Isabelle Autissier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Isabelle Autissier au 19e Festival international de géographie de Saint-Dié-des-Vosges (2008).

Isabelle Marie Clotilde Autissier, née le à Paris, est une navigatrice française, première femme à avoir accompli un tour du monde en compétition, en 1991. Installée à La Rochelle depuis 1980, elle est également écrivain.

Elle anime chaque été une émission radiophonique, In Extremis, sur France Inter.

Biographie[modifier | modifier le code]

Isabelle Autissier, qui est née à Paris dans le 12e arrondissement, passe sa jeunesse à Saint Maur en région parisienne et découvre la voile en Bretagne dès l'âge de 6 ans.

En 1978, elle sort de l'École nationale supérieure agronomique de Rennes avec un diplôme d'ingénieur agronome (spécialisation en halieutique)[1]. En 1980, elle mène pour le compte du CORPECUM une recherche sur les langoustines et les gros crustacés. Cette activité de recherche se prolonge pour le compte de l'IFREMER, à La Rochelle sur les pêcheries du golfe de Gascogne. De 1984 à 1990, elle enseigne à l'École maritime et aquacole de La Rochelle.

En 1991, elle fonde avec Christophe Auguin, Alain Gautier et Jean-Luc Van Den Heede l'association IMOCA, pour regrouper les skippers des monocoques de 60 pieds. La même année, elle termine 7e au cours du BOC Challenge en réalisant l'exploit d'être la première femme à faire un tour du monde en course. C'est cette réussite qui la pousse à abandonner l'enseignement pour se consacrer entièrement à la course au large. En 1994, lors de l'édition suivante, son Ecureuil Poitou-Charentes démâte puis est détruit par une vague au sud de l'Australie[2].

À son retour, sa nouvelle notoriété lui permet d'obtenir le soutien de l'entreprise vendéenne PRB et der la construction d'un nouveau 60 pieds[2]. Elle fait alors appel à l'architecte Jean-Marie Finot et au constructeur Marc Pinta pour mettre au point le premier IMOCA à quille basculante, avec le Geodis d'Auguin. Avec PRB, lancé en juillet 1996, elle participe au Vendée Globe 1996-1997[2],[3], mais est contrainte à l’abandon à la suite de la casse de son safran[4].

En 1999, au cours de la course en solitaire autour du Monde Around Alone (ex-Boc Challenge), elle chavire à 25 nœuds et son bateau reste à l'envers[5]. Le skipper italien Giovanni Soldini viendra la sauver[6]. C'est probablement cet accident qui accéléra la décision d'Isabelle Autissier d'abandonner les courses en solitaire. Elle continue néanmoins quelques courses en équipage.

Isabelle Autissier s'est également tournée vers l'écriture. Après plusieurs récits, essais, ainsi qu'un livret d'opéra, Homo Loquax, elle publie en 2009 son premier roman, Seule la mer s'en souviendra, l'histoire d'une supercherie en mer inspirée d'un fait réel – l'affaire Crowhurst en 1969[7].

En décembre 2009, elle est élue présidente de la branche française du World Wide Fund for Nature[8].

Fonctions[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Palmarès sportif[modifier | modifier le code]

  • 1987 : termine 3e de la mini-transat sur Écureuil Poitou-Charentes.
  • 1989 : termine 12e la solitaire du Figaro
  • 1991 : termine 7e au cours du BOC Challenge, malgré un démâtage dans la 2e étape. C'est au cours de cette course qu'elle devient la première femme à réaliser un tour du monde en solitaire en 139 jours et 4 heures.
  • 1994 : elle pulvérise, le 23 avril, le record à la voile de New York-San Francisco par le Cap Horn en 62 jours 5 heures et 55 minutes avec son équipage (Lionel Lemonchois, Luc Bartissol et Pascal Boimard), en faisant 14 jours de moins que le précédent record[14].
  • 1998 : termine 2e avec son équipage (David Adams, Luc Bartissol, Lionel Lemonchois et Jean Saucet) derrière Yves Parlier dans la course la Route de l'Or[15].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Distinction académique[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Rendez-vous avec la mer, avec Antoine Le séguillon (Solar, 1996)
  • Une solitaire autour du monde, avec Éric Coquerel (Arthaud, 1997)
  • Kerguelen, le voyageur au pays de l'ombre (Grasset, 2006)
    prix Gens de Mer, remis lors du festival Étonnants voyageurs de Saint-Malo en 2006
    Prix du Cercle de la Mer 2006
  • Salut au Grand Sud, avec Erik Orsenna (Stock, 2006)
  • Versant océan : l'île du bout du monde avec Lionel Daudet (Grasset, 2008)
  • Seule la mer s'en souviendra, roman (Grasset, 2009)
    prix Amerigo Vespucci, remis lors du 20e festival international de géographie en 2009
    prix Livre et Mer, remis lors du salon du livre maritime de Concarneau de 2010
    Prix Vent du large, remis lors du salon du livre de mer de Noirmoutier
    prix Marine 2010 de l'Acoram
  • L'Amant de Patagonie (Grasset, 2012) — prix Maurice-Genevoix 2013
  • La terre pour horizon, Entretiens avec Isabelle Autissier, (Presses de l'Ile de France, 2013)
  • Passer par le Nord, la nouvelle route maritime (Editions Paulsen, 2014) en collaboration avec Erik Orsenna

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les parcours atypiques. Ces marins venus d'ailleurs : Des ingénieurs et des chercheurs prennent le large », Le Monde, 10 mars 1993
  2. a, b et c Patrick Leroux, « Pas à pas, l'aventure au long cours du Vendée Globe dans le sillage d'Isabelle Autissier. », Libération,‎ (lire en ligne).
  3. PRB
  4. « Une avarie met Isabelle Autissier hors course dans le Vendée Globe », Le Monde, 3 décembre 1996
  5. « La navigatrice Isabelle Autissier est en perdition au milieu du Pacifique sud », Le Monde, 17 février 1999
  6. « Giovanni Soldini a ramené Isabelle Autissier à bon port », Le Monde, 5 mars 1999
  7. Robert Solé, « Ce matin nous mène en bateau. Isabelle Autissier consacre son premier roman à une supercherie en mer », in Le Monde des Livres, cahier du Monde, 19 juin 2009, p. 4
  8. http://www.wwf.fr/s-informer/actualites/isabelle-autissier-a-ete-elue-a-l-unanimite-presidente-du-wwf-france
  9. Arrêté du 21 avril 1995 portant désignation d'un membre du conseil consultatif des Terres australes et antarctiques françaises ; arrêté du 23 juin 1998 ; arrêté du 1er septembre 2003
  10. Arrêté du 30 mai 2005 portant nomination au conseil d'administration du Parc national de Port-Cros
  11. WWF-France
  12. http://www.ecoledelamer.com
  13. « Station de la SNSM : deux sauveteurs à l'honneur », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  14. « L'Eldorado d'Isabelle Autissier. La navigatrice française a battu de quatorze jours le record New-York - San Francisco par le cap Horn », Le Monde, 24 avril 1994
  15. « La navigatrice française Isabelle Autissier a franchi la ligne d'arrivée de la première Route de l'Or », Le Monde, 24 mars 1998
  16. (en) Marins de l'année 1995, site de l'ISAF
  17. Décret du 11 juillet 2008 publié au JO du 13.
  18. « Trois médaillés olympiques désignés Gloires du Sport 2011 », sur medailles-olympiques-francais.over-blog.com,‎ (consulté le 30 novembre 2011)
  19. « L'université catholique de Louvain (UCL) a décerné vendredi [2/2/2007] le titre de docteur honoris causa à quatre personnalités choisies en raison de leur engagement pour l'avenir de la planète. Il s'agit de la navigatrice Isabelle Autissier, du climatologue Stephen H. Schneider (Université de Stanford), du professeur d'économie Partha Dasgupta (Université de Cambridge) ainsi que de l'écrivain et académicien français Erik Orsenna. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Yves Montagu, Isabelle Autissier à la conquête de l'or, Albin Michel, 1994 (ISBN 2226074821)
  • Bénédicte Mathieu, « Isabelle Autissier, aventurière des mers du Sud », Le Monde, 5 février 1999
  • François Julien-Labruyère et Robert Allary, Dictionnaire biographique des Charentais et de ceux qui ont illustré les Charentes, Croît vif, 2005, p. 83 (ISBN 2907967959)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :