Zine el-Abidine Ben Ali

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Révolution au jasmin » redirige ici. Pour la Révolution de jasmin, voir Révolution tunisienne de 2010-2011.
Zine el-Abidine Ben Ali
زين العابدين بن علي
Portrait de Zine el-Abidine Ben Ali.
Portrait de Zine el-Abidine Ben Ali.
Fonctions
2e président de la République tunisienne
7 novembre 198714 janvier 2011
(23 ans, 2 mois et 7 jours)
Élection 2 avril 1989
Réélection 20 mars 1994
24 octobre 1999
24 octobre 2004
25 octobre 2009
Premier ministre Hédi Baccouche
Hamed Karoui
Mohamed Ghannouchi
Prédécesseur Habib Bourguiba
Successeur Fouad Mebazaa (intérim)
Moncef Marzouki (provisoire)
7e Premier ministre tunisien
2 octobre 19877 novembre 1987
Président Habib Bourguiba
Gouvernement Ben Ali
Prédécesseur Rachid Sfar
Successeur Hédi Baccouche
Ministre de l'Intérieur tunisien
28 avril 19867 novembre 1987
Président Habib Bourguiba
Premier ministre Mohamed Mzali
Rachid Sfar
Lui-même
Gouvernement Mzali
Prédécesseur Mohamed Mzali
Successeur Abdallah Kallel
Biographie
Date de naissance 3 septembre 1936 (78 ans)
Lieu de naissance Hammam Sousse (Régence de Tunis)
Nationalité tunisienne
Parti politique Parti socialiste destourien
Rassemblement constitutionnel démocratique (exclu[1])
Conjoint Naïma Kefi
Leïla Trabelsi
Enfant(s) 1re épouse :
Ghazoua Ben Ali
Dorsaf Ben Ali
Cyrine Ben Ali
2e épouse :
Nesrine Ben Ali[2] (née hors mariage)
Halima Ben Ali
Mohamed Zine el-Abidine Ben Ali
Diplômé de École spéciale militaire de Saint-Cyr
École d'application de l'artillerie
Senior Intelligence School in Maryland
School for Anti-Aircraft Field Artillery in Texas
Profession Militaire
Résidence Palais de la République,
Carthage (présidence)
Djeddah, Arabie saoudite (exil)

Zine el-Abidine Ben Ali
Premiers ministres tunisiens
Présidents de la République tunisienne

Zine el-Abidine Ben Ali (arabe : زين العابدين بن علي), né le 3 septembre 1936 à Hammam Sousse, est un homme d'État tunisien, président de la République du 7 novembre 1987 au 14 janvier 2011.

Après avoir occupé plusieurs postes au sein de l'armée et de la sûreté nationale, il devient ministre de l'Intérieur dans le gouvernement Rachid Sfar, puis remplace ce dernier comme Premier ministre. Il finit par déposer le président Habib Bourguiba « pour raisons médicales » et lui succède en sa qualité de dauphin constitutionnel. Son accession au pouvoir intervient à une époque où le pays est en proie aux luttes de succession, dont il fait partie, aux tensions politiques et économiques et à la montée de l'intégrisme[3], et avec une opinion publique partagée, selon Michel Camau[4], entre « le soulagement et le regret ».

Sous sa présidence, l'économie de la Tunisie est classée, en 2007, première en termes de compétitivité économique en Afrique, d'après les chiffres fournis par le Forum économique mondial[5]. Sur le plan des libertés, des organisations non gouvernementales et des médias étrangers dénoncent régulièrement sa politique en matière de droits de l'homme, la qualifiant ainsi de dictatoriale, notamment par la répression, l'emprisonnement et la torture de ses opposants et les atteintes à la liberté de la presse.

Durant sa présidence, la Tunisie jouit d'une bonne image dans le monde occidental, notamment grâce au statut des femmes en Tunisie. Ce statut, qui remonte à l'ère bourguibienne, est renforcé par de nouvelles lois en 1993, à l'instar de la suppression de l'obligation d'obéissance de la femme envers son mari[6].

Un mouvement de protestation populaire le contraint à quitter le pays le 14 janvier 2011. Il abandonne ainsi son poste de président de la République pour se réfugier à Djeddah, en Arabie saoudite.

Carrière[modifier | modifier le code]

Quatrième d'une fratrie de onze enfants[7], Zine el-Abidine Ben Ali naît au sein d'une famille modeste de la petite ville d'Hammam Sousse, puis effectue ses études secondaires au lycée de garçons de Sousse et intègre les structures locales du Néo-Destour. Hédi Baccouche, jeune militant du Néo-Destour, emprisonné par les Français au centre de détention de Zaarour en 1952, jouit en 1956, date de l'indépendance, du prestige nécessaire pour aider Ben Ali à rejoindre les rangs de la jeune armée tunisienne. Le parti est à l'époque en train de préparer une liste de candidats sélectionnés pour une formation militaire en France.

Zine el-Abidine Ben Ali en 1961

C'est dans ce cadre qu'il est diplômé de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr[8],[9], puis de l'École d'application de l'artillerie de Châlons-sur-Marne. Il part ensuite aux États-Unis où il suit les cours de la Senior Intelligence School de Fort Holabird (Maryland) et de la School for Field and Anti-Aircraft de Fort Bliss (Texas). Il devient également ingénieur en électronique[10].

De retour en Tunisie, il est affecté au service du général Kefi[2]. Une zone d'ombre entoure les circonstances de sa rencontre avec la fille de ce dernier, Naïma, qu'il épouse en 1964, avant de prendre en charge la création de la direction de la sécurité militaire qu'il dirige durant dix ans.

Il devient ensuite attaché militaire au Maroc en 1974[7], puis en Espagne. Mohamed Mzali, devenu ministre de la Défense, l'intègre dans son cabinet. En janvier 1978, à l'occasion de la crise du « Jeudi noir », le Premier ministre Hédi Nouira le nomme à la tête de la sûreté générale[7]. Il la quitte en avril 1980, après les événements de Gafsa, et occupe ensuite le poste d'ambassadeur de Tunisie en Pologne[7].

Rappelé à Tunis après les émeutes sanglantes de janvier 1984, Zine el-Abidine Ben Ali est promu, le 29 octobre, patron de la Sûreté nationale[7]. Le 23 octobre 1985, le président Bourguiba lui confie le ministère de la Sûreté nationale, nouvellement créé. Il devient ministre de l'Intérieur le 28 avril 1986 tout en gardant la tutelle de la Sûreté nationale. Il intègre deux mois plus tard le bureau politique du Parti socialiste destourien (PSD) dont il devient secrétaire général adjoint. Après le départ de Mzali en juillet de la même année, il garde ses fonctions au sein du gouvernement de Rachid Sfar. En mai 1987, il est promu ministre d'État chargé de l'intérieur, puis Premier ministre le 2 octobre de la même année[7], tout en conservant le portefeuille de l'Intérieur. Il devient secrétaire général du PSD et se confirme ainsi comme possible dauphin de Bourguiba affaibli par la maladie et la vieillesse.

Prise du pouvoir[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Coup d'État du 7 novembre 1987.

Au matin du 7 novembre 1987, Ben Ali fait jouer l'article 57[11] de la constitution de 1959 et, sur la foi d'un rapport médical signé par sept médecins attestant de l'incapacité du président Habib Bourguiba d'assumer ses fonctions, le dépose pour sénilité[12]. Il devient, en tant que successeur constitutionnel, président et chef suprême des forces armées.

Dans une déclaration faite à la radio nationale, il annonce sa prise de pouvoir et déclare que « l'époque que nous vivons ne peut plus souffrir ni présidence à vie ni succession automatique à la tête de l'État desquels le peuple se trouve exclu. Notre peuple est digne d'une vie politique évoluée et institutionnalisée, fondée réellement sur le multipartisme et la pluralité des organisations de masse »[13]. L'action est par la suite justifiée par le fait que des mouvements intégristes préparaient un coup d'État et détenaient une liste de personnalités à assassiner[14].

De plus, le rapport médical venait confirmer l'incapacité de Bourguiba à continuer à assumer les plus hautes charges de l'État, ce que Mezri Haddad résume ainsi :

« Officiellement âgé de 84 ans, Bourguiba s'endort quand il reçoit un hôte étranger ; sous l'influence de ceux qui guignent la présidence, il chasse le lendemain le ministre qu'il a nommé la veille, il admet le remaniement ministériel proposé par son Premier ministre pour se rétracter quelques heures après… Pire que tout, il exige la révision du procès de l'intégriste Rached Ghannouchi (et la condamnation à mort de ce dernier) : « Je veux cinquante têtes […] Je veux trente têtes […] Je veux Ghannouchi »[15]. »

Pour Mezri Haddad, ce fut simplement « un acte de salubrité publique »[15]. Pourtant, dans leur livre Notre ami Ben Ali, les journalistes Nicolas Beau et Jean-Pierre Tuquoi donnent une autre version des événements :

« Sept médecins dont deux militaires sont convoqués en pleine nuit, non pas au chevet du malade Bourguiba, mais au ministère de l’Intérieur. Parmi eux se trouve l’actuel médecin du président, le cardiologue et général Mohamed Gueddiche. Ben Ali somme les représentants de la faculté d’établir un avis médical d’incapacité du président. « Je n’ai pas vu Bourguiba depuis deux ans » proteste un des médecins. « Cela ne fait rien ! Signe ! » tranche le général Ben Ali[16]. »

Cette prise de pouvoir est appelée « révolution au jasmin »[17].

Présidence de la République[modifier | modifier le code]

Action politique[modifier | modifier le code]

Premier mandat et élection de 1989[modifier | modifier le code]

Il prend dès lors en main le PSD, en renforce la cohésion et le transforme en Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD), jusqu'à ce qu'il en soit lui-même exclu après la chute de son régime en janvier 2011[1]. À la tête de l'État, il en commence la restructuration : la constitution amendée supprime la présidence à vie et limite le nombre de mandats présidentiels à trois, disposition qu'il fera abroger en 2002.

Une loi sur les partis politiques est adoptée et de nouveaux partis sont reconnus alors que les tribunaux d'exception et la fonction de procureur général sont supprimés. Le nouveau président cherche à apaiser le climat politique, notamment en assurant une ouverture vers les associations, dont la Ligue tunisienne des droits de l'homme, et en établissant des contacts avec les partis de l'opposition. Un pacte national rassemblant les différentes formations politiques et sociales du pays à l'exception des islamistes est signé le 7 novembre 1988 et engage ses signataires au respect de l'égalité entre les citoyens des deux sexes, des acquis du Code du statut personnel, des principes républicains et du refus d'utiliser l'islam à des fins politiques.

Aux élections législatives du 2 avril 1989, les candidats de l'opposition, notamment les islamistes inscrits comme indépendants, obtiennent environ 14 % des suffrages voire 30 % dans certains quartiers populaires de Tunis[18]. Lors de la présidentielle tenue le même jour, étant le seul candidat, Ben Ali est élu avec 99,27 % des voix. Rapidement, des incidents dans le quartier de Bab Souika, en plein centre de Tunis, sont attribués aux islamistes du parti Ennahdha. L'éditorialiste américaine Georgie Anne Geyer rapporte ces faits de la manière suivante :

« Vers 1990, les islamistes provoquèrent de nouveaux affrontements pendant que Saddam Hussein envahissait le Koweït et que l'ensemble du monde arabe vacillait. En 1991 […] les islamistes manifestèrent en force, avec des grèves et des affrontements violents avec la police dans les universités. La terreur gagna alors les campus de Tunis, de Sousse et de Kairouan. Puis, le 17 février 1991, à quatre heures du matin, alors qu'il faisait encore nuit, un groupe d'islamistes occupa un bâtiment public de Tunis qui symbolisait le gouvernement et y mit le feu […] Les islamistes avaient abandonné deux gardiens de nuit, pieds et poings liés, dans le bâtiment en flammes. Ceux-ci furent horriblement brûlés dans l'incendie et l'un d'entre eux succomba à ses blessures. Pour la grande majorité des Tunisiens modérés et respectables, cet événement marqua un tournant inexorable. Ce printemps-là, alors que de nouveaux affrontements se produisaient, les Tunisiens découvraient avec stupéfaction que les islamistes avaient abondamment infiltré l'armée, la garde nationale et la police[19]. »

Le 28 septembre 1991, les autorités annoncent la découverte d'un « plan islamiste visant à la prise du pouvoir » et organisent des procès durant l'été 1992. Des ONG accusent alors la justice tunisienne de ne pas respecter tous les droits des condamnés pendant que les autorités invoquent le devoir du gouvernement de garantir la paix et la sécurité des personnes et de leurs biens et d'assurer la paix sociale et la stabilité des institutions nécessaires à la bonne conduite de tout processus démocratique. Accusé de s'opposer ouvertement au principe d'un État républicain en préconisant un État islamique, et à des lois tunisiennes comme le Code du statut personnel, le parti islamiste n'est pas reconnu et, accusé d'enfreindre le code des partis politiques, tombe dans la clandestinité.

Élection de 1994 et deuxième mandat[modifier | modifier le code]

Le processus de démocratisation et de normalisation de la vie politique ralentit sans être ouvertement abandonné : un Conseil constitutionnel voit le jour et le Code électoral est révisé à plusieurs reprises « pour garantir la transparence des scrutins et accroître la participation des citoyens, ainsi que la représentativité des partis politiques »[20]. Afin d'accroître la représentation parlementaire de l'opposition légale, un quota minimum de 20 % des sièges de la Chambre des députés lui est réservé[21]. Le 20 mars 1994, Ben Ali est candidat unique à sa propre succession et est réélu avec 99,91 % des voix. Dans un souci officiel de consacrer le pluralisme politique, un amendement constitutionnel spécial exempte les candidats à la présidence de l'obligation constitutionnelle de parrainage par des élus.

Élection de 1999 et troisième mandat[modifier | modifier le code]

Rencontre entre Zine el-Abidine Ben Ali et George W. Bush, le 18 février 2004, à la Maison-Blanche.

Le 24 octobre 1999, la première élection présidentielle pluraliste est organisée avec les candidatures de Ben Ali et de deux autres concurrents, Mohamed Belhaj Amor et Abderrahmane Tlili, qui parviennent à se présenter, ce qui n'empêche pas le président sortant d'être à nouveau réélu avec 99,45 % des voix contre 0,31 % pour Belhaj Amor et 0,23 % pour Tlili. À l'initiative du président, la moitié des articles de la constitution sont amendés en 2002 afin, selon son initiateur, de faire évoluer le système politique vers une république plus moderne appelée « République de demain ». La réforme supprime pourtant la limite des mandats présidentiels introduite en 1988 et allonge l'âge maximal pour se porter candidat à 75 ans[22]. Validée avec un score de 99,52 %[23],[24], au cours du premier référendum de l'histoire du pays tenu le 26 mai, elle permet au président Ben Ali de pouvoir se représenter à deux reprises pour terminer son mandat en 2014.

La révision introduit également le bicamérisme en créant la Chambre des conseillers et élargit les prérogatives du Conseil constitutionnel en matière électorale. Toutefois, contrairement à la Chambre des députés, aucun mécanisme n'est prévu pour représenter l'opposition dans la nouvelle chambre législative, ce qui explique pourquoi le RCD reste le seul parti représenté dans cette enceinte en plus des organisations professionnelles. En outre, le président peut toujours nommer sept des neuf membres du Conseil constitutionnel, qui doit veiller à la validité des candidatures à l'élection présidentielle, les deux autres étant nommés par le président de la Chambre des députés[25], lui-même membre du RCD.

Élection de 2004 et quatrième mandat[modifier | modifier le code]

Rencontre entre Zine el-Abidine Ben Ali et la Secrétaire d'État américaine Condoleezza Rice, le 6 septembre 2008, à Tunis.

Aux élections du 24 octobre 2004, trois opposants (Mohamed Bouchiha, Mohamed Ali Halouani et Mounir Béji) se présentent à la suite d'un amendement constitutionnel les exemptant de la condition de parrainage. Au cours d'un scrutin présenté comme un simulacre de démocratie par des ONG comme Human Rights Watch[26] ou Amnesty International[27], plusieurs partis tunisiens de l'opposition décident de la boycotter.

Des restrictions sévères sont imposées à l'expression de l'opposition car une loi d'août 2003, modifiant le Code électoral, interdit l'utilisation d'une radio ou d'une télévision privée ou émettant à l'étranger dans le but d'inciter à voter ou à s'abstenir de voter pour un candidat ou une liste de candidats, ce qui n'empêche pas le président sortant d'être omniprésent dans les médias nationaux, en raison de l'exercice de ses fonctions[28]. À l'issue de ce scrutin, Ben Ali est à nouveau réélu avec 94,49 % des suffrages contre 3,78 % pour Bouchiha, 0,95 % pour Halouani et 0,79 % pour Béji. En septembre 2005, une loi accorde l'immunité permanente au chef de l'État pour tout acte lié à ses obligations professionnelles[29].

En février 2004, Ben Ali se rend à Washington et a un entretien, à la Maison-Blanche, avec le président américain, George W. Bush, sur les questions liées au terrorisme et à la situation au Proche-Orient[30].

Élection de 2009 et cinquième mandat[modifier | modifier le code]

Dès la fin 2006, diverses organisations proches du pouvoir lancent des appels au président afin qu'il présente sa candidature à l'élection présidentielle de 2009, ce qu'il fait le 30 juillet 2008 à l'occasion d'un discours pour l'ouverture du cinquième congrès ordinaire du Rassemblement constitutionnel démocratique.

Face à trois opposants autorisés à se présenter, il est réélu pour un cinquième mandat consécutif avec 89,62 % des voix contre 5,01 % pour Mohamed Bouchiha, 3,80 % pour Ahmed Inoubli et 1,57 % pour Ahmed Brahim[31]. Cette candidature doit être la dernière selon la constitution qui limite à 75 ans l'âge maximal d'un candidat à la présidence.

Révolution et départ de la présidence[modifier | modifier le code]

Article connexe : Printemps arabe.
Zine el-Abidine Ben Ali au palais de la République, le 7 octobre 2000.
Affiche de Ben Ali (2009) souhaitant la bienvenue dans le gouvernorat de Kairouan.

À la suite de l'immolation par le feu de Mohamed Bouazizi, jeune marchand de rue à Sidi Bouzid protestant ainsi contre la saisie de sa marchandise par les autorités, le 17 décembre 2010, le régime est fortement contesté. Zine el-Abidine Ben Ali dénonce, le 10 janvier 2011, lors d'une intervention télévisée, des « actes terroristes » tout en promettant la création de 300 000 emplois supplémentaires d'ici 2012[32]. Les contestations ne cessant pas, le président Ben Ali annonce le 13 janvier la prise de mesures supplémentaires lors d'une nouvelle intervention télévisée, notamment la garantie de la liberté de la presse et de la liberté d'expression politique ainsi que son renoncement à une candidature en 2014[33],[34].

Le 14 janvier 2011, alors que la contestation ne s'essouffle pas, il annonce qu'il limoge son gouvernement et promet l'organisation d'élections législatives dans les six mois. Plus tard dans la journée, il quitte le pays pour l'Arabie saoudite, sous la pression de l'armée tunisienne et de son entourage[35],[36],[37],[38]. Le Premier ministre, Mohamed Ghannouchi, se proclame président par intérim en vertu de l'article 56 de la constitution tunisienne qui prévoit qu'« en cas d'empêchement provisoire, le président de la République peut déléguer par décret ses attributions au Premier ministre à l'exclusion du pouvoir de dissolution de la Chambre des députés »[11]. L'état d'urgence est déclaré peu de temps après la dissolution du gouvernement[39]. Le lendemain, du fait de « la vacance définitive au poste de président de la République », le Conseil constitutionnel, par la voix de son président, Fethi Abdennadher, désigne Fouad Mebazaa comme président de la République tunisienne par intérim, en vertu de l'article 57, qui prévoit qu'« en cas de vacance de la présidence de la République pour cause de décès, démission ou empêchement absolu le président de la Chambre des députés est immédiatement investi des fonctions de président de la République par intérim pour une période variant entre 45 jours au moins et 60 jours au plus »[40].

Le 15 février 2011, les proches de Zine el-Abidine Ben Ali annoncent que, atteint d'un cancer de la prostate depuis plusieurs années, il serait tombé dans le coma à la suite d'une attaque cérébrale[41],[42] ; il semble en réalité que les proches de Ben Ali aient fait passer une crise d'hypoglycémie pour un accident plus grave[43],[44]. Ben Ali réside toujours à Djeddah, en Arabie saoudite, pays qui refuse son extradition, réclamée par les autorités tunisiennes[45].

Action économique[modifier | modifier le code]

Ben Ali a lancé une politique de privatisations qui concernent surtout le tourisme, les matériaux de construction, les textiles, l'industrie agroalimentaire et la pêche, la mécanique et l'électrotechnique[46]. Alliée à l'encouragement à l'investissement et l'introduction d'une flexibilité législative et fiscale, elle relance l'économie après un début des années 1990 marqué par le repli dû à la crise du tourisme liée à la guerre du Golfe.

Cette crise se reproduit en 2002-2003 après l'attentat de la Ghriba à Djerba. Malgré ces périodes de difficulté, les investisseurs étrangers s'installent progressivement et le produit intérieur brut croît à un taux oscillant entre 5 et 5,5 %. Le gouvernement encourage même l'industrie manufacturière produisant uniquement pour l'exportation en lui donnant la possibilité de s'implanter partout dans le pays tout en travaillant sous le règlement des zones de libre-échange.

Un accord d'association, signé avec l'Union européenne le 17 juillet 1995 et entré en vigueur le 1er mars 1998, engendre dès 1996 le démantèlement progressif des barrières douanières jusqu'au 1er janvier 2008[47]. Dans ce contexte, l'État entreprend de diversifier l'économie en augmentant la part de l'industrie tout en renforçant les secteurs traditionnels de l'agriculture et du tourisme. Une politique d'encouragement à la création d'entreprises est mise en place et une action est menée pour la multiplication des micro-entreprises et l'extension des technologies de l'information.

La nature de la politique d'ouverture, dirigée par l'État tunisien, permet à ce dernier de conserver une capacité d'intervention importante et de développer de nouveaux secteurs dont celui de l'industrie mécanique et des nouvelles technologies où les ingénieurs tunisiens bénéficient, à compétences égales, d'un salaire moindre que leurs collègues européens. Pourtant, un rapport de la Banque mondiale de juin 2004 épingle les « interventions discrétionnaires du gouvernement » et le « pouvoir des initiés » qui affaiblissent, selon elle, le climat des affaires et les éventuelles prises de risque des investisseurs étrangers[48].

Par ailleurs, le chômage continue de menacer le développement économique et se trouve aggravé par une population active grandissante. Il ne touche pas que les populations les plus vulnérables : le taux de chômage des diplômés de l'enseignement supérieur est ainsi en augmentation. Alors qu'il était de 4 % en 1997 et de 0,7 % en 1984[49], il atteint 20 % contre une moyenne nationale de 14 %, voire près de 60 % dans certaines filières selon une enquête de la Banque mondiale[50].

Ben Ali et l'islamisme[modifier | modifier le code]

Durant les premières années de son règne, Ben Ali cherche l'apaisement avec les islamistes et adopte une série de mesures symboliques destinées à réhabiliter la place de l'islam dans la société. Les élections de 1989 montrent que les islamistes sont la première force d'opposition dans le pays mais leur parti, Ennahdha, est privé de députés, « le régime découvrant dans l’islamisme tunisien un facteur d’instabilité pouvant secouer le système en place » ; la gauche s’unit alors au pouvoir[51] qui lutte efficacement contre le mouvement durant les années 1990[52].

En 1999, Ben Ali gagne facilement les élections présidentielles et commence à gracier les détenus d'Ennahdha[53]. Selon Samy Ghorbal, l'instrumentalisation de l'islam par le régime après 2000 (érection d’une grande mosquée à Carthage, création d'une radio et d'une banque islamique) a contribué à une islamisation de la société et a affecté le caractère séculier et moderne de l'État tunisien[54].

Caractère dictatorial du régime[modifier | modifier le code]

Manifestants à Tunis, le 14 janvier 2011.

Diverses organisations de défense des droits de l'homme et des libertés ainsi que de nombreux médias étrangers accusent régulièrement le président Ben Ali d'être un dictateur[55],[56],[57], le régime tunisien étant régulièrement accusé de violer les droits de l'homme[58],[59],[60] et de réprimer la liberté d'expression[61],[58],[59],[62],[63],[64].

Le président est listé dès 1998 comme l'un des « 10 pires ennemis de la presse » par le Comité pour la protection des journalistes. Reporters sans frontières le désigne également comme un « prédateur de la liberté de la presse »[65].

Des prisonniers politiques sont fréquemment torturés[66],[67] et des défenseurs des droits humains, notamment les avocats, sont victimes de manœuvres d'intimidation et de harcèlement sans que leurs plaintes soient acceptées par la justice tunisienne[58],[59]. Certains prisonniers politiques sont soumis à des conditions de détention difficiles et à des mauvais traitements, notamment le maintien à l'isolement pendant de longues périodes[68]. La loi antiterroriste votée en 2003 serait devenue l'occasion de procès inéquitables[58],[59] comme en témoigne l'affaire des étudiants internautes de Zarzis emprisonnés en 2004 pour avoir recherché de la documentation sur Internet avec leur professeur ; accusés de préparer un attentat et de se servir d'Internet comme outil de communication[69], ils sont finalement libérés en février 2006.

Clan Ben Ali-Trabelsi[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Clan Trabelsi.

Le régime de Ben Ali est caractérisé par une généralisation de la corruption, dont bénéficie principalement la famille de sa deuxième épouse Leïla, les Trabelsi, qualifiée par l'ancien ambassadeur des États-Unis à Tunis, Robert F. Godec, de « clan quasi-mafieux »[70],[71]. Sa fortune personnelle, estimée à cinq milliards d'euros placés sur des comptes à l'étranger ou investis dans l'immobilier, serait essentiellement le résultat des détournements de fonds opérés durant les 23 années de sa présidence[72]. Cependant, son avocat Akram Azoury nie la détention par son client d'avoirs mobiliers ou immobiliers en dehors du territoire tunisien[73].

L'avocat Akram Azoury affirme, en se basant sur les déclarations d'Abderraouf Ayadi et de l'ancien ministre de l'Intérieur Farhat Rajhi, que le 15 janvier 2011, 2 000 millions de dinars sont retirés de la Banque centrale de Tunisie pour être filmés dans la résidence de Ben Ali et ce dans le but d'exciter l'opinion publique, au lendemain de son départ, à des fins politiques[74].

Oppositions[modifier | modifier le code]

Le régime de Zine el-Abidine Ben Ali engendre une opposition de la part d'une série de forces politiques ou de la société civile. Il est possible d'y distinguer plusieurs groupes.

D'une part, les islamistes rassemblés au sein du parti Ennahdha ne disposent pas d'une reconnaissance officielle et font l'objet d'une importante répression : plusieurs de leurs dirigeants et de leurs militants sont arrêtés et ont purgé de longues peines de prison. D'autre part, les partis politiques d'opposition non reconnus tentent d'exercer leurs activités, souvent en exil, malgré leur interdiction : le Parti communiste des ouvriers de Tunisie (extrême gauche), le Congrès pour la République et Tunisie verte (écologiste). Enfin, des organisations de défense des droits de l'homme tentent de dénoncer des violations des libertés et de s'opposer au discours officiel : la Ligue tunisienne des droits de l'homme, le Conseil national pour les libertés en Tunisie, l'Association internationale de soutien des prisonniers politiques, l'Association de lutte contre la torture en Tunisie ou encore le Centre pour l'indépendance de la justice et des avocats.

Officiellement, le pays compte plusieurs partis politiques, autres que le parti présidentiel, qui sont reconnus à partir des années 1980 mais qui demeurent faibles : le Mouvement des démocrates socialistes (social-démocrate), le Parti de l'unité populaire (panarabiste socialiste), le Parti démocrate progressiste (post-marxiste), le Parti social-libéral (libéral), l'Union démocratique unioniste (panarabiste), le mouvement Ettajdid (gauche laïque), le Forum démocratique pour le travail et les libertés (socialiste) et le Parti des verts pour le progrès (écologiste).

Culte du chiffre 7[modifier | modifier le code]

Le chiffre 7 est un symbole de la présidence de Ben Ali, présentée comme un nouveau cycle politique qui débute le 7 novembre 1987[75]. Selon Vincent Geisser, il est devenu « l'emblème chiffré du coup d'État, que la rhétorique bénalienne nomme « le Changement » »[75]. Le 7 novembre devient un jour férié, cet événement étant inscrit dans le programme philatélique de la Poste tunisienne à travers une série de timbres[75] dont l'élément visuel principal est un chiffre 7 stylisé.

Car-ferry El Loud 7 décoré de portraits et de slogans présidentiels.

Aux côtés de l'image omniprésente du président Ben Ali, le chiffre 7 est en effet visible dans la quasi-totalité des lieux publics[75] : administrations, cafés, magasins, avenues, établissements scolaires, moyens de transport — compagnie aérienne Tuninter renommée Sevenair le 7 juillet 2007 (soit le 7e jour du 7e mois de l'année 2007) ou nom d'un avion de ligne de la compagnie Tunisair —, stades (comme celui de Radès), infrastructures (comme l'aéroport international de Tabarka), etc. Le chiffre est également utilisé par le régime dans le domaine des médias qu'il contrôle et notamment de la télévision : la première chaîne nationale est renommée TV7 puis Tunisie 7.

Il est par ailleurs utilisé comme indicatif des numéros de téléphone — les numéros de la région de Tunis commencent par 71, ceux de la région du Sahel par 73, etc. — et dans les numéros de SMS utilisés lors des jeux télévisés (87 y est toujours accompagné d'un autre 7). Enfin, sur les cartes d'identités, sept drapeaux tunisiens sont présents côté recto et sept colombes côté verso[75]. D'après Geisser, « le régime a trouvé avec ce chiffre un substitut plus ou moins subtil aux statues érigées par le despote (Bourguiba) ». Après le départ de Ben Ali, les références au chiffre 7 sont progressivement supprimées[75]. Par exemple, l'une des avenues les plus importantes de Tunis, l'avenue du 7-Novembre, prend le nom de Mohamed Bouazizi en hommage au jeune homme dont la tentative de suicide a conduit à la révolution tunisienne[76] ; la chaîne de télévision nationale change de nom.

Exil[modifier | modifier le code]

Le président déchu et sa femme résident depuis leur fuite dans un palais de la ville portuaire de Djeddah, en Arabie saoudite, au bord de la mer Rouge. L'Arabie saoudite refuse de les extrader[77] et met du personnel et des gardes du corps à leur disposition[78].

Sa femme se rendrait parfois au Koweït et au Qatar pour faire du shopping[78]. Leur nouvelle demeure est protégée par l’armée saoudienne[79].

En février 2011, il aurait été hospitalisé dans le coma à la suite d'un accident vasculaire cérébral selon des rumeurs reprises par les médias[80],[81].

En juillet 2013, il apparait sur Skype avec sa femme dans une interview à un journal français[78]. En décembre, des photos de lui en pyjama apparaissent sur le compte Instagram de son fils de huit ans[82].

Procès[modifier | modifier le code]

Après la révolution, le 26 janvier 2011, la justice tunisienne émet un mandat d'arrêt international contre lui et son épouse[83].

Ben Ali et son entourage sont poursuivis dans plus de 180 affaires devant la justice tunisienne[84] : il doit répondre de 93 chefs d'accusations, dont 35 relevant de tribunaux militaires[85]. Le ministre de la Justice, Lazhar Karoui Chebbi, a cité parmi ces chefs d'accusation :

  • homicide volontaire[86],[43] ;
  • complot contre la sûreté de l’État[86],[43] ;
  • abus de pouvoir ;
  • usage et trafic de drogue[87],[43],[86] ;
  • détournement de fonds.

Ben Ali risque la peine de mort s'il est jugé coupable pour ces crimes[43].

Le premier procès se tient par contumace à Tunis le 20 juin, sur des chefs d'accusation civils : Ben Ali et sa femme sont condamnés le jour-même à 35 ans de prison et à 91 millions de dinars d'amende (environ 45 millions d'euros au cours du 21 juin) pour détournement de fonds publics et possession illégale de devises étrangères et de bijoux. Le second procès, pour possession de stupéfiants, détention d'armes et recel de pièces archéologiques, a lieu le 4 juillet : Ben Ali est condamné le jour-même à quinze ans et six mois de prison ainsi qu'à une amende de 108 000 dinars ; le procès est marqué par le retrait des avocats de la défense[88]. Le 28 juillet, au terme d'un troisième procès, pour corruption et fraude immobilière concernant l'achat et la cession de deux terrains immobiliers à Tunis au début des années 2000, il est condamné à 16 ans de prison et 97 millions de dinars d'amende avec son gendre Mohamed Sakhr El Materi[89].

Le 29 novembre 2011, la chambre correctionnelle du tribunal militaire permanent de première instance de Tunis le condamne par contumace à cinq ans de prison pour torture dans le cadre de l'affaire de Barraket Essahel[90], dans laquelle il est impliqué avec un ancien ministre et des hauts cadres de la sécurité de son régime. Le 1er février 2012, son procès en appel est reporté au 28 février devant le tribunal militaire de Tunis, dont la compétence est contestée[91]. Le 7 avril 2012, la cour d'appel du tribunal militaire de Tunis confirme la condamnation de Ben Ali, tout en réduisant celle d'anciens hauts responsables de son régime[92].

Le 23 mai 2012, le procureur du tribunal militaire du Kef requiert la peine capitale contre Ben Ali, jugé par contumace pour complicité d'homicides involontaires dans la répression du soulèvement populaire, et « les sanctions les plus sévères possibles » pour ses 22 coaccusés[93]. Le 13 juin, l'ancien dictateur Ben Ali est condamné, par contumace, à la prison à perpétuité, pour son rôle dans la répression de janvier 2011 à Thala et Kasserine, par le tribunal militaire du Kef. Le même jour, le tribunal militaire de Tunis condamne Ben Ali, par contumace, à vingt ans de prison pour incitation au désordre, meurtres et pillages sur le territoire tunisien[94].

Le 19 juillet, le tribunal militaire de Tunis le condamne à perpétuité dans le plus grand procès des martyrs et blessés de la révolution, ceux du Grand Tunis et de cinq autres gouvernorats[95].

Le 26 mars 2013, le tribunal militaire de Tunis le condamne à vingt ans de prison dans l’affaire des incidents meurtriers de Ouerdanine[96]. Le 30 avril, il est condamné à la prison à perpétuité pour homicide volontaire et tentative d'homicide volontaire dans l'affaire d'un martyr et de deux blessés du gouvernorat de Sfax[97]. Le 12 mai 2014, il est condamné à une deuxième peine de prison à perpétuité par le tribunal militaire permanent de première instance de Sfax dans l'affaire des martyrs et blessés d'El Hamma[98].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Zine el-Abidine Ben Ali épouse en premières noces Naïma Kefi, en 1964, avec qui il a trois filles[99],[2] :

Il rencontre Leïla Trabelsi au milieu des années 1980, alors qu'il est ministre de l'Intérieur[2]. Divorcé en 1988, il se remarie en secondes noces en 1992. Le couple a deux filles et un fils[2] :

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Tunisie : le président et le PM quittent le RCD », Europe 1, 18 janvier 2011
  2. a, b, c, d, e et f Khaled A. Nasri, « Ben Ali, de Naima Kéfi à Leïla Trabelsi », Afrik.com, 30 juillet 2008
  3. « Habib Bourguiba. Le combattant déchu », Midi 2, Antenne 2, 7 novembre 1987
  4. « Le remplacement du vieux Bourguiba par le jeune Ben Ali a permis à la classe dirigeante de prévenir une issue violente à la crise profonde qui divisait la Tunisie en 1987, du fait du développement et de la répression du mouvement islamiste. Le changement de leadership a pu stopper, ou du moins suspendre une évolution imprévisible et chaotique de la situation. De ce fait, bien qu'intervenant dans un climat de crise, le changement a été généralement bien accueilli par une population partagée entre « le soulagement et le regret » (Camau 1987). »

    — Momar Coumba Diop et Mamadou Diouf [sous la dir. de], « La succession de Bourguiba », Les figures du politique en Afrique. Des pouvoirs hérités aux pouvoirs élus, coll. Bibliothèque du Codesria, éd. Karthala, Paris, 1999, p. 219

  5. (en) Africa Competitiveness Report 2007 (Forum économique mondial)
  6. Sophie Bessis, « Le féminisme institutionnel en Tunisie : Ben Ali et la question féminine », CLIO HFS, no 9/1999, 22 mai 2006
  7. a, b, c, d, e et f Jean-Pierre Tuquoi, « Ben Ali l'inconnu », Le Monde, 25 mai 2002
  8. Jean Guisnel, « Zine el-Abidine Ben Ali, un saint-cyrien très discret », Le Point, 18 janvier 2011
  9. « Zine el-Abidine Ben Ali, la fin d'un règne », Radio France internationale, 15 janvier 2011
  10. Mehdi Farhat, « Ben Ali, le dictateur « bac moins 3 » », Slate Afrique, 10 décembre 2012
  11. a et b Articles 38 à 57 de la constitution tunisienne de 1959 (Jurisite Tunisie)
  12. « Zine El Abidine Ben Ali : 22 ans au pouvoir », Le Nouvel Observateur, 26 octobre 2009
  13. (ar) Discours du 7 novembre 1987 suivi de sa traduction en français
  14. Michael Collins Dunn, Renaissance or radicalism ? Political islam. The case of Tunisia's al-Nahda, éd. International Estimate, Washington D.C., 1992
  15. a et b Mezri Haddad, Non Delenda Carthago, Carthage ne sera pas détruite. Autopsie de la campagne antitunisienne, éd. du Rocher, Paris, 2002
  16. Nicolas Beau et Jean-Pierre Tuquoi, Notre ami Ben Ali, éd. La Découverte, Paris, 1999
  17. FIDH, « De la révolution de jasmin à la révolution « RCD » (retour à la case départ) »,‎ 21 octobre 1999 (consulté le 16 janvier 2011)
  18. Sadri Khiari, Tunisie : le délitement de la cité : coercition, consentement, résistance, éd. Karthala, Paris, 2003, p. 42 (ISBN 2845864019)
  19. Georgie Anne Geyer, Tunisia. A Journey Through a Country That Works, éd. Stacey International Publishers, Londres, 2004
  20. Philippe Tourel, « Une démocratie en chantier », Le Nouvel Afrique Asie, décembre 2006
  21. Ce minimum est porté à 25 % en 2008 à la suite d'un nouvel amendement de la loi électorale.
  22. Jean-Pierre Tuquoi, « En Tunisie, un référendum constitutionnel ouvre la voie à la réélection de M. Ben Ali », Le Monde, 16 mai 2002
  23. « L'exemple tunisien », Le Monde, 29 mai 2002
  24. Selon Le Canard enchaîné no 4581 (« Carthage de ses artères », 13 août 2008, p. 8), le pourcentage de « oui » est de 99,61 %
  25. Article 75 de la constitution tunisienne de 1959 (Jurisite Tunisie)
  26. Rapport mondial 2005 (Human Rights Watch)
  27. Rapport 2005 (Amnesty International)
  28. « Chronique de Giulia Fois », Arrêt sur images, France 5, 24 octobre 2004
  29. [PDF] Loi du 27 septembre 2005 relative aux avantages alloués aux présidents de la République dès la cessation de leurs fonctions, Journal officiel de la République tunisienne, no 78, 30 septembre 2005, p. 2557
  30. « Le président Ben Ali à Washington », L'Économiste, no 1706, 17 février 2004
  31. Le président Ben Ali remporte l'élection présidentielle 2009 avec 89,62 % (Élections 2009)
  32. « Près d'un mois de troubles sociaux en Tunisie », Agence France-Presse, 12 janvier 2011
  33. « Adresse du Président Zine El Abidine Ben Ali au peuple tunisien », Tunisie 7, 13 janvier 2011
  34. Pierre Vermeren, « Tunisie : le goût amer de la Révolution de jasmin », L'Express, 14 janvier 2011
  35. Pascal Lemal, « Ben Ali a quitté la Tunisie, selon ses proches », Le Parisien, 14 janvier 2011
  36. « Ben Ali fuit la Tunisie, Mohamed Ghannouchi prend le pouvoir », Jeune Afrique, 14 janvier 2011
  37. « Comment l'armée a précipité la chute de Ben Ali en Tunisie », Le Point, 18 janvier 2011
  38. Sara Daniel, « L'histoire secrète de la fuite de Ben Ali », Le Nouvel Observateur, 9 février 2011
  39. « Ben Ali en Arabie saoudite, le PM tunisien prend l'intérim », Radio Canada International, 14 janvier 2011
  40. « Tunisie : Foued Mebazâ président de la République selon l'article 57 de la Constitution », Business News, 15 janvier 2011
  41. « Ben Ali serait dans le coma, selon un proche de sa famille », Le Figaro, 17 février 2011
  42. « Ben Ali, longtemps tout puissant en Tunisie, désormais dans le coma », Agence France-Presse, 17 février 2011
  43. a, b, c, d et e Isabelle Mandraud, « En forme, M. Ben Ali se fait discret en Arabie saoudite », Le Monde, 20 avril 2011, p. 9
  44. Clarence Rodriguez, « Ben Ali : une vie en Arabie saoudite », Radio France internationale, 20 juin 2011
  45. « L'exil doré de Ben Ali en Arabie saoudite », Le Figaro, 14 janvier 2013
  46. Emma Murphy, Economic and political change in Tunisia. From Bourguiba to Ben Ali, éd. Macmillan Press, Londres, 1999
  47. Abdelaziz Barrouhi, « Pour 500 millions de consommateurs de plus », Jeune Afrique, 23 mars 2008, p. 56-58
  48. Michel Camau et Vincent Geisser, Le syndrome autoritaire. Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, éd. Presses de Sciences Po, Paris, 2003
  49. Défis de la Tunisie (PNUD)
  50. Nadia Hachimi Alaoui, « En Tunisie, le malaise de la génération Ben Ali », Libération, 28 avril 2008
  51. Clément Guillemot, « L'islamisme tunisien d'Ennahdha : d'une mouvance révolutionnaire à un partie politique légaliste », partie II « Vers la légalisation politique d'un parti islamiste démocrate tunisien : de Ben Ali à la révolution du jasmin de 2011 », Les clés du Moyen-Orient , 12 juillet 2012
  52. Ridha Kéfi, « Comment les islamistes ont été vaincus », Jeune Afrique, 11 mai 1999
  53. [PDF] Sadri Khiari et Olfa Lamloum, « Tunisie : des élections en trompe-l'œil », Politique africaine, no 76, décembre 1999, p. 106-115
  54. Samy Ghorbal, Orphelins de Bourguiba & héritiers du Prophète, éd. Cérès, Tunis, 2012
  55. Bruno Callies de Salies, « Les deux visages de la dictature en Tunisie », Le Monde diplomatique, octobre 1999
  56. Monique Mas, « Zine Ben Ali : l'élu des Occidentaux », Radio France Internationale, 23 octobre 2004
  57. « Tunisie : Chirac choisit la dictature de Ben Ali », Fédération internationale des droits de l'homme - Ligue des droits de l'homme, 4 décembre 2003
  58. a, b, c et d Rapport mondial 2007 (Human Rights Watch)
  59. a, b, c et d Rapport 2008 (Amnesty International)
  60. (en) Country Reports on Human Rights Practices 2007 (Département d'État des États-Unis)
  61. Rapport annuel 2007 (Reporters sans frontières)
  62. Agressions de journalistes : Paris interpelle la Tunisie (Le Nouvel Observateur)
  63. Vincent Geisser et Chokri Hamrouni, « Ben Ali. L'information torturée », Libération, 17 novembre 2005
  64. Vincent Geisser, « Les chiens de garde de Ben Ali agissent « sous la protection » de la police française », Oumma.com, 22 juin 2004
  65. Prédateurs de la liberté de la presse (Reporters sans frontières)
  66. « La torture en Tunisie. L'envers du décor », Fédération internationale des droits de l'homme, 16 novembre 1998
  67. Marco Gregori, « Une association se bat contre l'impunité des tortionnaires », Le Courrier, 30 janvier 2001
  68. Rapport 2009 (Amnesty International)
  69. Hélène Bailly, « Le drame des internautes de Zarzis », Afrik.com, 9 mars 2005
  70. Marie Simon, « En Tunisie, une « quasi-mafia » entoure Ben Ali », L'Express, 13 janvier 2011
  71. Laura Raim, « Comment le clan Ben Ali a pillé la Tunisie », L'Expansion, 17 janvier 2011
  72. « La fortune des Ben Ali en question », Europe 1, 17 janvier 2011
  73. « L'ex-président tunisien Ben Ali ne détient pas d'avoirs à l'étranger, selon son avocat », Associated Press, 31 mai 2012
  74. (fr) « L'avocat de Ben Ali exige l'ouverture d'une enquête suite aux déclarations d'Abderraouf Ayadi », Tunivisions, 23 septembre 2014
  75. a, b, c, d, e et f Élodie Auffray, « Dans la Tunisie de Ben Ali, l'étrange culte du chiffre 7 », Libération, 20 janvier 2011
  76. « La place et l'Avenue 7 novembre de Tunis rebaptisées place 14 janvier 2011 et avenue Mohamed Bouazizi », Tunis Afrique Presse, 17 février 2011
  77. « Tunisie : l'Arabie Saoudite refuse d'extrader Ben Ali, dont le procès est reporté », Jeune Afrique, 4 janvier 2012
  78. a, b et c Bérénice Dubuc, « Que sont-ils devenus ? L'exil doré saoudien de Ben Ali continue », 20 minutes, 30 juillet 2013
  79. Fabien Thelma, « La vie dorée de Ben Ali en Arabie Saoudite », Europe 1, 17 janvier 2011
  80. Tristan Vey, « Ben Ali serait dans le coma, selon un proche de sa famille », Le Figaro, 17 février 2011
  81. Marie Desnos, « Ben Ali serait mourant », Paris Match, 18 février 2011
  82. Priscille Lafitte, « Des photos de Ben Ali avec son fils filtrent sur Instagram », France 24, 21 novembre 2013
  83. « Mandat d’arrêt contre le couple Ben Ali », France-Soir, 27 janvier 2011
  84. Fethi Belaid, « Ben Ali : un troisième procès par contumace », Agence France-Presse, 28 juillet 2011
  85. Mehdi Farhat, « Tout ce qu'il faut savoir sur le procès de Ben Ali », Slate Afrique, 18 juin 2011
  86. a, b et c « Dix-huit actions en justice contre Ben Ali », Afrik.com, publié le 14 avril 2011
  87. Florence Beaugé, « Pour tout l’or de Ben Ali », Le Monde, 23 avril 2011, p. 3
  88. « Nouvelle condamnation de Ben Ali : 15 ans et demi de prison et 108 000 D d'amende », Leaders, 4 juillet 2011
  89. « 16 ans de prison et 97 MDT d'amende pour Zine El Abidine Ben Ali et Sakher El Materi », Business News, 28 juillet 2011
  90. « Tunisie : Ben Ali condamné à cinq ans de prison par un tribunal militaire », TF1, 30 novembre 2011
  91. « Tunisie : report du procès contre Ben Ali », Agence France-Presse, 1er février 2012
  92. « Torture : Ben Ali condamné en appel », Le Figaro, 7 avril 2012
  93. « Peine de mort requise contre Ben Ali », Le Figaro, 23 mai 2012
  94. « Tunisie : Ben Ali condamné à perpétuité pour complicité d'homicides volontaires », L'Express, 13 juin 2012
  95. « Procès des martyrs du Grand Tunis », Mosaïque FM, 19 juillet 2012
  96. « Le Tribunal militaire de Tunis acquitte Leïla Ben Ali dans l’affaire d’El Ouerdanine », Business News, 26 mars 2013
  97. « Ben Ali condamné à la prison à perpétuité », Business News, 30 avril 2013
  98. « Ben Ali condamné à la réclusion à perpétuité dans l'affaire des martyrs et blessés de la Hamma », Tunisie 14, 13 mai 2014
  99. a, b et c Samir Gharbi et Sonia Mabrouk, « Vingt ans, vingt dates », Jeune Afrique, 22 octobre 2007
  100. a, b, c, d et e « La nouvelle liste des Tunisiens dont les avoirs sont gelés en Suisse », Kapitalis, 5 février 2011
  101. Samy Ghorbal, « Enquête sur une spoliation », Jeune Afrique, 2 mars 2014, pp. 56-61
  102. Florence Beaugé, « Le parcours fulgurant de Sakhr El-Materi, gendre du président tunisien Ben Ali », Le Monde, 24 octobre 2009
  103. [image] Halima (gauche) et Leïla (droite) à Radès le 7 novembre 2007
  104. Michel et Béatrice Wattel, Les Grand'Croix de la Légion d'honneur. De 1805 à nos jours, titulaires français et étrangers, éd. Archives et Culture, Paris, 2009, p. 532
  105. Ordonnance souveraine du 7 septembre 2006 portant élévation dans l'Ordre de Saint-Charles, Journal de Monaco, n°7772, 8 septembre 2006

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Beau et Jean-Pierre Tuquoi, Notre ami Ben Ali, éd. La Découverte, Paris, 1999
  • Sadok Chaâbane, Ben Ali et la voie pluraliste en Tunisie, éd. Cérès, Tunis, 1998
  • Mezri Haddad, Non Delenda Carthago, Carthage ne sera pas détruite. Autopsie de la campagne antitunisienne, éd. du Rocher, Paris, 2002
  • Moncef Guitouni, Tunisie. Le Destin recouvré, éd. Eska, Paris, 1997
  • Valentin Mbougueng, Institutions politiques et vie constitutionnelle en Tunisie de l'indépendance à nos jours, éd. Médiane, Paris, 2006

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]