Herbert Ier de Vermandois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Herbert Ier de Vermandois, seigneur de Péronne et de Saint-Quentin, né vers 850 et mort entre 900 et 907. Il fut en 888 comte de Meaux, de Madrie, du Vexins, de Mézerais, en 896 comte de Vermandois et abbé de Saint-Quentin, puis vers 896-898 comte de Soissons et abbé de Saint-Crépin, jusqu'à sa mort[1]. Il était fils de Pépin, petit-fils de Bernard, roi d'Italie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il apparaît en 877 à la cour du roi Charles le Chauve et est cité en 889 comme un fidèle du roi Eudes. Il devient comte de Vermandois en 896, succédant au Nibelungide Théodoric, qui était probablement son grand-père maternel. Dans les années qui suivent, il hérite de plusieurs comtés (Soissons, Meaux et Vexin), tenus par d'autres Nibelungides. Cet ensemble forma une marche militaire créée en 890 pour lutter contre les Normands.

Mariage et enfants[modifier | modifier le code]

Son épouse est inconnue. Des études récentes laissent penser qu'elle se prénommait Leutgarde, et qu'elle serait fille du comte de Troyes Adalelme. Il a eu :

  • Herbert II (880 † 943), comte de Vermandois, de Meaux et de Soissons ;
  • Béatrice, mariée vers 895 à Robert Ier, roi de France († 923) ;
  • Cunégonde, mariée vers 915 à Odon Ier, comte de Wetterau.

Source[modifier | modifier le code]

Référence[modifier | modifier le code]

  1. Régine Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe-Xe siècle), Publications de la Sorbonne, 1995, p. 258

Chronologie[modifier | modifier le code]

Précédé par Herbert Ier de Vermandois Suivi par
Théodoric
comte de Vermandois
Herbert II
Thibert
comte de Meaux