Système Argos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Argos.
Balise Argos

Le système Argos est un système mondial de localisation et de collecte de données géopositionnées par satellite.Le système Argos permet de localiser les balises n'importe où à la surface de la Terre avec une précision d'environ 150 mètres. La balise Argos peut être installée sur un voilier, un canot de sauvetage, des bouées, une station météo automatique dérivante, etc. comme sur un animal (phoque par exemple. Dans ce cas c'est un système complémentaire à celui du radiotracking). la plus petite balise pèse 4.5 g, elle est utilisée sur des petits oiseaux comme des faucons hobereau[1].

Argos est le système de localisation et de collecte de données par satellite dédié à la surveillance environnementale[2]. Aujourd'hui, le système Argos répond à la fois aux besoins spécifiques des communautés scientifiques dans les études environnementales et l'évolution des espèces terrestres et maritimes, et aux besoins des établissements publics et privés dans les stratégies de développement durable et de prévention des risques environnementaux.

Le nom du système provient du grec Argos (Panoptès), un géant doté d'un très grand nombre d'yeux.

Historique[modifier | modifier le code]

Né en 1978 d'une coopération entre le Centre national d'études spatiales (CNES), l'Agence américaine d'étude de l'atmosphère et de l'océan (NOAA) et l'Agence spatiale américaine (NASA).

L'exploitation du système Argos a été confiée par le CNES à sa filiale CLS (Collecte Localisation Satellite) pour le monde entier. Le centre de traitement des données Argos est basé à Ramonville Saint Agne, à côté de Toulouse. Il a d'abord été utilisé pour la sécurité en mer, et notamment pour suivre des courses de voiliers ou repérer les naufragés. De nos jours, le système Argos est avant tout destiné à l'étude et à la protection de l'environnement à l'échelle planétaire.

Grâce à une faible consommation électrique, et à une miniaturisation très poussée, les balises Argos peuvent être fixées sur des oiseaux ou des mammifères et fonctionner ainsi plusieurs mois.
Parmi les nombreuses autres applications utilisant le système Argos, on peut citer les bouées météorologiques dérivantes et les flotteurs profilants.

En 2014, plus de 21000 balises Argos, réparties dans le monde entier, sont actives[3].

Principe du Système Argos[modifier | modifier le code]

Il s'apparente aux systèmes de positionnement par satellite tels que le GPS, mais fonctionne sur le principe de l'effet Doppler. De plus, la principale différence est que la position des mobiles (balises Argos) est connue du système (centres de traitement des données) et non des mobiles eux-mêmes comme pour le GPS. Le fonctionnement des balises Argos est par contre très voisin, dans son principe, du système Cospas-Sarsat destiné à fournir des informations d'alerte et de localisation de balises de détresse.

Ces performances sont liées à la combinaison des fonctions de localisation et de collecte des données, permettant de récupérer des informations traitées sur les animaux suivis mais également sur tout objet équipé d'un émetteur radio certifié : bateaux, bouées, etc

Fonctionnement du systèmes ARGOS[modifier | modifier le code]

  • Les balises Argos envoient des messages au satellite qui sont retransmis au sol.
  • Les satellites en orbite polaire reçoivent les messages et retransmettent en quasi temps réel.
  • Près de 50 stations reçoivent les données avant de les distribuer aux utilisateurs. les antennes reçoivent les informations brutes e t les transmettent à des centres de traitement CLS.
  • À travers le monde, les utilisateurs Argos reçoivent leurs données collectées et traitées.

Un manuel complet est accessible sur le site argos-system.org et permet d'approfondir ses connaissances sur le système Argos.

Le réseau mondial Argos est assuré par les satellites américain NOAA, européen METOP et indien SARAL.

Transmission et Fréquences[modifier | modifier le code]

Le segment utilisateur du système ARGOS fait appel aux fréquences suivantes :

  • 150,012 MHz : liaisons des balises de poursuite.
  • 400,033 MHz : liaisons des balises de poursuite.
  • 401,570 MHz à 401,700 MHz : liaisons des données de télémétrie.
  • 401,650 MHz : liaison uplink de télémétrie des balises au sol.
  • 406,000 à 406,100 MHz : radiolocalisation et identification des balises Cospas-Sarsat.
  • 465,980 à 468,880 MHz : liaisons downlink des satellites.
  • 470,000 MHz : liaisons de radiolocalisation des stations de calcul au sol.

Le segment spatial du système ARGOS fait appel aux fréquences suivantes :

  • 2 212,500 MHz : données de télémétrie.
  • 2 262,500 MHz : données de télémétrie.

Instruments Argos nouvelle génération[modifier | modifier le code]

Les ingénieurs de CLS travaillent sur le développement de nouveaux instruments, capteurs et émetteurs afin de faire bénéficier des améliorations du système Argos à la communauté des utilisateurs. Le premier instrument Argos de la 3e génération a été lancé sur un satellite Métop en 2006 puis depuis la base de Baikonour, le deuxième sur un satellite de la NOAA en 2009. trois instruments seront mis en orbite d'ici 2015. Le projet d'une nouvelle génération ARGOS-4 a été entériné par le CNES et ses partenaires fin 2008.

ARGOS-3 : Améliorations des performances[modifier | modifier le code]

  • La communication bi-directionnelle entre plates-formes et satellite
  • Plus de données transmises à chaque passage satellite
  • Un système de transmission optimisé
  • Télécommande et télé programmation des plate-formes
  • Continuité du système

Sur le site dédié au système Argos, vous retrouvez l'ensemble des actualités sur les améliorations et nouveautés via la publication ARGOS Flash

La gestion du système Argos[modifier | modifier le code]

CLS, filiales du CNES, gère les données satellitaires pour le compte des autorités gouvernementales, des scientifiques, des industriels, etc. L'exploitation des données satellitaires par les centres de traitement de CLS permettent de collecter les données de près de 40 instruments en orbite.

Coopération internationale[modifier | modifier le code]

Grâce à la coopération internationale sur les projets liés au système Argos, CLS traite les données pour l'exploitation de nombreux programmes internationaux. pour n'en citer que quelques-uns :

Data Buoy Cooperation Panel (DBCP) : un réseau de bouées dérivantes et fixes couvrant les océans du globe.

Ship of Opportunity Program (SOOP) : un réseau de lignes XBT

Argo : un projet international utilisant les flotteurs sub-surfaces

Communautés scientifiques[modifier | modifier le code]

Des projets de bases de données qui sont alimentées entre autre grâce aux systèmes Argos et permettent à la communauté scientifique d’œuvrer à la conservation des espèces. Par exemple Seaturtle.org, une communauté internationale qui suit les tortues marines et aide à la conservation de l'espèce en les équipant de balises Argos[4].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]