Hugues le Grand (Robertien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Hugues le Grand (robertien))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Hugues Ier de Vermandois.

Hugues le Grand[1] (né vers 898, mort le 16 juin 956 à Dourdan), comte de Paris, marquis de Neustrie de 923 à 956, puis duc des Francs à partir de 936, comte d'Auxerre de 954 à sa mort, il est le père d'Hugues Capet.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Robert Ier, roi de Francie occidentale, et de Béatrice de Vermandois, descendant au 6e degré par sa mère de Charlemagne, Hugues le Grand, appelé parfois « Hugues le Blanc » à cause de son teint pâle, était un personnage puissant du royaume de Francie occidentale à l'origine de l'établissement de la dynastie capétienne.

Après la mort sans descendance, en janvier 936, de son beau-frère le roi Raoul, Hugues le Grand choisit de ne pas briguer la couronne de Francie occidentale qui était pourtant à sa portée, dans la mesure où il disposait, en Neustrie et même en Francie d'« une puissance qui l'emportait sur tout autre grand »[2]. Mais Hugues préféra rappeler sur le trône le jeune fils de Charles III le Simple, Louis IV d'Outremer qui avait suivi sa mère lors de son exil en Angleterre. Il espérait ainsi gouverner à la place de son neveu par alliance (il avait épousé en 926 la sœur d'Ogive, la mère de Louis IV), désormais son obligé, et disposer d'un pouvoir bien plus grand, en tant que régent, que s'il avait obtenu une promotion qui n'aurait pas été sans inquiéter les autres grands du royaume. Par ailleurs, cela lui permettait de contrer les ambitions de son autre beau-frère, Herbert II de Vermandois dans la lutte pour l'hégémonie en Francie occidentale. Le dimanche 19 juin 936, Louis IV fut ainsi couronné et sacré roi par Artaud, l’archevêque de Reims. La cérémonie du sacre eut lieu dans l’église abbatiale de Saint-Vincent de Laon, sa ville natale et fief de sa famille carolingienne.

Un mois plus tard, le 25 juillet 936, Louis IV donna à Hugues les moyens de manifester dans le royaume sa prééminence sur les autres princes, en lui accordant le titre de dux Francorum, duc des Francs. La signification de ce titre fut explicitée le 26 décembre de la même année par un document dans lequel Louis IV soulignait que cela faisait de Hugues « en tous nos regna, le second après nous »[2], assimilé à un « vice-roi » de position équivalente au maire du Palais sous les derniers Mérovingiens[3]. Les diplômes de juillet, en affirmant qu'il était abbé laïc de Saint-Germain d'Auxerre et maître d'Autun, deux éléments fondamentaux de la principauté bourguignonne, avaient déjà accentué son pouvoir en contestant la légitimité d'Hugues le Noir à se proclamer prince d'une Bourgogne qu'il pensait avoir hérité de son frère le roi Raoul[2].

Cependant la prépondérance d'Hugues le Grand finit par exaspérer le jeune roi qui, cherchant à s'émanciper, prit les armes pour le combattre. Hugues s'allia alors avec Herbert de Vermandois et Guillaume Longue-Épée, duc de Normandie[3]. En 940, Louis IV fut battu près de Reims puis, en 945, capturé par les Normands et remis à Hugues qui le confia à Thibaud de Blois. Hugues le libéra sous la pression de l'empereur, mais obtint la ville de Laon en échange.

En 946, il régla la succession d'Herbert II de Vermandois entre les enfants de celui-ci, ses neveux, et affaiblit ainsi la puissance de la dynastie. Lors du synode d'Ingelheim en 948, troisième de la série après ceux de Verdun et de Mouzon, visant essentiellement à régler la question du siège archiépiscopal rémois, Louis IV parvint à faire excommunier Hugues le Grand[4].[réf. souhaitée]

Disposant déjà la suzeraineté sur la Bourgogne que Louis IV lui avait accordée en 943[5], il obtint la confirmation de son titre de « duc des Francs »[3] ainsi que l'Aquitaine (dont il assura la tutelle de 954 à sa mort en 956) en échange de son accord, après la mort de Louis IV en 954, à la montée de Lothaire sur le trône de Francie occidentale. .

De Raingarde de Dijon sa concubine, fille de Raoul comte de Dijon[6], il eut Herbert ou Héribert (†996) qui fut évêque d'Auxerre. Il se maria à une fille de Roger du Maine vers 914, puis vers 926 à Eadhilda de Wessex (ou Édith), fille d'Édouard l'Ancien, et enfin à Hedwige de Saxe (922-965, fille d'Henri Ier l'Oiseleur) vers 937, dont il eut :

Hugues le Grand meurt le « XVI des calendes de juillet 956 », c'est-à-dire le 16 juin 956, au château de Dourdan[7]. Sa sépulture se trouve dans la Basilique Saint-Denis, nécropole des rois de France.

Lien généalogique entre Carolingiens et Capétiens[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Adrien
comte
 
 
 
 
Hildegarde
 
 
 
 
 
Charlemagne
(† 814)
empereur
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pépin d'Italie
(777 † 810)
roi d'Italie
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Louis le Pieux
(† 840)
empereur
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Robert III
comte de Hesbaye
 
Waldrade
 
Bernard d'Italie
(797 † 818)
roi d'Italie
 
 
 
Évrard
marquis de Frioul
 
Gisèle
 
 
 
 
Charles le Chauve
(823 † 877)
roi de France
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pépin
(† ap.850)
comte
 
 
 
 
 
Ingeltrude
 
 
 
Henri
(† 886)
marquis de Neustrie
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Louis II le bègue
(846 † 879)
roi de France
 
 
Robert le Fort
(† 866)
marquis de Neustrie
 
 
 
Herbert Ier
(† 900/907)
comte de Vermandois
 
 
 
 
Otton
(† 912)
duc de Saxe
 
Hedwige
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Robert Ier
(860 † 923)
roi de France
 
 
 
Béatrice
 
 
 
 
 
 
Henri Ier l'Oiseleur
(876 † 936)
roi de Germaine
 
 
 
 
 
Charles III le simple
(879 † 929)
roi de France
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Hugues le Grand
(† 956)
duc des Francs
 
 
 
 
 
Hedwige
(† 965)
 
Otton Ier
(912 † 973)
empereur
 
Gerberge
(† 969)
 
Louis IV d'Outremer
(† 954)
roi de France
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Hugues Capet
(† 996)
roi de France
 
 
 
 
 
Otton II
(955 † 983)
empereur
 
 
 
Lothaire
(† 986)
roi de France
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Louis V
(† 987)
roi de France
 
 

 
 
 
 
Légende
 
 
 
 
 
Carolingien
 
Robertien
 
Ottonien
 
 

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Généalogie de Hugues le Grand
  2. a, b et c Olivier Guillot, Albert Rigaudière, Yves Sassier, Pouvoirs et institutions dans la France médiévale, tome I : Des origines à l'époque féodale, Armand Colin, 2003, p. 170
  3. a, b et c Christian Bonnet, Christine Descatoire, Les Carolingiens, 741-987, Armand Colin, 2001, p. 214
  4. L. Theis, L'héritage des Charles, Paris, Seuil, 1990. p. 176.
  5. Page 628 dans Histoire générale du Moyen Âge d'Ovide Chrysanthe Desmichels (1831)
  6. Raingarde de Dijon sur racineshistoire.net.
  7. Joseph Guyot, Chronique d'une ancienne ville royale, Dourdan capitale du Hurepoix, Paris, Auguste Aubry, 1869, p. 13

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Karl Ferdinand Werner, Les Origines avant l'an mil, Histoire de France sous la direction de Jean Favier, vol. 1, Paris, 1984.
  • Karl Ferdinand Werner, « Les premiers Robertiens et les premiers Anjou (IXe-début Xe siècle) », in Olivier Guillot et Robert Favreau (éd.), Pays de Loire et Aquitaine de Robert le Fort aux premiers Capétiens. Actes du colloque scientifique international tenu à Angers en septembre 1987, Poitiers, 1997, « Mémoires de la Société des antiquaires de l'Ouest et des musées de Poitiers », 5e série, IV.
  • Christian Settipani, La Préhistoire des Capétiens (481-987). Première partie : Mérovingiens, Carolingiens et Robertiens, Nouvelle histoire généalogique de l'auguste maison de France, vol. 1, Patrick van Kerrebrouck (éd.), Villeneuve d'Ascq, 1993. (ISBN 2-9501509-3-4)