Dampierre-en-Bray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dampierre-en-Bray
église de Dampierre-en-Bray
église de Dampierre-en-Bray
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Canton Gournay-en-Bray
Intercommunalité Communauté de communes du Canton de Gournay-en-Bray
Maire
Mandat
Emmanuel Duclos
2014-2020
Code postal 76220
Code commune 76209
Démographie
Population
municipale
454 hab. (2011)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 31′ 57″ N 1° 39′ 36″ E / 49.5325, 1.66 ()49° 31′ 57″ Nord 1° 39′ 36″ Est / 49.5325, 1.66 ()  
Altitude Min. 102 m – Max. 168 m
Superficie 12,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Dampierre-en-Bray

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Dampierre-en-Bray

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dampierre-en-Bray

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dampierre-en-Bray

Dampierre-en-Bray est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en région Haute-Normandie. C'est un village agricole situé sur les bords de l'Epte dans le pays de Bray, environ 65 km au sud de Dieppe, à la jonction des routes D16 et D84.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Dampierre-en-Bray s'est formée des paroisses de Dampierre et de Beuvreuil. Au Moyen Âge ; Dampierre-en-Bray est occupé par les seigneuries de : Dampierre, Rambures, et Marigny[1]. Au XII°siècle; Mahaut de MARIGNY, apporte par mariage la seigneurie de Marigny, à Hugues Le Portier seigneur de Rosey et co-seigneur de Lyons-la-Forêt), Enguerran II leurs fils adopte le nom de sa mère ; Enguerran III de MARIGNY[2] né à Lyons-la-Forêt, pendu en 1315 ; sera finalement inhumé dans l'église d'Ecouis qu'il avait fait bâtir. Isabeau de Marigny apporte par mariage la seigneurie de Dampierre à la famille d'Auxi ; son fils et son petit-fils seront tués à la bataille d'Azincourt ; sa petite-fille, Catherine d'Auxi dame de Dampierre et d'Ecouis, apporte ses biens à la famille de Rambures du fait de son mariage avec David de Rambures qui lui aussi est tué en 1415 à Azincourt. Andrieu (ou Adrien, ou André) de Rambures fils ou petit-fils de David ; possède en 1450 le fief de Rambures près de l'église de Dampierre ; il est seigneur de Rambures, de Dampierre, et d'Ecouis ; son petit-fils vendra le fief et le manoir féodal de Dampierre à Nicolas Bénard. Un fief entier, nommé le fief de Marigny, assis en la paroisse de Dampierre (chastellenie de Gournay) est transmit par le mariage d'Alix de Marigny (sœur d'Isabeau, ci-dessus) à la famille : de Fécamp. L'arrière-petite-fille d'Alix ; Marie de Fécamp, transmet l'héritage à Guillaume de Gamaches ; sa petite-fille, Marie de Châtillon ; apportera par son mariage en 1439, le fief de Marigny à Pierre de Roncherolles, seigneur de Heuqueville. Quant à la paroisse de Beuvreuil[3](qui sera plus tard rattaché à Dampierre) elle relevait de l'abbaye de Saint-Germer (Oise). C'était en 1118 une seigneurie appartenant à la famille Le Cat. Le 9 janvier 1965, Dampierre prend le nom de Dampierre-en-Bray[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Pierre Thierre    
    Charles Petit    
    Charles Amouret    
1817 1830 Noel Marin Dubois    
1830 1836 Charles Radanne    
1836 1840 Alexandre Langlois    
1840 1858 Felix Boudhors    
1858 1871 Nicolas Radanne    
1871 1878 Amédée Le Mercher de Longpré    
1878 1888 Nicolas Bournisien    
1888 1919 Amédée Demetz    
1919 1945 Maurice Moinet    
1945 1989 Jacques Moinet    
1989 2001 Michel Roquet    
2001   Emmanuel Duclos    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 454 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
595 479 537 615 745 674 710 693 655
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
654 608 568 550 558 555 532 542 524
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
493 501 487 417 460 464 424 428 405
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
378 340 333 321 323 367 424 440 454
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Eglise de Dampierre

Deux monuments majeurs sur cette commune :

Le château dit des Huguenots (Beuvreuil) daté du XIVe siècle. Son nom vient du fait qu'il y avait plusieurs familles seigneuriales huguenotes qui y vivaient. (Propriété privée, ne se visite pas). Il a été classé par arrêté du 2 mai 1921.

L'église Saint-Pierre de Dampierre-en-Bray est souvent appelée improprement Chapelle. Cette église possède des fondations du XIe siècle, certains murs sont du XIIe siècle. Elle reçut de nombreuses rénovations en particulier au XVIe siècle. À voir ses peintures murales et son porche fait de briques émaillées. L'église est ouverte le premier dimanche du mois. Elle a été classée par arrêté du 12 juin 1920.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

L'abbé Robert Denhez, dernier prêtre de Dampierre-en-Bray, né à Ville Saint Jacques en Seine-et-Marne, le 14 septembre 1921, prêtre à Dampierre-en-Bray de 1971 à 1983, desservait les paroisses suivantes en plus de Dampierre-en-Bray : Cuy-Saint-Fiacre, Doudeauville, Gancourt Saint Etienne, Ménerval et Molagnies. Passionné par l'histoire, il est décédé le 10 décembre 1983 dans son presbytère à la suite d'une longue maladie.

Emile Lamorte, instituteur de Dampierre-en-Bray, mort pour la France à la guerre de 14-18, serait le descendant du lieutenant colonel De lamorte, envoyé par Louis XIV pour combattre les protestants en Cévennes au moment de la guerre des Camisards et qui s'est ensuite converti au protestantisme pour en épouser une. Né à Vialas en Lozère le 7 mai 1877, a épousé Aline Berthe Bonicel à Vialas le 29 aout 1903, a enseigné à Formerie-sur-Seine et à Hodeng Hodenger entre autres, est décédé en rentrant de la guerre le 25 octobre 1919 à Vialas suite à la perte d'un œil au combat. Son nom figure sur le Monument aux Morts de Vialas avec celui de son frère.

Amédée Le Mercher de Longpré: ancien receveur particulier des finances et propriétaire, s'est retiré à Dampierre-en-Bray dans une propriété familiale, maire de la commune de 1871 À 1878, né à Rouen le quatre pluviose an VIII de la République, décédé à Dampierre-en-Bray le 19 juin 1878.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :