Chute libre (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chute libre.

Chute libre

Titre québécois L'enragé
Titre original Falling Down
Réalisation Joel Schumacher
Scénario Ebbe Roe Smith
Acteurs principaux
Sociétés de production Alcor Pictures
Canal+
Regency Enterprises
Warner Bros. Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Policier
Sortie 1993
Durée 113 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Chute libre, ou L'enragé au Québec (Falling Down en version originale), est une comédie dramatique américaine réalisée par Joel Schumacher et sortie en 1993, avec dans les rôles principaux Michael Douglas, Robert Duvall et Barbara Hershey.

Le film met en vedette Michael Douglas dans le rôle de William Foster (crédité au générique en tant que « D-Fens »), un ex-ingénieur de la défense, divorcé et maintenant au chômage qui, en essayant d'atteindre à temps la maison de son ex-femme pour la fête d'anniversaire de sa fille, se laisse aller à un déchaînement de violence tout le long de son parcours dans la ville de Los Angeles. En chemin, une série de rencontres, à la fois triviales et provocatrices, l’amènent à réagir avec violence et ironie sur la vie, l'économie, la pauvreté et le mercantilisme de la société actuelle.

Le sergent Prendergast (interprété par Robert Duvall), un inspecteur de police vieillissant du LAPD, à un jour de son départ à la retraite, fait face à ses propres frustrations alors qu'il traque Foster pour l'empêcher de nuire.

Résumé[modifier | modifier le code]

Durant la matinée d'un été très chaud, un embouteillage causé par des travaux publics paralyse une portion de route de Los Angeles. William Foster, un ancien salarié de l'industrie de la défense (sa plaque d'immatriculation personnalisée est « D-Fens »), divorcé et au chômage, craque soudainement et abandonne son véhicule. Le film nous montre alors l'errance d'un homme à bout, déprimé, qui « pète les plombs » littéralement, face à sa situation.

Alors qu'il demande de la petite monnaie pour appeler son ex-femme au téléphone, Foster se heurte au refus d'un épicier coréen qui l'oblige à acheter une canette de Coca-Cola à un prix prohibitif. En colère, Foster s'empare de la batte de baseball du commerçant et saccage le petit commerce. L'épicier porte plainte au commissariat du LAPD, où le détective Prendergast, à un jour de la retraite, décide de consacrer son dernier jour de travail à retrouver Foster avant qu'il n'arrive un malheur. Foster téléphone alors à son ex-femme, mais celle-ci refuse de lui laisser voir leur petite fille, dont c'est l'anniversaire ce jour là.

Faisant une pause sur un terrain vague, Foster est ensuite menacé par deux membres d'un gang de chicanos, qui tentent de lui extorquer sa mallette (vide). Menacé par un des voyou armé d'un couteau papillon, Foster se défend avec sa mallette et la batte de baseball prise à l'épicier, et récupère le couteau. Par la suite, les membres du gang le recherchent en voiture, et quand ils le retrouvent lui tirent dessus, mails ils le manquent et sont victimes d'un accident de la route qui tue plusieurs d'entre-eux. Foster subtilise dans le véhicule accidenté un sac de sport rempli d'armes à feu et tire dans la jambe du gangster survivant.

Il se rend ensuite dans un fast-food où il exige, en brandissant un pistolet mitrailleur Uzi, qu'on lui serve un petit déjeuner qui n'est plus servi après 11 h 30, alors qu'il est 11 h 33 à la montre de Foster. Il achète ensuite un cadeau d'anniversaire pour sa fille et tente d'appeler à plusieurs reprises son ex-femme au téléphone. C'est alors qu'un homme lui dispute la cabine téléphonique d'où il appelle ; Foster s’emporte et détruit la cabine en tirant dessus avec son Uzi. Pendant ce temps, son ex-femme contacte la police, qui ne lui offre cependant guère d'aide.

Foster se rend ensuite dans un magasin de surplus militaire pour s'acheter un paire de bottes de marche, ses chaussures lui faisant mal, et y fait la connaissance du propriétaire, Nick, un suprémaciste blanc, homophobe de surcroit. Ce dernier, qui écoute illégalement la fréquence radio de la police, se rend compte que Foster est recherché et le prend pour un milicien. Il lui montre alors dans son arrière boutique des souvenirs de la Seconde Guerre mondiale, ainsi qu'un lance-roquette compact moderne. Mais Foster rejette son idéologie fasciste et les deux hommes finissent par se battre. Durant la lutte, Nick détruit le cadeau d’anniversaire de la fille de Foster, ce dernier finissant par lui planter son couteau papillon dans l'épaule. Foster s'enfuit alors, emportant le lance-roquette et, en chemin, retombe sur le site de travaux publics qui avait causé l'embouteillage du début du film. Se voyant refuser l'accès au site par un des ouvriers du chantier, il accuse l'entreprise de faire exprès des travaux injustifiés pour conserver son budget. Il s'énerve de nouveau, sort le lance-roquette et titre dans une canalisation en travaux.

Son errance le mène ensuite sur un terrain de golf privé, où un golfeur âgé le réprimande sur son intrusion, et le vise avec sa balle de golf. Foster réplique en sortant un fusil à pompe de son sac et tire sur la voiturette de golf des joueurs. Les freins de la voiturette lâchent et celle-ci va s'échouer dans un étang en contrebas, le coup de fusil déclenchant chez le golfeur mécontent une crise cardiaque. Pendant que son collègue va chercher du secours, le malheureux réclame ses pilules qui se trouvent dans la voiturette. Foster, assez énervé, lui répond cyniquement que s'il l'avait laissé traverser tranquillement le terrain de golf, il ne serait pas en train de mourir… et part sans aider le vieillard.

Pendant ce temps, Prendergast apprend petit à petit que Foster (dont le nom n'est prononcé qu'une seule fois dans tout le film) a perdu récemment son emploi dans le secteur de la défense car « il n'est plus économiquement viable », que son mariage s'est désintégré et qu'il n'a pas le droit de voir sa fille, ayant harcelé son ex-femme et l'ayant menacé. Prendergast, lui-même ayant perdu une fille en bas âge, craint que ce déséquilibré, à bout, ne tue sa famille.

Foster, de son côté, se rapproche du domicile de son ex-femme, en passant par la luxueuse propriété d'un chirurgien esthétique. Il surprend alors le gardien de la demeure et sa famille, occupés à se baigner dans la piscine de la maison, et les prend par erreur pour les propriétaires. Il les réprimande alors, car il s'est blessé avec le barbelé du grillage protégeant la propriété. Entendant une sirène de police, il prend la main de la fillette du gardien et les conduit un peu plus loin pour les mettre à l'abri (les autres croyants à tort qu'il les a pris en otage). L'alerte passée, il se morfond sur son sort et quitte les lieux.

Lorsqu'il arrive enfin à proximité de la maison de son ex-femme, sur Venice Beach, celle-ci prend la fuite avec sa petite fille pour aller vers la jetée, où ils avaient l'habitude de se promener tous ensemble, et donne l'alerte. Prendergast, qui a laissé tomber la fête de son pot de départ au commissariat pour intervenir, arrive sur les lieux et rencontre Foster. Il tente de le raisonner, en lui disant qu'il n'est qu’une des victimes de la récession parmi tant d'autres et que cela ne lui donne pas le droit de se venger sur tout le monde. Voulant en finir avec la vie (et, avec sa mort, faire bénéficier à sa fille son assurance-vie), Foster dégaine un pistolet à eau ; Prendergast, croyant avoir affaire à une arme réelle, tire sur Foster. Dans un dernier souffle, Foster lui dit « avec un vrai, je t'aurais eu ! » et il s'éteint avant de tomber dans la mer. Le film se termine avec Prendergast parlant avec la fille de Foster et sur la vision d'une ancienne cassette vidéo de fête anniversaire de sa fille.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Le film dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2014). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
  • Le groupe de heavy metal Iron Maiden s'est inspiré de ce film pour la chanson Man on the Edge présente sur l'album The X Factor.
  • Le rappeur Disiz la peste s'est également inspiré du scénario du film pour sa chanson J'pète les plombs.
  • Le film est cité dans la chanson h 45 de l'album En Observation d'Helmut Fritz (2009).
  • Le groupe Foo Fighters a parodié le film dans le clip de leur chanson Walk.
  • Le groupe de rap Cunninlynguists s'est inspiré du film pour sa chanson Falling Down.
  • Le groupe de metal Rammstein s'est inspiré du film pour ses photos promotionnelles de l'album Reise.
  • Le duo comique de Very Bad Blagues fait un clin d'œil au film dans les épisodes Quand on est dans les bouchons et Quand on est dans le métro.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]