Brémontier-Merval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Brémontier-Merval
La mairie
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Arrondissement de Dieppe
Canton Canton de Gournay-en-Bray
Intercommunalité Communauté de communes du Canton de Gournay-en-Bray
Maire
Mandat
Jean-Luc Cosquer
2014-2020
Code postal 76220
Code commune 76142
Démographie
Population
municipale
485 hab. (2011)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 30′ 20″ N 1° 36′ 40″ E / 49.5055555556, 1.6111111111149° 30′ 20″ Nord 1° 36′ 40″ Est / 49.5055555556, 1.61111111111  
Altitude Min. 103 m – Max. 210 m
Superficie 17,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Brémontier-Merval

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Brémontier-Merval

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Brémontier-Merval

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Brémontier-Merval

Brémontier-Merval est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en région Haute-Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Brémontier-Merval est un village du pays de Bray, situé entre Gournay-en-Bray et Argueil.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Brémontier dérive du bas latin Braii Monasterium ; moutier de Bray (monastère de Bray) et Merval vient de Myrea Vallis, ou Mira Vallis : mer de la vallée

Le nom de la commune atteste l'existence, sur ce site, d'une communauté religieuse à l'époque mérovingienne. À la fin du XIIe siècle, Hugues V, seigneur de Gournay, fonde l'abbaye de Bellozane, qu'il confie aux Prémontrés, ordre de chanoines réguliers institué en 1120 par saint Norbert. L'abbaye reçoit la visite de Philippe le Hardi, en 1280, de Philippe le Bel, en 1314, et de Charles IV, en 1327.

La guerre de Cent Ans la prive de beaucoup de ses biens. Aux XVIe et XVIIe siècles, l'abbaye végète ; paradoxalement, elle est alors concédée à de célèbres abbés commendataires, tel le poète Pierre de Ronsard.

Au XVIIIe siècle, le prieur Henri de Blavette redonne vigueur spirituelle à la communauté et fait restaurer les bâtiments claustraux. À cette époque, l'abbaye administre de nombreuses paroisses ; Bellozane, Brémontier, Merval, Elbeuf-en-Bray.

La dissolution de l'ordre des Prémontrés, en 1790, entraîne la disparition de l'abbaye.

  • Bellozanne est un lieu-dit de Brémontier-Merval. La chapelle de Bellozanne est située en face de l'ancien presbytère et d'une petite maison appelée Béthania, qui dérive du mot français Béthanie ; c'était une maison où logeaient quelques carmélites.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1808 1815 Jacques Moinet    
1815 1826 Pierre Bulard    
1826 1826 Pierre Gaillard    
1826 1828 Jacques Breton    
1828 1831 le Vicomte Certain de Bellozanne    
1831 1835 Pierre Bulard    
1835 1837 Francois Buron    
1837 1843 Flandre Hiard    
1843 1846 F Buron    
1846 1852 le Comte Jules de Maiver    
1852 1863 Jacques François Moinet-Leleu    
1863 1871 Adolphe Guérard    
1871 1881 le Comte du Barry de Merval   Chevalier de la Légion d’honneur
1881 1928 Henri Étignard de La Faulotte (1850-1928)    
1928 1945 Louis Davout (1877-1958), 4e duc d’Auerstaedt   Gendre du précédent
1945 1953 Marc Kiers    
1953 1989 Paul Caron    
    Monique Guénée    
mars 2001   Dominique Duclos    
mars 2008 en cours André Fréret   élu sans s'être présenté
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 485 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
308 269 332 297 733 704 698 679 614
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
631 588 562 544 574 565 591 538 574
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
511 502 524 523 473 461 482 426 441
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
379 367 311 265 278 326 468 494 485
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Ancienne abbaye Notre-Dame de Bellozanne
  • Le château de Brémontier-Merval : Considéré comme l’une des « merveilles » du pays de Bray, ce château du XVIIe siècle possède un très beau colombier et un verger conservatoire servant de cadre à une exploitation agricole et à une cidrerie. Ce château abrite aussi un lycée agricole renommé. Le parc est ouvert toute l'année (le château sur demande).
  • Église Saint-Martin
  • Chapelle Saint-Léonard de Merval
  • Chapelle Sainte-Marguerite de Bellozanne

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]