Manifestations albanaises de 2011

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Manifestations albanaises de 2011
Image illustrative de l'article Manifestations albanaises de 2011

Localisation Drapeau de l'Albanie Albanie
Date 21 janvier 2011 - ?
Type Protestations politiques et sociales
Morts Trois
(bilan provisoire)
Blessés Plus de 150
(bilan provisoire)

Les manifestations albanaises de 2011 sont une série de manifestations anti-gouvernementales dans les principales villes d'Albanie. Ces événements surviennent dans un contexte de conflit politique, suite à une fraude électorale par le gouvernement dénoncée par l'opposition il y a 18 mois, et d'accusation de corruption de l'État. En s'inspirant des révolutions démocratiques dans les pays arabes, entre 20 000 (selon le gouvernement) et 200 000 (selon l'opposition) personnes se sont réunies le 21 janvier dans les rues de Tirana, la capitale. Par la suite, le vice-Premier ministre a donné sa démission. Outre l'aspect politique, les manifestants réclament comme en Tunisie ou encore en Égypte un arrêt de la corruption et une lutte contre le chômage et la pauvreté.

Contexte[modifier | modifier le code]

Accusation de fraude électorale[modifier | modifier le code]

Comme chaque élection, les contestations des résultats en vigueurs sont massifs et importants. Des soupçons importants de fraude électorales sont émis par l'opposition albanaise. De plus, celle-ci critique également la lenteur du dépouillement des bulletins de votes et retardent la proclamation des candidats. La fraude aurait également frappé les observateurs étrangers venus constatés la situation sur place. Ce serait le parti démocratique albanais qui serait responsable des fraudes, en bourrant des urnes et faisant de fausses signatures.

La corruption du gouvernement supposée[modifier | modifier le code]

Cinq assesseurs du parti démocratique albanais, la formation du Premier ministre Sali Berisha, aurait été coupable de fraude électorale à Ruzhide, village du Sud de l'Albanie, lors des élections législatives de juin 2009. La plupart des faux votants seraient des travailleurs grecs installés en Albanie. Selon la majorité au pouvoir, ce genre de corruption ne serait qu'un cas isolé, ce que contredit le parti socialiste albanais, et d'autres formations politiques[1].

L'économie noire serait par ailleurs importante, et l'indice de perception de la Transparency International notait l’Albanie à 2,5/10 (sachant que les 10 points sont accordés aux pays qui ne sont pas considérés comme corrompus). L'Albanie a été également classée au 92e rang sur les 133 pays corrompus. La source d'un telle corruption serait lié aux « barons du crime », qui pourrait vivre sans jamais être punis par la loi en vigueur[2].

Le chômage et la pauvreté[modifier | modifier le code]

En 2010, le taux de chômage était égal à 13 % de la population active, ce nombre étant passé à 13,7 % en 2011[3].

12,5 % de la population vivait sous le seuil de pauvreté en 2008 sachant qu'en 2004 c'était 25 % de la population qui était touchée, la pauvreté a donc diminué de moitié en seulement quatre ans, situation qui est en constante amélioration depuis 2001, cette année-là, 30 % de la population vivait sous le seuil de pauvreté. On estime qu'aujourd'hui le seuil de pauvreté est en dessous de 10 %[4]

Protestations[modifier | modifier le code]

21 janvier[modifier | modifier le code]

28 janvier[modifier | modifier le code]

4 février[modifier | modifier le code]

Victimes, blessés et arrestations[modifier | modifier le code]

Réactions[modifier | modifier le code]

Réactions du Gouvernement[modifier | modifier le code]

Réactions Internationales[modifier | modifier le code]

Réactions des ONG[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]