Néolatin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le terme néolatin désigne la troisième période de la littérature latine succédant au Moyen Âge[1], depuis la Renaissance italienne[2] jusqu'à la fin du XIXe siècle, époque où commence la période dite du latin contemporain.

Ce terme ne désigne pas une langue particulière mais une période de la littérature latine où les écrivains se sont efforcés de se rapprocher le plus possible de la langue classique, ce latin dit humaniste s'est répandu à partir du XVe siècle à travers toute l'Europe[3].

La période néolatine est elle-même divisée en période humanistique (XVe-XVIe siècles) et posthumanistique (XVIIe et XVIIIe siècles).

Le terme s'est largement diffusé dans le milieu des linguistes et des scientifiques dans les années 1890.

Signification du terme[modifier | modifier le code]

L'expression « néo-latin » sert aux spécialistes des lettres classiques pour désigner l'utilisation de la langue latine à partir de la Renaissance italienne, dans n'importe quel but, scientifique ou littéraire. Le début de la période est imprécis mais le développement de l'éducation chez les laïcs, l'acceptation des normes littéraires humanistes, ainsi que la grande disponibilité de textes latins qui a suivi l'invention de l'imprimerie, marquent une transition vers une ère nouvelle à la fin du XVe siècle. La fin de la période néo-latine est également indéterminée, mais l'usage normal du latin pour communiquer les idées est devenu rare après quelques décennies au XIXe siècle et, vers 1900, c'est dans le vocabulaire scientifique international de la cladistique et de la systématique qu'il survivait essentiellement, sans oublier la création littéraire, particulièrement poétique. Le terme "néo-latin" s'est répandu vers la fin des années 1890 parmi les linguistes et les scientifiques.

Il s'agissait, au moins à ses débuts, d'une langue internationale utilisée partout dans toute l'Europe, catholique et protestante, aussi bien que dans les colonies des grandes puissances européennes. Cette région s'étendait sur toute l'Europe occidentale, Scandinavie comprise ; sa frontière méridionale était la Méditerranée, alors qu'en Europe de l'Est on l'utilisait peu dans les régions à populations majoritairement orthodoxes ou musulmanes, et la séparation correspondait grosso modo aux frontières modernes orientales de la Finlande, des États baltes, de la Pologne, de la Slovaquie, de la Hongrie et de la Croatie. L'acquisition de Kiev par la Russie au XVIIe siècle a introduit dans ce pays l'étude du néo-latin.

Prononciation[modifier | modifier le code]

Lettre latine Prononciation
Classique Occidentale Orientale
Italie France Angleterre Portugal Espagne Allemagne Pays-Bas Scandinavie
c ("ae", "e", "i", "oe", "y") /k/ /tʃ/ /s/ /s/ /s/ /θ/ /ts/ /s/ /s/
cc (avant "ae", "e", "i", "oe", "y") /kk/ /ttʃ/ / ks / /ks/ /ss/ /kθ/ /kts/ /ss/ /ss/
ch /kʰ/ /k/ /k/ /k/ /k/ /k/ /k/, /x/ /x/ /k/
g (avant "ae", "e", i", "oe", "y") /ɡ/ /dʒ/ /ʒ/ /dʒ/ /ʒ/ /x/ /ɡ/ /ɣ/ ou /x/ /j/
j /j/ /j/ /j/ /j/
qu (avant "a", "o", "u") /kʷ/ /kw/ /k/ /kw/ /kw/ /kw/ /kv/ /kv/ /kv/
qu (avant "ae", "e", "i") /k/ /k/
sc (avant "ae", "e", "i", "oe", "y") /sk/ /ʃ/ /s/ /s/ /s/ /sθ/ /sts/ /s/ /s/
t (avant "i" inaccentué + voyelle
exceptionnellement initialement
ou après "s", "t", "x")
/t/ /ts/ /ʃ/ /θ/ /ts/ /ts/ /ts/
v /w/ /v/ /v/ /v/ /v/ /β/ /v/ /v/ /v/
z /dz/ /dz/ /z/ /z/ /z/ /θ/ /ts/ /z/ /s/
Lettre latine Exemple Classique Italie Espagne Portugal France Pays slaves Allemagne / Hongrie Danemark Angleterre
a canis /a/ /a/ /a/ /a/ /a/ /a/ /a(ː)/ /ae(ː)/ (/a(ː)/) /ɑ(ː)/ ou /eɪ/
ā cāsus /aː/
ae saepe, bonae /aɪ/, /ae/, /ɛː/ /ɛ/ /e/ /ɛ/ /ɛ/ /ɛ/ /eː/ ou /ɛː/ /ɛː/ /eɪ/ ou /iː/
c (avant "e", "i", "ae", "oe") benedīcimus /k/ /tʃ/ /θ/ ou /s/ /s/ /s/ /ts/ /ts/ /s/ /s/
ch pulcher /kʰ/ /k/ /k/ /k/ /x/ /x/ ou /ç/ /kʰ/ /k/ /k/
e venī /ɛ/ /ɛ/ /e/ /ɛ/ /ɛ/ /ɛ/ /ɛ/ ou /eː/ /ɛ/ /ɛ/, /eɪ/ ou /iː/
ē vēnī /eː/ /e/ /e/ /e/ /e/ /ɛ/ /eː/ /iː/
g (avant "e", "i", "ae", "oe") agimus /ɡ/ /dʒ/ /x/ /ʒ/ /ʒ/ /ɡ/ /ɡ/ /ɡ/ /dʒ/
gn magnum /ŋn/ /ɲɲ/ /ɣn/ /ɲ/ ou /ɡn/ /ɲ/ /ɡn/ /ɡn/ ou /ŋn/ /ŋn/ /ɡn/
h hominibus /h/, /-/ /-/ /-/ /-/ /-/ /x/ ou /ɦ/ /h/ /h/ /h/ ou /-/
i fides /ɪ/ /i/ /i/ /i/ /i/ i/ /ɪ/ /i/ /ɪ/ ou /aɪ/
ī fīlius /iː/ /iː/
j Jesus /j/ /j/ /x/ /ʒ/ /ʒ/ /j/ /j/ /j/ /dʒ/
o solum /ɔ/ /ɔ/ /o/ /ɔ/ /o(ː)/ /ɔ/ /ɔ/ /ɔ/ /ɒ/ ou /əʊ/
ō sōlus /oː/ /o/ /o/ /oː/ /oː/
oe poena /ɔɪ/, /oe/, /eː/ /e/ /e/ /e/ /e/ /ɛ/ ou /ʲo/ /øː/ /øː/ /iː/
qu quis /kʷ/ /kw/ /kw/ ou /k/ /kw/ /k/ /kv/ /kv/ /kʰv/ /kw/
sc (avant "e", "i", "ae", "oe" ascendit /sk/ /ʃ/ (au début d'un mot)
/ʃʃ/ (au milieu d'un mot)
/sθ/ ou /s/ /s/ /s/ /sts/ /sts/ /s/ /s/
tiV nātiō /tɪ/ /tsi/ /θi/ ou /si/ /si/ /si/ /tsi/ ou /tsɨ/ /tsɪ/ /tsi/ /ʃɪ/
u ut, sumus /ʊ/ /u/ /u/ /u/ /y(ː)/ /u/ /ʊ/ /u(ː)/rowspan=2|(/ɔ/) /ʌ/ ou /juː/
ū lūna /uː/ /uː/
um curriculum /ʊ̃/ /um/ /um/ /ũ/ /ɔm/ /um/ ou /ʊm/ /ʊm/ /om/ /əm/
v veritās /w/ /v/ /β/ /v/ /v/ /v/ /v/ /ʋ/ /v/
xc (avant "e", "i", "ae", "oe") excelsis /ksk/ /kstʃ/ /sθ/ ou /s/ /s/ /ks/ /ksts/ /ksts/ /ɡz/ /ks/

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bonaventura Arnoldo, La poesia neo-latina dal secolo XIV al presente, Città del Castello, 1900
  2. Jozef IJsewijn, Companion to Neo-Latin Studies, Amsterdam-Nex-York-Oxford, 1977, p. 6 : "The Neo-Latin Period. The third and last period of Latin literature had its origins in the ideals and principles of Italian Humanism.".
  3. Jozef IJsewijn, op. cit., p. 6 : " In the course of the fifteenth century this 'humanist' Latin spread all over Europe.".

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]