Hôtel-Dieu de Québec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hôtel-Dieu de Québec
Image illustrative de l'article Hôtel-Dieu de Québec
Vue générale de l'Hôtel-Dieu de Québec.
Présentation
Coordonnées 46° 48′ 55″ N 71° 12′ 38″ O / 46.815211111111, -71.210627777778 ()46° 48′ 55″ Nord 71° 12′ 38″ Ouest / 46.815211111111, -71.210627777778 ()  
Pays Drapeau du Canada Canada
Ville Québec
Adresse 11, côte du Palais
Fondation 1639

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)

Géolocalisation sur la carte : Québec

(Voir situation sur carte : Québec)
Géolocalisation sur la carte : Québec (ville)/Québec (conique)/Canada
Hotel-Dieu de Québec, 1886, Peinture d'Henry Richard Bunnett[1].

L'Hôtel-Dieu de Québec est un hôpital de Québec (Québec) et le plus ancien établissement hospitalier du Canada et d'Amérique, au nord du Mexique[2].

L'Hôtel-Dieu, dont le nom originel est Hôtel-Dieu du Précieux-Sang[3], est fondé en 1639 par les Augustines de la Miséricorde de Jésus[4] à la demande et grâce à une dotation de la duchesse d’Aiguillon, nièce du Cardinal de Richelieu.

En 2014, les Augustines comptent 375 ans de présence active et indispensable au Québec. C’est en effet le 1er août 1639 que trois religieuses de l’Ordre des Augustines de Jésus, Marie Forestier de Saint-Bonaventure-de-Jésus (22 ans)[5], Anne Le Cointre de Saint-Bernard (28 ans)[6] et Marie Guenet de Saint-Ignace (29 ans)[7],[8]—qui deviendra la première supérieure de l’Hôtel-Dieu de Québec—, débarquent à Québec pour y établir un monastère-hôpital afin de répondre aux besoins des autochtones et des quelque 300 colons français qui s’y étaient établis depuis l’arrivée de Champlain en 1608[9],[10],[11],[12],[7].

L’Ordre des Augustines de la Miséricorde de Jésus a fondé et administré au Québec douze monastères-hôpitaux : Hôtel-Dieu de Québec (1639), Hôpital Général de Québec (1693), Hôtel-Dieu du Sacré-Cœur de Québec (1873), Hôtel-Dieu de Chicoutimi (1884), Hôtel-Dieu de Lévis (1892), Hôtel-Dieu de Roberval (1918), Hôtel-Dieu de Gaspé (1926), Hôtel-Dieu de Saint-Georges-de-Beauce (1949), Hôtel-Dieu de Montmagny (1951), Hôtel-Dieu d’Alma (1954), Hôtel-Dieu de Dolbeau (1955), Hôtel-Dieu de Jonquière (1955), jetant ainsi les bases du système de santé québécois actuel. Tous les hôpitaux fondés par les Augustines ont été intégrés au réseau de santé public et sont encore en service[13],[14].

Hôpital de soins, d’enseignement et de recherche, l’Hôtel-Dieu de Québec se distingue aujourd’hui comme un établissement de pointe dans les secteurs de l’oncologie et de la néphrologie au Québec[15]. Les Augustines l’ont administré jusqu'en 1962[16].

Lieu historique national[modifier | modifier le code]

Église et entrée du monastère des Augustines.
Plaque descriptive du site historique du monastère des Augustines de l'Hôtel-Dieu de Québec.

L’établissement est désigné lieu historique national du Canada le 28 mai 1936[17]. L’hôpital et le monastère sont inscrits au Répertoire du patrimoine culturel du Québec[18],[19],[20].

Attenants aux hôpitaux, six des douze monastères des Augustines au Québec sont toujours actifs, soit les monastères de l’Hôtel-Dieu de Québec (1639), de l’Hôpital général de Québec (1693), de l’Hôtel-Dieu du Sacré-Cœur de Québec (1873), de l’Hôtel-Dieu de Chicoutimi (1884), de l’Hôtel-Dieu de Roberval (1918), de l’Hôtel-Dieu de Dolbeau (1955). Les six autres établissements sont reconvertis à d’autres fins[13].

L’Ordre des Augustines, qui comptait quelque 800 religieuses au XIXe siècle au Québec, n’en regroupe aujourd’hui que 135 environ[13].

La Fiducie du patrimoine culturel des Augustines[modifier | modifier le code]

En 2013, l’Ordre des Augustines du Québec annonce sa décision de «confier la sauvegarde de leur patrimoine culturel à la société québécoise en créant une fiducie d’utilité sociale»[21],[22].

Le Monastère des Augustines de Québec, qui regroupera les collections et archives des douze monastères au Québec, fait présentement l’objet d’une restauration majeure qui sera complétée en 2015.

Ce projet de grande envergure mobilise le soutien financier des gouvernements du Québec et du Canada, de la Ville de Québec et de plusieurs donateurs privés, dont les Augustines elles-mêmes, la Fondation Virginia Parker (famille Price), Cossette et Langlois Kronström Desjardins, avocats.

Histoire de l’Hôtel-Dieu de Québec[modifier | modifier le code]

Le Père Paul Le Jeune, S.J.[modifier | modifier le code]

Portrait du P. Le Jeune

Chassés de la Nouvelle-France après la chute de Québec aux mains des frères Kirke en 1629, les Jésuites y retournent trois ans plus tard après que le Traité de Saint-Germain-en-Laye (1632) ait rendu à la France sa colonie et, pour un temps, « l’Église canadienne sera missionnaire »[23], avec à sa tête le père Paul Le Jeune, S.J. de 1632 à 1639. C’est lui qui, en 1634, exprime le besoin d’un hôpital pour soigner les autochtones et les quelques colons qui s’y trouvent.

C’est en pensant surtout aux autochtones que le père Le Jeune demandait la venue à Québec de religieuses hospitalières. «S’il y avoit icy un Hospital il y auroit tous les malades du pays, & tous les vieillards, pour les hommes nous les secourerons, selon nos forces, mais pour les femmes il ne nous est pas bien seant de les recevoir en nos maisons», écrit-il[24]. L’institution souhaitée était en effet moins destinée aux Français qu’aux autochtones, « sujets à de grandes maladies, et qui n’avaient aucun moyen d’adoucir la misère dont ils étaient accablez surtout dans leur extreme vieillesse»[25],[26],[27].

« L’élan mystique qui traverse la France dans les premières décennies du XVIIe siècles coïncide avec le mouvement colonisateur » et il n’est pas étonnant que plusieurs religieuses d’ordres et monastères manifestent un vif intérêt pour le projet du jésuite. Toutefois, les conditions matérielles pour l’établissement de religieuses et l’aménagement d’un monastère-hôpital à Québec sont à toutes fins utiles inexistantes. Le père Le Jeune lance alors nouvel appel mais cette fois il s’adresse aux personnes « capables de supporter financièrement l’entreprise ». La réponse est venue de la cour de France[28],[23].

La duchesse d’Aiguillon[modifier | modifier le code]

Portrait de la duchesse d'Aiguillon

La duchesse d'Aiguillon, mariée à 16 ans au marquis de Combalet, selon la volonté de son oncle, le cardinal de Richelieu, devient veuve à 18 ans ; elle ne se remarie pas et emploie presque toute sa fortune à soulager les pauves et à fonder des établissements de charité. À 31 ans seulement, elle est déjà très engagée à ces fins. Elle est notamment la principale fondatrice du grand hôpital de Paris, rappelle l’historien Henri-Raymond Casgrain[29].

Sous la conduite spirituelle de saint Vincent de Paul, promoteur et initiateur de nombreuses œuvres de charité et marquée par sa lecture des Relations des Jésuites, notamment celle de 1635 du Père Le Jeune (voir le passage des Relations qui fut pour la duchesse un « trait de lumière »[30]), la duchesse prend conscience de l’importance des missions canadiennes dans l’histoire de l’Église[31],[28]. Le portrait physique et spirituel de la duchesse d'Aiguillon a été habilement brossé par Henri-Raymond Casgrain[32].

En 1636 en effet, la duchesse d’Aiguillon « se résolut de fonder à ses dépens un Hôtel-Dieu. Et, pour réaliser cet ambitieux projet, elle choisit de faire appel aux Religieuses Hospitalières de l’Ordre de Saint-Augustin, dites alors Filles de la Miséricorde, installées au monastère de Dieppe (Elles portent aujourd’hui le nom de Religieuses de la Miséricorde de Jésus). « Le Cardinal de Richelieu, son oncle, voulut entrer dans la bonne œuvre, & jusqu’à leur mort ils eurent l’un et l’autre une affection singulière pour cette maison, ils donnerent quinze cent livres de revenu au capital de 20000. liv. à prendre sur les coches et carosses de Soissons qui leur appartenoient, le contrat fut passé le 16 août 1637. »[33].

Le Dr Yves Morin décrit la « jonction des quatre facteurs » qui ont amené la duchesse à exécuter son œuvre : « (…) l’esprit de charité de la duchesse, son influence à la cour par le biais de son oncle, le cardinal Richelieu, sa connaissance de la Nouvelle France grâce aux Jésuites et le rôle essentiel de l'Hôtel-Dieu de Dieppe, un des établissements prééminents en France »[28].

L’historien québécois Henri-Raymond Casgrain rappelle que « la faveur inouïe dont commençait à jouir le cardinal-duc de Richelieu devait naturellement rejaillir sur sa nièce. Elle fut appelée à la cour et nommée dame d’atours de Marie de Médicis, régente au nom du roi Louis XIII. Le cardinal eut toujours pour sa nièce une singulière affection, parce qu’elle avait comme lui l’âme noble et généreuse, l’intelligence des grandes et belles choses, le sens et le goût des arts[34].

En avril 1639, le roi Louis XIII accorde des lettres patentes pour l’établissement de l’hôpital et mentionne explicitement les motifs religieux de la duchesse. Il y aura aussi un second contrat en 1640 où ces mêmes motifs seront énoncés. Dans sa lettre à Marie Guenet de Saint-Ignace, a.m.j., première supérieure de l’Hôtel-Dieu de Québec, la veille du départ pour Québec des trois Augustines, la duchesse d’Aiguillon écrit clairement que l’Hôtel-Dieu devra être « dédié à la mort et au précieux Sang du fils de dieu répandu pour faire miséricorde à tous les hommes et pour lui demander qu'il l’applique sur l’âme de Monseigneur le Cardinal Duc de richelieu, et celle de Madame la Duchesse Daiguillon et pour tout ce pauvre peuple…»[35],[36].

La duchesse obtient de la Compagnie des Cent-Associés[37] une concession de sept arpents dans l’enclos où on avait commencé à bâtir Québec et un fief de soixante arpents dans la banlieue, entre Cap-Rouge et le coteau Sainte-Geneviève, ce terrain qu’on avait désigné sous le nom de Sainte-Marie (Casgrain p. 43). Elle envoya, en 1638, « quelques uns de ses gens pour en prendre possession en son nom, défricher le terrain et jeter les bases du future monastère-hôpital[38].

Une fondation missionnaire et laïque[modifier | modifier le code]

L’Hôtel-Dieu est donc une fondation missionnaire mais néanmoins laïque. « Cette pratique des fondations est déjà très ancienne, souligne l’historien François Rousseau. Un bienfaiteur immobilise un capital et en affecte le revenu au soutien perpétuel d’une œuvre, qu’elle soit civile ou religieuse. En France, bien des hôpitaux - comme celui de Beaume (1443) -, bien des léproseries médiévales ont été établies sur ce modèle, précise-t-il. Dans tous les cas, l’intention derrière est de perpétuer la mémoire du fondateur, mais aussi, quand il est mû par des motifs religieux, de contribuer à son salut. C’est ce que dit le contrat de 1637[39].

«À la fin du XVIIe siècle, plus de vingt fondations étaient sorties du monastère des Hospitalières de Dieppe : Vannes, Fougères, Auray, Carhaix, Eu, Lannion, Tréguier, Guingamp et Château-Gontier[40]

Traversée et arrivée des trois Augustines[modifier | modifier le code]

Les mères Anne Le Cointre de Saint-Bernard (28 ans), Marie Forestier de Saint-Bonaventure de Jésus (22 ans) et Marie Guenet de Saint-Ignace (29 ans), qui deviendra la première supérieure de l’Hôtel-Dieu de Québec[41], quittent familles et amis, et leur monastère de Dieppe, établi depuis 1285[6], le 4 mai 1639, à destination de Québec.

Malgré ces adieux, elles ne dissimulaient pas leur enthousiasme face au défi qui les attendait, ainsi que le raconte mère Jeanne-Françoise Juchereau[42] :

« Aussitôt, disent-elles qu’on sut à Dieppe, que nous étions élûes pour aller en Fondation dans la nouvelle France, toute la Ville vint nous en faire compliment, les personnes qui avaient rapport au Canada, nous en témoignent beaucoup de joye, et comme l’embarquement pour ce pays se faisait dans ce tems-là à Dieppe, comme il se fait aujourd’hui à la Rochelle, nous reçumes de toutes parts de grandes félicitations sur la générosité de notre entreprise, plusieurs Dames de la première qualité à qui Madame la Duchesse Daiguillon avait parlé de son pieux dessein, écrivirent à la Révérende Mère St-Ignace, pour la congratuler et l’encourager : la Reine Anne d’Autriche l’honora aussi d’une de ses Lettres par laquelle après s’être recommandée à ses prières et à celles de ses compagnes, elle lui promit sa protection Royale pour notre nouvelle maison. »

Accueil des Héroïnes[modifier | modifier le code]

Armoiries des Augustines de la Miséricorde de Jésus[43],[44].

Après une traversée très difficile et périlleuse de trois mois à bord du vaisseau amiral Saint-Joseph, commandé par le capitaine Jacob Bontemps, elles doivent débarquer le 31 juillet à l’Île d’Orléans, en face de Québec, en raison d’une marée et d’un vent défavorables. Elles y passent la nuit sous la tente et, aux premières heures du lendemain matin, 1er août, le gouverneur de la Nouvelle-France, Charles Huault de Montmagny, y dépêche une « chaloupe pavoisée »[5] pour les amener dans la capitale, où elles sont accueillies par les acclamations des notables et du peuple, et saluées par « plusieurs décharges de canon »[12],[7],[10],[45]. L’historien François-Xavier Charlevoix ajoute, pour sa part, d’autres détails sur ce qui est manifestement une grande fête populaire : « Le jour de l’arrivée de tant de Personnes si ardemment désirées fut pour toute la Ville un jour de Fête, tous les travaux cesserent, & les Boutiques furent fermées. Le Gouverneur reçut ces Héroïnes sur le Rivage, à la tête de ses Troupes, qui étaient sous les armes, & au bruit du canon : après les complimens, il les mena, au milieu des acclamations du Peuple, à l’Église, où le Te Deum fut chanté, en actions de graces »[12].

Au groupe des trois Augustines, se sont joints d’autres religieux pour la traversée, dont Marie Madeleine de La Peltrie, bienfaitrice pour la création du couvent des Ursulines de Québec, Marie de l'Incarnation ainsi que les pères jésuites Barthélemy Vimont, qui allait succéder au père Le Jeune comme supérieur général des missions[12], Joseph-Antoine Poncet de la Rivière , Pierre-Joseph-Marie Chaumonot, Jacques Bargon, Charles Lalemant[46].

Un hôpital de mission[modifier | modifier le code]

D’abord un hôpital de mission dans une colonie qui ne comptait, en 1639, qu’à peine 300 habitants français établis à Québec, à Beauport, sur la côte de Beaupré et aux Trois-Rivières[47], l’Hôtel-Dieu modifie rapidement sa vocation pour venir en aide surtout à la population autochtone.

Le modeste hôpital s’installe d’abord et provisoirement dans la maison des Cent Associés située sur le site de la Cathédrale anglicane. Mais les autochtones de Sillery se plaignent du fait que, hiver comme été, l’hôpital est trop éloigné de leur réduction et que « souvent, les malades acheminés vers Québec, mouraient en route». Les religieuses promettent alors de venir s’installer parmi eux, à Sillery. Le bâtiment de Québec étant inachevé, les Hospitalières hâtent leur départ vers Sillery et la première pierre du futur hôpital de Sillery est posée le 9 juillet 1640.

Sillery et la variole[modifier | modifier le code]

Toutefois, en raison d’une épidémie de variole qui a décimé les nations indiennes (non-immunisées comme l’étaient les Européens) et de l’intensification de la guerre qui oppose les Iroquois aux Montagnais, les Hospitalières décident le 29 mai 1644, à regrets, de retourner à Québec, où d’ailleurs les Montagnais étaient eux-mêmes allés se réfugier de leurs ennemis[12]. La fondation de l’Hôtel-Dieu de Québec s’était réalisée surtout avec l’intention de convertir les nations autochtones. C’est d’ailleurs pourquoi les Augustines, à leur arrivée en Nouvelle-France, se sont dirigées à Sillery, là où se trouvait un important village indien, mais qui était trop éloigné de Québec pour que les colons puissent espérer y recevoir des soins des hospitalières[28]. Quant au père Charlevoix, il décrit sans détours cette mission de conversion des Indiens dans ce passage de sa magistrale « Histoire de l’Hôtel-Dieu »[48] :

« L’année 1638 commença, pour les Missionnaires des Hurons, de façon à leur faire esperer une abondante moisson, qui les dédommageroit de la stérilité des années précédentes. Le Pays fut affligé d’une maladie, qui d’une Bourgade se communiqua en peu de tems à toutes les autres, & menaça la Nation d’une mortalité générale. C’étoit une espece de dyssentrie, qui en peu de jours conduisoit au tombeau ceux, qui en étoient attaqués : les François n’en furent pas plus exempts que les Sauvages ; mais ils guérirent tous, ce qui produisit deux bon effets : le premier, que ceux d’entre les Barbares, qui persistoient à croire que tous les accidens, qui leur arrivoient, étoient causés par des maléfices, dont ils soupçonnoient les Missionnaires d’être les auteurs, se detromperent, en voyant qu’eux-mêmes n’avoient pas été préservés du mal : le second, que les Sauvages apprirent à se gouverner mieux, qu’ils ne faisoient dans leurs maladies, en observant que les François en guérissoient facilement par le moyen du régime, qu’ils y gardoient : car autant que ces Peuples sont heureux à guérir les playes & les fractures, qui demandent de l’attention & de l’expérience dans le Médecin, de la patience & de la docilité dans le Malade ; enfin la charité & la générosité avec laquelle ils virent les Missionnaires se dépoüiller de tout ce qui leur restoit de remedes, & de rafraîchissemens, pour les soulager ; & les cures surprenantes qu’ils firent, leur gagnerent les coeurs de ceux-mêmes, qui jusques-là s’étoient plus hautement déclarés contr’eux. »

De retour à Québec, il faut à nouveau construire et achever le bâtiment déjà commencé sur le coteau Sainte-Geneviève, à l’emplacement de l’Hôtel-Dieu actuel. Les religieuses s’y installent tout de même à l’été 1644 et y poursuivent auprès des autochtones leur travail commencé à Sillery. Elles les soignent, les nourrissent, les instruisent. Aux Montagnais, se joignent des Hurons de passage, des Algonquins, et même, à l’occasion, des Iroquois. Après la destruction de la Huronie, en 1648-49, quelque cinq cents Hurons vinrent se réfugier à Québec, qui bénéficièrent à leur tour des soins et de la charité des Hospitalières[49].

À cette époque, l’Hôtel-Dieu de Québec compte environ 40 lits. «Mais en dépit de moyens qu’on jugerait aujourd’hui dérisoires, l’Hôtel-Dieu n’est pas l’antichambre de la mort puisque neuf malades sur dix en sortent guéris ou du moins soulagés»[15].

En 1654 et en 1672, la population de la colonie française ayant rapidement augmenté, l’hôpital doit agrandir ses installations dont les coûts sont encore une fois assumés par la duchesse d’Aiguillon[3].

« Force est d'admettre que l'établissement à Québec du Collège des Jésuites, de l'École des Ursulines et de l'Hôtel-Dieu des Hospitalières révèle que le clergé est non seulement le corps social le mieux constitué mais aussi, jusque vers 1645, le seul véritable élément dynamique de la société laurentienne », soulignent les historiens Christian Blais, Gilles Gallichan, Frédéric Lemieux et Jocelyn Saint-Pierre dans « Québec - Quatre siècles d'une capitale »[50]

La guerre de Sept Ans et la Conquête[modifier | modifier le code]

En 1756 débute la guerre de Sept Ans, un conflit mondial majeur qui se déroule de 1756 à 1763 en Europe, en Amérique du Nord et en Inde, et qui oppose principalement le Royaume de France et le Royaume de Grande-Bretagne. En 1759, en Amérique du Nord, la Nouvelle-France devient le théâtre des opérations de cette guerre et Québec, la capitale, est assiégée par l'armée britannique du 12 juillet au 13 septembre, jour de la défaite de l'armée française sur les plaines d'Abraham. L'Hôtel-Dieu de Québec se retrouve inévitablement au coeur du conflit en tant qu'établissement de soins hospitaliers. Les Augustines relatent ainsi le défi qu'elles doivent relever avec l'arrivée et l'affrontement de tant de soldats : « Un renfort de 6 000 hommes arrive de France. La maladie sévit parmi ces gens et on en compte jusqu’à 600 dans notre hôpital en même temps » (…) En septembre, après la bataille des plaines d’Abraham, «Les généraux anglais se transportent en notre hôpital pour nous assurer de leur protection et nous charger de leurs blessés et autres malades en plus d’une garde de 30 hommes ». (…) « Les officiers des deux armées se rencontrent ici à la même table. Nous avons plus de 200 Anglais qui occupent nos salles et nos dortoirs et autant de Français dans notre communauté et nos infirmeries; il ne nous reste pour nous retirer qu’un petit appartement »[51].

Après la conquête de la Nouvelle-France par les Britanniques grâce à la prise de Québec, en septembre 1759, et de Montréal, en septembre 1760[52], l’établissement des Augustines est donc surtout utilisé à des fins militaires, et ce jusqu’en 1784 ; l’hôpital est alors rouvert à la population civile, mais avec moins de lits qu’avant l’incendie de 1755, 18 au lieu d’une cinquantaine[3],[53].

1890 : Premier hôpital d’enseignement de Laval[modifier | modifier le code]

En 1825, un agrandissement permet à l’Hôtel-Dieu de mieux s’épanouir et d’accepter plus de malades. « Le répertoire de François Rousseau[54] souligne que des services réguliers de médecine et de chirurgie y sont alors organisés et que les praticiens commencent à y enseigner. De plus, il ajoute que cette nouvelle vocation de l'hôpital sera consacrée officiellement en 1855 lorsque l'Hôtel-Dieu devient le premier hôpital d'enseignement affilié à la Faculté de médecine de l'Université Laval. En 1890, alors que l'établissement compte tout juste une centaine de lits, la communauté s'engage à financer la construction du pavillon d'Aiguillon, qui porte le nombre de lits à 135. Cette nouvelle aile, comme le précise François Rousseau dans son répertoire, marque l'entrée de l'Hôtel-Dieu dans l'ère de la médecine telle que nous la connaissons aujourd'hui ». — Extraits de l’Historique du Fonds d’archives Hôtel-Dieu de Québec[3].

Les prodigieuses découvertes de la fin du 19e siècle dans les domaines de la bactériologie, de l’antiseptie, de l’instrumentation médicale, et de la radiologie révolutionne la médecine et les soins hospitaliers, et l’ouverture du pavillon d’Aiguillon en 1892 témoignera de cette nouvelle ère[15]. Les principaux bâtiments de l'hôpital sont construits entre 1918 et 1950.

Un milieu hostile. Trois siècles de services ininterrompus[modifier | modifier le code]

Le Dr Yves Morin, auteur du roman « Les cœurs tigrés »[55],[56] a été cardiologue à l’Hôtel-Dieu de Québec et il a été « marqué par la fréquentation des Augustines dans les salles de malades (…). Il a pu y apprécier la philosophie unique de soins qu’elles ont développée au cours des trois siècles de services ininterrompus à la population souffrante »[55]. Selon ce médecin, « les Augustines ont avant tout été surdéterminées par l’environnement auquel elles ont eu à faire face en arrivant à Québec : un milieu hostile à tous les points de vue, un isolement surtout préoccupant par l’absence de médecin pour la plus grande partie du régime français, ce qui a été à l’origine d’une compétence clinique vite reconnue par les habitants de toute condition. Dans une perspective anachronique, compte tenu des excès doctrinaires et de l’inefficacité – sinon du caractère franchement nuisible – de la médecine de l’époque, on peut affirmer que cet éloignement des médecins de Québec a été bénéfique aux malades d’autant plus que les Augustines ont toujours mis l’accent sur le silence, la propreté et une alimentation saine, éléments qui sont d’une efficacité indéniable dans le traitement des maladies et qui sont plus que jamais aujourd’hui de première nécessité dans les services hospitaliers»[55].

Déménagement de la plupart des services de l’Hôtel-Dieu[modifier | modifier le code]

Le gouvernement du Québec précédent (2003-2012), dirigé par Jean Charest, avait annoncé en 2007 des travaux d’agrandissement du vénérable hôpital à un coût qui, selon certaines estimations, aurait frôlé un miliard de dollars[57].

« (…) Jean Charest a donné les détails du projet, qui verrait le nombre de lits passer de 257 à 350, augmenterait la capacité d’accueil de l’urgence et ajouterait deux salles d’opération à l’institution, en plus de moderniser l’équipement. (…) L’ancien premier ministre a déclaré que ce projet permettrait de placer l’Hôtel-Dieu à l’avant-garde des soins en cancérologie, en cardiologie et en néphrologie, entre autres, et de faire face à l’augmentation du nombre de cancers lié au vieillissement de la population[58]. »

Or, en mars 2013, le nouveau gouvernement élu en 2012 de Pauline Marois fait marche arrière et préfère l’agrandissement de l’hôpital l’Enfant-Jésus[59]. Les difficultés d’un agrandissement de l’Hôtel-Dieu auraient été de plusieurs ordres : techniques, budgétaires, patrimoniales, et pratiques (en termes d'accessibilité). Le gouvernement doit cependant répondre à quelques questions : l’échéancier, les services offerts dans le nouveau bâtiment de l’hôpital de L’Enfant-Jésus, les services conservés dans les autres hôpitaux du Centre hospitalier universitaire de Québec (CHUQ)[60],[61].

Cependant, dès le mois de mai suivant, et ce durant tout l'été, les opposants au déménagement des services de l’Hôtel-Dieu sur le site de l'hôpital l'Enfant-Jésus, dans le quartier Limoilou, font valoir leurs arguments ; cette contestation provient de plusieurs milieux concernés par ce transfert, dont des médecins, le personnel hospitalier et les citoyens[62],[63],[64],[65],[66],[67].

Malgré cette protestation, en septembre 2013, le gouvernement Marois annonce qu’il choisit de déménager la plupart des activités de l’Hôtel-Dieu de Québec vers le site de l’hôpital de l’Enfant-Jésus. Le ministre de la Santé et des Services sociaux, le Dr Réjean Hébert précise qu’il a proposé un compromis à ceux qui s’inquiètent de l’avenir du quartier du Vieux-Québec en maintenant certains services à l’Hôtel-Dieu, dont l’urgence et 150 lits de longue durée. Environ 1 500 personnes travailleront à l’Hôtel-Dieu, contre 2 300 actuellement[68]. Quant au maire de la Ville de Québec, Régis Labeaume, il s’est déclaré satisfait des engagements pris par le ministre Hébert. « La vocation hospitalière de l’Hôtel-Dieu de Québec est maintenue », a-t-il dit[69].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • François Rousseau, La croix et le scalpel - Histoire des Augustines et de l’Hôtel-Dieu de Québec)1639-1989), Sillery, Éditions du Septentrion,‎ 1989 (ISBN 2-921114-33X)
  • Mère Jeanne-Françoise Juchereau de Saint-Ignace, A.M.J., et Mère Marie-Andrée Duplessis de Ste-Hélène, A.M.J., « Histoire de l’Hôtel-Dieu de Québec », Paris, publié à Montauban (France) : Chez Jérosme Légier et se vend à Paris, chez Claude-Jean-Baptiste Herissant…, libraire (1751),‎ 1888 (lire en ligne)
    Numérisée à partir d'une microfiche de l'ICMH de l'édition originale se trouvant à la Bibliothèque des Archives publiques du Canada. — Dans ses notes biliographiques touchant les sources de sa propre « Histoire de l’Hôtel-Dieu de Québec », in « Oeuvres complètes », Montréal, éd. C. O. Beauchemin & Fils, tome 4, p. 11, l’historien Henri-Raymond Casgrain écrit à propos de l’« Histoire de l'Hotel-Dieu de Québec », par la mère Juchereau de Saint-Ignace : « Cette Histoire a été écrite d'après les renseignements de la mère (Marie Guenet) de Saint-Ignace et rédigée par la mère de Sainte-Hélène. Une copie de ces annales ayant été fournie à M. de La Tour, doyen du chapitre de Québec, qui retourna en France en 1731, il prit sur lui de les faire imprimer à l'insu de la communauté de Québec. Cette impression se fit sans beaucoup de soin, et il s'est glissé dans Pouvrage un grand nombre de fautes typo- graphiques. Heureusement qu'on possède encore à l'Hôtel-Dieu la copie originale de la main même de la mère (Marie-André Duplessis) de Sainte-Hélène, et signée par la mère Jeanne-Françoise Juchereau de Saint-Ignace. Ces annales sont un des documents historiques les plus précieux que l’on possède. » Le texte de Jeanne-Françoise Jucheron a été réédité à Québec par Dom Albert Jamet en 1939 sous le titre de « Annales de l’Hôtel-Dieu de Québec, 1636-1716 »
  • Paul Le Jeune, The Jesuit Relations and Allied Documents, edited by Reuben Gold Thwaites, vol. VI,‎ 1897 (lire en ligne), XXIII, Cleveland: The Burrows Brothers Company, Publishers
  • Henri-Raymond Casgrain, « Oeuvres complètes » : « Histoire de l’Hôtel-Dieu de Québec, t. 4, Montréal, C. O. Beauchemin, coll. « Collection Histoire du Canada français (canadiana.org) »,‎ 1888 (lire en ligne)
  • François-Xavier de Charlevoix, S.J., « Histoire et description générale de la Nouvelle France, avec le Journal historique d’un voyage fait par ordre du roi dans l’Amérique septentrionale », t. 1, Paris, Pierre-François Giffard,‎ 1744 (lire en ligne)
  • « Principaux faits historiques concernant le Monastère des Augustines et l’Hôpital général de Québec, 1620-1995 », Québec, Augustines de la miséricorde de Jésus du Monastère de l’Hôpital général de Québec,‎ 1995, 35 p.
  • Christian Blais, Gilles Gallichan, Frédéric Lemieux, Jocelyn Saint-Pierre, « Québec - Quatre siècles d’une capitale », Québec, Les Publications du Québec,‎ 2008, 692 p. (ISBN 978-2-551-19804-7)
  • André Vachon, de la Société royale du Canada, « Ramas I - Histoire du Canada » : Un hôpital de mission, Sillery, Éditions du Pélican/Septentrion,‎ 1988 (ISBN 2-921114-23-2).
  • Constitutions de la congrégation des religieuses hospitalières de la miséricorde de Jésus, de l’ordre de Saint-Augustin, Roberval (Québec), Augustines de la Miséricorde de Jésus de Roberval,‎ 1913 (lire en ligne)

À lire aussi[modifier | modifier le code]

  • « Moi, Augustine... femme d’action et de prière - Un patrimoine religieux extrêmement significatif pour la société québécoise »
  • Marie-Flore Gagné. a.m.j., « Les Augustines », revue Pastorale Québec, 3 avril 1989, p. 145, Pastorale-Québec est publiée par le diocèse de Québec,‎ 1989 (lire en ligne)
  • Juliette Cloutier, a.m.j., « L’Hôpital général de Québec et les Augustines de la Miséricorde de Jésus, 300 ans », revue Pastorale Québec, 21 septembre 1992, p. 275, Pastorale-Québec est publiée par le diocèse de Québec,‎ 1992 (lire en ligne)
  • « L’Hôtel-Dieu du précieux-sang », Almanach de l’action sociale catholique,‎ 1917, p. 34
    Cette publication pédiodique se retrouve en ligne dans les Collections numériques, Revues et journaux québécois du site Web de Bibliothèque et Archives nationales du Québec
  • « L’Hôpital général de Québec », Almanach de l’action sociale catholique,‎ 1917, p. 42
    Cette publication pédiodique se retrouve en ligne dans les Collections numériques, Revues et journaux québécois du site Web de Bibliothèque et Archives nationales du Québec
  • Marie-Flore Gagné. a.m.j., « Les Augustines », revue Pastorale Québec, 3 avril 1989, p. 145, Pastorale-Québec est publiée par le diocèse de Québec,‎ 1989 (lire en ligne)
  • Guy Laperrière, Histoire des communautés religieuses au Québec, vlb éditeur, coll. « Études Québécoises »,‎ 2013 (ISBN 978-2-89649-301-2)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sur les agrandissements de l’Hôtel-Dieu durant les 1880, lire l’ouvrage de François Rousseau déjà cité en bibliographie (Rousseau, p. 235-236) et le court article paru dans le journal La Minnerve du 20 mars 1886 en page 7 cité ci-après au long : « On doit commencer prochainement à faire subir à l’Hôtel-Dieu des restaurations considérables qui ne sont, paraît-il, que le commencement d’un vaste projet d’agrandissement et de reconstruction qui, d’année en année, embrasserait l’antique établissement tout entier. Ces travaux vont se faire sour la surveillance de M. Geo Émile Tanguay, architecte de l’Hôtel-Dieu. Les plans tout modernes qu’ils sont conservent cependant le cachet monastique » « Canada, Nouvelles de Québec », La Minerve,‎ 1886 (lire en ligne), et aussi la biographie de l’architecte Georges-Émile Tanguay : Tanguay, Georges-Émile, in Dictionnaire biographique du Canada
  2. Le premier hôpital en Amérique du Nord serait l’(en) Hospital de Jesús Nazareno, dont Hernán Cortés ordonne la construction en 1519 à Mexico, mais n’aurait ouvert ses portes qu’en 1524, bien que l’unanimité ne soit pas faite sur cette date
  3. a, b, c et d (Fonds)
  4. Augustines de la Miséricorde de Jésus
  5. a et b (Forestier)
  6. a et b (Rousseau, p. 44)
  7. a, b et c (Guenet)
  8. Les âges des trois religieuses sont celles précisées par Jeanne-Françoise Juchereau de Saint-Ignace, auteure de l’« Histoire de l’Hôtel-Dieu de Québec » (p. 4), cité en bibliographie, et sur le site Web des Augustines de la Miséricorde de Jésus, également cité en bibliographie
  9. (Augustines)
  10. a et b (Rousseau)
  11. (Juchereau)
  12. a, b, c, d et e (Charlevoix, p. 207)
  13. a, b et c (Communiqué-374)
  14. (Fiducie)
  15. a, b et c (Évolution)
  16. Le gouvernement libéral de Jean Lesage fait adopter la Loi sur l’assurance-hospitalisation, le 12 décembre 1960, qui entre en vigueur dès le 1er janvier 1961, première phase de la nationalisation des soins de santé au Québec, qui sera complétée par diverses autres législations, dont la Loi des hôpitaux, en 1962 (laïcisation des hôpitaux possédés par les communautés religieuses), la Loi sur l’assurance-maladie en 1971 et la Loi sur l’assurance-médicaments en 1997, Portail du Québec, Régimes d’assurances
  17. Lieu historique national du Canada de l'Hôtel-Dieu-de-Québec
  18. « Le Répertoire du patrimoine culturel du Québec se veut une ressource générale en patrimoine qui est constamment enrichi de nouveaux éléments du patrimoine et d’informations afin de constituer un inventaire national du patrimoine culturel. Il traduit les efforts du gouvernement, du Ministère, des municipalités, des communautés autochtones et des partenaires pour favoriser la connaissance, la protection, la mise en valeur et la transmission du patrimoine culturel de toutes les régions du Québec. » — Extrait du site Web du du patrimoine culturel du Québec, Ministère de la Culture et des Communications du Québec
  19. Sur la description des bâtiments et des structures du site patrimonial du Monastère de l’Hôtel-Dieu de Québec, on peut lire Site patrimonial du Monastère-des-Augustines-de-l'Hôtel-Dieu-de-Québec, et Aile du noviciat du Monastère-des-Augustines-de-l'Hôtel-Dieu-de-Québec
  20. Sur la mission, l'aménagement et l'emplacement dans la cité des hôtels-Dieu au Moyen Âge et, à certains égards aussi, au XVIIe siècle en Nouvelle-France, on peut lire avec intérêt cet extrait du rappel historique de Gabriel LLOBET, dans Encyclopædia Universalis (en ligne), consulté le 16 décembre 2013, dans le cadre d'une définition du terme hôtel-Dieu : « Terme générique qui s'est imposé à partir de la fin du Moyen Âge pour désigner l'hôpital principal de nombreuses villes. À l'origine, il est malaisé de distinguer les hôtels-Dieu des hospices et des hôpitaux. Il semble cependant qu'on ait voulu désigner ainsi les établissements charitables fondés et contrôlés par les évêques, représentants par excellence de l'Église, de ceux qui le furent par les couvents ou les laïcs. L'hôtel-Dieu, placé près de la cathédrale et administré par le chapitre, se trouvait ainsi normalement dans une cité. À l'origine, il accueillait toutes les infortunes : pèlerins, pauvres, vieillards impotents, malades. Mais, peu à peu, la création de nouveaux établissements dans la ville permit une certaine spécialisation : l'hôtel-Dieu, fermé aux pèlerins, se réserva la plupart des malades. Cependant, les soins s'adressaient davantage à l'âme qu'au corps, d'où l'importance donnée à la confession, à la communion des malades et à leur assistance aux offices : la grande salle commune était souvent une véritable chapelle (hôtel-Dieu de Beaune). La technique médicale est reléguée au second plan : sirops, saignées ou bains. Ce n'est qu'au XIVe siècle et dans les grands hôpitaux qu'apparaissent des médecins et des barbiers (alors chirurgiens) attachés à demeure. Les malades, sauf les plus gravement atteints, sont entassés à trois ou quatre par lit, au mépris de la contagion. L'hôtel-Dieu forme ainsi un dangereux foyer d'infection au cœur de la ville » (...).
  21. (Communiqué-374)
  22. (Simard)
  23. a et b (Rousseau, p. 33)
  24. (Thwaites, p. 142)
  25. (Juchereau, p. 1)
  26. (Rousseau, p. 35)
  27. (Vachon, p. 44)
  28. a, b, c et d (Morin2)
  29. (Casgrain, p. 37)
  30. (Casgrain, p. 41)
  31. (Rousseau, p. 37)
  32. (Casgrain, p. 29)
  33. (Juchereau, p. 2)
  34. (Casgrain, p. 33)
  35. (Rousseau, p. 43)
  36. (Juchereau, p. 5)
  37. « En 1627, le cardinal de Richelieu confie à la Compagnie des Cent-Associés un monopole sur la traite des fourrures en échange d'un engagement à coloniser la Nouvelle-France. » Lire à ce sujet le « Régime des compagnies à charte (1627-1662) »
  38. (Juchereau, p. 4)
  39. (Rousseau, p. 42)
  40. (Casgrain, p. 28)
  41. Les âges des trois religieuses sont celles précisées par Mère Jeanne-Françoise Juchereau de Saint-Ignace, auteure de l’« Histoire de l’Hôtel-Dieu de Québec », Paris, 1888. Dans certaines sources secondaires, ces âges varient d’une année pour chacune. Ainsi, François Rousseau, dans son ouvrage « La croix et le scalpel », cité en bibliographie, écrit : « La plus âgée a 29 ans, la plus jeune 22, peut-être 24 ». Dans la biographie consacrée à Marie Guenet, citée en bibliographie, on lit : « Elles sont âgées respectivement de 29, 28 et 22 ans ». Et le site Web des Augustines au Québec indique également ces âges. Pour les fins de cet article, on retient les âges précisées dans la source historique primaire de Jeanne-Françoise Juchereau ; les années de naissance, de décès et du départ de Dieppe semblent confirmer ce choix. De plus, Le Dictionnaire généalogique de Tanguay, cité en bibliographie, donne des dates de naissance et de décès crédibles, et l’âge d’Anne Le Cointre, ou Lecointe, serait bel et bien de 28 et non 29 ans
  42. (Juchereau, p. 8)
  43. Description héraldique : BLASON: parti: au 1er, d'or à l'olivier de sinople feuillé et fruité; au 2e, d'azur à une main d'argent mouvante d'une nuée de flanc sénestre du même, tenant un coeur de gueules enflammé d'or. TIMBRE: une couronne de branches d'olivier à huit fleurons de feuilles et de fruits du même arbre. CIMIER: le monogramme IHS surmonté d'une croix. SOUTIENS: deux branches d'olivier entrelacées. DEVISE: Qui coronat te in misericordia / Qui te couronne de miséricorde — Voir aussi : Le Blason de l’Ordre des Augustines - et Blason des Augustines de la Miséricorde de Jésus
  44. L’origine des armoiries des Augustines de la Miséricorde de Jésus demeure obscure mais se situe probablement à l’époque ayant précédé l’approbation, en 1666, des Constitutions de la congrégation par Monseigneur François de Harlay, Archevêque de Rouen. Ainsi, la Préface des Constitutions de 1666 évoque le symbole héraldique de l’olivier, élément important des armoiries : « La Congrégation de la Miséricorde de Iesvs, ayant comme un Olivier fructueux en la Maison de Dieu, pris racine, et tiré son Origine du Monastère des Religieuses Hospitalieres de Dieppe (…) ». Quant aux origines des religieuses hospitalières elles-mêmes, la Préface retrace une histoire qui remonte à 1195 pour conclure qu’« il est très-asseuré qu’elles sont establies avant l’an 1285 », Constitutions de la congrégation des religieuses hospitalières de la miséricorde de Jésus, de l’ordre de Saint-Augustin
  45. (Juchereau, p. 14)
  46. (Juchereau, p. 9)
  47. (Vachon, p. 43)
  48. (Charlevoix, p. 208)
  49. (Vachon, p. 47)
  50. (QS2008, p. 107)
  51. (Faits, p. 10)
  52. La capitulation de Québec est signée le 18 septembre 1759 et celle de Montréal le 8 septembre 1760.
  53. En 1755, un incendie détruit entièrement l’Hôtel-Dieu de Québec, qui sera reconstruit deux ans plus tard. Lire Incendie de 1755 à l’Hôtel-Dieu
  54. François Rousseau est un historien québécois spécialiste de l’univers des soins de santé. Publiée en 1983, sa thèse de doctorat sur le régime des malades de l’Hôtel-Dieu, lui a mérité la médaille Luc-Lacoursière et le prix Michel-Brunet, qui récompense lemeilleur ouvrage produit par un jeune historien québécois. Il est l’auteur d’un ouvrage majeur sur les Augustines et l’Hôtel-Dieu, cité en bibliographie : « La croix et le scalpel - Histoire des Augustines et de l’Hôtel-Dieu de Québec », tome I : Un hôpital des corps et des âmes (1639-1892) et tome II : Un hôpital en gestation (1825-1892), éditions du Septentrion, Sillery, 1989, ISBN 2-921114-33-X
  55. a, b et c (Morin)
  56. Le roman « Les cœurs tigrés » figure sur la liste des 12 meilleurs livres de langue française de l’année 2011 établie par le journal Le Soleil (Didier Fessou); il a mérité le Prix de la création littéraire 2012 (Salon international du livre, Ville de Québec; et il est finaliste du Prix des abonnés du Réseau des bibliothèques de la Ville de Québec
  57. « Hôtel-Dieu de Québec: Charest promet 400 millions », Jean Cazes, Québec Urbain, le 28 février 2007, consulté le 30 décembre 2013
  58. Source: Radio-Canada (Québec), 28 février 2007
  59. Hôpital de l’Enfant-Jésus du CHU de Québec
  60. L’Hôtel-Dieu est mort, vive l’Enfant-Jésus!, par Élizabeth Fleury, La Presse, Montréal, le 28 mars 2013, consulté le 29 décembre 2013
  61. L’Hôtel-Dieu de Québec, Centre Hospitalier Universitaire de Québec (CHUQ)
  62. « Déménagement de l'Hôtel-Dieu à Québec - Inutile «fusionomanie» dans les hôpitaux », Paul Isenring, M.D., Ph. D., néphrologue à l’Hôtel-Dieu de Québec, Le Devoir, 17 juin 2013, consulté le 20 février 2014
  63. « Vive opposition au déménagement », Kathryne Lamontagne, Le Journal de Québec, 8 mai 2013, consulté le 20 février 2014
  64. « Opposition à l'interne au déménagement de L'Hôtel-Dieu de Québec », Baptiste Ricard-Châtelain, Le Soleil, 8 mai 2013, consulté le 20 février 2014
  65. « L'Hôtel-Dieu de Québec : quel avenir ? », Presse-toi à gauche, consulté le 20 février 2014
  66. « Hôtel-Dieu de Québec: opposition au transfert dans Limoilou », Véronique Demers, Les Versants, 12 juin 2013, consulté le 20 février 2014
  67. » Le déménagement de L'Hôtel-Dieu de Québec à l'Enfant-Jésus trop cher », Pierre Pelchat, Le Soleil, 4 juillet 2013, consulté le 20 février 2014
  68. Hôtel-Dieu : Québec choisit le site de l’Enfant-Jésus, Isabelle Poirier, Le Devoir, 27 septembre 2013, consulté le 24 janvier 2014
  69. La Ville de Québec est satisfaite de l’annonce du gouvernement du Québec concernant L’Hôtel-Dieu, communiqué du 27 septembre 2013, consulté le 24 janvier 2014