Contestation en Irak en 2011

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Contestation en Irak en 2011
Image illustrative de l'article Contestation en Irak en 2011
Localisation de l'Irak

Localisation Drapeau de l'Irak Irak
Date février 2011 - en cours
Type Manifestations à caractère politique et sociales
Morts 35
(bilan provisoire)
Blessés Environ 90
(bilan provisoire)

La contestation en Irak en 2011 débute en Irak au cours du mois de février, et s'inscrit dans un contexte d'agitation dans les pays arabes. Comme en Tunisie ou encore en Égypte, les manifestants demandent plus de libertés et de démocratie, ainsi qu'un meilleur respect des droits de l'homme.

Le bilan est plus meurtrier. On compte au moins 5 morts et environ 90 blessés sérieux suite au mouvement de protestation.

Contexte[modifier | modifier le code]

L’Irak a un taux de chômage officiel de 30 %[1]. L’Irak est le troisième pays le plus corrompu au monde selon Transparency international[1].

Manifestations et attentats[modifier | modifier le code]

Le 16, des manifestations ont lieu à Bassorah, Kout (2000 personnes incendient le siège du gouvernorat), Bagdad et Nasr[1].

Le 17, 2 manifestants sont tués à Souleimaniye ; des manifestations ont aussi lieu à Kirkouk[1].

Pour désarmorcer la crise, le premier ministre Nouri al-Maliki annonce qu’il ne briguera pas un troisième mandat, et la réduction de 50 % de son salaire (qui passerait de 30 000 à 15 000 $ par mois, voire 10000) et de 40 % ceux des ministres et députés (à 6780 $)[1]. Le salaire moyen est de 500 $ environ[1].

Les 25 et 26, des milliers de manifestants défilent en Irak. Dix d’entre eux sont tués par la police, et au moins 150 blessés, notamment à Haouidja et Mossoul, et Bassorah, contre corruption[2].

Fin avril, les manifestations sont également tournées contre l’occupation américaine, rassemblant ainsi les Irakiens de toutes les tendances. À Mossoul, les manifestants sont 5000 environ[3].

Victimes et arrestations[modifier | modifier le code]

Réactions[modifier | modifier le code]

Conséquences[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Le Monde, 19 février 2011, p. 4
  2. « Contestations et violences se poursuivent dans le Maghreb et au Moyen-Orient », Le Monde, 27-28 février 2011, p. 5
  3. Jonathan Steele, « Iraq’s Version of Arab Spring », Arab reform, publié le 2 mai 2011, consulté le 15 juin 2011

Articles connexes[modifier | modifier le code]