Criquiers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Criquiers
Eglise de Criquiers.
Eglise de Criquiers.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Canton Aumale
Intercommunalité Communauté de communes du Canton d'Aumale
Maire
Mandat
Claude Michel
2014-2020
Code postal 76390
Code commune 76199
Démographie
Gentilé Criquérois / Criquéroises [1]
Population
municipale
675 hab. (2011)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 40′ 31″ N 1° 42′ 24″ E / 49.6752777778, 1.70666666667 ()49° 40′ 31″ Nord 1° 42′ 24″ Est / 49.6752777778, 1.70666666667 ()  
Altitude Min. 164 m – Max. 245 m
Superficie 23,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Criquiers

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Criquiers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Criquiers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Criquiers

Criquiers est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en région Haute-Normandie. Ses habitants sont appelés les Criquérois et les Criquéroises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Criquiers est située à l'extrême est de la Seine-Maritime, en bordure du département de l'Oise.

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Conteville Haudricourt Lannoy-Cuillère Rose des vents
La Chapelle-du-Bourgay N Blargies
O    Criquiers    E
S
Haucourt Formerie

Toponyme[modifier | modifier le code]

De nombreux noms ont été utilisés pour désigner Criquiers dans le passé, notamment les noms de Criquehers, Crequier et Criquier. L'historien Louis Le Vavasseur de Masseville écrit même Criquets dans son État géographique de la Province de Normandie de 1722[2],[3]. Le nom de Criquiers pourrait découler du terme teutonique kerch, signifiant église, lui attribuant ainsi une origine normande[4]. Il pourrait cependant aussi venir du terme Créquiers, désignant un prunier sauvage, le territoire de Criquiers étant autrefois recouvert de bois de pruniers[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les plus anciennes preuves connues d'une présence humaine remontent à l'Antiquité. Ainsi, les traces d'une voie romaine ont été retrouvées à Criquiers. Certains historiens, tels que Jean Benoît Désiré Cochet, pense que cette voie reliait Dieppe à Beauvais[2]. D'autres, comme N.-R. Potin de La Mairie, pensent qu'elle reliait Rouen à Amiens[4]. Ce qui est sûr, c'est que cette voie forme aujourd'hui la rue principale de Criquiers, auparavant appelée chaussée Brunehaut[2]. Des débris romains ont également été retrouvés à la section des Authieux, ainsi qu'au hameau du Bos-des-Puits[2].

À l'époque moyenâgeuse, l'ancien village de Criquiers fut détruit, et fut ensuite reconstruit au début du XIVe siècle par des religieux de Beaubec. Ce nouveau village prit un temps le nom de Neuville, mais l'ancien nom de Criquiers s'imposa de nouveau rapidement[4].

Par une charte datant de l'année 1314, Enguerrand de Marigny, chambellan et ministre de Philippe le Bel, donna à la ville de Criquiers « trois acres de terre pour établir un cimetière, une église et un presbytère »[4]. Le presbytère fut fondé en 1326 par l'abbaye de Beaubec. L'église, quant à elle, date également du XIVe siècle et est sous l'invocation de la Nativité de la sainte Vierge[4].

Avant la Révolution française, Criquiers était « une paroisse de l'archidiaconé d'Eu, du doyenné, de la vicomté et de l'élection de Neufchâtel[4] ».

Un grand fossé existait, à une époque inconnue, entre Criquiers et Formerie. Ce fossé était appelé le fossé Castresse, et avait également le nom plus ancien de fossa Castrensis[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2008 en cours Claude Michel    
mars 2001 mars 2008 Paul Couaillet    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 675 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
890 837 906 953 1 021 1 018 966 972 921
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
876 843 854 784 800 799 799 791 751
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
736 732 721 707 706 739 746 746 719
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
678 615 545 530 581 602 637 637 676
2011 - - - - - - - -
675 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Chapelle Saint-Lambert (les Anthieux)

Église Notre-Dame

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Pinguet, « L'église de Criquiers, une église parmi d'autres », Le Pucheux, no 95,‎ 2009, p. 10-12 (ISSN 0248-6474)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Gentilé des habitants de Criquiers », sur Habitants.fr (consulté le 26 août 2012)
  2. a, b, c, d et e Jean Benoît Désiré Cochet, La Seine-inférieure historique et archéologique : Époques gauloise, romaine et Franque, Librairie Historique et Archéologique de Derache,‎ 1866, 614 p. (lire en ligne), p. 75 et 565
  3. Louis Le Vavasseur de Masseville, État géographique de la Province de Normandie, vol. 2, Chez J.-B. Besongne,‎ 1722 (lire en ligne), p. 611 et 711
  4. a, b, c, d, e, f et g N.-R. Potin de La Mairie, Recherches ...sur les possessions des Sires normands de Gournay, le Bray normand et le Bray picard et sur toutes les communes de l'arrondissement de Neufchâtel, vol. 1,‎ 1852, 287 p. (lire en ligne), p. 186 à 188
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :