Contestation en Arabie saoudite en 2011

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Contestation en Arabie Saoudite en 2011
Image illustrative de l'article Contestation en Arabie saoudite en 2011
Localisation de l'Arabie saoudite au sein du monde arabe

Localisation Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite
Date 21 janvier 2011 - 11 mars 2011
Type Protestations politiques et sociales
Mort(s) 10[1],[2]
Blessé(s) plusieurs dizaines[1],[2]

La contestation en Arabie saoudite en 2011, vague de contestation populaire, sociale et politique sans précédent[réf. nécessaire], débute vers le 21 janvier 2011 et s'inscrit dans un contexte de tension dans les pays arabes. Les manifestants réclament dignité, emplois et libertés.

Contexte[modifier | modifier le code]

Depuis le succès de la révolution tunisienne, le monde arabe est secoué par une vague de contestations.

L’Arabie saoudite est elle aussi vulnérable : si sa rente pétrolière lui permet d’acheter la paix sociale, le taux de chômage des 20-24 ans est estimé à 40  %[3].

Proche révolte bahreïnie[modifier | modifier le code]

Les 3 et 4 mars 2011, des manifestations ont lieu à Qatif, dans l’est du pays, pour la libération de neuf personnes emprisonnées depuis treize ans. Au moins vingt manifestants sont arrêtés[4].

Quelques centaines de chiites de l'est du pays manifestent en soutien aux protestataires de Bahreïn les 17[5] et 27 mars 2011 (Bahreïn est situé près de Qatif), demandant également la libération des prisonniers politiques[6].

Manifestations[modifier | modifier le code]

New Saudi Arabia's traffic sign (women2drive).gif

Le 10 mars 2011, la police tire à balles réelles sur des manifestants chiites à Qatif, dans l’est du pays[7]. Le « jour de la colère », organisé le 11, n’est suivi que faiblement[8].

Le 11 avril 2011, quelques dizaines de diplômés manifestent devant les locaux du ministère de l’Éducation à Djeddah[8].

D’autres manifestations ont lieu à l’automne, toujours dans la région chiite de Qatif. En octobre 2011, la répression fait plus 14 blessés. En novembre, les tirs de la police font quatre morts dans la région de Qatif[1], et un nouveau en janvier 2012[2].

Réactions[modifier | modifier le code]

Réactions du gouvernement[modifier | modifier le code]

En janvier 2011, le gouvernement prévoit de faire passer les stocks de blé de six mois à un an de consommation, afin de prévenir les pénuries et les hausses de prix[9].

Le 23 février 2011, un plan de 36 milliards est annoncé, pour augmenter les salaires des fonctionnaires et construire des logements[10]. Ce plan est amplifié plusieurs fois, pour aboutir à un total de 70 milliards de dollars (50 milliards d'euros) le 18 mars, le recrutement de 60 000 fonctionnaires, la construction de 500 000 logements, une prime de deux mois de salaire pour tous les fonctionnaires, des investissements pour la santé publique, et une lutte contre la corruption[11]. De plus, un salaire minimum de 560 € est promis, trois milliards d’euros doivent être investis dans la santé, et 60 000 policiers recrutés[12].

Réactions internationales[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Clarence Rodriguez, » Arabie Saoudite : un mort dans une manifestation à Qatif », Radio France internationale, publié le 22 novembre 2011, consulté le 29 novembre
  2. a, b et c « Arabie saoudite : un mort dans des affrontements avec la police », Le Point, publié et consulté le 13 janvier 2012
  3. Antonin Tisseron, « Bahreïn : un confetti au centre des luttes d’influence dans le golfe Arabo-persique », Institut Thomas More, publié le 12 avril, consulté le 5 mai. Disponible en [PDF] : ICI
  4. HRW, « Saudi Arabia: Stop Stifling Peaceful Dissent », 8 mars 2011
  5. Laure Stephan, « Bahreïn : la peur et le désarroi gagnent les manifestants », Le Monde, 19 mars, p. 13
  6. « Shiite Protesters Rally in Two Saudi Villages », Arab Reform, publié le 27 mars 2011, consulté le 15 juin 2011
  7. Caroline Ronsin, « Chronologie du "printemps arabe" », Moyen-Orient, no 10 : Révolutions : le réveil du monde arabe, mars-avril 2011, p. 23
  8. a et b « Unemployed Saudis Protest to Demand Work », Arab Reform, publié le 11 avril 2011, consulté le 15 juin 2011
  9. Myriam Berber, « La situation tunisienne préoccupe le monde arabe », Radio France international, publié le 19 janvier 2011, consulté le 25 avril 2011
  10. Antoine Reverchon, Adrien de Tricornot, « La rente pétrolière ne garantit plus la paix sociale », Supplément Économie au Monde no 20572, 15 mars 2011, p. 1
  11. AFP, « Riyad annonce des aides sociales et un renforcement de la police », Le Monde, 20-21 mars, p. 12
  12. Le Monde diplomatique, « Arabie saoudite », Le Monde diplomatique, no 685, avril 2011, p. 20

Articles connexes[modifier | modifier le code]