Grossa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grossa
A Grossa (co)
Le campanile de Grossa
Le campanile de Grossa
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Corse
Département Corse-du-Sud
Arrondissement Sartène
Canton Sartène
Intercommunalité Communauté de communes du Sartenais - Valinco
Maire
Mandat
Patrick Fouquet
2014-2020
Code postal 20100
Code commune 2A129
Démographie
Gentilé Grossitains
Grussitani(co)
Population
municipale
43 hab. (2011)
Densité 2,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 36′ 38″ N 8° 52′ 41″ E / 41.6105555556, 8.8780555555641° 36′ 38″ Nord 8° 52′ 41″ Est / 41.6105555556, 8.87805555556  
Altitude 325 m (min. : 66 m) (max. : 566 m)
Superficie 18,36 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte administrative de Corse
City locator 14.svg
Grossa
A Grossa (co)

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte topographique de Corse
City locator 14.svg
Grossa
A Grossa (co)

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Grossa
A Grossa (co)

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Grossa
A Grossa (co)

Grossa (en corse A Grossa, prononcé [a ˈgro.sa]) est une commune française située dans le département de la Corse-du-Sud et la région Corse. Le village appartient à la microrégion de la Bisogène dont il est historiquement le chef-lieu, à l'extrémité sud-occidentale de l'île.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé au sud de la Corse, à 13 km de Sartène au milieu d'un maquis abondant parsemé de rochers. Il est planté de lauriers roses et blancs. La plupart des maisons sont en granite.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès routiers[modifier | modifier le code]

Grossa est accessible par la RD 21 depuis Sartène ou depuis Belvédère (et Propriano).

Le village est distant, par route, de :

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2008 2014 Patrick FOUQUET[1]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 43 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
1 012 300 218 261 343 342 368 411 526
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
504 458 439 450 438 479 525 502 539
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
527 535 533 544 508 522 172 167 80
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 - -
78 72 58 44 38 52 43 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le menhir de Vaccil-Vecchio est situé en contrebas du village.
  • L'église San Giovanni Battista se trouve à 1 km de Grossa en direction de Sartène. L’ancienne église romane San Giovanni Battista, isolée dans la campagne en contrebas du village, est datable du début du XIIe siècle par comparaison stylistique avec d’autres monuments de Corse-du-Sud comme San Giovanni de Carbini[4]
  • Alo-Bisucce est un site archéologique situé à 2 km de Grossa en direction de Sartène, datant de l'Âge du bronze (entre 1300 et 1500) avant J.-C. en France. Il a été découvert entre 1963 et 1965 sous la conduite de Roger Grosjean, l’archéologue qui a étudié les sites de Filitosa et Cucuruzzu. Il a été utilisé par la civilisation torréenne. Il se compose d’une Torre effondrée, d’une dizaine de cabanes délimitées par des murets et d’une grosse muraille, partiellement conservée, qui ceinturait l’ensemble. Deux fragments de statues-menhirs ont également été découverts sur ce site

Dans le cœur, de forme circulaire de 3,4 m diamètre on a trouvé des traces de feu avec des plaques d'argile brûlées. Alo-Bisucce représente un des rares témoignages de cette présence en Corse. Il en existe un autre dans les environs de Sotta.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site de la préfecture corse- identité du maire de la commune
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  4. Voir la suite sur l'article de Laurent CHABOT, « Monuments de Corse », Edisud, 2003

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :