Contestation en Iran en 2011

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Protestations iraniennes de 2011
Image illustrative de l'article Contestation en Iran en 2011
Localisation de l'Iran

Localisation Drapeau de l'Iran Iran
Date 14 février 2011 - en cours
Type Protestations politiques et sociales
Morts 3
(bilan provisoire)
Blessés environ 150
(bilan provisoire)

La Contestation en Iran en 2011 se remarque à partir du 14 février 2011. Bien que l'Iran n'est pas un pays arabe, elle s'inscrit dans un contexte de révolte de grande ampleur qui eut lieu dans de nombreux pays arabes et dans leur proche périphérie.

Le mouvement iranien se situe dans le prolongement des protestations postélectorales de 2009. De ce fait, les manifestants contestent d'abord le gouvernement et s'inspirent des mouvements tunisiens et égyptiens, les demandes de libertés, de démocratie, et de respect des droits de l'homme s'étant faites ressentir par la suite.

Contexte[modifier | modifier le code]

Suite au Printemps arabe, l'opposition iranienne, silencieuse depuis les manifestations de l'Achoura, en décembre 2009, a appelé les Iraniens à manifester en soutien aux Égyptiens, un prétexte pour l'opposition de contester le régime.

Protestations[modifier | modifier le code]

Victimes[modifier | modifier le code]

Morts et blessés[modifier | modifier le code]

Les manifestations du 14 février ont causé la mort de deux étudiants. Il y aurait au moins 150 blessés par balles.

Arrestations[modifier | modifier le code]

On compte 1 500 arrestations.

Réactions[modifier | modifier le code]

Réactions du Gouvernement[modifier | modifier le code]

Le parlement a demandé le 15 février l'exécution des leaders de l’opposition, Mir Hossein Moussavi et Mehdi Karoubi.

Réactions Internationales[modifier | modifier le code]

Barack Obama a soutenu la contestation en montrant l'exemple de l'Égypte.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]