Chokri Belaïd

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Belaïd.
Chokri Belaïd
شكري بلعيد
Chokri Belaïd en 2012.
Chokri Belaïd en 2012.
Fonctions
Secrétaire général et porte-parole du Mouvement des patriotes démocrates
12 mars 20116 février 2013
Prédécesseur Création de la fonction
Successeur Zied Lakhdhar
Biographie
Nom de naissance Chokri Belaïd
Date de naissance 26 novembre 1964
Lieu de naissance Djebel Jelloud, Tunisie
Date de décès 6 février 2013 (à 48 ans)
Lieu de décès El Menzah, Tunisie
Nationalité tunisienne
Parti politique Mouvement des patriotes démocrates/Parti unifié des patriotes démocrates
Conjoint Basma Khalfaoui
Profession Avocat

Chokri Belaïd (شكري بلعيد), né le 26 novembre 1964 à Djebel Jelloud[1] et assassiné le 6 février 2013 à El Menzah, est un homme politique et avocat tunisien. Son assassinat provoque des manifestations violentes et la plus grave crise gouvernementale depuis la révolution de 2011.

Biographie[modifier | modifier le code]

Chokri Belaïd a étudié le droit en Irak avant de poursuivre des études de troisième cycle à l'université Paris-VIII, en France.

Dans les années 1980, il est très actif au sein de l'Union générale des étudiants de Tunisie dont il est élu membre du bureau exécutif au 18e congrès extraordinaire du syndicat. Il est chef de la mouvance des patriotes démocrates à l'université tunisienne. En avril 1987, il est détenu à R'jim Maâtoug, au sud de la Tunisie, sous le régime du président Habib Bourguiba pour son activisme politique en milieu universitaire. Il est relâché en novembre de la même année à la prise du pouvoir par Zine el-Abidine Ben Ali.

Il devient avocat, défenseur des droits de l'homme, et plaide souvent dans les procès politiques sous le régime Ben Ali. En 2008, il dénonce la répression des grèves de Gafsa[2] et dirige le groupe d'avocats chargés de défendre les mineurs mis en accusation à la suite de ce mouvement social[3].

Chokri Belaïd au siège de son parti à Tunis en 2011.

Au lendemain de la révolution de 2011, il devient membre de la Haute instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique. Il est aussi membre du Conseil de l'Ordre national des avocats de Tunisie. Le 12 mars 2011, il obtient la légalisation de son propre parti politique, le Mouvement des patriotes démocrates[4] et, le 2 septembre 2012, il crée le Parti unifié des patriotes démocrates avec d'autres militants patriotes démocrates[5]. Il participe avec celui-ci à la création du Front populaire, une coalition de partis de gauche.

En mai 2012, il est l'avocat de la chaîne de télévision Nessma, accusée d'avoir diffusé le film Persepolis[6].

Positions[modifier | modifier le code]

Dans plusieurs prises de position publiques, Chokri Belaïd critique vivement la poussée de l'islam intégriste en Tunisie, s'en prenant aux promoteurs de ce qu'il désigne comme un « projet salafiste servant un plan de déstabilisation américano-qatari-sioniste » et reprochant au parti Ennahdha au pouvoir sa complaisance à l'égard de ces mouvements extrémistes.

« La Tunisie est transformée en marché pour les criminels américano-sionistes manipulant nos jeunes pour les envoyer mourir en Syrie et défendre un projet qui n'est pas le leur » déclare-t-il sur un plateau de télévision[7] ; il va jusqu'à préciser que « 5 000 jeunes Tunisiens et d'autres nationalités suivent des entraînements (dans un camp de djihadistes situé dans la localité de Lewtiya, à proximité de la frontière libyenne) pour qu'une partie d'entre eux soit envoyée en Syrie et une autre pour s'occuper de semer la violence en Tunisie »[7].

Assassinat[modifier | modifier le code]

Mémorial en hommage à Chokri Belaïd (El Menzah VI)

Il est assassiné par balles le 6 février 2013 alors qu'il sort en voiture de son domicile du quartier d'El Menzah VI[8],[9]. Il est transporté d'urgence à la clinique Ennasr, où plusieurs personnalités politiques et culturelles sont rassemblées. Il meurt à 8 heures 45[10].

Ce meurtre déclenche alors de nombreuses manifestations dans tout le pays. En signe de protestation contre cet assassinat, les bureaux d'Ennahdha à Sfax, Monastir, Béja, Gafsa et Gabès sont brûlés et saccagés[11], les manifestants demandant le départ du gouvernement Hamadi Jebali ainsi que de la troïka, en dénonçant leur incompétence. Son frère accuse le parti au pouvoir, Ennahdha, d'avoir fomenté cet assassinat, vu que Belaïd parlait de violence politique et disait qu'il était menacé et sur écoute[12].

Le président français François Hollande dénonce fermement cet assassinat politique[13], tout comme l'ambassadeur américain Jacob Walles[14] et le Parlement européen qui lui rend hommage[15].

Le soir même, le chef du gouvernement, Hamadi Jebali, annonce la dissolution du gouvernement, son remplacement par un autre gouvernement de technocrates, et fait part de l'organisation d'élections à aussi brève échéance que possible[16],[17]. Le lendemain, Ennahdha désavoue son numéro deux et refuse le gouvernement de technocrates[18],[19].

Tombe au cimetière du Djellaz

Le 7 février, l'Union générale tunisienne du travail (UGTT) déclare une grève générale pour le 8 février sur tout le territoire tunisien[20]. Le même jour, Chokri Belaïd est transporté de la maison de la culture de Djebel Jelloud au cimetière du Djellaz en présence de centaines de milliers de personnes[21]. Sa veuve, Basma Khalfaoui, déclare alors : « Il avait confiance au peuple, il avait confiance en l'intelligence humaine, il avait confiance en l'intelligence des Tunisiens ».

Par ailleurs, Zied El Heni, membre du bureau exécutif du Syndicat national des journalistes tunisiens et journaliste au quotidien Essahafa al Youm, indique que les photos de journalistes, de militants de gauche et de la société civile circuleraient sur les réseaux sociaux tunisiens comme cibles à éliminer[22]. Parmi eux, outre Belaïd, figurent Ahmed Néjib Chebbi (personnalité d'Al Joumhouri), Taoufik Ben Brik (journaliste et écrivain), Habib Kazdaghli (doyen de la faculté des lettres de La Manouba), Nabil Karoui (patron de Nessma), Sami Fehri (directeur d'Ettounsiya TV), Olfa Riahi (blogueuse ayant révélé une affaire de corruption touchant Rafik Abdessalem) et Houcine Abassi, secrétaire général de l'UGTT, menacé de mort début février 2013 au cas où l'organisation syndicale appellerait à la grève générale à la suite du meurtre de Chokri Belaïd[22].

Auteurs[modifier | modifier le code]

Le 26 février, le ministre de l'Intérieur annonce que le meurtrier est identifié alors que quatre complices, appartenant à un groupe religieux radical, sont arrêtés[23]. Trois jours plus tôt, Amine Gasmi et Yasser Mouelhi ont été interpellés et ont livrés les noms d'Ali Harzi, Abou Qatada, Ahmed Rouissi, Marouane Ben Haj Salah, Mohamed Ali Damak et Kamel Gadhgadhi, identifié comme le tueur, qui tous évoluent dans la nébuleuse salafiste[24]. Plusieurs restent en fuite à l'été 2013[24].

Un an plus tard, Kamel Gadhgadhi est tué le 4 février 2014, lors du combat de Raoued[25].

Le 25 juillet, Mohamed Brahmi, autre figure de l'opposition tunisienne, est assassiné devant son domicile avec la même arme ayant servi à l'assassinat de Chokri Belaïd[26],[27],[28].

L'un des terroristes suspectés dans l'assassinat, Ezzeddine Abdellaoui, ancien agent de la police tunisienne âgé de 38 ans, est arrêté lors d'une opération de la brigade antiterrorisme le 5 août 2013, à El Ouardia, au sud de Tunis. Interrogé le 16 août par le juge d’instruction, il avoue qu’il faisait partie du groupe ayant organisé et perpétré l’assassinat de Belaïd[29],[30].

Analyses et conséquences[modifier | modifier le code]

Plusieurs voix tunisiennes, dont l'ambassadeur en France Adel Fekih[31], une représentante des droits de l'homme[32] et de façon générale la majorité des partis politiques[33] attribuent la responsabilité politique de l'assassinat au gouvernement de la troïka, en raison de son laisser-faire face au climat de violence politique comme moyen de résolution des conflits, climat favorisé par Ennahdha et la Ligue de protection de la révolution.

Sur le plan politique, la situation est incertaine et qualifiée de critique, le chef du gouvernement confirmant son intention de former un gouvernement de technocrates sans consultation de l'Assemblée constituante, malgré le désaveu par son propre parti. Dans le même temps, son parti annonce se donner un à deux jours pour se livrer à des consultations avant de se prononcer[34]. Après plusieurs jours de tractations, le chef du gouvernement finit par remettre sa démission ainsi que celle de son gouvernement à Moncef Marzouki le 19 février[35].

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 2002, il épouse Basma Khalfaoui, militante et avocate née en 1971 à Tunis, avec qui il a deux filles, Nayrouz et Nada[36]. Des sources relèvent qu'ils divorcent en novembre 2012 même s'ils continuent à vivre sous le même toit[36],[37]. Mais Basma Khalfaoui nie ces faits et affirme « Chokri Belaïd est mon mari, le père de mes deux filles, mon compagnon, mon cher ami et l’homme que j’ai aimé »[38].

Sa fille aînée, Nayrouz, veut devenir avocate et militer pour les droits de l'homme comme son père[39].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Chokri Belaid, 1964-2013: Fierce opponent of Tunisia's Islamists », Agence France-Presse reprise par Al-Ahram Online , 6 février 2013
  2. (en) « Profile: Shokri Belaid », Al Jazeera, 7 février 2013
  3. Isabelle Mandraud, « Un tribun devenu l'ennemi juré des islamistes », Le Monde, 8 février 2013, p. 4
  4. (fr) « Qui est Chokri Belaid ? », Directinfo, 6 février 2013
  5. (fr) « Tunisie - Chokri Belaïd, nouveau SG du Parti unifié des patriotes démocrates », Business News, 3 septembre 2012
  6. (fr) « Interdit de créer ! », El Watan, 24 août 2012
  7. a et b (fr) Nadjia Bouaricha, « Chokri Belaïd alertait sur un plan de déstabilisation de la Tunisie », El Watan, 10 février 2013
  8. (fr) « Chokri Belaïd assassiné », Mag14, 6 février 2013
  9. (fr) Isabelle Mandraud, « Mort de l'opposant tunisien Chokri Belaïd : "On a assassiné un démocrate" », Le Monde, 6 février 2013
  10. (fr) Dorra Meziou, « Assassinat par balles de Chokri Belaïd », Business News 6 février 2013
  11. (fr) « Tunisie - Les bureaux d'Ennahdha à Monastir, Sfax, Béja, Gafsa et Gabès incendiés et saccagés », Business News, 6 février 2013
  12. (fr) « Meurtre d'un responsable de l'opposition : "un tournant grave" », Le Nouvel Observateur, 6 février 2013
  13. (fr) « François Hollande condamne l'assassinat de Chokri Belaïd », Business News, 6 février 2013
  14. (fr) « Condamnation des USA du meurtre de Chokri Belaïd », Business News, 6 février 2013
  15. (fr) « Hommage à Chokri Belaïd au Parlement européen », Business News, 6 février 2013
  16. (fr) « Démission du gouvernement tunisien après la mort d'un opposant », Reuters, 6 février 2013
  17. (fr) Julie Schneider, « Tunisie : des funérailles sous haute tension », Le Point, 8 février 2013
  18. (fr) « Ennahdha dit non à la dissolution du gouvernement », Business News, 7 février 2013
  19. (en) « Strike called over Tunisia killing », Al Jazeera, 8 février 2013
  20. (fr) « Tunisie – L'UGTT décide la grève générale demain vendredi sur tout le territoire tunisien », Business News, 7 février 2013
  21. (fr) « Tunisie – Des milliers de personnes pour les funérailles de Chokri Belaid à Jebel Jloud », Business News, 8 février 2013
  22. a et b (fr) Hassane Zerrouky, « Tunisie, liste noire de personnalités à abattre et crise politique », Le Soir d'Algérie, 14 février 2013
  23. (fr) « Le tueur présumé de l'opposant tunisien Chokri Belaïd identifié mais en fuite », Le Monde, 25 février 2013
  24. a et b Frida Dahmani, « Mais qui a donc commandité l'assassinat de Chokri ? », Jeune Afrique, 7 juillet 2013, pp. 42-44
  25. (fr) « Tunisie : les autorités annoncent la mort de Kamel Gadhgadhi, assassin présumé de Chokri Belaïd », Radio France internationale, 4 février 2014
  26. (fr) « Tunisie : le député Mohamed Brahmi "criblé de balles devant son épouse et ses enfants" », L'Express, 25 juillet 2013
  27. (fr) Dominique Lagarde, « Tunisie : Qui a tué Mohamed Brahmi ? », L'Express, 26 juillet 2013
  28. (fr) « Tunisie : Brahmi tué avec la même arme que Belaïd », Le Figaro, 26 juillet 2013
  29. (fr) « Ezzeddine Abdellaoui avoue avoir participé à l’assassinat de Chokri Belaïd », Business News, 16 août 2013
  30. (fr) « Tunisie : Ezzeddine Abdellaoui, le terroriste arrêté, a reconnu son implication dans le meurtre de Belaid », Kapitalis, 5 août 2013
  31. (fr) Sihem Souid, « Ambassadeur de Tunisie en France : "La situation est critique et complexe" », Le Point, 8 février 2013
  32. (fr) Dominique Lagarde, « Assassinat de Chokri Belaïd : "Le gouvernement tunisien est responsable de n'avoir rien fait" », L'Express, 6 février 2013
  33. (fr) « Tunisie : Assassinat de Belaid - Des partis politiques imputent la responsabilité au gouvernement et à l'ANC », Babnet, 6 février 2013
  34. (fr) « Tunisie / Gouvernement de compétences : Hamadi Jebali persiste et signe », GlobalNet, 8 février 2013
  35. (fr) « Hamadi Jebali présente sa démission et celle de son gouvernement à Moncef Marzouki », Business News, 19 février 2013
  36. a et b Frida Dahmani, « Basma Khalfaoui, une icône est née », Jeune Afrique, 24 février 2013, pp. 43-44
  37. (fr) Dalila Belkheir, « Basma Khalfaoui n’était plus l’épouse de Chokri Belaid depuis 2012 ! », Echorouk, 19 février 2013
  38. (fr) « Basma Khalfaoui : Mon divorce de Chokri Belaïd n'est qu'une rumeur », Tuniscope, 1er avril 2013
  39. (fr) « La fille du défunt Chokri Belaïd veut devenir avocate », Tuniscope, 8 février 2013

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]