'argent en banque), et qui est le maillon faible (qui a le moins bien répondu et a fait perdre le plus d'argent). Les candidats révèlent leur vote tour à tour, en retournant une pancarte et certains sont interrogés sur leur choix par l'animatrice. Le candidat qui a recueilli le plus de voix à son encontre est éliminé et doit quitter le plateau, après la réplique de l'animateur : « Vous êtes le maillon faible, au revoir ! ». En cas d'égalité, c'est le maillon fort de la manche qui décide de qui il souhaite éliminer, entre ceux qui ont le plus de votes contre eux.

De la 2e à la 6e manche (7e jusqu'en 2007)[modifier | modifier le code]

Les manches suivantes se déroulent suivant le même principe, avec toutefois deux modifications : chaque manche dure 10 secondes de moins que la précédente et c'est le maillon fort de la manche précédente qui répond en premier. S'il a été éliminé, c'est le maillon le plus fort des candidats encore en lice.

7e manche (8e jusqu'en 2007)[modifier | modifier le code]

Il ne reste que trois (deux jusqu'en 2007) candidats à ce point du jeu. Cette dernière manche se déroule comme les précédentes, mais la somme accumulée au cours de cette manche est triplée avant d'être ajoutée au total des gains de l'équipe, permettant de récolter hypothétiquement :

Dans la version actuelle de 2014, puisque il ne peux rester que deux candidats dans la finale, les trois candidats en lice doivent éliminer un dernier joueur.

Échelle des gains dans les manches[modifier | modifier le code]

Nombre de bonnes réponses consécutives Gains : 2001 Gains : 2002 et 2003 Gains : 2004 à 2007 Gains : 2014
9 15 000 F 2 000 €
5 000 €
8 12 000 F 1 600 € 4 000 € 3 000 €
7 9 000 F 1 200 € 3 000 € 1 500 €
6 7 500 F 900 € 2 000 € 1 000 €
5 4 500 F 600 € 1 000 € 600 €
4 3 000 F 300 €
400 €
3 1 500 F
200 €
2 750 F
100 €
1 300 F
50 €

Finale[modifier | modifier le code]

Les deux derniers candidats doivent répondre tour à tour à une série de cinq questions, le maillon fort de la dernière manche choisissant de prendre ou de laisser la main. Comme aux tirs au but en football, c'est celui qui répond le mieux qui remporte la partie et gagne seul la totalité de l'argent mis en banque. En cas d'égalité, les adversaires passent l'épreuve de la mort subite : les questions sont posées par paires, et le premier qui se trompe alors que l'autre a donné une bonne réponse perd le jeu.

Mort subite[modifier | modifier le code]

Si, à l'issue de la finale, il y a une situation d'égalité, une nouvelle manche a lieu, elle s'appelle la mort subite. Les questions sont posées par paires. Le premier qui se trompe alors que l'autre a donné une bonne réponse perd le jeu. L'autre candidat remporte la cagnotte.

Style d'animation[modifier | modifier le code]

L'époque Laurence Boccolini[modifier | modifier le code]

Comme dans la version britannique du jeu dont l'émission est une adaptation, l'animatrice Laurence Boccolini est volontairement froide et cinglante avec les candidats. Elle prononce les mêmes phrases types à chaque émission.

Elle avait également des phrases revenant occasionnellement en plus des phrases types :

  • « Je vois des mines déconfites. »
  • « Qui va tester le siège éjectable mis à sa disposition ? »
  • « Qui est comme un lapin pris dans les phares d'une voiture ? »

Lors d'émissions spéciales (spéciale animateurs, bimbo, candidats de télé-réalité, tatoués, culturistes, etc), le texte énoncé par Laurence variait selon les cas (par exemple : Ils ne sont pas de la même famille, ils se connaissent et sont peut-être amis...)

L'époque Julien Courbet[modifier | modifier le code]

Dans la version 2014 du jeu, dans un souci d'humaniser et de décontracter le jeu et de se démarquer de la période Laurence Boccolini, Julien Courbet n'utilise plus toutes ces phrases-types ; bien qu'il en garde le fond, la forme de ces phrases de transition peut varier d'une émission à l'autre.

Le ton de l'émission est volontairement plus léger que dans la version précédente, diffusée sur TF1. L'animateur comme les candidats se permettent des traits d'humour, et les piques envoyées par Julien Courbet ressemblent davantage à des taquineries qu'aux remarques cinglantes que pouvait formuler Laurence Boccolini.

Laurence Boccolini n'était pas aidée d'auteurs pour sa répartie contrairement aux rumeurs, tout comme Julien Courbet qui avoue écrire lui-même ses réponses[1].

Cependant, Julien Courbet finit toujours l’émission en disant : « Vous le savez, certains candidats aimeraient bien que l'on oublie certaines de leurs réponses. Mais nous, nous ne les oublions pas ! On fera mieux la prochaine fois ! »

Depuis 2014[modifier | modifier le code]

Logo de l'émission[modifier | modifier le code]

Autres informations[modifier | modifier le code]

Une fortune jamais remportée[modifier | modifier le code]

Durant toutes les sessions du Maillon faible, aucun candidat n'est parvenu à remporter le maximum possible. Il était même très peu fréquent que des candidats arrivent à la moitié de la somme record. Il arrivait pourtant que des équipes remportent la somme maximale d'une manche.

Le plus faible score remporté dans le « maillon faible » s'élève à 1 150 € en 2004. Il s'agissait d'une émission spéciale association.

Critiques envers l'émission[modifier | modifier le code]

Le Maillon faible était animé par Laurence Boccolini, qui s'est illustrée dans cette émission pour ses remarques sévères et ses sourires rares. L'animatrice jouait ainsi le rôle d'une personne exigeante, qui demandait aux candidats de viser absolument le gain maximal. Elle a détourné les situations du jeu sur les candidats lorsqu'ils étaient fautifs dans la partie (des questions aux réponses erronées, du temps ou de l'argent perdu).

Le jeu se décidant par l'élimination progressive des candidats entre eux, il était parfois considéré comme immoral par les détracteurs. Le magazine L'Express a pris le jeu comme exemple et s'est demandé « pourquoi tant de gens acceptent-ils d'être ridiculisés à la télévision ? »[2] Les autres critiques concernaient la légitimation et la banalisation des comportements de soumission et d'humiliation. Avant ou après avoir été éliminé, chaque candidat devait essuyer les remarques ironiques et méprisantes des autres candidats ou de l'animatrice. Le cinéaste Claude Chabrol, grand amateur de jeux télé, s'est interrogé sur ce qui motivait les candidats à venir se faire humilier dans l'émission :

« Il n'y a pas d'émissions intelligentes ou idiotes. Par définition, la télévision renseigne toujours sur l'être humain. Mais il ne faut pas croire que l'on apprend autre chose que la volonté de l'être humain de s'exhiber. À ce titre, Le Maillon faible est un concept d'émission extraordinaire. C'est passionnant. Il faut passer par tout ça pour comprendre que nous sommes vraiment des animaux bizarres. Une même personne peut être capable du pire comme du meilleur. »[3]

De plus, le jeu reposait sur un système où il fallait se servir des autres (afin de faire monter les gains en formant une chaîne) avant de les éliminer un par un pour espérer gagner. Le jeu pouvait donc être considéré comme doublement amoral, ou pervers, si l'on considère qu'il fallait parfois éliminer un candidat brillant s'il vous faisait de l'ombre. De fait, le vainqueur du jeu n'était pas forcément le plus cultivé ou le plus rapide, mais le meilleur stratège. Ce processus, le rappelle Bernard Deloche dans son livre La Nouvelle culture[4], est similaire à des comportements sociaux très courants, déjà étudié par Friedrich Nietzsche dans Généalogie de la morale.

Répondant aux critiques adressés au jeu, Étienne Mougeotte souligne qu'il ne s'agit que d'« un jeu ». « Ce n'est en rien de l'exclusion. C'est simplement une forme de dérision, et à la fin du Maillon faible, Laurence [Boccolini] fait un énorme clin d'œil et les enfants comprennent. Donc, ne mélangeons pas tout. »[5]. Emmanuelle Giuliani, dans la revue Études, décortique la mise en scène de l'émission :

« Le décor sombre, caricature glacée du sanctuaire de chevaliers d’un Graal sonnant et trébuchant, la musique lancinante, obsédante, concourent à la froide ambiance qui règne sur l’équipe des candidats. Ils sont ainsi mis en condition, et c’est facilement, semble-t-il, que l’on pourra solliciter leur mentalité de « tueurs » cupides, avant même leur mémoire et leurs connaissances. Bien entendu, tout cela n’est qu’une mise en scène, et le récent passé de vive et sympathique animatrice-radio de Laurence Boccolini est là pour rassurer le téléspectateur momentanément ébranlé. Elle joue le rôle de la « méchante » ; elle ne l’est pas vraiment, comme nous le rappellent le rapide clin d’œil et le fugitif sourire qui ponctuent la fin de l’émission : soulagement... Cependant, cette irruption sans complexe de l’agressivité revendiquée au sein d’un jeu n’est pas innocente et rompt brutalement avec l’image joyeuse de ce style de programmes, avec la bonhomie protectrice des animateurs et les égards dus aux candidats malheureux comme aux vainqueurs » [6].

C'est d'ailleurs à Laurence Boccolini que fut confié un programme de téléréalité basé lui aussi sur l'humiliation et la docilité des candidats : Première compagnie.

Versions internationales du jeu[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Le Maillon faible (international).

Audimat (en France)[modifier | modifier le code]

En été 2001, le jeu était diffusée du lundi au vendredi à 19h.

De janvier 2002 jusqu'en août 2007, le jeu était diffusé seulement pendant le week-end souvent le samedi à 19h et le dimanche à 18h. Ainsi, TF1 présentait environ 2 nouveaux épisodes par semaine. Cependant, il est à noter que pendant plusieurs périodes, l'une des deux diffusions hebdomadaires était supprimée en faveur d'un autre programme télévisé. Il ne restait alors qu'un seul épisode du Maillon Faible par semaine pendant ces périodes.

En avril 2007, TF1 décide d'arrêter la présentation de l'émission, suite à un essoufflement des émissions spéciales. Le nombre de téléspectateurs ayant chuté depuis 2006, l'émission ne réalisait plus qu'une moyenne de 22,4 % de part d'audience. Le dernier épisode du jeu fut diffusé en août 2007. Il s'agissait d'un épisode enregistré en 2006 déjà, mais qui n'avait pas encore été diffusé auparavant, comme c'était le cas de tous les épisodes diffusés pendant les deux derniers mois de l'existence du jeu. Ainsi, Laurence Boccolini termine cette dernière apparence en tenue noire avec son habituel "à bientôt" à la fin de l'émission.

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

Hasbro a édité un jeu de société basé sur l'émission, qui peut se jouer de 4 à 9 joueurs à partir de 12 ans. Un jeu vidéo édité par Activision et développé par Traveller's Tales est également sorti en 2002, avec la participation de Laurence Boccolini pour assurer le doublage ainsi que des séquences vidéo ponctuant la partie.

Version 2014[modifier | modifier le code]

Le jeu fait son retour le 8 septembre sur D8[7],[8].

La saison a été tournée du 19 au 27 juin 2014 et présentée par Julien Courbet.

Cette nouvelle formule est moins inquiétante, plus humaine et se permet beaucoup plus d'humour qu'à l'époque où Laurence Boccolini présentait l'émission. En cours d'émission, un classement humoristique des réponses les plus idiotes données pendant la partie fait son apparition, avec la musique du Top 50 en fond sonore. À noter également l'apparition d'un public, absent dans la version de TF1.

Des émissions spéciales célébrités ont été diffusées le 18 septembre 2014 en prime-time :

D'autres vont être diffusées :

Lors de la première semaine de diffusion, D8 réalise une moyenne de 500 000 téléspectateurs par émission[9]. En seconde semaine de diffusion, l'émission dépasse allègrement les 600 000 téléspectateurs et vacille entre 5 et 6 % de part de marché. Le premier prime time du jeu diffusé le 18 septembre, a réalisé un record d'audience, avec 1,5 million de téléspectateurs et 6,4 % du public[10].

Le Maillon faible dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Le Maillon faible est cité dans la pièce de théâtre Grosse Chaleur de Laurent Ruquier en 2004.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Patrice Gascoin, « Julien Courbet aux commandes du Maillon Faible dès ce soir sur D8 », sur TV Magazine, 8 septembre 2014.
  2. L'Express, "Humiliation en prime time" par Laurence Debril, publié le 23/01/2003, http://www.lexpress.fr/actualite/societe/humiliation-en-prime-time_497077.html
  3. http://tf1.lci.fr/infos/culture/cinema/0,,3285658,00-chabrol-rapetisse-affaire-elf-.html
  4. La nouvelle culture: La mutation des pratiques sociales ordinaires et l'avenir des institutions culturelles, Bernard Deloche, L'Harmattan, 2007, ISBN 2-296-02988-4, 9782296029880, p. 246.
  5. Le Monde, du 15 novembre 2002, "Étienne Mougeotte contre "une télévision aseptisée"
  6. Études 2001- 10 (Tome 395), pages 397 à 399
  7. http://www.infojeuxtv.fr/2014/05/02/les-appels-pour-le-casting-du-maillon-faible-cest-parti/
  8. http://www.teleludophile.com/casting-le-maillon-faible-dates-supplementaires
  9. Médias, le mag, émission diffusée le 14 septembre 2014 sur France 5.
  10. « Audience TV », sur ozap.com,‎ 19 septembre 2014

Article connexe[modifier | modifier le code]